samedi 26 mars 2022

Jour J + 30, la consolidation de l'avantage russe

Dans ce conflit entre l'Ukraine et la Russie l'Europe est entrée dans un nouveau chapitre de son histoire et que j'estime être des plus dangereux, par l'addition de la puissance destructrices des arsenaux militaires modernes, laquelle a déjà atteint son paroxysme avec l'arme nucléaire utilisée par les USA sur le Japon en 1945, avec l'irrationalité idéologique des responsables occidentaux de le pouvoir mondial et les objectifs élitistes sont devenus totalement amoraux et suicidaires pour les peuples qui se soumettent à leur ploutocratie hégémonique. 

En première partie de cet article il m'a paru important de remettre dans la perspective de l'OTAN ce conflit qui n'existerai pas sans son exponentielle stratégie agressive arrivée depuis 20 ans aux portes de la Fédération de Russie.

"Quand la souris joue avec la queue du chat"

Aujourd'hui, la quasi majorité du monde occidental semble découvrir depuis le 24 février seulement une guerre qui pourtant ravage depuis 8 ans ce qui était encore hier l'Ukraine, pays  qui se désagrège depuis le coup d'Etat du Maïdan pour être devenu le chien fou de la stratégie agressive de l'OTAN contre la Russie. 

Je pourrai vous renvoyer ici aux synthèses géostratégiques récentes réalisées par le président Poutine depuis la mi-décembre 2021 et que j'ai relayé sur ce blog, mais sans nul doute rejetées par le commun de "l'opinion internationale" autoproclamée, au vu de l'actuelle diabolisation de la Russie et dont l'hystérie aussi haineuse que stupide démontre que l'obscurantisme dogmatique est loin, très loin, d'avoir disparu des cervelles occidentales embrumées par 2000 années de pensée unique protéiforme et conditionnées par le consumérisme de cette nouvelle bien pensance où les banquiers et les journalistes ont remplacé les princes et les clercs, mais toujours pour soumettre les peuples à leurs intérêts et leurs pouvoirs, et jusqu'à piétiner dans leurs prosélytismes criminels leurs propres valeurs  religieuses, économiques, politiques ou idéologiques.

Donc je partagerai ici les opinions de haut responsables occidentaux qui depuis 30 ans préviennent que l'entrée dans l'OTAN de ce pivot stratégique européen qu'est l'Ukraine serait considéré comme un "Casus Belli" par la Russie voisine et que cette dernière empêcherait préventivement, y compris par la force que s'installe une menace militaire déclarée et dont les missiles seraient à moins de 5 minutes de Moscou.


Les penseurs stratégiques qui ont 
mis en garde contre l’expansion de l’OTAN

Compilation réalisée par Marc Vandepitte
Arrêt sur info — 21 mars 2022

L’un des aspects les plus fascinants de la guerre en Ukraine est le grand nombre de penseurs stratégiques de haut niveau qui ont averti depuis des années que cette guerre était imminente si nous continuions sur cette voie. Nous énumérons les plus importants de ces avertissements.

George Kennan, architecte de la guerre froide en 1998 :

  • « Je pense que c’est le début d’une nouvelle guerre froide. Je pense que les Russes vont progressivement réagir de manière assez négative et que cela affectera leurs politiques. Je pense que c’est une erreur tragique. Il n’y avait aucune raison pour cela. Personne ne menaçait qui que ce soit. Bien sûr, il y aura une mauvaise réaction de la part de la Russie, et ensuite [les partisans de l’élargissement de l’OTAN] diront que nous vous avons toujours dit que les Russes étaient comme ça – mais c’est tout simplement faux ».

