mercredi 27 décembre 2017

Les Tartuffe et les Torquemada français

Hubert Fayard le représentant honoraire de la République Populaire de Donetsk en France
Une fois de plus la honte comme le ridicule vient de prouver qu'elle n'est pas mortelle. La France en effet dans une servilité psychotique à l'impérialisme russophobe mondialiste vient une nouvelle trahir ses engagements et piétiner ses valeurs fondatrices. ..

En effet cette année, un "Centre de représentation de la République Populaire de Donetsk en France" a ouvert ses portes à Marseille, pour offrir un lieu d'échanges entre les français et la population du Donbass qui subit depuis plus de 3 ans une agression ukrainienne qui tente de détruire son identité russe par une terreur qui a déjà fait plus de 10 000 morts.

Cette initiative menée par Hubert Fayard et d'autres français inquiétés par cette nouvelle guerre ensanglantant l'Europe 70 ans après la victoire sur le nazisme s'inscrit dans une volonté de dialogues et d'échanges humains entre le Donbass et la France pour sensibiliser l'opinion et la mobiliser en faveur des efforts de paix.

Or, les autorités françaises viennent de clenche une croisade contre ce lieu de rencontre. L'Etat, en voulant fermer cette fenêtre d'information libérée du rideau opaque et déformant de la propagande de guerre étasunienne qui domine son discours officiel vient d'assigner Hubert Fayard au tribunal pour une procédure visant à la dissolution de l'association créée.

Ce faisant l'État français ne fait que démontrer :
  • Une dictature organisée de la pensée unique 
  • Un mépris total du peuple du Donbass
  • Une allégeance à la stratégie étasunienne 
  • Une complicité au régime criminel de Kiev
  • Un déni des valeurs défendues par la loi 1901

Mais de quoi le pouvoir à t-il peur ?

Cette attaque contre une initiative populaire voulant instaurer une communication directe et libre avec une population victime d'une guerre civile, sous blocus et ostracisée est d'autant plus abjecte et cynique que la France est signataire et garants des accords de paix signés à Minsk.

Or je ne crois pas qu'il existe un seul processus de paix qui n'ait abouti sans l'instauration préalable d'une information et d'un dialogue diversifiés entre tous les acteurs du conflit.
Si l'Etat français avait eu un minimum d'intelligence diplomatique et de sens des responsabilités, il aurait plutôt observé et se serait interessé de façon constructive à cette initiative.

Mais voilà, la Vérité dérange les coupables et fâché les lâches.

Car de fait, le gouvernement français :
  • a soutenu le coup d'Etat du Maïdan provoqué par les services étasuniens,
  • a déclenché des sanctions économiques au lendemain de la rencontre initiant en juin 2014 les accords de Minsk (quartet Normandie)
  • soutient de manière inconditionnel le régime totalitaire de Kiev coupable de crimes de guerre quotidiens.

Aligné sur ces USA qui viennent de décider en toute impunité (avec le Canada) de livrer des armes à l'armée ukrainienne bombardant le Donbass, Paris trahit ses engagements signés à Minsk et cherche pat tous les moyens à contrôler l'information et l'analyse concernant ce conflit majeur européen. 
L'État français par ces silences collabos et censures complices, ne veut pas que le processus de paix soit libéré des circonvolutions diplomatiques qu'ils organise avec son homologue allemand que pour se donner une bonne conscience médiatique.

Et cette attaque primaire et viscérale contre le Centre de représentation de la RPD n'est que la dernière illustration de cette politique criminelle et cynique qui caractérise aujourd'hui le roquet français aboyant et déféquant de la Syrie à l'Ukraine en passant par la Libye entre autres terrains de chasse de la ploutocratie mondialiste.

Ce terrorisme adminitrativo-judiciaire d'une dictature de la pensée unique peut s'amuser à fermer une, deux, voire mille associations ou fenêtres d'information, il ne réussira jamais à bâillonner la Vérité !

Bien au contraire, cette croisade hystérique contre le Centre, et que nous avions prévu depuis sa création, démontre s'il en était besoin l'importance de sa mission et surtout lui offre stupidement une nouvelle occasion de médiatiser les événements du Donbass et de libérer un peu plus la Vérité...

Car comme le constatait justement Léon Zitrone ce talenteux journaliste français d'origine russe :

"Qu'on parle de moi en bien ou en mal, peu importe ! L'essentiel est qu'on parle de moi"

Erwan Castel
Article référence : Ria Novosti

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.