vendredi 3 mai 2019

Du fusil à la faux

321


Souvent le soldat doit poser son fusil pour cuisiner, dormir un peu, mais aussi creuser, construire ou réparer les postes de tir et casemates, les maisons et les chemins, et c'est même la majorité de ses heures lorsque le front est enterré dans une guerre de tranchées ou les positions sont soumises à des tirs fréquents de l'artillerie ennemie.


Nouveau retour sur notre base arrière du front Sud où nous abandonnons un instant nos bardas, retrouvant des treillis secs et propres et soupes chaudes ainsi que nos écussons et téléphones.

Et après la remise en condition des armes, des corps et du matériel, nous nous attelons à l'amélioration de la petite ferme abandonnée où nous avons posé nos pénates.



Étanchéifier les fenêtres et le toit, nettoyer la cour et le jardin, tirer des câbles électriques ou installer des douches de campagne... autant de travaux qui soudent encore plus le groupe de combat et nous aident à dormir avant de repartir en mission....



Sur les uniformes fleurissent à nouveau les rubans orange et noir de l'ordre de Saint Georges et qui avaient été choisis en 2014 comme symbole du "Printemps russe" de la Novorossiya....

Les cérémonies des 9 mai (victoire 1945) et 11 mai (indépendance RPD) approchent sous un soleil de plus en plus chaud....

Erwan Castel

Les autres extraits de ce journal du front peuvent être retrouvés ici : Journal du front


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.