Henry Kissinger, ancien secrétaire d’État américain en 2014 :

  • « Si l’Ukraine doit survivre et prospérer, elle ne doit pas être l’avant-poste d’un camp contre l’autre – elle doit fonctionner comme un pont entre eux. L’Occident doit comprendre que, pour la Russie, l’Ukraine ne pourra jamais être un simple pays étranger. Même des dissidents aussi célèbres qu’Alexandre Soljenitsyne et Joseph Brodsky ont insisté sur le fait que l’Ukraine faisait partie intégrante de l’histoire russe et, en fait, de la Russie. L’Ukraine ne devrait pas rejoindre l’OTAN. »

John Mearsheimer, l’un des plus grands experts en géopolitique aux États-Unis, en 2015 :

  • « La Russie est une grande puissance et elle n’a absolument aucun intérêt à laisser les États-Unis et leurs alliés s’emparer d’un grand bien immobilier d’une grande importance stratégique sur sa frontière occidentale et l’incorporer à l’Occident. Cela ne devrait guère surprendre les États-Unis d’Amérique, car vous savez tous que nous avons une doctrine Monroe. La doctrine Monroe stipule que l’hémisphère occidental est notre arrière-cour et que personne d’une région éloignée n’est autorisé à déplacer des forces militaires dans l’hémisphère occidental. Tout revient à l’OTAN. Vous vous rappelez que nous étions fous de rage à l’idée que les soviétiques mettent des forces militaires à Cuba. C’est inacceptable. Personne ne met de forces militaires dans l’hémisphère occidental. C’est la raison d’être de la doctrine Monroe. »

  • « Le nouveau maccarthysme à l’Ouest Pouvez-vous imaginer que dans 20 ans, une Chine puissante formera une alliance militaire avec le Canada et le Mexique et déplacera des forces militaires chinoises sur le sol canadien et mexicain et que nous resterons là à dire que ce n’est pas un problème ? Personne ne devrait donc être surpris que les Russes aient été apoplectiques à l’idée que les États-Unis placent l’Ukraine du côté occidental du grand livre. … Mais nous n’avons pas cessé nos efforts pour que l’Ukraine fasse partie de l’Occident. L’Occident conduit l’Ukraine sur le chemin des primeurs et le résultat final est que l’Ukraine va être détruite […] Ce que nous faisons encourage en fait ce résultat. Si vous pensez que ces gens à Washington et la plupart des Américains ont du mal à traiter avec les Russes, vous n’imaginez pas à quel point nous allons avoir du mal avec les Chinois. »

Jack F. Matlock, le dernier ambassadeur américain en Union soviétique, en 1997 :

  • « Si l’OTAN doit être le principal instrument d’unification du continent, la seule façon d’y parvenir est logiquement de s’étendre à tous les pays européens. Mais cela n’est pas le rôle du gouvernement et, même si c’est le cas, c’est la façon dont il peut faire face à la situation sans que de nouveaux dirigeants ne s’en mêlent. »
  • « L’expansion de l’OTAN a été la plus profonde bévue stratégique commise depuis la fin de la guerre froide. Loin d’améliorer la sécurité des États-Unis, de leurs alliés et des nations qui souhaitent entrer dans l’Alliance, elle pourrait bien encourager une chaîne d’événements susceptibles de produire la menace sécuritaire la plus grave pour cette nation [la Russie] depuis l’effondrement de l’Union soviétique ».

Et aussi dans "Politique et esprit : la bataille pour les esprits des Balkans" :

  • « Si l’OTAN doit être le principal instrument d’unification du continent, la seule façon d’y parvenir est logiquement de l’élargir à tous les pays européens. Mais cela ne semble pas être l’objectif de l’administration, et même si c’est le cas, le moyen d’y parvenir n’est pas d’admettre de nouveaux membres au coup par coup. »

William Perry, secrétaire à la défense sous Bill Clinton en 1996 :

  • « Je craignais que l’élargissement de l’OTAN en ce moment ne nous fasse régresser. Je pensais qu’une régression ici pourrait gâcher les relations positives que nous avions si laborieusement et patiemment développées dans la période opportuniste de l’après-guerre froide. Je pensais que nous avions besoin de plus de temps pour amener la Russie, l’autre grande puissance nucléaire, dans le cercle de sécurité occidental. La priorité absolue était pour moi évidente.»

