dimanche 12 novembre 2017

"Plutôt mourir que d'être souillé"

Pour une Europe des peuples

"Plutôt mourir que d'être souillé" devise de la Bretagne sur un mur de guerre dans le Donbass
Il y a des sujets pour le moins épineux et l'opposition entre Empire et Nation, et ses déclinaisons fédéralisme/centralisme, nationalisme/régionalisme etc... en fait partie. Souvent les partisans de l'une et l'autre de ces 2 visions sociétales qui s'affrontent depuis des millénaires, se crispent dos à dos alors qu'ils défendent souvent les uns et les autres les mêmes valeurs métapolitiques et civilisationnelles. 

Je pense qu'aujourd'hui la donne a changé et que le danger de désintégration de toute l'éthique européenne par un Nouvel Ordre Mondial qui désormais fonce à visage découvert contre nos racines doit nous commander de dépassionner ce débat pour le rendre plus passionnant et surtout efficace pour sauver la civilisation européenne et la liberté de ses peuples qui en sont les artisans et les gardiens.

Je republie ici les commentaires échangés sous le post initial...

Publié initialement sur Facebook le 12 novembre 2017

Venu dans le Donbass soutenir la rebellion de son peuple contre un régime nationaliste post Maïdan niant violemment son identité, je me suis toujours positionné dans une cohérence avec le combat identitaire des peuples d'Europe.

Aussi, c'est avec intérêt et plaisir que je vois les mouvements séparatistes européens s'unir dans une vision métapolitique dénonçant l'hégémonie de l'UE/OTAN et se rapprochant de la vision multipolaire et fédérale défendue par la Russie. 

Les peuples natifs d'Europe sont la force vive de son avenir (surtout depuis que les "États-prisons" ont trahi les valeurs qu'ils ont cultivé depuis des millénaires)... Les peuples naturels et leurs traditions natives sont la colonne vertébrale de la civilisation européenne.

Il serait pertinent et constructif que certains "nationalistes" européens, attachent plus leurs souverainismes à des valeurs natives plutôt qu'à des territoires historiques ou des ideologies exogènes se rapprochent de leurs peuples fondateurs pour entamer au delà des idéologies politiciennes une véritable révolution conservatrice occidentale...

Cela demande de s'intéresser plus à l'être des racines éternelles plus qu'au paraître des feuillages éphémères...

Erwan Castel, volontaire breton en Novorossiya


Source de l'article : Leia Naziunale


  Manifeste de la coordination "Peuples-Patries d'Europe"

    Aujourd'hui, l'Europe est confrontée au plus grave des périls qui aient menacé son existence depuis le début de son histoire. Nos peuples, submergés par une vague migratoire sans précédent, voient leur réalité ethno-culturelle se dissoudre irrémédiablement. Notre culture, nos identités s'effacent peu à peu, rongées par un mode de vie importé d'outre atlantique, d'une vulgarité et d'une vacuité sans précédent. Nos valeurs les plus sacrées, religieuses, patriotiques sont tournées en ridicule, l'essence même de la famille est sapée par des lois contre-nature. L'origine de cette agression se trouve dans le triomphe de l'idéologie mondialiste.

Depuis la chute de l'URSS, le Nouvel Ordre Mondial incarné par l'impérialisme yankee étend son emprise, appuyé par son bras armé, l'Otan. Les états d'Europe de l'ouest vassalisés depuis la fin de la seconde guerre mondiale n'ont ni la taille ni les ressources pour s'opposer à une telle puissance. Bien pis, dirigés par des élites acquises à la finance internationale, ils se font les complices de cette entreprise de destruction. L'Union Européenne, simple marché économique ouvert aux quatre vents, a été voulue dès son origine par les réseaux atlantistes et n'a aucunement l'intention de se doter de la puissance nécessaire pour exister politiquement.

