samedi 11 novembre 2017

Un autre 11 novembre et toujours les tranchées !

015


Il y a 1 an, écoutant les échos du clairon de l'armistice résonner toujours dans les mémoires des Hommes conscients et libres, je partageais cet extrait de "Citadelle" de Saint Exupery, un des rares livres qui m'accompagnent depuis 30 ans dans mon nomadisme terrestre et métaphysique...

Aujourd'hui, cette éloge épique à la Sentinelle est plus que jamais d'actualité, au moment où je suis retourné dans les tranchées du Donbass défendre avec mes camarades de Piatnashka, une ligne de front toujours en feu et menaçant toujpurs d'embraser l'Europe 1 siècle après la "Der des ders". ...

Une pensée respectueuse et fraternelle pour ces sentinelles du passé qui ont tracé, devant nous et pour l'éternité, avec des volontaires russes faut-il le rappeler , l'exemple du courage et le chemin de l'Honneur.

Nous gardons leurs sacrifices en mémoire comme un phare nous guidant dans les nouvelles tempêtes européennes.

Erwan Castel, volontaire breton en Novorossiya

Dans les veines de la guerre !


Samedi 11 novembre 2017

Publié le 11 novembre 2016.... et toujours d'actualité !

11 novembre 1918, 11 novembre 2016

Le 11 novembre 1918, à 11h00 les clairons sonnaient de tranchée en tranchée 
la fin d'une des plus grandes boucheries de l'Histoire européenne


Une pensée aujourd'hui pour nos grands anciens qui ont défendu nos valeurs civilisationnelles au prix de leur sang. Aujourd'hui les pays occidentaux, couchés devant les banksters mondialistes et enivrés par un individualisme consumériste artificiel ont tragiquement démissionné de ce devoir sacré.

Cependant, rien n'est complètement perdu et la flamme sacrée n'est pas éteinte car aujourd'hui par exemple on peut encore retrouver cet esprit héroïque et cette ambiance des tranchées sur le front du Donbass. Dans les tranchées de Lugansk à Shirokino, éclairées continuellement par les tirs ukrainiens depuis plus de 2 ans, des sentinelles invaincues, volontaires de tous pays défendant la Liberté veillent jour et nuit aux avant-postes de la Russie. 

Ce sillon de 400 km de long, creusé dans une terre noire rougie par les guerres de l'Histoire et ignoré par la merdiacratie occidentale irrigue aujourd'hui le coeur de l'Europe de l'espérance et la Foi de ses défenseurs. 

Si comparaison n'est pas raison et que la guerre qui ravage le Donbass depuis plus de deux ans n'est pas heureusement cette boucherie inhumaine vécue il y a un siècle dans le Nord Est de la France, l'esprit des tranchées quant à lui est toujours vivant et entretient cette flamme intérieure du soldat protégeant son sanctuaire sacré et que Antoine de Saint Exupéry avait si bien décrit dans son "Citadelle" (paru en 1948) 


"Chacun est responsable, chacun est responsable de tous"

« Sentinelle,sentinelle, tu es sens des remparts (...) Tu vas de long en large, d'abord ouvert à la rumeur d'un désert qui prépare ses armes et inlassablement te revient frapper comme la houle, et te pétrir et te durcir, en même temps que te menacer. Car il n'est point a distinguer ce qui te ravage de ce qui te fonde, car le même vent qui sculpte les dunes et les efface, le même flot qui sculpte la falaise et l'éboule, la même contrainte qui te sculpte l'âme et l'abrutit, le même travail qui te fait vivre et t'en empêche, le même amour comblé qui te comble et qui te vide. Et ton ennemi, c'est ta forme même car il t'oblige a te construire à l'intérieur de tes remparts.(...)

Sentinelle, sentinelle, c'est en marchant le long des remparts dans l'ennui du doute qui vient des nuits chaudes, c'est en écoutant les bruits de la ville quand la ville ne te parle pas, c'est en surveillant les demeures des hommes quand elles ne sont que morne assemblage, c'est en respirant le désert autour quand il n'est que vide, c'est en t'efforçant d'aimer sans aimer, de croire sans croire, et d'être fidèle quand il n'est plus à qui être fidèle, que tu prépares en toi l'illumination de la sentinelle, qui te viendra parfois comme récompense et don de l'amour.