Noam Chomsky, l’un des intellectuels vivants les plus importants en 2015 :

  • « L’idée que l’Ukraine puisse rejoindre une alliance militaire occidentale serait tout à fait inacceptable pour n’importe quel dirigeant russe. Cela remonte à 1990, lorsque l’Union soviétique s’est effondrée. La question de savoir ce qui allait se passer avec l’OTAN se posait. Gorbatchev a accepté que l’Allemagne soit unifiée et rejoigne l’OTAN. Il s’agissait d’une concession très remarquable, assortie d’une contrepartie : l’OTAN ne s’étendrait pas d’un pouce vers l’est. Ce qui s’est passé. L’OTAN a instantanément incorporé l’Allemagne de l’Est. Puis Clinton a étendu l’OTAN jusqu’aux frontières de la Russie. Le nouveau gouvernement ukrainien a voté en faveur de l’adhésion à l’OTAN. Le président Porochenko ne protégeait pas l’Ukraine, mais la menaçait d’une guerre majeure.»

Jeffrey Sachs, haut conseiller du gouvernement américain et de l’ONU, trois jours avant l’invasion :

  • « Les États-Unis ne seraient pas très heureux si le Mexique rejoignait une alliance militaire dirigée par la Chine, pas plus qu’ils n’étaient satisfaits lorsque le Cuba de Fidel Castro s’est aligné sur l’URSS il y a 60 ans. Ni les États-Unis ni la Russie ne veulent avoir l’armée de l’autre à leur porte. En 2008, le président George W. Bush a été particulièrement imprudent en ouvrant la porte à l’adhésion de l’Ukraine (et de la Géorgie) à l’OTAN. La Russie craint depuis longtemps les invasions de l’Ouest, que ce soit celles de Napoléon, d’Hitler ou, plus récemment, de l’OTAN. L’Ukraine devrait aspirer à ressembler aux membres de l’UE non membres de l’OTAN : l’Autriche, Chypre, la Finlande, l’Irlande, Malte et la Suède. »

Le directeur de la CIA, Bill Burns, en 2008 :

  • « L’entrée de l’Ukraine dans l’OTAN est la plus brillante de toutes les lignes rouges pour [la Russie] » et « je n’ai encore trouvé personne qui considère l’Ukraine dans l’OTAN comme autre chose qu’un défi direct aux intérêts russes ». (Il était alors ambassadeur à Moscou en 2008 lorsqu’il a rédigé ce mémo). Il est aujourd’hui directeur de la CIA. Mémo 2008 « Nyet Means Nyet : Russia’s NATO Enlargement Redlines ».

Le journaliste russo-américain Vladimir Pozner, en 2018, a déclaré que

  • « L’expansion de l’OTAN en Ukraine est inacceptable pour le Russe, qu’il doit y avoir un compromis où « l’Ukraine, garantie, ne deviendra pas membre de l’OTAN. »

Malcolm Fraser, 22e Premier ministre australien, a averti en 2014 que

  • « le mouvement vers l’est [de l’OTAN] est provocateur, imprudent et un signal très clair à la Russie » . Il ajoute que cela conduit à un « problème difficile et extraordinairement dangereux ».

Paul Keating, ancien Premier ministre australien, en 1997 :

  • « l’élargissement de l’OTAN est « une erreur qui pourrait se classer au final avec les erreurs de calcul stratégiques qui ont empêché l’Allemagne de prendre toute sa place dans le système international [au début du 20e] ».

L’ancien secrétaire américain à la défense Bob Gates dans ses mémoires de 2015 :

  • « Aller si vite [pour étendre l’OTAN] était une erreur. […] Essayer de faire entrer la Géorgie et l’Ukraine dans l’OTAN était vraiment excessif [et] une provocation particulièrement monumentale. »

Pat Buchanan, dans son livre de 1999 A Republic, Not an Empire :

  • « En déplaçant l’OTAN sur le perron de la Russie, nous avons programmé une confrontation du XXIe siècle ».

