jeudi 31 mars 2022

Vers une radicalisation des opérations militaires

Le 29 mars, des négociations se sont déroulées à Istambul entre la Russie et l'Ukraine ouvrant la porte aux spéculations ukro-atlantistes les plus fantaisistes certaines annonçant déjà un retrait des forces russes des secteurs de Kiev et Kharkov par exemple.

Si bien sûr il faut saluer tout dialogue œuvrant sur le chemin de la paix, il convient de raison garder, car les deux acteurs du conflit restent campés pour le moment sur leurs positions: garanties de sécurité collective et reconnaissance de la Crimée et du Donbass pour la Russie, intégrité territoriale et alliances occidentales pour l'Ukraine même si Zelensky a admis réfléchir à une neutralité militaire du pays.

orientation des opérations militaires

Sachant que dans la majorité des négociations autour des conflits précédents les frontières qui y sont définies sont souvent les lignes de démarcation du moment, les combats du Donbass risquent de devenir cruciaux au cours des prochaines semaines, chacun cherchant à apporter sur la table de ses diplomates les atouts de ses victoires militaires. 

Confirmant cette impression, l'Etat major russe a annoncé porter désormais ses efforts dans la libération des territoires des Républiques de Donetsk et Lugansk encore occupés par les forces ukrainiennes, et de son côté on voit bien que Kiev a donné l'ordre à son corps de bataille du Donbass de se battre jusqu'à la dernière goutte de sang comme à Marioupol par exemple.

  • "Il y aura des batailles féroces la semaine prochaine dans la zone JFO (dans le Donbass) et elles détermineront le cours du processus de négociation", à déclaré ce 30 mars Arestovich, un conseiller du bureau du président ukrainien.

Aujourd'hui, alors que la bataille de Marioupol s'achevant est actée par une victoire russo-républicaine, de nouvelles batailles décisives sont en cours autour de Donetsk et au Nord de Kramatorsk, secteurs décisifs entre lesquels s'échelonne aujourd'hui le gros des forces ukrainiennes dans le Donbass.

Mais pour le lecteur, il ne faut pas imaginer pour autant que les opérations militaires russes vont se rétracter vers le Donbass, car non seulement elles ne renoncent pas à leurs objectifs en Ukraine, mais continuent au contraire leurs bombardements intenses des forces ukrainiennes et s'imposent une pause opérationnelle pour réaliser des relèves d'unités, poursuivre la sécurisation des zones conquises  et même renforcer leur dispositif comme par exemple devant Nikolaïev (à l'Ouest de Kherson).

Bombardement russe par Lance Roquettes Multiples
de postions militaires ukrainiennes sur le front de Kiev
dans la nuit du 29 au 30 mars 2022.
Bombardier ukrainien Sukhoï 24 abattu dans
le secteur de Rivne (Ouest du Dniepr).

Malgré cela, il est cependant évident que l'Etat Major russe, tout en gardant une nette supériorité stratégique est confronté à une résistance ukrainienne plus forte que prévue. Dire le contraire relève de cette malhonnêteté et cette stupidité qui sont les 2 carburants des courtisans et des larbins propagandistes. Les principaux problèmes que j'observe du côté russe, mais qui sont loin d'être insurmontables sont :
  • Une résistance des unités ukrainiennes et Marioupol en est un exemple, illustrant à la fois de bonnes préparation, résistance, combativité et tactiques, 
  • Une résistance du pouvoir ukrainien qui bénéficie d'un soutien occidental exacerbé et d'une propagande de guerre très efficace (contrairement à celle des russes),
  • Des voies d'approvisionnement longues et fragilisées par le contrôle ukrainien de grands carrefours routiers et ferroviaires (Kharkov, Nikolaïev...) résistant à leurs encerclements,
  • Une immobilisation d'effectifs de combat importants autour des villes encerclées de plus en plus nombreuses,
  • Un manque d'effectif pour sécuriser les zones contrôlées mais où opèrent toujours des groupes de diversion et sabotage ukrainiens,
  • Un manque de couverture aérienne permanente, rapide et sécurisée à l'Ouest du Dniepr pour frapper systématiquement les convois apportant les aides de l'OTAN vers le front,
Moscou, qui évidemment ne peut abandonner ses objectifs dont les enjeux sont existentiels pas plus que "perdre la face", ce qui ne ferait que renforcer le nationalisme atlantiste ukrainien, n'a donc pas d'autre choix que "de mettre les bouchées doubles" en s'adaptant aux difficultés rencontrées et en se donnant des priorités qui créditent son "Opération Z" de victoires autant militaires que politiques et surtout à court terme, car le temps ici joue contre la Russie.

