dimanche 5 mai 2019

Les passions criminelles



Ce matin, revenant de mission sous un soleil dominical gaillard, nous avons croisé Lilia une nonagénaire avançant cahin caha le long d'une route dévastée vers l'église de son village natal du Donbass, dont les carillons semblaient soutenir son trottinement infatigable.

Arrivé à notre base arrière, j'ouvre devant un café ma petite fenêtre lumineuse sur le naufrage de ce monde post-moderne malade de lui même et dont le Donbass n'est malheureusement qu'un des nombreux symptômes....

Le Monde chaque jour semble un peu plus la proie d'un incendie qui ne cesse de s'étendre ou de menacer ici et là : Syrie, Vénézuela, Donbass, Libye, Gilets Jaunes, Corée du Nord, Algérie etc.. et toujours Gaza dont les récentes nouvelles sont alarmantes...

En effet, depuis 2 jours l'armée israélienne est à nouveau à l'assaut de cette population assiégée et affamée par un État communautaro-centré qui depuis 1947 entretient un spirale infernale de violences et de guerres ethniques. Depuis 2 jours plusieurs palestiniens ont encore tués et des dizaines de blessés dont des enfants dans des bombardements israéliens de quartiers résidentiels déjà ruinés par une économie et des conditions sanitaires et sociales asphyxiées par l'Etat sioniste.

Et tout cela dans l'indifférence quasi générale de l'opinion dite "internationale" car soumise aux intérêts des criminels qui massacrent ces peuples en Palestine, Syrie, Libye, en Ukraine, et je ne parle pas du Yémen dont la situation est une honte pour l'Humanité.

Le ghetto de Gaza se meurt dans le silence des médias serves et de ces foules aux émotions influencables et qui pourtant savent bien verser légitimement des larmes indignées devant le souvenir du guetto de Varsovie où l'incendie d'une cathédrale.

Et cette indifférence individualiste, qui ne cesse que lorsque le caddie reste vide où la voiture est en feu, ne risque pas de diminuer face au martyr de Gaza avec la montée des nationaux-sionismes européens, ces idéologies monomaniaques et ethocentrées autour de la haine du monde arabe et de l'Islam (sauf pour les pays qui fournissent l'essence des voitures et les subventions des clubs de football !)

Et pourtant ces conflits communautaristes, religieux ou ethniques ne sont aujourd'hui que des épouvantails à moineaux pour mieux protéger l'aliénation de la marchandise et l'hégémonie de sa pensée unique. Et encore je pense qu'un moineau à plus de cervelle que tous ceux réunis qui me disent "Gaza ? ce n'est pas mon problème"..."c'est celui des arabes" où pire "tant mieux ce sont des muzz" et toutes ces réflexions où l'indifférence égocentrique, l'ignorance feinte, la bêtise crasse ou la haine sectaire se rejoignent dans une complicité des massacres organisés contre une population civile.

Depuis que la banquise de la guerre froide a libéré les hégémonies capitalistes, des passions criminelles se déchaînent à nouveau, piétinant les libertés humaines et arrachant les gardes-fous du Droit International. 
L'OTAN massacre des peuples pour les libérer, les démocraties mutilent des manifestants pour les faire taire, les industries se déchaînent contre la Nature pour engraisser une élite amorale...

Et au milieu de ce chaos cupide et stupide, les esclaves du monde moderne épuisent leurs dernières forces à se déchirer dans des haines communautaristes instrumentalisées et suicidaires. Quand vont-ils enfin ouvrir les yeux ?

Dans le Donbass, tout comme en Syrie, les femmes et les hommes de Donetsk et Lugansk, et sans abandonner pour autant leur foi ou conviction, ont su sous les bombardements ukrainiens unir leur refus commun de se soumettre à la dictature de la marchandise occidentale.

Lorsque le quartier de Krimlosky à Oktyabrsky (Nord de Donetsk) a été bombardé en 2014 et 2015, la mosquée est devenue le refuge des familles ayant tout perdu. Dans mon bataillon combattent côte à côte des chrétiens, des musulmans, des européens, des asiatiques, des communistes, des monarchistes etc...

Car ici les gens du Donbass ont compris, par delà leurs differences communautaires, que depuis l'effondrement de L'URSS le monde est engagé à nouveau dans la guerre dynamisée d'un monde unipolaire hégémonique dirigé par la haute finance internationale contre un monde multipolaire de peuples défendant leurs identités et traditions.

Voilà pourquoi, le combat des mineurs du Donbass, des indiens d'Amazonie, des Gilets Jaunes de France des vénézuéliens, des syriens... ou des palestiniens de Gaza doivent concerner tous ceux qui refusent l'esclavage du Monde moderne.

Erwan Castel



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.