samedi 8 octobre 2016

Sentez vous l'odeur du souffre ?

Les USA emportés par leur délire russophobe veulent nous précipiter vers la guerre !


Depuis 25 ans les néo-conservateurs américains soufflent progressivement sur les braises de la guerre froide pour rallumer le feu entre Washington et Moscou. Ces dernières années après les guerres déclenchées en Géorgie (1994) et en Serbie (1999), les tensions entre l'Est et l'Ouest se sont considérablement détériorées avec notamment les tentatives de préemptions organisées par l'administration Obama en Syrie et en Ukraine vie des mouvements extrémistes violents...

La Russie, lassée de ces incessantes opérations étasuniennes de déstabilisation des pays non alignés et surtout menacée aujourd'hui sur ses frontières nationales a décidé de réagir avec fermeté en soutenant les peuples qui refusent de se soumettre à cette stratégie du chaos insensée...
En Ukraine et en Syrie dans des déclinaisons politico-militaires différentes, les conflits déclenchés par l'hégémonie militaro-industrielle étasunienne sont arrivés à des points de rupture au delà desquels un embrasement général et incontrôlable est à craindre.

En Syrie comme en Ukraine, les plans de paix se révèlent impossibles à réaliser car, dans ces guerres "asymétriques", les adversaires politiques qui tentent des négociations ne sont quasiment jamais les belligérants qui s'affrontent par procuration sur le terrain, pas plus qu'ils ne représentent les commanditaires qui ont déclenché les conflits pour des intérêts extérieurs...
La Russie qui a dévoilé la perversion de ce jeu géopolitique pervers et amoral a mis en échec les offensives terroristes menés par les chiens enragés de Washington,qu'ils soient banderistes ukrainiens ou djihadistes syriens, mais s'est attiré depuis les foudres de la Maison Blanche qui ne supporte pas de voir ses plans de conquêtes territoriales stoppés et sa perfidie dévoilée.

La Maison Blanche excitée par la surenchère des discours électoraux de sa campagne présidentielle vient donc de "passer à la vitesse supérieure" sa stratégie russophobe et belliciste. 


Déclarer la guerre à la paix et provoquer la Russie à la guerre

En septembre, Washington saborde délibérément le processus de paix déjà fragile,en bombardant le 17 septembre à Deir ez-Zor un position connue de l'armée syrienne. Le mode opératoire de ce bombardement qui a tué 80 soldats syriens exclut catégoriquement l'hypothèse avancée par le Département d'Etat étasunien d'une "erreur de tir" car la violence et la durée (1 heure complète) montrent qu'il s'agit en fait d'un bombardelent intentionnel qui constitue une violation du cessez le feu, un soutien aux djihadistes d'AlQaida qui étaient encerclés et un "casus belli" contre la Syrie. Sans compter que les interventions de l'armée étasuniennes en Syrie sont totalement illégales contrairement à celles de l'armée russe qui ont été demandées par le gouvernement légal de Bachar El Assad et approuvées par le parlement russe .  s

Depuis cette date,  on peut relever une nombre inquiétant de bouffées délirantes de la part des "néocons" de Washington, représentants hystériques d'un Nouvel Ordre Mondial vacillant et qui désespérément se lance dans une fuite en avant suicidaire :
  • Le 28 septembre, John Kirby, porte-parole du Département d’Etat américain (State Departement) a directement menacé la Russie d’attaques dans ses villes si la Russie ne cesse pas de soutenir le Président Assad. il évoque des attentas menés sur le sol russe par les groupes terroristes aujourd'hui soutenus par Washington en Syrie !
  • Le 28 septembre Ashton Carter, le Secrétaire américain à la Défense ou devrait-on plutôt nommer le "Docteur Folamour" évoque le déploiement d'une force d'action rapide sur les frontières de la Russie pour dans l'éventualité d'un engagement "conventionnele et nucléaire" contre Moscou !
  • Le 29 septembre, le New York Times en évoquant la situation militaire syrienne, qualifie la Russie d' "Etat hors la loi", justifiant les préparatifs d'une nouvelle escalade militaire étasunienne contre les forces gouvernementales du Président Assad, soutenues dans leur combats anti terroristes par Moscou.
Ces trois délires ne sont malheureusement pas isolés, ils font suite à des déclarations tonitruantes prononcés chaque semaine depuis les conférences de presse des généraux étasuniens jusqu'aux tribunes de la candidate "Killary" Clinton qui ne jure par par la guerre contre l'Iran et la Russie...