Depuis plusieurs décennies, des peuples patries d'Europe tentent de s'émanciper des états centralisateurs qui les étouffent. Cette démarche est salvatrice car seuls les groupes humains reposant sur des liens charnels seront à même de résister à la mondialisation. Cependant là encore, au sein de ces mouvements de libération, se sont infiltrés des courants acquis aux idéaux pervers de la mondialisation. Ils refusent de reconnaître les réalités ethniques, font allégeance aux valeurs sociétales de l'extrême gauche et manifestent un aveuglement mortel en plaçant leurs espoirs dans l 'UE.
C'est pourquoi les mouvements SOM Catalans ( Catalogne ) , Resistència ( Catalogne nord ), Leia Naziunale ( Corse ), Adsav ( Bretagne ) et la revue War Raok ( Bretagne ) ont décidé d'unir leurs efforts au sein de la Coordination des Peuples Patries d'Europe. Héritiers des mouvements qui, à l'aube du 20ème siècle, ont levé les premiers le drapeau des patries charnelles, nous voulons reprendre la place qui nous est due. Cette coordination nous permettra d'acquérir une meilleur visibilité médiatique, elle montrera à nos militants et à nos peuples que notre courant de pensée n'est pas isolé mais au contraire, pourra demain prendre la tête de nos luttes de libération nationale.

Que voulons nous ? Tout d'abord, la fin des "états-prisons" et la libération de nos peuples. Il faut que meurent les états engendrés par la répression colonialiste ou l'utopie des lumières afin que fleurissent les cents drapeaux des patries nées de la fusion de la terre et du peuple. Ensuite, nous appelons de nos vœux, la naissance d'une Europe-Puissance auto-centrée, unifiée en son sommet autour des fonctions régaliennes ( Armée , dissuasion nucléaire, diplomatie internationale ), l'édification d'un bloc géopolitique unissant l' Europe et la Russie, de Galway à Vladivostock. Cette alliance aura pour but l'émergence d'un monde multipolaire, seul projet alternatif à l'hégémonie atlantiste. Ces objectifs politiques impliquent la désintégration du "bloc de l'ouest" mondialiste actuel et des idéologies et structures s'y rattachant. Les Peuples-Patries et l'Identité seront le moteur des résistances anti-mondialistes en Europe de l'Ouest. C'est à partir de ces points d'appui se construira l'Europe libre de demain.


Autre source : Adsav

____________________________


Commentaires (FB)

Martin Schäubli-Lopez 
Désolé, mais c'est exactement ce que tout ces mouvements séparatistes ne font pas!!¨Ils veulent une "indépendance" dans le cadre de l'UE !!! Donc une dépendance à l'UE. C'est du pipo tout ça, soutenu par l'UE et dans le but de détruire les états-nations...Voir plus

Erwan Castel 
Niet, le mouvement séparatiste breton auquel j'appartiens refuse l'UE. Pour la Catalogne cette dernière soutient Madrid et non Barcelone

Martin Schäubli-Lopez 
Le séparatisme en général soutient l'UE et le système dicdatorial. Dans le cas de la catalogne c'est en plus tellement visible que ça crève les yeux. Madrid n'a rien à voir en principe, sauf que Madrid n'a plus aucun pouvoir. Tout ça est orchéstré par l'UE et les Usa.

Erwan Castel 
La réalité est que le système ploutocratique mondialiste aura plus de difficulté à contrôler des peuples usant d'une gouvernance référendaire que des gouvernements corrompus, aux parlements achetés par les lobbys industriels

Martin Schäubli-Lopez 
Erwan Castel Bien sûr, mais alors faudra dans un premier temps sortir des systèmes éléctoraux actuels et passer é un système de démocratie dirècte comme en Suisse, mais cela sera impossible à faire aussi longtemps que l'UE existe et domine tout!!!

Lucie Sraubli 
Martin Schäubli-Lopez, pas terrible en Suisse, la democratie directe est en fait une democratie semi-directe 
et actuellement, c'est Bruxelles qui annule les resultats des votations ! Ca fout les boules......

Voir ce site http://lesobservateurs.ch - Les Observateurs Politiquement correct s'abstenir

Martin Schäubli-Lopez 
Lucie Sraubli je sais bien que la Suisse est infiltrée depuis bel durette. Et que ses conseillers fédéraux sont des corrompus. Déjà ils se sont pliés aux exigences des US pour le secrèt bancaire, c'est scandaleux. Et des Suisses de souche faudra bientôt les chercher, car grâce a l'immigration massive le peuple s'est trop mélangé déjà.

