samedi 23 juillet 2016

La Russie appelle à stopper Kiev

Vitali Tchourkine avertit l'ONU d'un risque de guerre imminent 

 L'ambassadeur russe à l'ONU Vitali Tchourkine
Hier la journée a été symptomatique de la situation actuelle du conflit qui saigne le Donbass depuis plus de 2 ans, quand Moscou appelle de tous ses voeux la Paix, Kiev répond en appelant de tous ses canons...la guerre !

Quand la Russie appelle à l'arrêt des provocations ukrainiennes...

Devant l'augmentation inquiétante et meurtrière des provocations militaires ukrainiennes dans le Donbass qui sont autant de violations flagrantes des accords de paix signés à Minsk, la Russie par la voix de son ambassadeur permanent aux Nations Unis vient de taper le poing sur la table.

Le 22 juillet 2016, dans une lettre adressée au Conseil de sécurité des Nations unies Vitaly Tchourkine a avertit qu'une guerre est actuellement sur le point d'éclater dans le Donbass à cause des provocations militaires ukrainiennes. Evoquant le processus de paix engagé à Minsk par les belligérants mais aussi la communauté internationale, l'ambassadeur russe à l'ONU souligne que "les développements récents montrent cependant que Kiev ne tend pas à cela. Il est évident aujourd'hui que la mise en œuvre exacte du «paquet de mesures», n'intéresse pas le gouvernement ukrainien, "

Vitali Tchourkine a rapporté des faits incontestables de l'aggravation de la situation militaire sur le front du Donbass. Relevant que  "les forces armées ukrainiennes et les unités nationalistes irrégulières bombardent fortement et fréquemment des  zones peuplées du Donbass" le représentant russe a exprimé "une préoccupation croissante" et urgente car :

"Il y a tous les signes que l'armée ukrainienne prépare une opération militaire"

Rappelant la nécessité d'une désescalade pour aboutir à une résolution pacifique du conflit le représentant russe a évoqué le nécessité de mettre en oeuvre des mesures militaires pour stabiliser la situation dans le Donbass et permettre la mise en oeuvre des solutions politiques recherchées."Nous ne pouvons pas laisser l'Ukraine, par des provocations militaires dans le sud-est risquer l'escalade à grande échelle dans les combats sur toute la ligne de front. Un retour de la guerre peut enterrer le processus de paix"

Aussi Vitali Tchourkine a t-il exhorté ses partenaires a user de toute leur influence pour dissuader Kiev de poursuivre sa politique belliciste dans le Donbass "afin d'éviter que les événements suivent un tel cours destructeur".


...le soir même, Kiev persiste et signe pour la guerre !


Le soir même de l'appel à la désescalade du conflit, l'armée ukrainienne déclenchait une série de provocations sur toute la ligne de front.  

Pendant plus de 3 heures des bombardements de gros calibre ont frappé le Nord de Donetsk (Sur la carte d'Ouest en Est : Peski, l'aéroport, Spartak, Yasinovataya) mais aussi plus au Nord les localités de Lozovoe, Zaitcevo, Krasny Partizan, les villages de Trudovsky et Staromikhailovka à l'Ouest de Donetsk, tandis qu'au Sud de la DNR, le village de Kominternovo était lui aussi sous le feu de l'artillerie ukrainienne.


En fin de soirée les tirs continuaient au Nord de Donetsk

Le concert des nations peut-il et surtout veut-il stopper la folie de Kiev ? "That is the question"...

A mon humble avis, les USA qui exercent un lobbying important sur les organisations internationales n'ont pas intérêt à voir la situation se stabiliser dans le Donbass. Pratiquant lui aussi une politique provocatrice et incendiaire l'Oncle Sam semble intéressé pour garder aux portes de la Russie un feu ouvert qui alimente sa stratégie agressive vis à vis de Moscou.

Car Washington, au lieu de calmer le jeu, jette plutôt de l'huile sur le feu entre les représailles économiques anti-russes, les manœuvres militaires anti-russes, le renforcement de l'OTAN et sa nouvelle définition stratégique... anti russe ! etc...

Et pourtant il suffirait de faire pression sur les aides financières internationales pour forcer Kiev l'affamée à faire taire ses canons et démilitariser la zone de contact, mais aujourd'hui, non seulement les robinets du FMI continuent à colmater une Ukraine naufragée, mais ils lui permettent (en contradiction avec leur règlement qui interdit des aides à des pays en guerre) de poursuivre son effort de guerre et le génocide engagé dans le Donbass.

En tout état de cause, si la communauté internationale de réussit pas rapidement à forcer Porochenko de cesser son escalade militaire, on pourra dire que les Accords de Minsk n'auront servi qu'à permettre à l'Ukraine de se réarmer tranquillement pour lancer une nouvelle offensive contre le Donbass.

A croire que Kiev a détourné la devise latine du "si vis pacem para bellum" en "si vis bellum para pacem"

Erwan Castel, volontaire en Novorossiya

Source de l'article

Le Printemps Russe

Le 26 janvier 2015, Vitali Tchourkine prononcait une allocution importante au Conseil de l'ONU et qui définit exactement la position de la Fédération de Russie dans cette crise ukrainienne, le lien ici 






Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.