jeudi 6 février 2020

Quand Nazisme et Sionisme font bon ménage...


Lorsqu'on explore les déclarations des ukropithèques qui depuis le coup d'Etat du Maïdan continuent d'influencer l'idéologie russophobe ukrainienne pour la plus grande satisfaction d'une ploutocratie mondialiste assiégeant économiquement, militairement, politiquement et culturellement la Russie et ses alliés, on tombe inévitablement sur le psychopathe Andri Biletsky, un paramilitaire au néo-nazisme et ambitions politiques criminels ouvertement revendiqués.

Cet homme n'est malheureusement pas seulement un nostalgique du IIIème Reich qui excite de nostalgiques marches aux flambeaux tenus par des crânes encore plus au rasés dedans que dessus. Il est un leader actif des radicaux ukrainiens depuis 2002 lorsqu'il s'engage dans les rangs de "Tryzub" une organisation paramilitaire néo-nazie à partir de laquelle il mène une ascension politique vers le Parti Socialiste-National Ukrainien, parti nazi devenu depuis "Svoboda" ("Liberté"). 
Biletski devient le dirigeant de l'organisation "Patriotes d'Ukraine" mais il affiche aussi son ambition d'unir tous les radicaux de la nébuleuse d'extrême droite ukrainienne en créant notamment l' "Assemblée Sociale-Nationale". Il s'engage alors dans des actions violentes qui lui vaudront condamnation et emprisonnement en 2011.
Libéré par les putschistes du Maïdan, Andri Biletsky fonce vers le Donbass où il dirige les "Opérations Spéciales" du parti ultranationaliste Prayvi Sector" (Secteur droit) issu des rangs "Patriotes d'Ukraine". Et dans l’Est de l'Ukraine (régions de Poltava, Kharkov, Donetsk et Lugansk) couvert par le nouveau régime de Kiev, Biletsky commet avec ses soudards de nombreux crimes et assassinats de militants fédéralistes pro-russes.
En mai 2014, Biletsky fonde et prend le commandement du bataillon Azov, devenu depuis régiment. Avec son unité il donne un assaut blindé meurtrier sur Mariupol pendant  les manifestations du 9 mai et y installe ses cantonnements. ll participe jusqu'en 2015 à d'autres combats au cours desquels Azov se distingue par ses crimes de guerres et exécutions sommaires, ce qui n’empêche pas son chef d'être récompensé, entre autres médailles, de l'ordre du Courage et d'être promu lieutenant-colonel de police.

Ayant été élu député en 2014, Biletsky rejoint finalement Kiev, renonce à son engagement militaire dans le Donbass mais sans toutefois abandonner son activité paramilitaire néo-nazie pour laquelle il fonde en 2016 le "Corps National", parti politique et organisation auxiliaire de sécurité publique.
Malgré ses très faibles scores électoraux (inférieurs à 5%) qui le privent d'un nouveau mandat parlementaire aux législatives de 2019, Biletsky reste un personnage politique influent ayant de nombreux appuis au sein du pouvoir ukrainien qui craint aussi la menace que représentent les organisations paramilitaires qu'il commande.

Régulièrement Biletsky, animé par une russophobie hystérique toujours incurable, se fend de discours et harangues bellicistes à l'encontre des russes du Donbass, comme au début de ce mois de février où il a appelé  le président ukrainien Zelensky, à bombarder le Donbass à l'exemple d'Israël bombardant les territoires palestiniens ! (voir article ci après)

Défilé du BETAR, organisation paramilitaire sioniste dans l'Allemagne nazie (1934)

Ici; il est intéressant de rappeler à ceux qui ne comprennent pas comment Biletsky le néo-nazi peut soutenir une politique israélienne (tout comme l'oligarque juif Kolomoïsky a financé des bataillons spéciaux ukrainiens) que nazisme et sionisme se rejoignent souvent jusqu'à unir leurs projets totalitaires. On est bien loin des visions simplistes et manichéennes qui opposent ces 2 idéologies dans une confusion organisé entre les mots (anti)judaïsme, (anti)sémitisme et (anti)sionisme. 

Pour exemple historique incontestable, cet accord "Haavara" signé en août 1933 entre les nazis et les sionistes pour organiser le transfert des juifs d'Allemagne vers les foyers sionistes naissant en Palestine. Cet accord qui avorta sous la réaction du grand mufti de Jerusalem venu à Berlin plaider la cause des palestiniens a cependant maintenu dans les mentalités le rapprochement opéré entre nazis et sionistes, malgré tout le folklore médiatique du gouvernement de Tel Aviv (l'intérêt de l'Etat sioniste s'étant réconcilié avec le judaïsme après 1947) autour du génocide finalement subi par les juifs européens après la conférence de conférence de Wannsee en 1942.

Aujourd'hui l'Ukraine est un autre cadre de l'union des totalitarismes idéologiques avec le sionisme pour se liguer contre les peuples russes que sionistes et nazis considèrent comme des "untermeschen" (sous hommes).

Personnellement, comparer le Donbass à la Palestine en tant que peuples autochtones se battant pour leurs traditions et libertés respectives contre des idéologies totalitaristes hégémoniques et somme toute convergentes... ça me va ! 

Erwan Castel

Source de l'article : Stalkerzone


Militant nazi Biletsky: 
nous devons frapper le Donbass 
de la même manière qu'Israël frappe la Palestine

6 février 2020 - Stalker Zone

Le chef du régiment national « Azov », Andrey Biletsky, a déclaré que l’Ukraine devait regarder une feuille du livre d'Histoire Israël-Palestine et également «répondre aux séparatistes» par des frappes d’artillerie massives sur les territoires des républiques du Donbass. Selon le militant, cela devrait s'accompagner de la fermeture complète de tous les points de contrôle dans le Donbass et d'un blocus total.
  • «Je suis partisan de la façon dont cela se fait en Israël. Ils ont répondu à une attaque à la roquette en frappant 64 cibles. Ils ne bloquent pas seulement un point de contrôle, ils bloquent les plus grands points de contrôle, en disant: «Maintenant plus personne ne va travailler». Ils ne conduisent plus, ils s’arrêtent. Vous ne travaillez pas, vous ne conduisez pas, vous ne faites rien. Pourquoi? Parce que c'est dangereux. Ici, nous avons maintenant un niveau de danger rouge en Israël. Vous avez tiré, il y a eu une attaque armée, etc. Les points de contrôle ne fonctionnent pas. Israël frappe les poches de l'autorité palestinienne », rêve Biletsky.

Le militant s'est plaint que l'Ukraine se «couche» complètement devant les demandes des républiques du Donbass et de la Fédération de Russie.
  • «Pour chaque étape du processus - c'est du pliage, et nous plions - les Russes nous répondent en augmentant le degré de conflit dans le Donbass, nous forçant à nous coucher davantage. Je ne vois pas où est le gel du conflit. Je vois qu'ils ne vont tout simplement pas geler et entraîner le fait qu'ils nous forceront à un maximum de concessions. Lorsque nous poursuivons une politique de flexion constante, nous ne parviendrons absolument jamais à une telle stratégie », a déclaré le punisseur.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.