mercredi 13 juillet 2016

Bouffées délirantes kiéviennes

Un manichéisme ukrainien 
entre psychopathie et bouffonnerie

Anton Gerashchenko est un homme politique influent au sein de l'appareil d'état kiévien, conseiller spécial au Ministère de l'Intérieur, cet homme est connu pour ses postions radicales et amorales au service d'une russophobie pathologique qui l'avait poussé par exemple en octobre 2015 a proposé que l'Ukraine aide l'organisation Daesh en Syrie à venger ses combattants tués par les bombardements anti-terroristes russes.

Aujourd'hui ce psychopathe veut s'attaquer aux pèlerins de la marche pour la paix qui convergent vers Kiev depuis le 5 juillet. En effet cet homme pour qui "la vie sans guerre n'a pas de sens" considère que la procession est le "grand oeuvre du FSB" dont l'objectif est d'"envahir Kiev pour un coup d'état" et que "sous les soutanes se cachent des kalachnikovs" !...

Et malheureusement il n'est pas le seul a délirer.... 

La foi orthodoxe est souvent ce bouclier spirituel qui offreà la population du Donbass cett résilience vitale à sa survie
Le manichéisme, cette "attitude consistant à simplifier les rapports du monde, ramenés à une simple opposition du bien et du mal" semble bien être la vision de ce système mondialiste héritier d'une mentalité augustinienne sécularisée.

La crise ukrainienne en réveillant les vielles braises de la guerre froide semble avoir exacerbé cette vision simpliste et stupide du monde, d'autant plus que le système étasunien, comme en Syrie, a fait appel aux pires fanatiques pour rouvrir les armes à la main cette fracture dogmatique du Monde...

Sur le territoire de l'ancienne Ukraine aujourd’hui désagrégée par la folie du Maïdan vivent de nombreuses populations russophones orthodoxes et qui témoignent de la diversité et de la complexité de cette région d'Europe ancrée à la fois en Occident et en Eurasie... Or le nouveau pouvoir de Kiev, sorti du Maïdan à force dollars et cocktail molotov par les USA, est dominé par une bande de nationalistes extrémistes et qui sont fidèles à une doctrine politique ethnocentrée définie entre les deux guerres par Stepan Bandera et son Mentor Adolf Hitler. 

L'ostracisation, les répressions, les massacres et la guerre menée dans le Donbass qui confirment la résurgence d'un programme d'épuration ethnique à l'encontre des russes n'ont pas entamé leur foi et leur espérance de voir revenir leur région natale dans la paix et l'harmonie. Œuvrer et manifester pour la paix, c'est l'objectif que ce sont donnés les différentes communautés orthodoxes russes en organisant à travers le pays une grande procession "pan-ukrainienne" en direction de Kiev.


Le message de l'amour et de la paix


Partie le 5 juillet, cette procession si elle est religieuse et animé par la foi orthodoxe est d'abord une vaste protestation en faveur de la paix dans le Donbass, cette région russophone écrasée par les obus ukrainiens depuis plus de 2 ans.

Certains parlent déjà de 50 000 fidèles qui pérégrinent sur les chemins et les routes de l'Ukraine, en chantant et priant avec leurs prêtres et leurs moines pour la paix dans le Donbass et en Ukraine..

Cette initiative magnifique offrant à l'espérance la force de la Foi, impressionne le païen que je suis et qui ne peut que s'incliner respectueusement devant ce peuple admirable, en marche pour la Liberté et la Paix, et qui (lui) défend ses traditions avec tant de noblesse et de courage...

Voici le témoignage d'un pèlerin, le hiéromoine Vikenti (Floretski) publié sur le 11 juillet sur Facebook

"Ce qui m'a complètement attendri, c'est que tous les évêques ont fait toute la route avec nous: de Potchaïev à Kremenev. Et en plus, nous nous ne faisons que renifler, et eux, au micro, ils chantent des acathistes, des . , des prières. Et tout ça, avec les hauts parleurs (sur la voiture qui nous suivait), dans tout le district. 

Nous avons marché avec de courtes pauses (de quelques minutes) pendant presque sept heures et tout ce temps, nous n'avons cessé de prier, je ne sais seulement plus combien d'acathistes nous avons dit. Et dès qu'on finissait un acathiste ou un canon, on commençait une éctenie, une prière pour la paix en Ukraine.

Dans chaque village que nous traversions, les croyants nous rencontraient, de petites processions se formaient en colonne. Les prêtres locaux sortaient aux carrefours avec des seaux d'eau bénite et des goupillons, ils nous revivifiaient (il sourit). 

Au moins 99% des voitures s'arrêtaient, peu d'entre elles sont passées à côté. Les gens sortaient de voiture, se signaient. Les femmes, toutes baignées de larmes (il sourit). Tu les regardes et tu comprends que tu participes à quelque chose de grandiose. 

Devant et derrière la colonne nous accompagnaient des forces de l'ordre, roulait la voiture des urgences. Il n'y avait pas le moindre malveillant ni aucun provocateur. Il est clair que les gens du coin, les gens normaux n'ont pas besoin de cela. Ce sont des gens de passage qui organisent des provocations, sur commande particulière, avec un but précis.