Fidèle à toi-même n'est point difficile quand se montre à qui être fidèle, mais je veux que ton souvenir forme un appel de chaque instant et que tu te dises : "Que ma maison soit visitée. Je l'ai construite et la tiens pure... ". Et ma contrainte est là pour t'aider. Et j'oblige mes prêtres au sacrifice même si les voilà, ces sacrifices, qui n'ont plus de sens. J'oblige mes sculpteurs à sculpter même si voilà qu'ils doutent d'eux-mêmes. J'oblige mes sentinelles à faire les cent pas sous peine de mort, sinon les voilà mortes d'elles-mêmes, tranchées déjà par elles-mêmes d'avec l'empire. Je les sauve par ma rigueur ».

"Chaque sentinelle, je la veux responsable de tout l'empire"

Antoine de Saint Exupéry


Aujourd'hui dans cette France lobotomisée et abrutie par la société du spectacle illusoire, peu de gens se souviennent de cette "Grande guerre" qui ravagea l'Europe, jusqu'à oublier où sont enterrés leurs propres héros familiaux tombés dans les tranchées de Verdun, sur la ligne bleue des Vosges ou dans les gorges des Dardanelles. 

Ici sur le front du Donbass, lorsque la terre des parapets ou les murs des maisons s'émiettent sous les coups des obus ukrainiens ce passé est devant les yeux et dans les tripes des femmes et des hommes qui tentent de survivre ici à la haine et à l'idifférence d'un monde moderne amoral et fou qui cherchent à soumettre les derniers peuples libres de la Terre. 

Aussi terrible puisse t-il être,il n'y a pas plus beau combat que celui donné pour la Liberté !

Erwan Castel, volontaire en Novorossiya 


Sur le corps expéditionnaire russe 
venu combattre en France et "pour la France"


Pendant la première guerre mondiale, la Russie marqua le sceau de son amitié avec la France par le sang de ses soldats venus défendre la République aux côtés de leurs frères d'armes français. Il est important en ces temps de haine et d'abrutissement d'une propagande de guerre russophobe de se souvenir de ces frères slaves, héros trop souvent oubliés.

Publié sur Facebook le 11 novembre 2016 Via Dany Kogan

7000 soldats russes du corps expéditionnaire se sont battus jusqu'au dernier ,seront-ils cités et honorés lors de ces cérémonies du 11 novembre en France ?

Ils y sont enterrés ,là où ils sont tombés à côté de leurs camarades français il y a cent ans comme ces 1000 qui sont tombés à Mourmelon, et dont la mémoire y est célébrée chaque année.

Sur ce monument orthodoxe, y est gravé en français:

"ENFANTS DE FRANCE! QUAND L'ENNEMI SERA VAINCU,
ET QUE VOUS POURREZ LIBREMENT CUEILLIR DES FLEURS SUR CES CHAMPS;
SOUVENEZ-VOUS DE NOUS,VOS AMIS RUSSES,
ET APPORTEZ-NOUS DES FLEURS ."...



  

Sur la terre militaire de France les sépultures sacrées de ces soldats russes, venus combattre entre 1916 et 1918 pour notre liberté, sont nombreuses et plusieurs amis m'ont fait le plaisir de partager sur FB ces témoins de pierre d'une amitié éternelle. 
Je les en remercie vivement.

Via Yvan Yffivlad :

La stèle de Brest
Via Warren Samble :



et enfin le coup de gueule de Michel Loncin : 

En ce 11 Novembre, DE FAIT, la "France reconnaissante" (c'est-à-dire "politiquement correcte" et HYSTERO-RUSSOPHOBE) se garde bien de rappeler : 

1° la victoire russe de Gumbinen (août 1914) suivie du double DESASTRE (août-septembre 1914), par la faute de généraux (Samsonov - Rennenkampf) qui se DETESTAIENT (!) de Tanneberg et des lacs Mazures qui ont permis le "rétablissement" français sur la Marne :

2° l'offensive Broussilov à partir de juin 1916 qui a permis de soulager la défense de Verdun et limité de DESASTRE de la bataille de la Somme ;
3° le fait que des Russes sont MORTS en France ... "POUR la France" !!! 

Nécessaire RAPPEL puisque MERDIAS et JOURNALOPES s'en gardent bien !!! "

Bien que trop confidentiels de nombreux documents existent sur cette aventure militaire qu'il est important de ne pas oublier comme par exemple ce travail intéressant publié sur le site du CNDP de Reims, le lien ici : Le cimetière de Saint Hilaire le Grand

Et sur cette amitié franco Russe qui est multi séculaire, j'avais fait un petit rappel sur ce blog à travers quelques pages d'une Histoire partagée, le lien ici : "Une amitié éternelle"

_________________________________


Monument de Donetsk célébrant une autre "Grande guerre patriotique", celle de 1941-1945 menée par la Russie contre la nazisme

Les autres extraits de ce journal du front peuvent être retrouvés ici : Journal du Front

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.