samedi 19 mars 2022

Jour Z + 22, les opérations militaires en Ukraine


Au niveau des négociations entre Moscou et Kiev, nous assistons à un nouvel enlisement des discussions, les représentants de la marionnette "Zelensky" admettant des principes lors des réunions avec les russes, comme par exemple l'engagement pour une neutralité de l'Ukraine mais qu'ils démentent aussi dès le lendemain. Il est vrai également que même si l'armée ukrainienne est en très mauvaise posture, elle est encore debout et il faudra attendre certainement que des villes comme Marioupol ou Kharkov tombent pour que la raison - peut-être - reviennent s'imposer dans ce comédien "serviteur du peuple" devenu un président fantoche "serviteur de Biden" et qu'il arrache à l'Ukraine le collier de sa servilité atlantiste.


A / Situation générale 

Lorsqu'on regarde la carte générale niveau Ukraine, et même si localement l'Etat Major russe continue à progresser vers ses objectifs, comme par exemple dans la ville de Marioupol assiégée (voir ICI) ou dans l'encerclement de Kiev, on observe une ligne de front qui globalement n'a pas changé malgré l'avantage des forces russes. 

Cependant, sur le terrain, les colonnes russes continuent leurs missions de progression, et surtout de bouclage des résistances rencontrées et sécurisation de zones, tandis que leurs forces aérospatiales poursuivent les destructions des infrastructures militaires et logistiques des forces ukrainiennes.

Alors pourquoi cette ligne de front à l'échelle du pays semble être stagnante ?:

1 / Les batailles urbaines

  • Tout d'abord je pense que l'Etat Major russe est obligé de s'adapter à cette stratégie ukrainienne qui consiste à rompre le combat en terrain libre où les appuis feu et blindés russes dominent largement et pour se réorganiser dans des réseaux de défenses urbaines à dominante antichar (grâce aux aides militaires de l'OTAN notamment) qui aujourd'hui sont présents dans une dizaine de villes totalement ou partiellement encerclées (Kiev, Irpin, Tchernigov, Soumy, Kharkov...) Or ces villes, dont certaines sont immenses (Kiev 700km2, Kharkov 350 km2...), par les enjeux et les menaces qu'elles représentent semblent être devenues une des priorités pour l'Etat Major russe: 

- Car bien que contournées ces villes encerclées de plus en plus nombreuses immobilisent autour d'elles des forces importantes qui ne peuvent pas être déployées à l'avant,

- La situation humanitaire pour les populations enfermées dans les villes assiégées devient chaque jour de plus en plus critique et rend leur libération urgente, soit par des évacuations, soit par des conquêtes,

- Beaucoup de ces villes assiégées sont devenues les symboles politiques de la résistance ukrainienne ainsi que des bataillons nationalistes qui s'y sont repliés pour communiquer autant que pour combattre,

- Attaquer ces bastions urbains, où les appuis aériens et d'artillerie sont forcément moins efficaces, peut s'avérer très couteux en hommes, matériels et logistiques d'autant plus si on cherche à épargner au maximum les civils, 

Le ratio minimum recommandé pour un assaut urbain rapide est de 5 contre et 1, effectifs que l'Etat Major russe ne peut engager sur l'ensemble des villes assiégées et il n'a donc que 3 options pour résoudre la problématique des résistances urbaines: 

