samedi 22 février 2020

Les honneurs de Zvezda

378


Si mon combat armé s'est temporairement arrête suite à une blessure reçu le 23 septembre 2019 sur le front de Novoazovsk, en revanche celui de l'information, non moins important, continue, pour que la Vérité sur le Donbass gagne inexorablement du terrain sur les mensonges d'une propagande occidentale complice des crimes de guerre perpétrés depuis 6 ans en Ukraine et dans le Donbass.

Février 2020 sonne pour moi ma 5ème année d'engagement militaire sur le front du Donbass (avec 7 mois d'interruption en 2016) et même si je ne le recherche pas, l'intérêt porté sur mon engagement aux côtés de la population du Donbass est de plus en plus grand, et j'en accepte de bon gré les rencontres et interviews consécutives dans la mesure où elles traduisent plus le regard que je porte sur le Donbass que celui qui est porté sur ma personne.

Samedi 22 février 2020

Je ne publie pas systématiquement ci tous les articles ou reportages me concernant, ne voulant pas passer pour un narcissique que je crois ne pas être; mais lorsqu'en janvier 
"Zvezda", le média du Ministère de la défense russe  me contacte pour une entrevue, je ne peux m’empêcher d'éprouver une certaine fierté de recevoir ses honneurs, n'en déplaise aux Brayard, Néant and Co, ces insectes rampants de la bande à Moreau qui me calomnient sous la cape depuis 5 ans.

Zvezda ("étoile" en russe et dans de nombreuses langues slaves) est un réseau de télévision national russe appartenant au ministère russe de la Défense. Média officiel, à la ligne éditoriale ouvertement patriotique et anti mondialiste, Zvezda, qui diffuse depuis l'année 2000 procède à des analyses quotidiennes de l'actualité militaire mais aussi politique, sociale, économique et culturelle dans la Grande Russie et à travers le Monde.  
C'est ainsi que Zvezda rend compte très régulièrement de la situation dans le Donbass


Zvezda dispose de plusieurs vecteurs d'information dont une chaîne de télévision d'un magazine papier et  journal diffusé sur internet

En janvier 2020, je suis donc sorti de mon cocon hospitalier, où je ronge mon frein entre chacune des multiples opérations en cours, pour rencontrer Kristina Melnikova, correspondante de Zvezda ainsi que Katia Katerina qui, au fil de leurs reportages sur les avant postes de la brigade Piatnashka (qui constitue aujourd'hui le 2ème bataillon des forces spéciales du Ministère de l'Intérieur), sont devenues des amies fidèles.

Après un premier reportage télé le 30 janvier 2020  (minutes 20'40 à 56" et à partir de 26"40), Zvevda m'a consacré un article ce 19 février 2020, (voir ci après).

Cet article est signé Kristina Melnikova, cette jeune et talentueuse reporter de guerre qui ne cesse d'arpenter sentes et tranchées du Donbass à la rencontre des ses gens et défenseurs. Je tiens ici à remercier Kristina pour ce bel article qui me fait rougir, mais aussi pour tout le travail photographique et d'information qu'elle même inlassablement. Son travail que je vous invite à découvrir via son réseau social par exemple (FB et VK) est à la fois éthique et esthétique, original et professionnel, et surtout toujours élevé par des qualités humaines sincères, généreuses et authentiques.

Erwan Castel 

Lien de l'article : Zvezda


Un tireur d'élite français protège le Donbass. 
Rencontre dans les tranchées

Ervan Castel (indicatif d'appel "Alawata") - Volontaire français, tireur d'élite de l'unité internationale "Pyatnashka", 
qui depuis janvier 2015 combat dans les rangs de la milice du Donbass

Kristina Melnikova ,19 février 2020

Ervan Castel (indicatif d'appel "Alavata").© Photo tirée des archives de Kristina Melnikova

Toutes ces années, un ancien officier de l'armée française et, dans sa nouvelle vie, un tireur d'élite, passe la plupart de son temps en première ligne du front..

