jeudi 24 mars 2022

La phase finale de la bataille de Marioupol

Il reste encore quelques unités ukrainiennes s'accrochant dans des quartiers isolés 

A Marioupol, les combats continuent à faire rage entre les forces ukrainiennes et les forces russo-républicaines lesquelles ont réussi à investir environ 70% de ce port industriel qui est devenu depuis 20 jours un enjeu majeur, à la fois militaire, politique, médiatique et psychologique.

La destruction de ce bastion militaire des radicaux nationalistes ukrainiens parmi lesquels sont de nombreux bandéristes et néo-nazis revendiqués constituera une nouvelle étape décisive: 
  • Dans le déroulement des opérations militaires en éliminant un groupe opérationnel ukrainien important, en libérant les unités qui le combattent pour les redéployer sur d'autres secteurs prioritaires, notamment sur le front de Donetsk (Marinka et Avdeevka),
  • Dans les négociations entre Kiev et Moscou qui verra sa position renforcée pour imposer ses conditions à traité de paix potentiel (démilitarisation et neutralité de l'Ukraine, reconnaissance de la Crimée russe et du Donbass indépendant, rupture des contrats avec l'OTAN...)
Le 23 mars 2022, les forces armées russes ont une nouvelle fois proposé aux dernières unités ukrainiennes affaiblies poursuivant le combat dans le centre ville habité de déposer les armes avant minuit.


Sur le terrain, si dans les quartiers libérés les habitants par centaines quittent l'enfer dans lequel ils ont vécu au milieu des combats et des bombardements souvent sans eau, électricité ni ravitaillement et sous la menace des radicaux nationalistes, dans les quartiers encore occupés par les forces ukrainiennes où les combats et bombardements continuent, malgré la situation humanitaire de la population de plus en plus catastrophique et leur inévitable défaite prochaine, les "ukrops", dans une obstination fanatique, refusent de déposer les armes.

Sur cette carte générale aux lignes de front changeantes, on observe qu'il ne reste
plus que 2 petites zones de la rive gauche de la Kalmius encore contrôlées par les
forces ukrainiennes. Dans les quartiers en cours de ratissage (zones vertes) il reste
quelques tireurs ukrainiens isolés ou des soldats se cachant dans les habitations.

Tactiquement, les combats en zone urbaine sont parmi les plus durs, car la progression y est très lente, les pertes humaines et matérielles importantes imposant pour les assaillants un rapport de force d'environ 5 contre 1, et les consommations de munitions estimées 20 fois plus élevées qu'en terrain libre. Et la bataille pour Marioupol confirme ces caractéristiques !

Après avoir délogé les résistances 
ukrainiennes des zones industrielles
les forces russes  et républicaines 
les poursuivent dans les quartiers
résidentiels où leurs survivants se
sont réfugiés pour un dernier combat.

Après avoir pris pied au Nord Ouest et Sud Est de Marioupol (1ère ville portuaire du Donbass, cité industrielle majeure, 2ème plus grande ville de la République Populaire de Donetsk), les forces républicaines, appuyées par les forces russes ont progressé en isolant progressivement les quartiers par le contrôle des boulevards principaux. Voilà pourquoi sur la carte sont visibles 3 zones marquant les avancées des forces russo-républicaines les zones conquises et sécurisées (en rouge) les zones conquises mais où subsistent encore des tireurs isolés et des fuyards ukrainiens (en vert) et les zones encore contrôlées par les forces ukrainiennes (en bleu) et où se concentrent aujourd'hui les combats et bombardements.

Un bâtiment sur un carrefour qui était organisé en position défensive ukrainienne

Dire, comme certains propagandistes pro-russes de salon que la prise de Marioupol est une victoire aisée pour les forces russes et républicaines est aussi stupide que le discours des propagandistes pro-ukrainiens qui prétendent que les forces russes rasent complétement la ville. Comme toujours, la réalité est ailleurs et dans la cas présent révèle que si des destructions et des pertes civiles collatérales sont effectivement et malheureusement observées, on constate que la majorité des bombardements de l'artillerie et de l'aviation sont des tirs ciblant des objectifs militaires confirmés et qu'ensuite les troupes au sol prennent beaucoup de risques pour investir sans appui lourd les bâtiments et limiter leurs attaques sur les groupes ukrainiens affrontés.

Vue aérienne du front de mer de Marioupol où 
sont visibles de nombreuses destructions, et à
l'Est, du côté d'Azovstal, des fumées marquant 
l'avancée des combats et bombardements.