En 1997, un groupe de personnes comprenant Robert McNamara, Bill Bradley et Gary Hart a écrit une lettre à Bill Clinton pour l’avertir que

  • « l’effort mené par les États-Unis pour étendre l’OTAN est une erreur politique de proportions historiques » et qu’il « favoriserait l’instabilité » en Europe. Aujourd’hui, c’est une position marginale et traîtresse.

Dmitriy Trenin s’est inquiété du fait que 

  • "l’Ukraine est à long terme le facteur potentiellement le plus déstabilisant dans les relations américano-russes, étant donné le niveau d’émotion et de névralgie déclenché par sa quête d’adhésion à l’OTAN."

Sir Roderic Lyne, ancien ambassadeur britannique en Russie, en 2021

  • « [pousser] l’Ukraine dans l’OTAN […] est stupide à tous les niveaux ». Il ajoute que « si vous voulez déclencher une guerre avec la Russie, c’est le meilleur moyen de le faire ».

L’année dernière encore, le célèbre économiste Jeffrey Sachs, dans une colonne du FT :

  • « Je mets en garde contre l’élargissement de l’OTAN, qui est tout à fait malavisé et risqué. Les vrais amis de l’Ukraine, et de la paix mondiale, devraient appeler à un compromis des États-Unis et de l’OTAN avec la Russie ».

Fiona Hill : 

  • « Nous avons averti [George Bush] que M. Poutine considérerait les mesures visant à rapprocher l’Ukraine et la Géorgie de l’OTAN comme une provocation susceptible de provoquer une action militaire préventive de la Russie. Mais en fin de compte, nos avertissements n’ont pas été pris en compte. »

Aleksandr Dugin, en 1997, avait prédit tout ce que Poutine a fait, dans son livre « Foundation of Geopolitics ».

Enfin je me permets de rajouter à cette remarquable compilation de déclarations de responsables occidentaux avertissant que l'expansion de l'OTAN vers la Russie est belliciste, un certain Joe Biden, alors sénateur étasunien qui déclarait en 1997:

  • "La seule chose qui peut provoquer une  réponse hostile et énergique de la Russie c'est l'expansion de l'OTAN.."

Enfin n'oublions pas Obama, par qui est arrivé la crise
ukrainienne avec le Maïdan, et à qui est cyniquement
attribué un "prix Nobel de la Paix" comme à Kissinger
dont l'ombre plane au dessus des charniers du 
Vietnam ou ceux des dictatures latino-américaines

Donc l'émotion, l'indignation, la surprise des occidentaux ne sont que des émotions feintes pour mobiliser leurs foules abêties, car non seulement les responsables du Nouvel Ordre Mondial connaissaient le risque militaire à cette expansion de l'OTAN vers la Russie mais ils ont persisté, malgré les avertissements du Kremlin en Géorgie, en Crimée etc... 
Ce ne sont que des criminels pratiquant l'inversion accusatoire pour mieux légitimer leurs guerres, leurs coups d'Etat ou terrorismes organisés et organiser le chaos en Europe et dans le Monde !

Quelques jours avant le début des opérations militaires russes en Ukraine, entre autres provocations, le président ukrainien Zelensky a déclaré publiquement :

  • que l'Ukraine ne respectera jamais les accords de paix de Minsk,
  • que l'Ukraine poursuivra le processus d'intégration dans l'OTAN,
  • que l'Ukraine se dotera prochainement d'un arsenal nucléaire,

En conséquence de quoi depuis le 24 février les forces russes ont engagé par la force  : 

  • l'annulation de l'offensive ukrainienne contre le Donbass
  • la démilitarisation de l'Ukraine en détruisant ses dépôts, ses bases, ses unités
  • la destruction des unités et groupes armées d'obédience nazie.
Dans le Donbass un T64 ukrainien détruit au milieu des habitations civiles auprès
desquelles il avait cherché à se protéger des frappes russes et républicaines

Résultats : 

Les forces russes ont pénétré dans la profondeur du territoire ukrainien, cassé la ligne de front du Donbass, détruit environ 70 % des dépôts et bases militaires ukrainiennes...