Et je pense que plus la Russie tardera a mettre en œuvre des moyens radicaux et massifs pour détruire les forces ukrainiennes et quels que soient les dommages collatéraux, plus ces dernières renforceront leurs moyens via les perfusions occidentales, leurs cartes diplomatiques et mettront en danger les objectifs initiaux des opérations militaires.

C'est certainement dans cet esprit que l'Etzt major russe à décidé de se concentrer sur le Donbass, car la destruction totale du corps de défense ukrainien du Donbass priverait Kiev de sa principale force offensive encore opérationnelle et pourrait même l'amener à capituler ou au moins accepter sans conditions les principes de sécurité collective demandés par Moscou. A condition que les forces armées russes détruisent totalement les réseaux logistiques et de renseignement de l'OTAN dans l'Ouest ukrainien...


Dans le Donbass, le terrorisme ukrainien continue⁸


Du côté ukrainien, et malgré des pertes importantes infligées depuis 3 semaines par les appuis feu russes, on observe une augmentation sensible des bombardements ukrainiens, y compris sur les zones résidentielles qui sont soumises à des destructions quotidiennes meurtrières jusqu'au coeur des cités. 

Dans des quartiers résidentiels où il n'y a ni combats, ni positions militaires, les forces ukrainiennes continuent d'appliquer des bombardements à l'arme lourde et de plus en plus souvent au moment des pics des activités socio-économiques.

30 mars 2022 au matin, un violent bombardement de
l'artillerie lourde ukrainienne frappe des résidences du 
microdistrict de "Textile", au Nord- Ouest de Donetsk.
A11h, le bilan provisoire faisait déjà état de 2 civils tués, 
de 4 autres blessés graves et plusieurs disparus .
Le bombardement ukrainien a été réalisé avec des
obusiers lourds de 122mm positionnés à Peski, 
touchant de plein fouet le toit d'un immeuble.

Pour avoir une petite idée de l'intensité des bombardements ukrainiens sur Donetsk et juste pour cette matinée du 30 mars dont voici leur chronologie:
  • 06h30, bombardement ukrainien à l'obusier lourd sur le district de Kirosky depuis les positions de Peski..10 obus de 122mm tirés.
  • 08h05, bombardement ukrainien à l'obusier lourd sur le district de Petrovsky depuis les positions de Krasnogorovka..4 obus de 122mm tirés.
  • 08h15, bombardement ukrainien à l'obusier lourd sur le district de Petrovsky depuis les positions de Krasnogorovka..8 obus de 122mm tirés.
  • 08h29, bombardement ukrainien à l'obusier lourd sur le district de Petrovsky depuis les positions de Krasnogorovka..6 obus de 122mm tirés.
  • 09h12, bombardement ukrainien à l'obusier lourd sur le district de Petrovsky depuis les positions de Krasnogorovka..5 obus de 122mm tirés.
  • 09h27, bombardement ukrainien à l'obusier lourd sur le district de Petrovsky depuis les positions de Georgievka..9 obus de 152mm tirés.
  • 09h37, bombardement ukrainien à l'obusier lourd sur le village d'Aleksandrovka depuis les positions de Novomikhaïlovvka..5 obus de 122mm tirés.
  • 09h37, bombardement ukrainien à l'obusier lourd sur le village de Trudovsky depuis les positions de Novomikhaïlovka..5 obus de 122mm tirés.
  • 09h45, bombardement au Lance Roquettes Multiple de 122mm " Grad" sur le district de Kirovsky depuis les positions de Georgievka..20 roquettes de 122mm tirés.
  • 10h14, bombardement ukrainien à l'obusier lourd sur le district de Kirosky depuis les positions de Krasnogorovka..6 obus de 122mm tirés.
  • 10h18, bombardement ukrainien au Lance Roquettes Multiple de 122mm " Grad" sur le district de Petrovskky depuis les positions de Peski..15 roquettes de 122mm tirées.
  • 10h20, bombardement ukrainien à l'obusier lourd sur le district de Petrovsky depuis les positions de Krasnogorovka..6 obus de 122mm tirés.
  • 10h35, bombardement ukrainien à l'obusier lourd sur le district de Petrovsky depuis les positions de Krasnogorovka..8 obus de 122mm tirés.
  • 11h02, bombardement ukrainien à l'obusier lourd sur le district de Petrovsky depuis les positions de Krasnogorovka..2 obus de 122mm tirés.
  • 11h43, bombardement ukrainien à l'obusier lourd sur le district de Yasinovataya depuis les positions de Avdeevka..5 obus de 122mm tirés.
  • 12h02, bombardement ukrainien à l'obusier lourd sur le district de Staromikhaïlovka depuis les positions de Krasnogorovka..8 obus de 122mm tirés.
  • 12h45, bombardement ukrainien à l'obusier lourd sur le district de Petrovsky depuis les positions de Krasnogorovka..6 obus de 122mm tirés.
Soit sur le secteur de Donetsk pour cette matinée du 30 mars,
84 obus de 122mm, 9 obus de 152mm et 35 roquettes de 122mm !