Dans un crescendo permanent, montrant que leur folie ne connait aucune limite, les faucons (et vrais cons) de guerre étasuniens, via les voix d'une meute de généraux du Haut commandement US ont lancé cette semaine une bordée de menaces hallucinées qui peuvent être considérées comme une véritable déclaration de guerre contre la Russie ! (voir en fin d'article)

Tandis que le monde suspend son souffle en regardant anxieusement la Syrie, de la Chine à l'Ukraine, les cliquetis les armes sont fourbies sans complexe par les chiens de garde militaires ou médiatiques d'un Nouvel Ordre Mondial qui semble vouloir la guerre à tout prix.
Alep est sur le point de tomber, provoquant le panique dans les alcôves de l'administration étasunienne qui pleure les pertes subies par leurs mercenaires djihadistes et veut les venger en attaquant directement Damas, et l'évolution à court terme de la situation risque de peser sur la stabilité d'autres théâtres d'opérations où l'Oncle Sam a jeté son dévolu, comme en Ukraine par exemple.


Michel Collon, "Après la Syrie, c'est nous !"



Le Donbass, un front maintenu à feu doux 

Bien qu'ayant diminué les bombardements ukrainiens continuent de frapper la population du Donbass
Autour de Donetsk et Lugansk, la situation militaire après une accalmie relative d'une vingtaine de jours, connait une nouvelle escalade progressive avec un retour des attaques ukrainiennes sur la ligne de front :
  • Les bombardements tout d'abord ont connu une augmentation sensible cette semaine où 1352 violations ukrainiennes du cessez le feu ont été enregistrées dont 803 tirs réalisés avec des armes prohibées par les accords de Minsk, de calibres supérieur à 100mm. Au total 31 localités (districts et villages) ont été touchés par l'artillerie ukrainienne.
Bombardements ukrainiens à Yasinovataya le 2 octobre 2016
video
  • Par ailleurs des opérations de sabotage ont été relancées par Kiev au cours de la semaine, comme par exemple la destruction par mine terrestre d'un camion citerne sur Makeevka (Nord Est de Donetsk) dont l'explosion a endommagé 1 école 3 jardins d'enfants et une dizaine de maisons individuelles.
  • Kiev également montre toujours des réticences à réaliser le retrait prévu de ses forces dans les zones de Petrovsky et Stanitsa Luganskaya, alors que c'est un des points importants engagés avec le cessez le feu par le groupe de contact pilotant les accords de Minsk. 

Pendant cette semaine, 5 soldats républicains ont été tués sur le front 3 autres blessés, tandis que des civils étaient à nouveau blessés par des éclats d'obus à Trudovsky et Zaitsevo.

A noter également que dans la journée d'hier un hélicoptère ukrainien a été aperçu à l'Ouest de Donetsk, au nord des positions ukrainiennes de Krasnogorovka, confirmant (nouvelle violation des accords de Minsk) le retour discret mais progressif de l'armée de l'air ukrainienne sur la ligne de front...

Hélicoptère Mi8 ukrainien
De toute évidence Kiev, qui est sommée par des partenaires occidentaux de plus en plus fatigués de d'engager l'application des accords de Minsk, traîne des pieds pour ne pas provoquer la colère des radicaux qui sont farouchement opposés au processus de paix engagé dans le Donbass. 

Victoria Nuland lors de sa visite à Moscou a joué l'hypocrite face aux responsables russes rencontrés, Yuri Ushakov assistant présidentiel et Vladislav Sourkov le conseiller spécial en charge du dossier ukrainien. En effet, la marraine du Maïdan, invoquant la paix a juré de faire pression sur Kiev pour que les accords de Minsk soit enfin engagés en commençant notamment par la tenue d'élections locales reconnues dans le Donbass.