Les défis de la prise de Marioupol 

La difficulté de la prise de Marioupol est qu'elle est une ville moderne avec de grands boulevards qui permettent des contrôles dans la profondeur urbaine en offrant des portées  tirs aux armes lourdes comme les chars de combat, ceux qui progressent en couverture de l'infanterie ou ceux qui sont embossés et en embuscade

Chars T64 B du régiment "Azov" sur un grand boulevard 
de Marioupol. L'emploi des chars observée est celle d'une
tactique de harcèlement, où les blindés très rapidement 
tirent quelques obus à l'abri des bâtiments résidentiels 
avant de sa cacher ou se replier vers une autre position.

D'autre part, la densité d'infrastructures industrielles représente une surface importante avec des bâtiments élevés de béton et d'acier permettant d'y organiser des positions protégées. Ce tissu industriel est concentré principalement autour du port industriel à l'embouchure de la Kalmius, notamment sur sa rive gauche où se situe "Azovstal", la plus grande aciérie d'Europe où se sont retranchés de nombreux radicaux nationalistes ukrainiens. 

Bord de mer à Marioupol, où se déroulent les derniers combats importants 

Ailleurs la ville est constituée d'immeubles d'habitations massifs et élevés et aménagés également pour des positions antichars, de snipers qui appuient les groupes mobiles au sol. Ces résistances mobiles et organisées dans la profondeur ralentissent considérablement la progression des unités russo-républicaines qui cherchent à subir et provoquer dans la population le minimum de pertes :

Progression d'une unité tchétchène dans un quartier
résidentiel de Marioupol occupé par des positions
ukrainiennes organisées au milieu de la population.

Enfin, illustrant une stratégie défensive observée depuis le début des opérations russes, les forces ukrainiennes tentent d'en ralentir la progression en se repliant dans les villes à partir desquelles elles organisent des "festungs" dont la protection principale est le maintien de la population civile pour éviter au maximum des bombardements massifs et dont force principale s'appuie sur la présence de nombreux groupes de radicaux nationalistes qui fanatisent la défense et l'arsenal antichar important constitué par les armes héritées de l'arsenal soviétique mais surtout les derniers missiles antichar livrés massivement par l'OTAN et qui se révèlent très efficaces dans les combats urbains :

Destruction en zone urbaine d'un véhicule blindé 
par un missile de l'OTAN "Javelin" ou "NLAW".

Du côté des civils


Depuis que les forces républicaines ont pris le contrôle des accès extérieurs de Marioupol, on observe un départ important des familles fuyant les combats où leurs habitats détruits Dès la sortie de la ville, les équipes du Ministère des Situations d'Urgence les réceptionnent, les soignent, et les dirigent ensuite vers des centres où ils sont pris en charge par les services sociaux comme à Donetsk où des écoles et des hôtels ont été réquisitionnés pour les accueillir. 

Colonne des véhicules civils quittant Marioupol 

Les forces russes et républicaines, alors que précédemment seulement quelques dizaines de personnes avaient réussi à s'échapper ont réussi l'évacuation de 81 958 civils de la ville de Marioupol qui ont été prises en charge par les services de la Fédération de Russie ou de la République Populaire de Donetsk. Rien que le 23 mars ce sont 8 487 personnes qui ont été évacuées de Marioupol par les forces russo républicaines alors que les combats font toujours rage dans la ville.

Parallèlement aux évacuations des zones bombardées
les forces russes délivrent aux habitants des autres quartiers 
une aide humanitaire et médicale importante de Russie.

Après avoir refusé l'accès des habitants de Marioupol aux corridors humanitaires organisés par la RPD et la RF,
Après avoir bloqué les habitants comme bouclier humain dans les habitations transformées en positions de combat,
Après avoir volontairement incendié nombre de maisons et d'immeubles au moment de leur repli vers le centre ville,

Voilà que les Forces ukrainiennes complètement nazifiées viennent de refuser par deux fois de déposer les armes, après la proposition russe de mettre fin aux combats destructeurs au cours desquels de nombreux civils sont tués ou blessés.

Alors que leur défaite est inéluctable, les combattants ukrainiens, infectés par une russophobie intégriste venue d'un autre âge sombre européen, préfèrent poursuivre dans une obstination qui ne relève pas d'un héroïsme militaire mais d'un fanatisme stupide et criminel.