Où le gars rencontre t-il la tristesse du Donbass? ..
Il s'est en fait installé aussi sur le front, dans le village bombardé d'Oktyabrsky, près de l'aéroport détruit, de sorte que lors de rares permissions, il reste proche des personnes victimes de bombardements, qu'il est venu défendre.
  • Erwan dit souvent qu'il a vécu de nombreuses vies qui seraient suffisantes pour écrire des histoires pour plusieurs films d'aventure.
Dans le passé, il était le capitaine de l'armée française, à qui l'on a appris à penser que l'Union soviétique et la Russie sont des ennemis. Après le service, il était lutteur et a interprète de chansons traditionnelles bretonnes.
  • Puis Castel change de continent et s'installe en Guyane française (Amérique latine), où, non loin du célèbre Cayenne, il s'installe au contact des populations d'Amazonie comme la tribu amérindienne  Wayana et y passe plus de dix ans.
© Photo tirée des archives de l'auteur

Qu'y a t-il fait ? Il a organisé et accompagné des expéditions scientifiques et touristiques en forêt amazonienne, a beaucoup lu et a continuer de suivre les événements qui se déroulaient sur la planète.

Comme le dit "Alawata" lui-même (il doit son indicatif à la période guyanaise de sa vie - nom donné aux singes rouges d'Amazonie qui "vivent dans les arbres et chantent constamment"), c'est durant cette période de sa vie que ses croyances et ses opinions sur la politique mondiale se sont formées.

Et c'est là, dans la jungle latino-américaine, loin de l'agitation de la civilisation occidentale, qu'il a réalisé que de nombreuses guerres étaient déclenchées à l'initiative des aspirants à l'hégémonie mondiale aux États-Unis.

Chemin vers l'Est

Les événements sur le Maïdan et la guerre qui a alors commencé dans le Donbass l'ont profondément choqué.
  • «Quand tout a commencé, j'étais en Guyane française et j'ai suivi de près les événements géopolitiques mondiaux. Les événements d'Odessa et le bombardement de Lugansk m'ont incité à une action décisive. J'avais compris malgré que les médias occidentaux ont montré la crise ukrainienne contre le Donbass, c'était de la propagande, un élément de la guerre de l'information », explique Castel.
Arrivé dans le Donbass, Castel participe aux batailles de Debaltseve qui se déroulaient à cette époque. Depuis lors, il a toujours été à l'avant-garde - seules les orientations de première ligne changent.

© Photo tirée des archives de l'auteur

Arrivé dans le Donbass, Castel participe à la fin des combats de Debaltseve qui se déroulaient à cette époque.

«Je suis parti pour le Donbass le 15 janvier, puis, après plusieurs jours d'attente, j'ai rejoint un détachement qui a participé aux derniers jours de la bataille de Debaltsevo, bataille, qui fut ma première expérience dans la guerre du Donbass. Après avoir passé deux semaines du côté de Lugansk, je me suis dirigé vers Donetsk, où j'ai rejoint le quatrième bataillon de la garde républicaine de la DPR. Dans le cadre du renseignement, j'ai été envoyé au front dans la région de Marinka. Le 15 juillet, je me suis retrouvé dans un bataillon de chars, mais là j'ai attendu en vain le départ vers le front, car les premiers accords de Minsk avaient déjà été signés. Après avoir attendu un mois, j'ai rejoint la 5ème brigade qui était alors déployée sur le front dans la région d'Elenovka et de Dokuchaevsk », explique Alavata.

Note :
Depuis fin 2017, Castel fait partie de la brigade internationale "Pyatnashka" sous le commandement du légendaire Commandant Oleg Mamiev "Mamai", décédé en mai 2018 au combat. Leur unité se trouve sur l'un des secteurs les plus intenses du front - dans la zone industrielle Avdeevsky, où la distance à l'ennemi est inférieure à 100 mètres.

Au monument à Oleg Mamiev, décédé en mai 2018 au premier plan.© Photo tirée des archives de l'auteur

«Nous appelons la guerre notre destin, mais - c'est de la science! - terminer ce combat contre les petits-enfants, finir les petits-enfants ... "
Parlant de l'armée ukrainienne, Castel dit que maintenant elle est devenue plus disciplinée qu'au début de la guerre. Cependant, à son avis, elle n'atteindra jamais le niveau de motivation que la milice a, car les défenseurs du Donbass qui repoussent l'agression se battent pour leurs maisons: «En regardant l'armée ukrainienne face à face, je suis parvenu à la conclusion qu'ils ont augmenté leur niveau professionnel, sont devenus plus disciplinés.
  • "Mais, malgré tout cela, le principal atout des forces républicaines est leur motivation - la motivation des gens qui protègent leur terre, leurs idéaux, leur désir pour la Russie. "Les unités ukrainiennes sont moins motivées pour cette guerre, moins courageuses et ne pensent qu'à protéger leur vie sur le front du Donbass".
À son avis, il n’existe pour l’instant aucune condition préalable à la paix, et cela ne vaut pas la peine d’espérer quoi que ce soit de Zelensky, car il ne justifie plus la réputation du soldat de la paix qu’il avait utilisée avant les élections. «Porochenko a affirmé son autorité en poursuivant les opérations militaires. Comme je l'ai dit plus tôt, l'armée ukrainienne n'est pas très motivée par la guerre dans le Donbass, pas prête à sacrifier sa vie. Et leurs familles ne veulent d’autant plus voir leurs maris et leurs fils revenir dans les tombes.

