jeudi 28 décembre 2017

A partager massivement


Hier, malgré la réussite globale de l'échange de prisonniers réalisé entre Kiev et les Républiques populaires du Donbass, un certain nombre de prisonniers ont été retiré au dernier moment par le SBU ukrainien de la liste prévue.

Parmi ces personnes figure Daria, une jeune mère de 30 ans, kidnappée, puis torturée par le SBU pour qu'elle avoue travailler pour les services secrets russes. 
En réalité cette arrestation est un chantage mené par Kiev contre son compagnon Sergueï Sokolov, qui enquête, depuis la Russie, sur des dossiers de corruptions et de crimes impliquant des administrations ukrainiennes.

Daria qui était prévue dans l'échange de prisonniers a été exclue de la liste par le SBU à la dernière minute. Il s'agit de toute évidence d'une torture psychologique lâche basse vengeance visant à faire sombrer la victime dans un désespoir total.

Daria a effectivement craqué devant ce comportement abject et dans une lettre à son compagnon, exténuée, elle annonce en désespoir de cause, son intention de mettre fin a ses jours ainsi écrit-elle, « le problème se résoudra de lui-même ».

« Je sais que tu es frustré comme je le suis, mais je suis désolée. Si d’ici le 31 je ne sors pas, tu ne pourras plus rien faire. Je n’en peux plus. Pardonne-moi s’il te plaît ».

Cette victime de l'injustice et de la cruauté russophobes instaurées en Ukraine par les occidentaux n'est malheureusement pas un cas isolé. Cependant il y ici urgence et c'est je vous invite à consulter l'article partagé ici, dans lequel vous trouverez des modèles de lettres et les coordonnées pour faire pression sur les autorités de Kiev et demander sa libération immédiate.

Merci de votre soutien à Daria.

Erwan Castel

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.