A mi chemin nous accueille une pluie terrible (il sourit). Jusqu'alors, marcher était très bien: un petit peu de soleil, des petits et gros nuages... Ni trop chaud ni trop froid. Mais ensuite, le ciel s'est couvert, et la pluie est tombée, ni forte ni faible, mais prolongée, assez pour nous tremper. Naturellement, des ampoules ont fait leur apparition, les chaussures étaient humides. Mais les gens ne s'arrêtaient pas, sans interrompre la prière, ils attrapaient au passage des pèlerines, s'en couvraient et continuaient. C'est pourquoi je le dis, pour comprendre l'Orthodoxie, il faut participer à une procession.

Comment on recevait les pèlerins, c'était une chose, mais comment on recevait la Mère de Dieu, je n'avais jamais vu cela nulle part. A l'entrée de Kremenets, des enfants sont arrivés avec des corbeilles de fleurs et les ont semées devant l'icône, et ce sur quelques kilomètres, de là au monastère il y a une bonne distance. Près de la porte du monastère, il y avait toute une couche de fleurs, en plus pas jetées au hasard, mais en tapis orné, où chaque dessin a été disposé avec attention et amour.Depuis l'arche avec le clocher jusqu'à la porte de l'église s'étendait un chemin de fleurs.

C'est vraiment super que le peuple se soit levé. Pour être honnête, je n'étais pas le seul à me faire du souci, de nombreux habitants de Potchaïev étaient dans le même cas: pourvu que les gens ne restent pas sans réponse! Mais dès que nous sommes sortis de Potchaïev, oh! comme il y avait du monde. Et ce fleuve humain grossit à chaque village et on comprend: frères, tout n'est pas perdu!."



La réponse de la haine et de la stupidité 

Valery Gladky, activiste ukrainien, propose de mettre des gibets le long de l'itinéraire de la procession
Cette initiative pour la paix ne semble pas plaire aux ukropithèques de Prayi Sector, dont l'idéologie nationaliste russophobe est le moteur des nouveaux dirigeants ukrainiens comme le prouve la récente inauguration d'un boulevard Stepan Bandera à Kiev.

Sur les réseaux sociaux les responsables radicaux ukrainiens se déchaînent et rivalisent en bouffées délirantes, accusant la procession d'être une opération subversive organisée par le FSB russe, et les prêtres d'êtres des agents de Poutine etc...

Là on va plonger au coeur de la psychopathie ukrainienne et ses délires inquiétants :

Dans un premier temps abordons la paranoïa qui est le symptôme le plus répandu du côté de Kiev : 


Ce Miroslav Gaï, au vu des "likes" et des partages que suscite son post n'est pas un cas pathologique rare mais bien un représentant du délire russophobe collectif des "ukrops". 
On y lit, que la procession, est en fait une "marche de Poutine", que "les monastères orthodoxes du patriarcat de Moscou sont en fait des bases d'entrainement militaire et des dépôts d'armes" pour l'armée russe. On peut grâce à cet urluberlu apprendre que si Slaviansk et Kramatorsk ont pu résister 3 mois face à la glorieuse armée ukrainienne, c'est grâce à ces super moines qui "ont bloqué les chars" ! 

Selon Miroslav, la procession d'aujourd'hui est une "cheval de Troie" composée "d'hommes du Moyen Âge" au services des "terroristes Poutine et Kyrill" (patriarche de Moscou)

Continuons la visite de cet hôpital psychiatrique ukrainien :

L'analyste politique ukrainien Yuri Romanenko en proposant de crucifier les participants de ce pèlerinage pour la paix, loin de provoquer une indignation humaine suscite au contraire une surenchère de haine et stupidité qui commencent à devenir la marque de fabrique des ukrainiens sortis du Maïdan...


Sergei¨Semenov, un autre activiste connu, constatant amèrement que "les soutanes des clercs orthodoxes ne sont pas propices à la crucifixion", il préconise donc de "les empaler avec l'avantage de pouvoir mettre plusieurs clercs sur le même pieu"

Pour en finir avec ces tarés voyons maintenant le message d'une certaine Victoria Reznichenko qui lance ce message : "Les gars, je vous propose du sérieux, nous avons compris que (les pèlerins) ce ne sont pas des bigotes mais la République Populaire de Donetsk qui nous envahit. il faut arrêter ces salauds ! Quelqu'un aurait-il des idées à ce propos ? Quelles idées et concrètes ? Des  mois face informations sur leur itinéraire, leur sécurité et logistique...





Comme je l'ai dit au début, je ne m'adresse pas aux soldats de salon qui parlent beaucoup mais ne font rien, car il faut avoir des idées concrètes pour les tuer, les brûler et les abattre....

Il faut se préparer et réunir tous nos efforts pour cela. Si vous avez des idées sérieuses vous pouvez me contacter en Messagerie personnelle"...