  1. soit raser les villes, ce qui est exclu du fait de la présence encore importante d'une population civile, 
  2. soit de rameuter beaucoup de renforts afin de pouvoir mener des assauts directs simultanés, 
  3. soit de concentrer ses efforts sur un bastion à la fois militaire, symbolique et politique dont la chute provoquera vraisemblablement un effet domino sur les autres résistances.
Cette 3ème option est en ce moment à l'œuvre sur le front du Donbass avec la bataille pour Marioupol à laquelle un nombre important d'unités russes et républicaines : 
  • Après avoir fait tomber Volnovakha qui était le point d'appui Nord de Marioupol, les bombardements et attaques sur les périphéries ont permis de prendre pied dans le réseau défensif de la ville à l'Ouest puis à l'Est pour engager rue après rue la libération progressive des quartiers puis leur sécurisation militaire et humanitaire. Par ces compromis entre bombardements, assauts au sol, vitesse et prudence, la ville devrait tomber dans les prochains jours.
  • Dans le même temps, d'importantes préparations offensives d'artillerie et d'aviation sont déjà à l'œuvre sur le secteur d'Avdeevka, un autre point d'appui vital de la ligne de front ukrainienne devant Donetsk et, dans la foulée de leur victoire sur la mer d'Azov des unités russo-républicaines remonteront alors vers le Nord pour engager l'assaut sur cette importante ville industrielle, si ses occupants n'ont pas décroché après la perte de Marioupol.
  • La perte de Marioupol sera pour Kiev une défaite morale majeure, car cette ville, en plus d'être un bastion militaire majeur dans le Donbass est le symbole de la mer d'Azov, celui des bataillons spéciaux via le régiment spécial "Azov" qui en a fait sa vitrine et aussi un des symboles forts par la propagande occidentale, de la résistance ukrainienne. Après Marioupol et Avdeevka, les forces de Kiev dans le Donbass vont se replier progressivement vers le Dniepr pour éviter leur encerclement devant Donetsk..
Dans leurs batailles urbaines les forces russes 
disposent d'une supériorité d'artillerie qui, par
ses tirs puissants et précis permet de détruire
de nombreuses défenses avant l'attaque au sol.


2 / Le grand chaudron du Donbass

Parallèlement au siège de Marioupol les opérations conjointes russes et républicaines ont engagé d'une part des offensives depuis le Sud et le Nord pour tenter un encerclement larges des forces ukrainiennes de Kramatorsk jusque devant Donetsk, lesquelles sont actuellement fixées et désorganisées par des opérations offensives locales menées surtout sur les secteurs de Marinka et Avdeevka, les points d'appui ukrainiens au Sud Ouest et au Nord de Donetsk.

Si les offensives Nord et Sud parviennent à faire jonction rapidement, elles couperont les voies logistiques ukrainiennes venant de Zaporodje et Dnipropetrovsk (sur le Dniepr) empêchant tout renfort et surtout toute retraite. Je rappelle ici que le corps de bataille ukrainien dans le Donbass était avant le 24 février la plus grosse concentration d'unités de combat et de stocks logistiques en Ukraine (env 150 000 hommes) car Kiev avait prévu d'attaquer les républiques de Donetsk et Lougansk au début de ce mois de mars.

Or, pour cette stratégie prioritaire, l'Etat Major russe a dirigé vers le Donbass les nouvelles unités de choc arrivant sur le front ainsi que les forces d'appui qui leur sont nécessaire pour boucler les forces ukrainiennes du Donbass ce qui sonnera le glas du régime de Kiev et, libérant la totalité des républiques de Donetsk et Lougansk, atteindra un des objectifs majeurs de l'Etat Major russe. 

3 / Une pause opérationnelle classique

Comme n'importe quel coureur, un corps de bataille en mouvement offensif a besoin de trouver un deuxième souffle pour prolonger sa stratégie et surtout l'adapter aux inévitables nouvelles situations imposées par les réactions ennemies qui lui imposent de nouvelles variantes et priorités. 

De plus après 20 jours de combats offensives la logistique devient une priorité absolue de part l'allongement des voies d'approvisionnement les entretiens, réparations et remplacements nécessaires etc. et si les forces russes n'ont pas rencontré de problèmes logistiques jusqu'ici, maintenant qu'elles sont enfoncées à l'intérieur du dispositif ukrainien elles doivent sécuriser les itinéraires logistiques existant, créer des dépôts intermédiaires avant de poursuivre plus en avant. 

Enfin un nouvel échelon opérationnel russes important est observé arrivant sur les différents fronts de ces opérations militaires, avec notamment le déploiement de matériels lourds d'artillerie ainsi que de matériels blindés modernes qui vont prendre la relève des T72 modernisés jetés dans le premier mouvement offensif.

Les forces russes sont très loin d'avoir déployé leur meilleur arsenal dans ces premières semaines de combat, il garde en réserve leurs blindés modernes, leurs missiles hypersoniques, leurs forces aéroportées etc... qui pourraient être engagées progressivement si le pouvoir de Kiev persiste à refuser l'évidence de sa défaite.

Les pertes ukrainiennes au 19 mars 2022



B / Situations particulières
Survolons maintenant la situation dans les quatre secteurs principaux du front où se déroulent des batailles à la fois militaires mais aussi politiques et médiatiques, à savoir du Nord au Sud : Kiev, Kharkov, Marioupol et Nikolaïev.