Lucie Sraubli 
Martin Schäubli-Lopez
Le tableau est donc en train de s'assombrir, dans tous les sens du terme  😁
Les de souche, on va peut-etre les mettre dans des reserves comme les indiens 😜

----------------

Erwan Castel J
 Je pense que réduire le débat à une incompatibilité entre la revendication identitaire des entités "régionales" et le souverainisme des États actuels est une erreur. Car il s'agit "in principio" d'un duel très ancien (15 siècle) entre 2 visions de gouvernance sociétales : le centralisme descendant (Jean Bodin) et la subsidiarité ascendante (Althussius Johannes) que l'on retrouve un peu dans l'opposition girondin Jacobin par exemple, écho de l'opposition Empire au sens antique) à Nation (au sens politique moderne de la royauté) . Je pense pour ma part que le débat n'est pas dans la question "êtes vous breton ou français", mais comment peut-on être breton (nationalité au sens étymologique) français (citoyenneté historique) et européen (identité civilisationnelle). L'ennemi restant dans ce débat passionnant (si'il est dépassionné), la tentation de la pensée unique.

Jean-Marc Suzeau 
Toujours cette obscure manipulation sioniste... et chacun y va de sa prose, pour biaiser le problème...c'est à dire, par manque de courage.

Erwan Castel 
Jean Marc Suzeau, qu'il y ait des manipulations des mouvements régionalistes (au même titre que des gouvernements nationaux d'ailleurs) par des intérêts exogènes est une réalité que je ne nie pas (le mouvement breton fut courtisé en son temps par le 3ème Reich). Mais cela ne doit pas être un prétexte pour évacuer d'un revers de manche la problématique des minorités (minorisés serait plus juste) européennes. Que des groupes touaregs agissant au Nord Mali soient affidés à Al Qaida (suite à une manipulation occidentale anti-Khadafi notamment) ne discrédite pas la problématique de cette nation sans Etat, écartelée entre 5 frontières héritées du colonialisme. De même si on observe les confits qui ont ravagé l'Europe au XXème siècle (et jusqu'à celui de l'Ukraine) on s’aperçoit qu'il il y a souvent à l’origine un déséquilibre identitaire organisé par des traités étatiques méprisant les peuples (Versailles ou Ribentrop_Molotov pour ne citer que 2 traités) et qui créée un sentiment d'injustice (Sudètes Dantzig, Lvov, Crimée etc...) Toutes ces crises dont certaines débouchent malheureusement sur des conflits armés ont en commun, comme facteur aggravant ou déclencheur, l'arrogance d'Etats-nations (guidés par leurs intérêts économiques), vis à vis des peuples natifs européens. La France par exemple est une réalité historique à l'identité légitime à condition qu'elle se définisse dans l'option d'un centralisme politique dans les limites de son territoire naturel, ou dans l'option' d'une extension territoriale (ce qui est le cas aujourd'hui) par une organisation sociétale de type fédéral. Les nations amérindiennes de Guyane vivent un véritable culturocide au nom de la loi républicaine unique et égalitariste, alors que l'Etat devrait organiser, par une reconnaissance et une protection, la continuité des droits coutumiers qui sont le socle d'identités multimillénaires adaptées à leur environnement (ce que fait la Russie avec ses peuples autochtones comme au Kamchatka par exemple). J'ai évoqué rapidement les touaregs, les bretons, les amérindiens en passant par les russes d'une Ukraine désintégrée etc... C'est peut-être confus sauf si on observe que les problématiques diverses de ces peuples minorisés sont la conséquence d'un colonialisme de la pensée unique et d'un centralisme de la gouvernance qui sont les 2 piliers des dictatures religieuses, politiques, économiques ou militaires qui asservissent les Hommes depuis des millénaires...

Jean-Jacques Valliet 
Là au moins le discours est clair !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.