Il est fort probable que ces gesticulations diplomatiques du Département américain qui réanime précisément aujourd'hui le processus de paix en Ukraine cherchent a doter Washington d'une monnaie d'échange pour tenter de faire céder la Russie en Syrie...

Porochenko doit également lorgner du côté de la Syrie espérant qu'un embrasement de la situation et une confrontation grave entre Moscou et Washington sur ce théâtre d'opérations lévatin poussent les USA à abandonner leur coopération avec Moscou dans le dossier ukrainien et lui accorder ainsi malgré les quelques 10% de popularité lui restant encore un nouveau sursis politique.

Sur le terrain les "ukrops" montrent au contraire la véritable intention politique de Kiev (et des USA), orientation qui diverge de celle des discours cyniques des diplomaties occidentales paniquées et qui prouve que l'opération Nuland à Moscou n'est probablement qu'un nouveau coup de bluff d'un poker menteur étasunien. 

Ainsi, des convois militaires continuent d'attester un renforcement permanent des positions ukrainiennes, y compris sur les frontières avec la Crimée russe où des matériels de génie de combat viennent de rejoindre les unités d'assaut déjà nombreuses concentrées dans la région de Kherson. 

5 octobre unités amphibies du génie de combat ukrainien en route vers les portes de la Crimée


Le général US Thomas Power, en parlant de la guerre nucléaire ou d’une première frappe par les États-Unis disait au moment de la Guerre Froide : « Toute l’idée est de tuer ces salauds ! ! A la fin de la guerre, s’il ne reste que deux Américains et un Russe, nous aurons gagné !  » Il semblerait que ce psychopathe ait fait des émules...

Erwan Castel, volontaire en Novorossiya

"Les cons ça ose tout c'est même à ça qu'on les reconnait !"

Mardi 11 octobre les généraux Anderson Milley et Hix, trio de possédés galonnés s'est donné en spectacle devant un parterre de journalistes atterrés par la surenchère de leurs vociférations belliqueuses dont l'analyse éventuelle relève plus du diagnostic psychiatrique que du commentaire politique.


Source de l'article, le lien ici : Réseau International

Le Chef d’État-Major de l’armée américaine menace violemment la Russie: 
« nous allons vous stopper et nous allons vous battre 
plus durement que vous ne l’avez jamais été auparavant »

La rhétorique anti-russe est très en vogue ces derniers temps, surtout Outre-Atlantique mais aussi en Europe. Mais celle-ci est sans précédant et dépasse tout entendement. A défaut de sortir de la bouche d’un président sortant, cette déclaration sonne en tout point comme une réelle déclaration de guerre de l’armée américaine à l’attention de la Russie.

Les tensions entre les Etats Unis et la Russie ne cessent d’augmenter. Le menaces et provocations entre les deux géants se précisent. A défaut de sortir de la bouche du président Obama, cette déclaration du Chef d’Etat-Major sonne comme une ultime provocation avant une entrée en guerre.

Endgame (fin de partie). Ces mots ont été prononcés dans ce discours prétentieux et va-t-en-guerre du Chef d’État-Major de l’Armée américaine qui voudrait clairement embarquer la Russie dans un conflit ouvert. Il cite également une déclaration qu’aurait fait un ambassadeur russe que je n’ai pourtant trouvé nulle part sur la toile (intox?). Milley ne cite aucune référence précise sur les circonstances de cette déclaration choc. Il s’en sert néanmoins pour justifier sa rhétorique guerrière bien rodée.

Aujourd’hui, « Nous n’avons jamais été aussi proche d’une 3ème guerre mondiale », c’est un fait. Si la tension ne redescend pas rapidement, nous aurons beaucoup de chance si l’année se termine sans encombre. Les mondialistes veulent une guerre mondiale à tout prix et ils semblent très décidés à l’obtenir. Bien évidemment, en cas de guerre avec la Russie et en vertus des traités de l’OTAN, la France devra sans sourciller se ranger du côté des Etats-Unis et ses citoyens devront se résoudre à mourir pour la gloire de l’impérialisme américain et quelques psychopathes mondialistes.

