dimanche 12 juin 2016

Les chiffres sanglants de l'escalade

Premier bilan sanglant d'un match sans public et sans arbitre


Depuis 1 an, le front du Donbass hésite entre Guerre et Paix, victime d'une suite ininterrompue de bombardements erratiques visant à terroriser la population et maintenir une plaie ouverte justifiant une politique de perfusion économique étrangère et de militarisation d'une Ukraine de plus en plus répressive. 

Ces violations continuelles des accords de Minsk ont connu depuis le début du mois de juin une escalade sensible des bombardements et une retour important des attaques terrestres menées par les unités ukrainiennes assiégeant les bastions républicains de Donetsk et Lugansk.

Cette escalade récente, outre le fait qu'elle fait de nouvelles victimes et occasionne de nombreuses destructions, menace aujourd'hui l'espoir de trouver une sortie diplomatique àà ce qui est l'une des crises européennes les plus importantes depuis la fin de la Seconde Guerre.mondiale.

Pour visualiser la réalité de la situation, l'agence Doni Press a compilé un certain nombres de données émanant des Ministères et confirmées par les observateurs de l'OSCE.

Les chiffres et le graphique parlent d'eux-mêmes et la question majeure est de savoir si cette aggravation importante de la situation militaire peut être enrayée car tous les indices recueillis confirment que les actions offensives des derniers jours ne sont pas le fait d'initiatives criminelles isolées, mais obéissent bien à une planification décidée à Kiev.

Pendant l'hiver 2013, les bandéristes ukrainiens avaient déjà profité du calendrier des jeux olympiques d'Hiver de Sotchi pour déclencher le coup d'état du Maïdan, et aujourd'hui nous observons une réactivation violente du front par ces mêmes chiens fous au moment de la coupe de l'Euro 2016... 

Hasard ou nouvelle exploitation d'une diversion politico-médiatique ?
L'avenir très proche va nous le dire...


Erwan Castel, volontaire en Novorossiya



Source, le lien ici : DONi Press

Du pain, du foot et de la désinformation :
Escalade du conflit et 
génocide de la population du Donbass 
dans le silence des médias occidentaux

Alors que le conflit du Donbass s'aggrave nettement depuis le début du mois de juin, les yeux du monde sont rivés sur l'Euro 2016. Il est vrai que regarder des équipes de multimillionnaires courir après un ballon est bien plus important que de s'informer sur le génocide en cours dans le Sud-Est de ce qui fut l'Ukraine.

Alors que la deuxième quinzaine du mois de mai était marquée par une moyenne de 284 bombardements par jour sur le territoire de la République populaire de Donetsk, rien que pour les 11 premiers jours de juin, la moyenne monte à 519 bombardements par jour, soit 82 % d'augmentation. Les FAU ont aussi ressorti l'artillerie de gros calibre, y compris les canons de 122 mm et 152 mm, avec lesquels ils ont tiré entre autre sur Yasinovataya et Makeyevka.


Il faut dire que l'Euro 2016 est une occasion rêvée pour l'armée ukrainienne de continuer en toute tranquillité le génocide de la population du Donbass. L'attention médiatique est toute entière focalisée sur la compétition footballistique.

Durant les derniers jours plusieurs attaques de l'armée ukrainienne contre les positions de l'armée de la République populaire de Donetsk ont été repoussées, à Gorlovka et près d'Avdeyevka, faisant au total 9 morts et 19 blessés parmi les soldats ukrainiens, et 2 morts parmi les soldats de la RPD. Durant la semaine écoulée 4 autres soldats de la RPD sont morts et 3 ont été blessés. Et rien que le 9 juin 2016, 1 civil est mort et 18 ont été blessés lors des bombardements. Les bâtiments détruits quant à eux se comptent par dizaines.


Et alors que la population de la République populaire de Donetsk s'est mobilisée en masse (30 000 à 60 000 personnes ont défilé dans l'artère principale de Donetsk) contre toute velléité d'armer la mission de l'OSCE dans le Donbass, les médias occidentaux aux ordres n'ont rien trouvé de mieux que de minimiser l'événement, en oubliant en outre de parler de tout le reste. Ainsi Euronews, sortant des chiffres fantaisistes de 5 000 manifestants, en profite pour glisser une allusion sur le côté dictatorial de la République populaire :

« Un rassemblement de 5.000 personnes pourtant pas vraiment spontané, selon plusieurs témoignages sur place. Ainsi, plusieurs personnes ont affirmé à l’AFP avoir été “fortement incitées” à participer à la manifestation. »

Bien sur aucune citation détaillée des soit-disant témoignages de personnes ayant été « fortement incitées » à manifester. Entre ca et les chiffres fantaisistes sortis d'on ne sait où, Euronews nous gratifie une fois de plus d'un article diffamatoire et russophobe de première catégorie.

Pour résider moi-même à Donetsk à plein temps, je peux assurer que les gens ici n'ont pas besoin d'être « fortement incités » pour protester contre l'OSCE. Lorsque les gens que je croise dans la rue comprennent que je suis étrangère, une des premières questions qui leur vient assez fréquemment, d'un ton inquiet, est « Vous êtes de l'OSCE ? ». Lorsque je leur répond que non, et que je suis journaliste pour un média local, la personne se détend immanquablement et souvent esquisse même un sourire.

Cette question, et cette crispation autour de la mission de l'OSCE, est très clairement perceptible et compréhensible pour ceux qui vivent ici au quotidien avec la population locale, qui endure quotidiennement les bombardements de l'armée ukrainienne dans le silence de l'Occident. Un Occident bien trop occupé à regarder la version moderne des jeux du cirque pour se préoccuper des morts du Donbass.

Christelle Néant

Sources : 








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.