1 / La bataille pour Kiev

Dans le Nord de l'Ukraine, autour de Kiev, siège du pouvoir politique et verrou militaire sur le Dniepr, les forces russes poursuivent leur manœuvre d'encerclement de cette immense mégapole de plus de 800 km2. 

Pendant que les forces aérospatiales russes poursuivent leurs bombardements sur les infrastructures militaires, logistiques et de communication ukrainiennes, les forces terrestres russes poursuivent l'encerclement de Kiev en descendant le long des rives droite et gauche du Dniepr. Aujourd'hui il ne reste plus que la voie logistique au Sud de la capitale qui reste ouverte mais soumise à des bombardements.

L'usine de Kiev "Artem" de Kiev, qui produit des 
missiles air-air, des systèmes d'entretien des armes 
d'aviation, des missiles antichars, ainsi que des 
instruments et des équipements pour avion, a été 
détruite par des tirs de missiles russes.

Après les quartiers Nord de Kiev, abordés la semaine dernière par l'avant garde russe, les combats ont gagné les banlieues Est et Ouest de la mégapole, tandis que la ville d'Irpin à l'Ouest résiste toujours à son encerclement. A noter que depuis leur arrivée à Gostomel (Ouest Kiev) les forces tchétchènes, spécialistes du combat en zone urbaine sont engagées en première ligne dans la bataille pour Kiev.

Au Nord Ouest entre Tchernigov et Nizhnin il reste des unités ukrainiennes prises au piège dans un chaudron mobile russe qui suivant leur retraite vers Kiev les épuise par des bombardements et harcèlements.

Globalement les forces russes tout en fixant sur leurs positions les défenses ukrainiennes par des reconnaissances offensives et des bombardements ont amorcé un encerclement plus large des zones de résistances, la priorité préalable à la capture des villes étant de les couper de leurs voies de ravitaillement.

2 / La bataille pour Kharkov

A Kharkov, qui est la deuxième plus grande ville d'Ukraine avec ses 350 km2, est à la fois un bastion militaire important, un carrefour logistique vital pour la poursuite des opérations russes dans la profondeur et un symbole politique qui pèse fortement dans les négociations en cours. Les forces russes qui poursuivent leurs manœuvres d'encerclement large de la ville accentuent leurs bombardements sur ses infrastructures militaires, logistiques mais aussi politiques, lesquelles sont aux mains des nationalistes ukrainiens, venus très nombreux pour tenir cette ville clef de l'Ouest du pays.

obs: je n'ai pas pu déterminer précisément la ligne de front entre Oktirka et Kharkov, c'est une estimation

Comme pour Kiev, les forces russes exercent sur la périphérie de Kharkov des pressions offensives pour y fixer ses forces de défense tandis que venant des secteurs de Okhtirka et Balaklia des offensives sont lancées pour un encerclement large de Kharkov et surtout pour couper ses voies de ravitaillement Sud, que l'Etat major russe veut également récupérer à son profit pour poursuivre son offensive vers le Dniepr.

Bombardements russes sur la périphérie de 
Kharkov, quartier de Severnaya Saltovka


Comme pour Marioupol et Volnovakha sur le front du Donbass, certains quartiers
de Kharkov sont durement touchés par les combats et les bombardements.

A l'Est de la ville les combats s'intensifient pour le contrôle de Tchougouïev qui est le verrou Est de la défense de Kharkov.

3 / La bataille pour Marioupol

Sur le front du Donbass au bord de la mer d'Azov, le port industriel de Marioupol est sur le point de tomber après 10 jours de bombardements et combats intenses menés par les forces russes et les forces de la République Populaire de Donetsk (voir articles précédents) qui ont accéléré leurs assauts pour libérer la population civile d'une catastrophe humanitaire gravissime.

