mardi 25 février 2020

Offensive rampante dans l'ombre de l'OTAN


Sur le front du Donbass, la pression offensive des forces ukrainiennes continue, comme par exemple pendant la journée du 24 février où les violations ukrainiennes ont continué dans le secteur de Kirovsk en République Populaire de Lugansk et aussi sur le territoire de la République Populaire de Donetsk où une centaine d'obus ont été tirés, notamment sur le secteur de Nord de Gorlovka.

23 février, échanges de tirs sur le front de Lugansk
secteur de Stakhanov 

23 février, bombardement ukrainien au Sud Ouest de Donetsk
secteur de Trudovsky

Le 26 février doit se tenir une nouvelle réunion du groupe de contact chargé de piloté l'application des accords de Minsk et les autorités républicaines s'attendent comme de coutume à cette occasion à de nouvelles provocations militaires de la part de Kiev pour préparer les arguments des blocages ou revendications qui seront présentés par la partie ukrainienne à Minsk.

Les attaques ukrainiennes contre les positions défensives républicaines se sont à nouveau diversifiées: outre les provocations habituelles aux armes légères d'infanterie et les bombardements réguliers des mortiers et obusiers d'artillerie, les "ukrops" ont réengagé leurs postes de tir antichars pour détruire des casemates républicaines. 

Vidéo ukrainienne d'un tir de missile antichar sur une position républicaine 
à priori un lance grenades automatique AGS 17. Ce genre de missile antichar
et très coûteux est cependant rarement efficace sur des positions enterrées.

Sur les lignes de défenses républicaines, des miliciens continuent donc de tomber sous les tirs ukrainiens, tués ou blessés et les civils qui se réfugient toujours dans leurs caves voient des destructions quotidiennes des maisons et infrastructures collectives de leurs lieux d'habitations.

Un front où rien ne semble évoluer à l'inverse de la militarisation de l'Ukraine "aux normes de l'OTAN' c'est à dire d'un tapis rouge pour l'intégration de l'Ukraine dans l'organisation, ce qui permettra même l'arrivée future d'unités occidentales le long des frontières russes tout comme aujourd'hui dans les pays baltes.

L'Ukraine poursuit aussi son effort de guerre, tournant bien sûr ses armes vers son voisin russe diabolisé par une propagande occidentale russophobe qui joue le premier rôle au théâtre de Kiev. Et dans la perspective de devenir membre de l'OTAN (ce qui est factuellement déjà le cas) les forces ukrainiennes mettent les bouchées doubles pour se moderniser et se renforcer. Ainsi Kiev achètera en 2020 3 000 unités de tirs de nouvelles générations de missiles, destinées à son armée déployée sur les frontières russes et le front du Donbass.



Après les instructeurs et conseillers, les livraisons de matériels et d'armes, les ressources de renseignement mis à disposition, les manœuvres et exercices de l'OTAN s’enchaînant tout au long de l'année en Ukraine et Mer Noire et donnant naissance à des infrastructures logistiques permanentes, Kiev continue d'ouvrir ses portes aux petits soldats de l'Oncle Sam.

A ce titre Kiev a annoncé dans sa programmation militaire la construction de 2 bases de type OTAN, à Mariupol (Sud de Donetsk) et Severodonetsk (Nord de Gorlovka) soit en territoire occupé de la République Populaire de Donetsk et à quelques dizaines de kilomètres seulement du front.

Alors qu'initialement l'application prévue des accords de Minsk était définie sur les territoires des anciens oblasts de Donetsk et Lugansk. on observe aujourd'hui de la part de Kiev un mépris total de leurs clauses initiales et une volonté de déplacer les débats sur l'actuelle "ligne de démarcation", ce doux euphémisme désignant la ligne de front.

Ceci pour provoquer, saboter les discussions, rendre la situation sur le terrain invivable et déchirer systématiquement toute forme de résolution internationale signée par Kiev pour le Donbass.

En résumé rien ne change en Ukraine et la sortie de l'impasse ne pourra se faire que si les ukrainiens eux mêmes changent leur lassitude en colère et réalisent enfin à Kiev un vraie révolution populaire qui reversera l'imposture du Maïdan qui n'a que trop duré...

Ou alors une guerre qui sort de ses tranchées et qui provoque avec l'aide de la Russie la libération des territoires occupés par Kiev et la chute de son régime. Et si l'entrée dans l'OTAN sera la ligne rouge qu'il ne fallait pas franchir, en revanche vu le contexte international actuel, cela m'étonnerait que Washington veuille envoyer ses GI's mourir pour Donetsk...

Erwan Castel

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.