Carte officielle de l'Etat Major russe au 25 mars concernant les opérations en cours

Sur cette carte qui recadre les délires des propagandistes de tout bord, on peut observer les régions pénétrées par les forces russes et, dans le Donbass à l'Est, par les forces républicaines. Il faut cependant noter que ces zones correspondent à des territoires stratégiquement contrôlés mais pour certains secteurs, pas encore totalement pacifiés. 

Le fait est qu'au bout d'un mois de conflit russo-ukrainien:
  • 14 000 soldats et paramilitaires ukrainiens tués et plus de 6 000 blessés. 
  • 1587 chars et véhicules blindés détruits sur les 2 416 initiaux,
  • 112 avions militaires détruits sur 152,
  • 75 hélicoptères détruits sur 149, 
  • 35 drones d'attaque Bayraktar TB2 détruits sur 36,
  • etc..
On peut affirmer au vu de ces résultats et progressions sur le terrain réalisées par les forces russes que la première phase de leurs opérations militaires est atteinte et d'ailleurs l'Etat Major russe a dévoilé une partie de sa stratégie en Ukraine comme par exemple concernant les villes :
  • La stratégie offensive russe n'est pas de mener des assauts sur les villes ukrainiennes (à l'exception du Donbass) puisque les objectifs ne sont pas d'envahir le pays mais 
- d'annihiler son potentiel militaire offensif qui est au service de l'OTAN, 
- détruire les unités nationalistes qui animent la résurgence du nazisme,  
- imposer pour l'Ukraine une réelle indépendance politique et neutralité militaire, 
- obtenir une reconnaissance officielle de la Crimée et du Donbass.

  • Pour le Donbass, les objectifs sont légèrement différents puisqu'il s'agit ici avec les forces républicaines de Donbass et Lugansk de libérer leurs territoires reconnus par Moscou. Au 25 mars 52% de la RPD et 91% de la RPL ont déjà été libérés et, maintenant que le potentiel de réaction stratégique ukrainien est paralysé, la priorité des opérations dynamiques russes se déroule aujourd'hui dans ces républiques, où est toujours déployé le principal corps de bataille ukrainien.
Au total, plus de 300 villages et localités ont été libérées dans le Donbass par
les forces républicaines des Républiques de Donetsk et Lugansk, appuyées
par les forces russes, comme ici le village de Stepnoe au Sud de Donetsk.
  • Enfin un troisième objectif induit à ce nouveau conflit de haute intensité frappant le coeur de l'Europe est, qu'à son issue, la Russie obtiendra vraisemblablement les garanties juridiques internationales concernant le retrait de l'OTAN de ses frontières qu'elle demande légitimement depuis 30 ans et que le Président Poutine a clairement présenté et argumenté en décembre et janvier dernier.
Sur le terrain on peut observer non pas un "enlisement des forces russes" comme le pérorent les occidentaux mais bien une prudence dans les actions menées, laquelle par exemple donne une priorité à l'emploi posé des missiles de précision après les assauts aériens et terrestres audacieux mais couteux en hommes et matériels observés pendant les 2 premières semaines. Cette évolution tactique visant à sécuriser le personnel militaire, les civils des zones attaqués est justement rendue possible aujourd'hui par la destruction du potentiel de réaction stratégique ukrainienne (même si ici et là on observe des contre attaques locales) qui ne dispose plus de forces aériennes et dépôts stratégiques suffisants pour tenter une contre offensive générale. Et ce ne sont pas les aides militaires occidentales même maximales qui pourront compenser les pertes subies d'autant plus que les voies d'approvisionnement venant de la lointaine Pologne sont de plus en plus soumises aux frappes aériennes russes.

