mercredi 4 avril 2018

Quand la mère sublime la femme


Loin des hypocrites flagorneurs d'un centre ville sombrant dans la suffisance égotique des nouveaux apparatchiks et de leurs courtisans à breloques, je rejoins le quartier populaire d'Oktyabrsky, là où le cœur du Donbass bat au rythme des bombardements ukrainiens.

À l'ombre d'un petit soleil, le soldat se repose, fortifie son âme, éclaire son regard et purifie ses mains dans le don de l'amour.

"Les visages des mères sont nobles, souverainement clairs lorsque la pureté des vies volontairement innocentes les a rafraîchies aux milles matins des sacrifices."

Léon Degrelle*, Les âmes qui brûlent.

* Il me plaît en passant, de provoquer les cons, qu'ils soient fachos ou antifas, en citant de ces auteurs qui sont voués aux gémonies de la moraline de leurs pensées uniques amorales au prétexte que certains de leurs engagements extrémistes sont contestables et même condamnables.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.