Pour répondre aux personnes qui souvent me partage leur incompréhension de voir de l'artillerie ukrainienne toujours opérationnelle après plus d'un mois de bombardements russes, je leur réponds sur 2 points :
  • Les unités d'artillerie pour prévenir leur détection et les ripostes qu'elle déclenche opèrent dispersées sur des positions de tirs éphémères d'où elles ne tirent qu'une dizaine d'obus maximum avant de disparaître dans la nature, des hangars etc d'où elles rejoignent ensuite de nouvelles positions de tir.
  • Même lorsqu'elles sont géolocalisées en action, la plupart des batteries d'artillerie ukrainiennes s'avèrent être disposées au milieu de zones résidentielles ou sites industriels dangereux que les unités ukrainiennes utilisent comme bouclier dissuadant les tirs de contre-batterie éventuels.
Cela dit, les ressources de renseignement militaire russe ainsi que leur capacité de réaliser des frappes "chirurgicales" réussissent à appliquer des ripostes, et en milieu d'après midi la réponse aérienne russe continuait à faire trembler la ligne de front au Nord et à l'Ouest de Donetsk, tandis que l'artillerie entrait à son tour dans des tirs de contre batterie sur les points de tir ukrainiens identifiés. 

2 chasseurs bombardiers russes Sukhoï 25 
passant au dessus de Donetsk pour livrer 
leurs "cadeaux" aux positions ukrainiennes

Kiev va vouloir contrebalancer sa défaite de Marioupol

A mon humble avis, l'Etat Major russe va essayer de prolonger la libération de Marioupol en brisant le plus vite possible dans le Donbass le dernier corps de bataille ukrainien encore réellement dangereux, car ailleurs les forces ukrainiennes dont les ressources logistiques et offensives ont été majoritairement détruites depuis un mois peuvent difficilement sortir de leurs refuges urbains (mais, contrairement aux fantasmes des propagandistes pro-russes, ce n'est pas impossible). 

En revanche, dans le Donbass et bien qu'entamées par les bombardements et les combats, les forces ukrainiennes de l' "Opération des Forces Conjointes", qui ne l'oublions était forte de 150 000 hommes environ début février et composées des meilleures unités d'assaut de Kiev, disposent encore d'une forte capacité offensive et pourraient par conséquent tenter une opération de force pour contrebalancer la perte de Marioupol et défier une armée russe qui vient d'annoncer vouloir "mettre le paquet" dans le Donbass. 

Une fois encore je ne pense pas que l'Etat Major ukrainien tente un coup de force en terrain libre car les forces russes, via leur aviation, artillerie et blindés, y disposent d'une trop grande supériorité numérique et technologique. 