Destruction par missile du centre de commandement 
des forces aériennes ukrainiennes à Vinnitsa le 25 mars

Je ne doute pas que la Russie gagne militairement ce conflit, car elle dispose de la motivation pour en supporter la durée nécessaire et les moyens pour venir à bout des forces ukrainiennes même si ces dernières sont gavées d'aides militaires de l'OTAN et de mercenaires à canon, et même si les pays occidentaux poursuivent leur guerre économique contre la Fédération (dont les dommages collatéraux subis par eux deviendront insupportables). 

Mais il ne faut jamais crier victoire trop tôt car l'évolution en durée et en dureté de ce conflit, et surtout son extension potentielle à d'autres pays peut faire évoluer cette crise internationale dans une autre dimension, tout comme le conflit du Donbass a fini au bout de 8 ans par exploser en Ukraine. Cela dépendra de l'implication de l'OTAN dans le conflit qui, de soutiens politiques en soutiens militaires de plus en plus radicaux, menace d'étendre à son tour ce conflit dans le jeu infernales des alliances.

Aujourd'hui dans leurs progressions et leurs victoires, les forces russes et
républicaines capturent de nombreuses armes et munitions de l'OTAN,
lesquelles sont aussitôt réemployées contre les forces ukrainiennes, comme
par exemple ici un missile antichar étasunien "Javelin" sur lez front de Donetsk.

Comme on peut donc l'observer, tant dans la genèse de ce conflit ukrainien qui a commencé les objectifs du Maïdan que dans sa résolution avec leur abandon définitif, tout dépend de l'OTAN, dont je pense que seule sa dissolution sera une réelle garantie pour protéger la Paix mondiale. Mais malheureusement nous n'en sommes pas encore là !

Erwan Castel




22 commentaires:

  1. Хорошо !
    🌿 🇷🇺 🇨🇵 🌿

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour. Je voudrais apporter un éclairage troublant sur ce dont vous parlez en début d'article sur l'arme nucléaire, dont l'existence est contesté. En effet par les doutes qu'apporte l'écoute de cette vidéo, et ces observations qui nous font penser que nous sommes trompés á l'échelle mondiale sur ce sujet: https://odysee.com/@vivreautrement:6/La-bombe-atomique-nexiste-pas-larme-nucl%C3%A9aire-nexiste-pas:8
    Il reste des questions.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. vidéo intéressante tant pour sa démarche que sa conclusion mais je pense pour ma part que la fission nucléaire est bien réelle dans le cas des armes atomique

      le fait est que l'arsenal concerné, qu'ils soit nucléaire ou pas est bel et bien une réalité et que l'OTAN en dispose ainsi que la Russie et d'autres pays et qu'elle se décline en plusieurs catégories d'armes, de vecteurs et de doctrines d'emploi

      Je profite de ce sujet nucléaire abordé pour corriger les dires d'un certain Moreau qui dans une récente vidéo prétendait du fond de son imposture analytique que "la Russie n'a pas d'arme nucléaire tactique, je le sais car j'ai eu comme sujet de mémoire la doctrine nucléaire russe" et patati et patata !

      Sauf que ce prétentieux ivre de ses certitudes et drogué par ses fantasmes n'a pas mis à jour ses connaissances déjà très superficielles, et il suffit de lire les différentes évolution de la doctrine nucléaire russe et notamment sa dernière mouture validée par un décret du président Poutine le 2 juin 2020 pour s'apercevoir entres autres changements:

      - que la Russie dispose d'armes nucléaires tactiques (estimation 1800 têtes environ don 40% embarquées sur les navires et sous marins)
      - que la Russie s'autorise désormais à déclencher en premier le feu nucléaire pour des raisons existentielles ou une stratégie de rupture face à des armes conventionnelles écrasantes.
      - l'emploi de frappe limitée et localisée y est clairement défini.

      Dans ce domaine, la Russie a quitté la doctrine exclusive stratégique et défensive pour s'aligner sur celle des occidentaux qui intègre l'éventualité de frappes nucléaires tactiques et offensives. Et les traités sur les armements nucléaires à portée intermédiaire sont justement là pour tenter de réglementer cet arsenal tactique.

