mardi 21 juin 2016

Journalistes sous le feu


Une fois de plus des journalistes venus faire un reportage sur la ligne de front ont été pris à partie par des tirs ukrainiens qui les avaient repérés. Aucune victime n'est à déplorer .

Cette violation flagrante de la convention de Genève n'est pas la première, et l'Ukraine est même devenue un des pays les plus dangereux pour la profession, entre les tués les torturés les emprisonnés et les expulsés, les journalistes russes ou pro-russes sont devenus la cible des "ukrops" et de leurs collabos jusque dans les rues des capitales européennes où par exemple des équipes de Russia Today ont été ciblés et attaqués récemment dans Paris.

Sur le front du Donbass, les journalistes, même accrédités et identifiés, sont la cible des soudards de Kiev, particulièrement lorsque qu'ils viennent constater les dégâts subis par la population civile, victime de l'artillerie ukrainienne comme à Zaitsevo par exemple ou des reporters de DONi News et News Front ont été pris sous le feu d'armes automatiques.

Autant les reporters de guerre acceptent en choisissant ce métier les dangers d'une zone de guerre, autant le fait qu'ils soient délibérément pris pour cible constitue un acte inadmissible contraire à toutes les lois existantes protégeant ces soldats de la Vérité.

Erwan Castel, volontaire en Novorossiya


Source, le lien ici : DONi Press

Journalistes de DONi et News Front 
sous les tirs à l'arme légère 
de l'armée ukrainienne à Zaïtsevo


      20 Juin 2016     

De retour sur les positions de l'armée de la République populaire de Donetsk à Zaïtsevo pour accompagner nos collègues de Lougansk, nous avons pu filmer en direct l'avancée de quatre soldats des forces armées ukrainiennes (probablement des soldats des bataillons nationalistes comme Azov ou Dniepr, car ce sont eux qui occupent la première ligne des positions ukrainiennes à cet endroit), puis leur retour quelques minutes plus tard vers leurs positions à travers les bois.

Les positions ukrainiennes ne sont qu'à 150 mètres des positions de l'armée de la RPD à cet endroit du front, et si nous avons pu voir clairement les soldats ukrainiens, il semble qu'eux aussi aient vu qu'ils étaient filmé et n'ont guère apprécié. Alors que nous avons fini le reportage dans le calme sans qu'il n'y ai eu de provocation, nous repartons vers notre voiture lorsque les premiers coups de feu retentissent. Nous nous couchons alors au sol comme demandé par le commandant Jeleznyi.

Nous attendons, puis repartons en courant, alors que d'autres coups de feu se font entendre depuis les positions ukrainiennes (voir vidéo ci-dessous). Normalement un cessez-le-feu avait été conclu avec l'armée ukrainienne pour des travaux de réparation des lignes électriques, et il était clairement visible que nous étions des journalistes. Mais cela n'a pas arrêté l'armée ukrainienne, qui a non seulement violé le cessez-le-feu, les accords de Minsk mais aussi tous les traités internationaux qui protègent les journalistes. L'armée de la République populaire de Donetsk n'a pas répondu à cette provocation, respectant ainsi à la lettre les accords de Minsk.

Grâce au professionnalisme de ces soldats il n'y a heureusement pas eu de victimes.

Christelle Néant, pour DONi Press

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.