dimanche 5 juin 2016

Combats violents au Nord de Donetsk

Depuis une semaine l'armée ukrainienne mène des opérations offensives croissantes autour d'Avdiivka, petite vill mais de grande importance minière située au Nord de Donetsk... 

En effet depuis le secteur de Avdiivka, sont menées depuis des mois des bombardements croissants de ce tronçon de la ligne de front situé entre le Nord de Donetsk et le Sud de Gorlovka.
Les combats se sont déroulés sur une zone industrielle à travers laquelle passe la lgne e front. Comme à Marinka, Yasinovataya, Peski, etc... les secteurs de contact les plus dangereux sont au niveau des zones urbaines disputées. 

Larmée ukrainienne a donc tenté d'occuper la partie contrôlée par les républicains en lançant un assaut motorisé appuyé par des tirs d'artillerie. Cette violation ukrainienne des accords de Mink s'est soldé par un nouvel échec, les troupes d'assaut de Kiev ayant du se replier après avoir subi des pertes importantes (une quinzaine de tués et une trentaine de blessés)

Ces assauts ukrainiens et leurs pertes sont même reconnus par certains médias occidentaux, mais ces derniers se gardent bien sûr de relever qu'ils constituent autant de violations aux accords de Minsk faites par Kiev, accusant même les séparatistes d'être à l'origine des assauts (voir l'article lié)

L'embrasement de ce secteur clé du front risque de déclencher une escalade dangereuse pour l'ensemble du Donbass et le processus de paix déjà fortement fragilisé...

Cette nouvelle agression de Kiev n'est pas étrangère à la situation moribonde du gouvernement ukrainien et aux tensions croissantes entre les occidentaux et le bloc eurasiatique.

Porochenko est peut-être sur le point de tenter un dernier coup de poker pour retarder encore un peu sa chute, calmée les ardeurs des bandéristes et provoquer une nouvelle fois Moscou...

Erwan Castel, volontaire en Novorossiya

Source, le lien ici : RFI

Petit commentaire préliminaire

Cet article de Stéphane Siohan est un exemple caractéristique de la propagande dans laquelle ont sombré les chien de garde de la politique étasunienne en Europe :

- Le journaliste étant à 1000 km de la ligne de front, ne peut rendre compte directement des faits et donc ne fait que publier un communiqué officiel des services ukrainiens qui l'accueille à Kiev et à qui il doit son gagne pain. 

- Le qualificatif de "séparatistes pro-russses" est symptomatique d'une politique occidentale russophobe dirigée vers Moscou et pour laquelle la rébellion du Donbass n'est qu'un faire valoir. Les déclarations politiques des Républiques sont on ne peut plus claires : elles ne veulent pas se soumettre au régime totalitaire de Kiev qui refuse de reconnaitre leur identité slave. La réaction à la violence du pouvoir ukrainien à leur encontre a été ne l'oublions pas la demande de fédéralisation, puis l'indépendance auto-proclamée. C'est Kiev, par sa politique agressive vis à vis du monde russe, qui pousse la population du Donbass vers Moscou...

- Ensuite, prétendre que les séparatistes ont engagés les tirs d'artillerie "soutenus par les russes" sont une ineptie que même l'OSCE chargé de contrôlée l'application des accords de Minsk confirme chaque jour : les bombardements visent les zones tenues par les républicains et il n'y a pas d'unité russe sur le territoire des Républiques du Donbass.

Vu le nombre de pro Kiev, journalistes, observateurs de l'OSCE ou membres d'ONG qui circulent dans le Donbass, depuis 2 ans et demi, cela ferait longtemps que nous aurions des preuves tangibles de la présence de soldats russes dans le Donbass !

Donc j'invite ce petit foutriquet de Siohan a bouger son cul de son fauteuil de Kiev et venir faire son travail d'information sur le terrain au lieu d’ânonner la communication du Ministère ukrainien de la propagande qui maquille les faits et les chiffres 

Erwan Castel

Ukraine: poussée de tension à l'Est autour de la ville d'Avdiivka


"Dans l'est de l'Ukraine, la situation s’est de nouveau dégradée ce week-end. Ces dernières heures, 5 soldats de l’armée ukrainienne ont été tués dans des combats avec les séparatistes pro-russes, combats qui redoublent d’intensité. Mardi dernier déjà, 7 soldats ukrainiens avaient été tués, et on craint désormais une nouvelle escalade.

Avec notre correspondant à Kiev, Stéphane Siohan

Tous les témoignages qui remontent du front le confirment : la petite ville industrielle d’Avdiivka, au nord-ouest de Donetsk, est devenue un enfer. C’est là que ce week-end, les 5 soldats ukrainiens ont été tués, alors que depuis des semaines, les séparatistes accentuent leur pression sur cette ville stratégique.

En effet, Avdiivka abrite la plus grande usine de production de coke en Europe, ce dérivé du charbon indispensable au fonctionnement de l’industrie sidérurgique. Le contrôle de la ville est donc vital pour l’Etat ukrainien, et ce serait une prise de guerre de la plus haute importance pour la République auto-proclamée de Donetsk.

La ligne de front se réveille

Les chancelleries européennes tentent de trouver une porte de sortie à l'escalade alors que la guerre, pour la première fois depuis des mois, menace même de s’aggraver. Car à Avdiivka, les signaux sont assez alarmants : dimanche soir, les séparatistes soutenus par la Russie ont lancé une offensive d’artillerie sur la ville, et par ailleurs, selon nos informations, tous les points chauds de la ligne de front, longue de 400 kilomètres se sont réveillés durant le week-end.

Il faudra surveiller de très près le Donbass dans les jours à venir, au cas où les séparatistes tentent un encerclement d’Avdiivka, qui pourrait remettre le feu aux poudres."

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.