La chute de ce bastion militaire ukrainien et symbole des nationalistes néonazis (notamment du régiment spécial "Azov") va avoir des répercussions militaires, psychologiques et politiques importantes :  

  • Militairement, les unités russes et républicaines engagées dans la réduction du chaudron de Marioupol vont pouvoir être engagées maintenant au Nord et notamment vers Donetsk où des pressions offensives sont déjà en cours contre les points d'appui ukrainiens de Marinka et Avdeevka (Sud Ouest et Nord de Donetsk),
  • Psychologiquement, la chute de Marioupol, qui était une des vitrines principales de la résistance ukrainienne va porter un coup au moral des autres unités encerclées ou sur le point de l'être, et un effet domino est probable dans les jours à venir, à commencer par les villes du Donbass encore occupées par les forces de Kiev,
  • Politiquement, Marioupol est une victoire importante pour Moscou, sur le plan de la libération du Donbass, sur celui de la démilitarisation du régime ukrainien mais aussi sur celui de la dénazification de l'Ukraine, avec la destruction du régiment "Azov", unité ouvertement néo-nazie et symbole des radicaux nationalistes de Kiev.
Le dernier carré des militants néo-nazis du régiment
"Azov" se sont retranchés dans l'usine Azovstal 

A noter également que la chute de Marioupol va permettre à Moscou militairement de porter également plus d'efforts vers l'offensive sur Zaporodje puis Dnipropetrovsk (après l'encerclement des forces ukrainiennes du Donbass) les grandes villes situées sur le Dniepr, et diplomatiquement de négocier avec Kiev dans une position encore plus renforcée.

4 / La bataille pour Nikolaïev

Dans le secteur de Nikolaïev, au Nord-Ouest de la Crimée, Nikolaïev est une ville importante de 500 000 habitants qui se situe à un carrefour à partir duquel peuvent être lancées des offensives, vers le Nord et surtout vers le Sud-Ouest en direction d'Odessa (1 million d'habitants) qui est le plus grand port ukrainien, mais aussi le trait d'union qui permettrait à Moscou d'établir une continuité territoriale de la Transnisstrie au Donbass (et jusqu'à Kharkov) en passant par la Crimée, ce qui correspondrait approximativement à l'ancienne Novorossiya russe d'avant la révolution bolchevique.

Pour poursuivre vers Odessa, les forces russes doivent impérativement contrôler Nikolaïev.

On peut observer sur cette carte cette pause opérationnelle des troupes russes qui sont confrontées à la fois à des résistances ukrainiennes pour la réduction desquelles elles ont besoin de plus de forces et d'autre part à des défis logistiques dont les voies d'approvisionnement s'étirent et ont également besoin d'être renforcées avant de pouvoir progresser vers l'avant.

En attendant un reprise de leurs offensives, les forces russes poursuivent leurs bombardements avec une intensité accrue :

La caserne de la 79e brigade d'assaut aérien ukrainienne située au centre 
ville de Nikolaïev a été détruite par une frappe précise d'un missile 
Kalibr russe bilan: 30 tués minimum et des dizaines de blessés 

Au Nord de Nikolaïev une avancée russe a été cependant réalisée, vraisemblablement pour couper des voies d'approvisionnement vers la ville, commencer son encerclement large par le nôtre, mais aussi peut-être pour atteindre la centrale nucléaire "Sud Ukraine" et la sécuriser comme précédemment la centrale de Zaporodje à Ernegodar.

Conclusion

Ces opérations militaires en Ukraine révèlent, par l'intensité des combats, des bombardements, l'ampleur des manœuvres et des logistiques engagées, tous les caractéristiques d'une guerre moderne symétrique au coeur d'une Europe industrialisée. 

Si les propagandes continuent à déféquer de part et d'autre du front leurs communiqués victorieux , le terrain en revanche remet nombre de pendules à l'heure et notamment : 