Voilà le genre d'élucubrations haineuses qui se déversent sur les réseaux sociaux ukrainiens où tout le monde peut chercher les discours hallucinés de ceux que BHL appellent les pacifiques démocrates ukrainiens...

Mais au fait qui est cette Victoria Reznichenko qui depuis le Maïdan anime de nombreux groupes d'activistes ukrainiens ? En cherchant dans les réseaux sociaux on trouve un joli selfie que cette hystérique qui en dit plus qu'un long discours :

"No comment !"

Maintenant, il fallait attendre de ces ukropithèques qu'ils passent des insultes virtuelles aux "actes concrets" en tentant d'attaquer les pèlerins orthodoxes. Et c'est ce que ces psychopathes ont fait le 12 juillet 2016 :



A la frontière de l’oblast de Poltava, à l'entrée de Tcoutovo, des paramilitaires du Secteur Droit et du bataillon Azov ont tenté par une action d'intimidation d'intercepter la procession.

"8 cars équipés de haut-parleurs ont été placés sur le chemin de la procession, d’où on entendait les cris : « La Russie est un pays-agresseur », « Valise-la gare-destination Moscou ». La moitié des gens portaient une uniforme, d’autres étaient en civil. Ils filmaient les participants de la procession en tâchant de les intimider.
Une quinzaine de personnes ont essayé de s’emparer des Reliques. On les en a empêchés.
Aujourd’hui les participants de la procession se trouvent dans un temple pour y passer la nuit."

Alors que les menaces et les insultes depuis ne cessent d'augmenter au fur et à mesure que cette marche pour la Paix se rapproche de Kiev, les autorités ukrainiennes prétendent au contraire qu'il n'y a aucun problème et que "tout est normal"...

Jusqu'où iront les excités de Paryvi Sector and co dans leurs provocations stupides et leurs actions xénophobes et surtout quelles seront les comportements des autorités de Kiev garantes de la sécurité publique et des autres communautés religieuses d'Ukraine normalement attachées à une fraternité universelle œuvrant pour la paix..

Aujourd'hui la foule des pèlerins chaque jour plus importante continue sa procession vers Kiev, ajoutant à leur foi la qualité de courage qui caractérise les peuples de Russie défendant leurs traditions ancestrales. 


En conclusion

Et pour rester sur cette sphère virtuelle d'Internet ou le pire côtoie le meilleur, je publie le traduction d'un message de Irina Puchkova sur le sujet, publié le 12 juillet 2016 sur Facebook :

"D'habitude, quand je tombe sur la bêtise criante et particulièrement féerique de la partie ukrainienne de FB, je copie le "chef d'oeuvre" pour que les gens qui sont loin de cette schizophrénie de masse connaissent le niveau actuel d'idiotisme. 

Mais ce qu'écrivent maintenant les "svidomites" sur la procession pour la paix, c'est tout simplement au delà non seulement du bien et du mal mais même de la nature humaine. 
C'est une haine si sauvage et absolument satanique, ce sont de tels appels au meurtre, à faire exploser, à enfermer, à effacer de la surface de la terre, à encercler et enfermer dans un "chaudron", à pendre, brûler... :(((

Ce ne sont pas seulement les patriotes de canapé qui écrivent, ou les volontaires qui jouent aux héros, mais même des femmes, des jeunes filles... Et de plus, comme elles le considèrent elles-mêmes, elles croient en Dieu! Leurs pages sont saupoudrées d'icônes stylisées jaunes et bleues avec "Dieu sauve l'Ukraine" et sur nombre d'entre elles la Vierge Marie ou le Christ lui-même pleurent à genoux devant leur drapeau jaune et bleu...
Même le Christ, pour elles, sert l'Ukraine :(((

On a l'impression qu'en Ukraine, maintenant, s'affrontent le bien et le mal. Le bien avance, sans prêter attention au danger, sans armes et sans défense, à la rencontre de n'importe quelle issue. Il semble qu'il soit si faible, si malheureux et pitoyable...

Et le mal est fort, armé jusqu'aux dents, déchaîné de haine, il s'étouffe dans son propre poison, mais devant l'esprit du bien, il ne peut rien faire.

Même les athées les plus convaincus observent cela en retenant leur souffle, comprenant, même si pour l'instant ils ne la reçoivent pas, sans aucun doute ce que c'est que la foi. 
La foi, ce n'est pas tant combien de prosternations et de prières aligner ou de cierges poser. 

La foi, c'est le bien désarmé qui est plus fort que le mal armé et puissant. Plus fort en dépit de tout: la logique, l'expérience, les lois de la nature ou celles des gens.

C'est stupéfiant!"

Les provocations des radicaux néo-nazis sont l'expression de leur haine imbécile vis à vis du monde russe mais également révèlent une volonté d'imposer cette vision manichéenne du conflit, à qui ils voudraient donner une dimension religieuse et dogmatique qui parachèverait l'éclatement de l'Ukraine slave.


Erwan Castel, volontaire en Novorossiya 





Sources de l'article :

News front les liens : ICI et ICI


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.