Zelensky a été élu par des promesses de paix, élu par des promesses de changement et des efforts pour mettre fin à ce conflit. Maintenant, il est clair que rien n’a changé après l’élection du nouveau président ukrainien. Au cours des deux dernières semaines - fin janvier - les bombardements se sont à nouveau intensifiés et de manière plus agressive. Ainsi, ces actions sont devenues une suite logique de la politique terroriste de Porochenko », est convaincu le volontaire.

Note: 
En septembre 2019, Alawata lui-même a été victime d'une politique «conciliante» de la partie ukrainienne, blessé sur le front sud. Il a couru dans une mine ukrainienne, a réussi à reculer, à se cacher derrière le tournant de la tranchée, mais n'a toujours pas sauvé sa main gauche.

«Le 23 septembre, j'ai été grièvement blessé au bras par une mine antipersonnel ukrainienne. Actuellement, je récupère dans une série d'opérations. Cette expérience est assez difficile et douloureuse, mais elle ne m'a pas fait regretter mon arrivée dans le Donbass - au contraire, elle a renforcé mes sentiments pour les habitants du Donbass et nous a rapprochés encore plus. Si j'avais su ce qui m'arriverait, j'aurais refait le même choix! » - dit Castel.

En septembre 2019, Castel a été blessé sur le front sud.. © Photo tirée des archives de l'auteur

Alawata dit qu'il a trouvé ici sa vraie patrie ici, et appelle les habitants du Donbass «des gens exceptionnels»: «Je parle non seulement du courage des militaires, mais aussi - ce qui a été une grande découverte pour moi! - sur le courage de la population civile. J'habitais le quartier Oktyabrsky, bombardé depuis six ans. Mes voisins étaient des grands-mères qui ont été laissées seules après que leurs familles aient quitté la zone de bataille! Ces femmes plus âgées n'abandonnent pas, bien qu'elles vivent sous des bombardements quotidiens! C'est la partie la plus courageuse du Donbass - des gens non armés, des martyrs qui restent sur leur terre pour exprimer leur amour pour leur terre. "
  • Il a répété à plusieurs reprises qu'il ne pouvait pas y avoir deux patries, et maintenant, n'ayant pas la possibilité de percer sur le front, il prévoit d'apprendre enfin la langue russe, d'obtenir un passeport de la DNR, puis la Russie.
© Photo tirée des archives de l'auteur

De plus, Alawata continue de mener la résistance sur le front de l'information, pour dire la vérité sur ce qui se passe dans le Donbass, sur son blog, dans ses articles en français et dans son livre, qu'il prévoit de terminer pendant sa réhabilitation.

Involontairement, je me souviens d'une autre guerre et d'autres personnes qui ont trouvé leur destin et leur ligne de tir très loin de la terre sur laquelle ils ont vu le jour:

"J'ai quitté la hutte - je suis allé me ​​battre,
Pour donner la terre de Grenade aux paysans!
Au revoir, ma chère! Au revoir amis!
Grenade, Grenade. ma Grenade!"

Mikhail Svetlov, "Grenade" 

Kristina Melnikova

2 commentaires:

  1. Иван Михайлович фраков22 février 2020 à 17:14

    Erwan, ceci va dans le sens du projet en cours dont nous avons parlé. Ca avance. Patience!

    RépondreSupprimer
  2. Анатолий Попов23 février 2020 à 18:56

    "n'en déplaise aux Brayard, Néant and Co, ces insectes rampants de la bande à Moreau"

    Il y a quelques mois j'ai eu une discussion au sujet de ces personnes, l'un a ete qualifie de "пиздоёб" avec ses videos (on identifie donc le cretin dans la liste de personnages cites), l'autre de "подзаборница", facile de voir a qui ceci s'applique :) La decence m'interdit de traduire en francais )))))

    Pour info, a Moscou Moreau et son gang fricotent dur avec le consulat de france. Car si certains ont un passeport russe, leur coeur est bel et bien reste en France. A surveiller. De pres.

    Mon obligation de reserve me fait signer d'un autre nom...

    RépondreSupprimer

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.