  • Que l'armée ukrainienne, qui était encore présentée hier comme désorganisée, non motivée, avec des problèmes très importants de logistique, de discipline, de commandement etc. reste debout, certes dans un effondrement progressif irréversible, mais capable encore d'opposer des résistances à l'abri des densités urbaines nombreuses en Ukraine.
Des photos satellites de la ville de Zaporodje montre l'armée ukrainienne en train 
d'organiser et renforcer les défenses de cette grande ville située sur les bords du Dniepr et approchée par les forces russes venant du Sud et bientôt de l'Est. 
Une ville de 334 km2 et plus de 700 000 habitants.
  • Que l'armée russe a montré ses capacités à mener des opérations multiples sur un large front (plus de 2000 km), d'avancer vers ses objectifs en s'adaptant rapidement aux difficultés rencontrées, de mener des frappes aériennes et de missiles lointaines et précises, et de répondre efficacement aux défis logistiques très importants imposés par le rythme des opérations, ainsi qu'aux situations humanitaires frappant les populations.
Destruction de 2 BMP ukrainiens
  • Que les occidentaux, contrairement à de nombreuses analyses et déclarations se sont engagés dangereusement sur la voie de la confrontation mondiale avec la Russie avec notamment une guerre économique à outrance au prix de dommages collatéraux suicidaires, et des aides militaires exponentielles aux forces ukrainiennes arrivées à des engagements directs camouflés (drones kamikaze, mercenaires, renseignement).
Si la Russie a perdu la guerre de l'information, arque boutée à des procédures et des communications désuètes et contrôlées par des responsables vivant encore au siècle dernier, en revanche elle va gagner la guerre militaire car disposant d'un armement exceptionnel, de soldats formés et entrainés et surtout de réserves de combat immenses. 

Artillerie des Forces aéroportées russes à 4 km des 
positions ukrainiennes défendant Kiev dans le 
secteur de Moshchun, 122mm D30 en action.






29 commentaires:

  1. Bonjour et merci pour le point quotidien qui permet de mieux appréhender la situation sur le terrain.
    Concernant la guerre de communication, vu la vague médiatique et le manque de sens critique, je considérerais cela comme une perte de temps. Les occidentaux sont intoxiqués à la fake news et les problèmes de carburant et de pouvoir d'achat vont éclipser peu à peu l'Ukraine dans le fond des soucis d'autant plus que l'élection se présente à un horizon proche. Les gens intéressés iront chercher l'info (ou la propagande) de leur côté.
    Courage à vous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez tout à fait raison

      Supprimer
    2. Un énorme merci de rendre tout cela compréhensible et concret sans être rébarbatif. Vous avez beaucoup de clairvoyance et de courage.

      Supprimer
  2. 🇷🇺🇷🇺🇷🇺🇷🇺🇷🇺🙏💯👍👍👍👍👍
    putin de Champion Erwan Castel
    bonne journée a vous tous
    & merci pour les info de pro

    RépondreSupprimer
  3. Bravo Monsieur pour ce que vous faites
    Bon courage

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour ces informations sans propagande. Des faits et des comptes rendus nets et précis. Beau travail.

    RépondreSupprimer
  5. Merci à vous pour ces rapports circonstanciés.

    RépondreSupprimer
  6. Sans Erwan, nous serions à des lunes de savoir précisément ce qu'il s'y passe. Un immense merci à lui pour ses analyses très détaillées.

    RépondreSupprimer
  7. ous relayons l'information, merci et bon courage

    RépondreSupprimer
  8. comme le disent les témoignages que j'entend dans Dombass Insider, a Marioupol, 'ils veulent chasser les vivants'. Les mêmes qui n'arrivent pas a chasser les palestiniens, veulent faire pareil en Ukraine, pour s'y installer eux. Mais ils n'y arriveront pas. Leur dieu, Lucifer n'est pas le plus fort.

    RépondreSupprimer
  9. Très bonnes nouvelles. La Mafia Khazare est en train de tomber...💪👍https://changera3.blogspot.com/2022/02/fulford-lalliance-des-chapeaux-blancs.html?m=1

    RépondreSupprimer
  10. Merci pour tout ce que vous faites et ces informations alternatives précieuses.

    RépondreSupprimer
  11. Gracia por tan incomiable y agotador trabajo. Siento ser reiterativo con las gracias, pero es la unica palabra que conozco que apoye tu insistente y veraz trabajo.
    Saludos

    RépondreSupprimer
  12. Serait il possible que dans ces négociations la Russie demande:
    -la reconnaissance des mensonges liés aux attaques sous faux drapeaux et du comportement délictueux de l Ukraine vis à vis de sa population qu'elle tente d attribuer à la Russie
    -la reconnaissance du caractère nazi du bataillon azov
    -en fait la reconnaissance de tout ce que l Ukraine refuse de reconnaître et quemi sont les raisons qui ont poussé la Russie à intervenir
    -Que la Russie a tenté durant plusieurs années de chercher une issue pacifique au conflit du Donbass et de chercher des pourparlers visant à empêcher l extension de l otan ?
    Tout ça histoire de fermer définitivement le clapet aux dirigeants occidentaux quant à leurs mensonges et à leur volonté belliqueuse ?