En revanche la tentation d'une revanche urbaine est envisageable sur une ville moyenne comme Gorlovka par exemple ou pourquoi pas en essayant de reprendre en périphérie du Donbass Izioum au Nord qui est la base arrière des offensives sur le secteur de Kramatorsk ou Kherson à l'Ouest qui est le pivot des opérations militaires russes sur le front Sud. Pour de telles opérations, dont le but serait d'obtenir un succès compensatoire militaro-politique, l'armée ukrainienne serait obligé d'y jeter toutes ses dernières capacités offensives. 

Mais si Kiev veut récupérer quelques cartes en main sur la table des négociations, il n'y a guère d'autre choix que de se lancer dans une offensive risquée mais encore possible avant que n'explosent les derniers dépôts logistiques sous les bombardements russes.

Et ce soir, au moment de finir l'article, j'apprends que le district de Petrovsky au Sud-Ouest de Donetsk vient encore d'être la cible de l'artillerie ukrainienne qui vient de tirer sur ses  quartiers entre 18h05 et 18h15, 50 roquettes de 122mm  "Grad" de 122mm. 

"C'est quand un monstre se noie qu'il fait les plus grosses vagues !"

Erwan Castel


19 commentaires:

  1. Bonjour, et encore merci pour l'information...Je me demandais si les Russes disposaient d'unités tactiques spécialisées dans l'infiltration pour l'eclairage de cible comme les rapaces chez nous en vue de calmer les grads revanchards...J'imagine que oui, mais sans être purement rhétorique, la question porterait d'avantage sur ce qui empêcherait le déploiement de telles unités, à part des capacités de repérages et de rens aérien Ukrainiennes encore efficientes sur zone...Désolé si par ignorance, ma question vous semble idiote...Courage à vous dans tous les cas, et à vos frères d'armes...

    RépondreSupprimer
  2. Merci Erwan pour vos points de situation documentés et lucides.
    En France, depuis le début du conflit, il est très compliqué voire impossible de s'informer sur les opérations en cours. Continuez de nous faire part de vos analyses, c'est indispensable.
    Concernant Marioupol, je me demande comment les combattants ukrainiens ont toujours suffisamment de logistique pour résister et notamment vivres, munitions, matériel médical.
    Avaient ils autant stocké et préparé cette guerre ? Existe-t-il encore des routes d'approvisionnement ?
    Courage et continuez à nous informer

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour,
    Merci pour ce blog, merci pour votre travail.
    J'ai une question : d'après les services de renseignement Ukrainiens, Moscou aurait stationné dans la région de Koursk une armée plus importante que celle qui oeuvre actuellement.
    Qu'en pensez-vous?
    Merci.

    Balazs.

    RépondreSupprimer
  4. Cet article date de 2008. À lire absolument, y'a 15 ans on pouvait facilement deviner ce qu'il se passe actuellement.. c'était déjà écrit ! https://www.cairn.info/revue-outre-terre1-2007-2-page-249.htm

    RépondreSupprimer
  5. Pas question de "dorer la pilule" mais votre dernière analyse apparaît terriblement pessimiste pour la Russie ... La situation est_elle si grave pour l'armée russe ? Je vous demande cela parce que, hier, la RTBF, ce media belge francophone PIRE ENCORE que le plus russophobique merdia français, retentissait de bruits de VICTOIRES ukrainiennes (reprise de Kherson ... conquête de voies d'approvisionnement ESSENTIELKES dans les secteurs de Kharkov et Izium ... reculs IMPORTANRS dans le Donbass) ... Qu'en est-il ?

    RépondreSupprimer
  6. A l'heure actuelle, dans nos chers médias, sont annoncés "une déroute de l'armée russe", des "actes de sabotage de leur propre camp", des "pénuries" de plus en plus importantes, des "bombardements sur leurs propres positions", une "peur des conseillers de Poutine" de lui faire part de sa stratégie défaillante ainsi que des contre-offensives ukrainiennes cinglantes.