      Erwan Castel

      Supprimer
    2. Bravo Erwan,mais pas la peine de dire du mal de Xavier Moreau.Ah cette caractéristique française de médire,surtout quant on est dans le même camp

      Supprimer
    3. Je ne dis pas du mal de Moreau, pas encore car j'attends la victoire russe pour riposter à ses diffamations permanentes par un duel ou plus vraisemblablement par un procès car depuis 7 ans il n'a de cesse avec ses chiens de garde de Brayard et Néant que de chercher à me nuire en m'accusant auprès des autorités d'être un espion, un voleur, un déserteur, un criminel de guerre... j'en passe et des meilleures !

      Ce type est affairiste intriguant qui depuis qu'il s'est lancé dans le business à Moscou (sécurité pour commencer) s'est illustré par des délits d'initiés des trahisons et magouilles en tout genre

      C'est une ordure qui est prêt à tout pour s'octroyer le monopole de la parole française concernant le Donbass, jusqu'à calomnier ceux qui sont sur le terrain (mais toujours via ses petites mains de Brayard et Néant) que ce soit le terrain militaire (où pourtant il n'a jamais eu le courage de foutre les pieds) le terrain de l'information ou même celui de l'humanitaire où il a cherché à détruire la réputation de l'association "Urgence Enfants du Donbass" par exemple...

      Et en plus c'est un imposteur de l'analyse militaire qui prend ses fantasmes de lèche cul pour des réalités

      Et non je ne médis pas quelqu'un qui est dans le même camp car Moreau n'est que dans le camp de ses intérêts quand le mien est celui de la liberté des peuples pour laquelle je donne tout et ne reçois rien !

      Moreau n'est qu'un cuistre !

      Supprimer
  3. merci erwan merci soldats de la liberté on vous aime toutes et tous a bientôt dans la victoire....bon vent soldats....

    RépondreSupprimer
  4. Excellente présentation, synthèse et démonstration du problème de fond, qui se manifeste dans la forme par cette guerre qui en effet n'a pas commencé il y a 1 mois mais 8 ans !
    L'Ukraine est un pays otage, les psychopathes enragés du Nouvel Ordre Mondial qu'ils veulent imposer à tout prix ne s'arrêtent pas tant qu'ils ne sont pas définitivement mis hors d'état de nuire, donc littéralement supprimés !
    Merci beaucoup Erwan pour votre travail essentiel !

    RépondreSupprimer
  5. Merci encore à vous. Précieuses informations car je suis solidaire. Enormes pensées vers les populations de ces régions Sud ! Quel enfer dont les pourris de journalistes français ne touchent mots ! Dès qu'un char Russe est attaqué, ils se gargarisent durant des journées ! Comme je les hais ! Prières. Que la Vierge Marie soit présente à vos côtés. D.I.

    RépondreSupprimer
  6. Merci. Je partage vos vues d un point de vue militaire et geo stratégique mais manque l analyse économique et financière... et là on voit bien qu il y a des enjeux qui dépassent nettement le conflit russie ukraine. On assiste à une violente remise en cause de la mondialisation à domination américaine européenne et japonaise.. c est là que se trouvent les risques les plus importants de conflits militaires de haute intensité. D où les réactions démentes des usa et de la commission européenne... et je ne parle pas du conflit de civilisation... c est une guerre contre le nouvel ordre mondial ...

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour, Erwan, Limpide comme de l'eau de roche pour les quidams à qui ils restent quelques lueurs de lucidité pour enfin comprendre les tenants et aboutissants des enjeux mondiaux en cause. Toutes les preuves sont exposées pour celui qui est encore doté d'une simple honnêteté devant ces manifestes évidences..