    RépondreSupprimer
  13. Les pays de l’OTAN envisageraient d’envoyer leurs militaires en Ukraine sous le couvert de forces de maintien de la paix. Un risque énorme de conflit généralisé.

    RépondreSupprimer
  14. Continuez votre travail tenace et fondamental .

    RépondreSupprimer
  15. https://vk.com/wall56102440_111648

    RépondreSupprimer
  16. merci erwan merci soldats de la liberté de la mère patrie la grande russie...on vous aimes on est avec vous tous en pensées de la france et nous sommes nombreux ici a vous soutenir a vous encourager vous vous battez aussi pour notre liberté merci a tous on vous aimes soldats russes rpd tchétchènes etc... a bientôt....vive la victoire....vous êtes nos héros...merci

    RépondreSupprimer
  17. Et dire qu'il suffisait a l'Ukraine, de respecter les accords de Minsk approuvé par le conseil de sécurité de l'ONU, pour éviter tous ces malheurs a la Russie et a l'Ukraine

    RépondreSupprimer
  18. Merci pour vos informations marre de la soupe médiatique 🙏

    RépondreSupprimer
  19. Une page de propagande vaguement maquillee de "savoir militaire". On comprend pourquoi Erwan est reste un troufion et n'a pas atteint un grade de stratege, clairement il ne fait que regurgiter uen propagande russe completement depassee : un pays neonazi dirigie par un juif (tout nazi qui se respecte ne reve que de ca, c'est bien connu). Un deplacement de civils vers l'ouest de l'ordre de 10 millions de personnes (le sauvetage russe ne semble pas etre ce que retiennent les ukraininens), des deplacements forces de civils vers la Russie, un Putin fatigue qui ne reve que de la grande russie, qui empoisonne ses opposants politiques, qui menace mais qui revait d'une guerre de 3 jours et se retrouve face a un bourbier dont il ne pourra pas se tirer indemne.
    Une armee russe desorganisee, qui montre ses limites grace entre autre a l'extreme corruption qui ronge le corps militaire.
    Vous pouvez tenter de redorer le blason de l'armee russe mais clairement si Poutine etait le dirigeant qu'il pretend il n'aurait pas imagine que sa guerre d'agression dure seulement deux jours.
    Le desastre humanitaire en Ukraine n'a lieu que depuis que les russes bombardent.
    Sur 150 pays seulement 5 le soutiennent est quand on regarde les pays on se marre. Une bielorussie dont le president fantoche ne peut que sucer Poutine par peur de se retrouver avec un the au novichok.
    le monde n'est pas dupe, les russes le sont.
    Au fait pas mal la veste de poutine a 10k$, sa maison en france, sa maitresse en suisse...c'est sans doute cela le fait de detester l'occident.
    Erwan est un sniper mais surtout un bien mauvais analyste

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout d'abord je tiens à te remercier (je ne tutoie que les gens que j'aime ou méprise) pour ton vomi cérébral et t'invite à lire et écouter d'abord avant de tenter pitoyablement d'émettre un avis :

      Primo: je ne m'appelle pas Moreau ou Néant, les perroquets de la propagande russe et mes analyses qui restent dans les mêmes conclusions factuelles sont souvent divergentes de la doxa officielle.

      Secundo, Oui il y a des bandéristes et néo-nazis en Ukraine dont Bandera, la référence historique qui a organisé avec ses 200 000 supplétifs au IIIe Reich les massacres de près de 1 million de juifs en Pologne, Ukraine et Belarus. Ce n'est pas seulement la propagande russe qui le dit mais aussi par exemple Times of Israel (https://www.timesofisrael.com/hundreds-march-in-ukraine-in-annual-tribute-to-nazi-collaborator/), le Centre Simon Wisienthal (https://www.thenation.com/article/politics/neo-nazis-far-right-ukraine/), Le Centre de lutte contre le terrorisme (https://ctc.usma.edu/wp-content/uploads/2020/04/CTC-SENTINEL-042020.pdf) etc etc. Mais peut-être vas tu me dire du tréfond de ta servilité stupide que ces sources sot à la solde de Poutine ? Pour conclure sur ce point je te revoie aux réactions des députés de la Knesset qui, répondant à un Zelensky comparant les opérations militaires russes à la Shoah, rappelaient au mendiant ukrainien qu'il n'avait rien fait pour dénoncer et lutter contre la présence de nazis dans son gouvernement et son armée.