Ce comportement fanatique et criminel des radicaux ukrainiens qui persistent à organiser le chaos autour de leur agonie est d'autant plus stupide que la résistance militaire qu'ils opposent depuis 20 jours aux forces russes et républicaines est tout à fait honorable. 

Erwan Castel

Dernière minute !

Au matin du 24 mars, dans le port de Berdiansk situé à l'Ouest de Marioupol, le "Orsk", un grand navire de déparquement russe ainsi que plusieurs dépôts maritimes sont en feu. Accident ? Bombardement par missile ? sabotage ? ou opération amphibie nocturne ukrainienne venant de Marioupol ? 

L'hypothèse d'une action ukrainienne ne me surprendrait pas, les ukrainiens cherchant à compenser la perte de Marioupol par des attaques ponctuelles sur les forces russes (mais sans toutefois pouvoir conquérir le terrain).

24 mars 2022 matin ,à 68 km à l'Ouest de 
Marioupol, le port de Berdiansk est en feu

Aux dernières nouvelles, l'attaque ukrainienne sur Berdiansk aurait été réalisée avec un ou plusieurs missiles Tochka U

Une autre vidéo sur Berdiansk sur 
laquelle on voit un deuxième navire
quitter le port tandis que brûlent le
premier et des dépôts environnants


18 commentaires:

  1. Courage à tous ceux qui combattent pour une cause juste !!!

    RépondreSupprimer
  2. merci erwan merci a vous tous soldats de la liberté....courage force on est fière de vous tous...on vous aimes...a bientôt....

    RépondreSupprimer
  3. Merci Erwan de ces précieuses informations que je me fais un devoir de relayer.
    Bien que ce ne soit pas facile à cause de la censure et du climat russophobe fortement alimenté par les médias

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour,
    As-tu une estimation du nombre de soldats ukrainiens, traités et encore à traiter, présents à Mariopol? Et aussi les pertes côté russe?
    Merci pour vos informations toujours utiles.

    RépondreSupprimer
  5. Merci mon capitaine pour ce point de situation complet.��
    Effectivement ces prochains jours risquent d'être dramatiques pour la population du centre ville si j'en juge par cette vidéo : https://video.twimg.com/ext_tw_video/1505691853831778306/pu/vid/352x640/FlrW3AX8g-z6ylLR.mp4

    RépondreSupprimer
  6. Mon capitaine, ce n'est pas à Marioupol, mais bon... voici la légende de cette vidéo qui daterait du 18 mars : Azov nationalists holding Ukrainians hostage while playing the theme from "Terminator" on a piano in Dnepropetrovsk.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle vidéo ? Et pour le moment il n'y a pas eu de combat ou bombardement sur Dnipropetrovsk.

      Supprimer
    2. Celle de mon premier commentaire, qui illustre bien la situation de Marioupol par sa thématique (azov, otages civils, musique de Terminator)
      Lien raccourci : tinyurl.com/azov-hostages

      Supprimer
    3. Pas grand chose encore effectivement, juste l'usine Yuzhmash vers le 11 mars : https://metro.co.uk/video/huge-explosion-dnipro-ukraine-overnight-strikes-target-yuzhmash-plant-2635533/ ou celle-ci essayant d'imaginer des victimes civiles évidemment absentes.

      Supprimer
    4. Après il est fort possible que la vidéo initiale ait été mise en ligne DE Dnepropetrovsk et rediffusée comme se situant A Dnepropetrovsk, mais que la scène se soit passée ailleurs.

      Supprimer
  7. Merci Erwan pour toutes ces informations 👍
    Force et courage à vous tous là-bas 👏👏👍

    RépondreSupprimer
  8. Merci Erwan de ces infos régulières. Courage à tous !
    Pensées positives de La Réunion 974

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour Erwan. Merci pour ces informations précises avec malheureusement des images atroces. C'est la 1ère fois que je suis au quotidien grâce à vous une zone de guerre. J'ai une pensée pour tous les conflits orchestrés principalement par les Etats Unis avec des situations aussi dramatiques et pour lesquelles les médias ont souvent inversé le rôle des gentils et des méchants. Soyez prudent.

    RépondreSupprimer
  10. Erwan Castel merci pour les info encord grand et bonne journée a toi & company ok 🇷🇺💯🙏💪😉😜👍

    RépondreSupprimer
  11. Merci pour les infos Erwan, vous faites un vrai travail d'information, je salue aussi Semyon Pegov, avec son site War gonzo qui sur le front de marioupol depuis 1 mois, fournit des informations au près des combats.

    RépondreSupprimer

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.