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour Erwan, Macron a dit aujourd'hui qu'il allait organiser avec la Turquie et la Grèce un couloir humanitaire pour évacuer 150000 civils de Marioupol. En plus de l'objectif electoral qu'est que cela cache ? En tout cas merci de votre compilation historique des avertissements donné par des politiques et intellectuels occidentaux du danger à l'expansion de l'Otan à l'est. Comme l'a dit le compositeur brésilien Chico Buarque de Holanda est toujours bon de rappeler...

    RépondreSupprimer
  9. Erwan Castel le champion
    comment allez-vous bien j'espère
    grand bonjour a toi & company ok
    💯🇷🇺🇷🇺🙏👍👍👍👍👍👍👍
    bonne journée les info son excellent super même merci mille fois 🇷🇺🇷🇺🇷🇺🇷🇺🇷🇺

    RépondreSupprimer
  10. Merci erwan pour toutes ces infos extrêmement pertinentes.
    J'aimerais savoir comment faire un don.

    RépondreSupprimer
  11. Wouah très belle analyse de la situation et que dire de cette compilation des avertissements contre l'expansion de l'OTAN, mais curieusement le monde occidental fait fi de tout ça, préférant se plonger dans une hypocrisie indescriptible et agissant sous l'effet de l'émotion ... Merci

    RépondreSupprimer
  12. Bonjour Erwan as tu des infos sur la prise par les ukrops d'un système de brouillage russe dernier cri qui serait envoyé à l'OTAN?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'ai entendu une info concernant un véhicule endommagé d'un système de guerre électronique russe "Krasukha-4" qui aurait été récupéré par l'armée ukrainienne et envoyé aux USA. Cependant, il est important de rappeler :

      1 Que le Krasukha-4, qui permet de brouiller les radars terrestres, aériens et même satellitaires dans un rayon de 300 km est un système composé de plusieurs véhicules. Donc ici incomplet.

      2 que l'abandon du véhicule est un scénario intégré à son emploi opérationnel et que dans ce cas les modules sensibles sont soit retirables pour être repliés ou détruits.

      Donc ce genre d'information est gonflé par la propagande occidentale (et on le comprend) mais risque d'être le seul bénéfice de cette capture technologique.

      Supprimer
  13. Bonjour Erwan et merci pour les infos. Les chaines de médias Françaises sont à vomir avec leurs flots de saloperies sur la Russie et Monsieur Poutine. La propagande anti-Russe bat son plein en France et avec ce guignol de macron c'est pas gagné, à moins qu'il ne s'en prenne une aux élections.

    RépondreSupprimer
  14. Merci Erwan d'être le seul à avoir une réflexion géopolitique articulée.
    En France il n'est plus possible de dire que 2+2 font 4.
    Nous avons besoin de vos analyses, merci de continuer à nous informer.
    Dieu vous garde

    RépondreSupprimer
  15. En regardant cette carte, je ne vois pas vraiment d'intérêt à lancer une offensive majeure sur severodonetsk/lisischank et slaviansk/kramatorsk (trop de pertes potentielles et de collatéraux), juste maintenir une pression ...provoquer le désengagement ukrainien de cette partie me semble plus approprié...l'ensemble dniepr/zaporozyhe m'apparaissant bien compliqué, je vois plutôt un encerclement de cet ensemble par le sud (krivoi rog) et par le nord (sud de kharkov).
    tout dépend du jusqu'au boutisme kievien.

    RépondreSupprimer
  16. Merci monsieur le grand guerrier de la paix.. jamais je n' aurais imaginé nommé quelqu'un de la sorte. Vous êtes incroyable!

    RépondreSupprimer
  17. Bonjour Erwan, je vous découvre, et chaque trublion du système tel que vous fait du bien. Merci pour ce blog et votre argumentaire, il change de la masse de personnes dont le nombre de followers est inversement proportionnel à leur discernement. Intéressé par la géopolitique, ayant vécu en Russie (étudiant au MGIMO en 1994), et traversé l'Ukraine dont la Crimée, je suis le pourrissement des dix dernières années de près et ne peux que vous rejoindre sur bien des points. Bonne continuation!

    RépondreSupprimer

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.