      Tertio, l'armée russe est tellement "désorganisée" qu'elle est capable depuis 3 semaines de mener des offensives sur 2000 km de front, d'assurer le ravitaillement en munitions et vivres à plus de 200 000 hommes mais aussi d'apporter une assistance humanitaire aux populations touchées par la guerre, d'évacuer et soigner les blessés (y compris ukrainiens).

      Quarto, donne moi une seule source russe officielle qui annonçait une guerre de 3 jours et je vous présente mes plus plates excuses . Démilitariser un pays comme l'Ukraine avec sa superficie et son armée de 300 000 hommes est au minimum une affaire de plusieurs mois si le pouvoir des marionnettes de l'OTAN ne capitule pas.

      Quinto, viens sur place pour voir comment les civils sont "forcés" de partir vers la Russie (au passage, accorde ton violon avec BFM TV car les occidentaux prétendent que les russes leur interdisent de sortir des villes assiégées). Depuis le début des opérations militaires russes les demandes de passeports étrangers de citoyens ukrainiens sont majoritairement adressées à la Russie. Avec une baïonnette dans le dos selon toi?

      Sexto, "le désastre humanitaire en Ukraine n'a lieu que depuis que les russes bombardent" Souffre tu d'Alzheimer ? avril 2014, Turtchinov alors président ukrainien par interim déclenche un conflit meurtrier (15000 morts) qui bombarde depuis 8 ans les populations civiles du Donbass : selon le Haut commissariat aux droits l'Homme des Nations Unis, (tu sais le gros machin payé par Poutine) 81,4 % des victimes civiles du conflit du Donbass sont sous les bombardements des secteurs séparatistes) Les opérations militaires russes ont pour mission de régler ce conflit interminable par les armes puisque Zelensky a officiellement rejeter définitivement les accords de Minsk le 4 février.

      Pour le reste c'est tellement puéril et ridicule que je ne perdrai pas de temps à te répondre

      En conclusion petit maroufle, l'ex-officier du renseignement militaire français que je suis te dit qu'il préfère être un "trouffion" sur le terrain qu'un trou du cul sur son canapé qui n'a même pas le courage de signer son vomi !

      A bon entendeur salut !

      Erwan Castel

      Supprimer
    2. Laisse tomber Erwan, des types comme lui on en a des millions en France qui affirment tout savoir (alors qu ils savent très bien qu il n en est rien, ce qui est pire que quelqu un qui CROIT tout savoir) qui regardent de manière méprisante ceux qui ne pensent pas comme eux. Ils sont ainsi car le système éducatif, politique, judiciaire et les médias vont dans leur sens (ou plutôt ils vont dans le sens de ce système). C était la même chose en URSS, et ils se pensent en démocratie... et ces petits ignares qui pensent maîtriser l art de la guerre car ils sont vissés sur call of duty (merci aux autres qui bossent pour leur filer du fric à ne rien faire en fin de mois...). Qu ils continuent. Qui seme le vent récolte la tempête. On en a un parfait exemple avec ce conflit.
      Un ancien artilleur

      Supprimer
    3. Bravo Monsieur Erwan Castel, Vous méritez ce mot Monsieur avec un M majuscule, Vous êtes sans me tromper la fierté de nombreux Français, longue vie à Vous et à Vos camarades : Russes, Ukrainiens russophones, et autres

      Supprimer
  20. Bonjour et merci pour ces informations et analyses.

    Puis-je attirer votre attention sur la propagande se construisant actuellement sur la "Resistance à Kherson", quelles sont les forces en présence ? S'agit-il réellement de la population de la ville qui prend les armes face aux forces russes ?

    Merci si vous avez des infos.

    RépondreSupprimer
  21. bonjour erwan,je te remercie pour toutes ces infos que tu portes à notre connaissance alors que les médias ne cessent de tout déformer
    bon courage
    michel rothfuss

    RépondreSupprimer
  22. Rien à redire franchement chapeau bas. Tout est clair et je pense comme beaucoup d'entre nous qu'il faut à la France, à la planète, plus de gens comme toi...

    RépondreSupprimer

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.