    Si l'on perçoit via l'article ci-dessus la complexité du terrain, on entend de l'occident que l'armée russe serait déjà quasiment hors de combat et boutée hors d'Ukraine. D'où la question: Dans quelle mesure ces annonces reflètent-elles une part de vérité ? Si le tripotage de micro entraîne ces presque littérales éjaculations médiatiques désespérantes, je ne peux cependant croire que ces "organes de presse" inventent tout de A à Y (Z réservé).

    Pour le dire autrement, quelle est la fréquence réelle de ces événements (dans le cadre de leur existence) ainsi que leur impact sur l'armée russe ?

    Merci.

    RépondreSupprimer
  7. Erwan Castel t'es un génie & hero
    🙏👍🇷🇺 les informations sont
    Super merci 1000 fois
    a ton courage de Lion
    bonne journée a toi & company ok
    💯 🇷🇺 👍🙏🇷🇺🇷🇺🇷🇺

    RépondreSupprimer
  8. Merci pour votre analyse pointue de la situation. Ce qui risque de peser c est aussi l impact reciproque des sanctions économiques.

    RépondreSupprimer
  9. Les actions russes ne sont que les réponses au bellicisme des US, bellicisme vis à vis de la Russie qui a commencé dans les années 90 avec la mise en place par les embryons de mondialistes de Eltsine à la tête de la Russie, cette poche avinée pas foncièrement pro occidentale mais complètement corruptible. Mis en place par l administration Clinton, dont les 2 plus hauts faits de sa présidence auront été d avoir rigolé à une réflexion de son pion Eltsine sur les journalistes et d avoir ejaculé sur la robe de Monica Levinsky.
    Un ancien artilleur

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour, Une étude s'impose concernant cette vidéo de propagande : https://www.youtube.com/watch?v=VnxvRNbKMvA&t=530s

    RépondreSupprimer
  11. vivement que le peuple du Donbass et de Donetsk soit libéré, toutes ces années de souffrance pour rien, tant de morts pour rien, il est temps que ça finisse

    RépondreSupprimer
  12. Merci pour vos informations toujours factuelles et mesurées. Je suis le telegram de Strelkov il semble très pessimiste sur les choix opérationnels de l'armée Russe. Il semble que de trop nombreuses erreurs sont commises et que la situation est assez mauvaise. Trop peu d'hommes sur le terrain ? Encore Merci.

    RépondreSupprimer
  13. Pendant ce temps certaines banques françaises séquestrent les comptes de simples particuliers russes ou simplement d origine russe

    RépondreSupprimer
  14. Au 2 avril, les Russes se sont effectivement retirés de la région du nord, comme les spéculations les plus fantaisistes annonçaient.
    Les lignes d'approvisionnement ukrainiennes n'ont pas été coupées. Même à Marioupol !
    L'espace aérien n'est en effet pas totalement contrôlé, même au sud, même sur le territoire russe, où des hélicoptères ukrainiens continuent à se balader...

    Plus le temps passe, plus on a l'impression que les Ukrainiens vont gagner cette guerre. La stratégie russe laisse perplexe...

    RépondreSupprimer
  15. Bonjour Erwan j'ai lu que des hélicoptères ukrainien essayaient d'exfiltrer des militaires d'Azov ,il y aurait des gradés français ou de l'OTAN.

    RépondreSupprimer
  16. bonjour,
    pas de vos nouvelles depuis plusieurs jours, j'espere que tout va bien pour vous ...

    RépondreSupprimer
  17. Bonsoir Erwan, pouvez-vous nous donner quelques informations sur l'annonce du jour dans les médias occidentaux d'un "crime de guerre majeur" envers des civils ukrainiens au moment d'évacuer Boutcha ? Car ici c'est encore une pièce de plus au "puzzle" visant à diaboliser la Russie et charger le président Poutine... Merci d'avance pour votre réponse et continuez à nous informer, car si l'on se contentait de ce que l'on nous sert tout cuit chaque soir dans les "médias" franco-belges, nous serions complètement lobotomisés.

    RépondreSupprimer
  18. Bonjour Mr Erwan, nous esperons que vous allez bien? cela fait 5/6 jours que vous ne partagez pas, que Dieu vous protege!Nous sommes de tout coeur avec vous , soyez fort! Le Sudiste

    RépondreSupprimer

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.