Mardi, le Chef d’État-Major de l’armée américaine a émis un avertissement sévère à l’encontre des menaces potentielles comme la Russie et a promis que l’armée vaincra tout ennemi dans un combat au sol.

« La volonté stratégique de notre nation, les États-Unis, est remise en cause et nos alliances sont testées de manières auxquelles nous n’avons pas été confrontées depuis de nombreuses décennies » , a déclaré le général Mark Milley, Chef d’État-Major de l’Armée de Terre à son auditoire lors de la réunion annuelle de l’Association of the United States Army à Washington, DC.

« Je veux être bien clair avec ceux qui veulent nous faire du mal … l’armée des États-Unis – en dépit de tous nos défis, en dépit de notre tempo opérationnel, en dépit de tout ce que nous avons fait, nous allons vous stopper et nous allons vous battre plus durement que vous ne l’avez jamais été auparavant. Ne vous méprenez pas à ce sujet  ».

Les commentaires de Milley viennent au cours d’une année électorale où les électeurs vont décider d’un nouveau président et d’un commandant en chef et une période d’augmentation de l’activité militaire des concurrents quasi-pairs, y compris la Russie et la Chine.

L’armée a lutté pour reconstruire sa volonté après plus d’une décennie d’opérations de combat prolongées en Irak et en Afghanistan. Le service a considérablement réduit la taille de sa force depuis la guerre froide et a diminué son budget de modernisation dans la dernière décennie, affirme Milley.

« Alors que nous nous sommes concentrés sur la lutte anti-terroriste, d’autres pays comme la Russie, l’Iran, la Chine, la Corée du Nord nous ont étudié » a-t-il dit. « Ils ont étudié notre doctrine, nos tactiques, nos équipements, notre organisation, notre formation, notre leadership. Et, à leur tour, ils ont révisé leurs propres doctrines, et ils modernisent rapidement leurs armées aujourd’hui pour éviter nos forces dans l’espoir de nous vaincre à un certain moment dans l’avenir. » 

Milley a également cité un haut responsable russe qui aurait déclaré publiquement: «L’ordre mondial établi subit un bouleversement fondamental » et que « la Russie peut maintenant mener une guerre conventionnelle en Europe et la gagner. »

Le général a averti que la guerre future avec un adversaire quasi-pair sera « hautement létale, contrairement à ce que notre armée a connu au moins depuis la Seconde Guerre mondiale. »

« Nos formations devront probablement être petites; nous devrons nous déplacer constamment, » a-t-il dit. « Sur le champ de bataille future, si vous restez dans un endroit pendant plus de deux ou trois heures, vous serez mort.» 

Malgré les défis, Milley a déclaré que l’Armée de Terre s’adaptera pour survivre sur un champ de bataille aussi dangereux.

« C’est un défi de taille, pour sûr, de projeter sa puissance dans des théâtres contestés, combattre dans des zones urbaines très peuplées, pour survivre et gagner sur des champs de bataille intensément létaux et éparpillées et de créer des meneurs et des soldats qui peuvent l’emporter. Ce sera difficile? Oui, mais impossible? Absolument pas », a déclaré Milley.

« Ne vous méprenez pas à ce sujet, nous pouvons maintenant et nous allons … conserver la capacité de nous déployer rapidement, » a-t-il dit, « et nous allons détruire tout ennemi ou qu’il se trouve et en tout temps. »

Lino Ventura et Francis Blanche plus actuels que jamais
(Les tontons flingueurs, dialogues de Michel Audiard)


________________________________________





*
*   *

Pour m'aider dans ce travail de réinformation

Si l'argent est le nerf de la guerre il est malheureusement également aussi celui de la réinformation pour laquelle j'ai décidé de me consacrer à plein temps malgré une absence actuelle de revenus.

Merci d'envoyer vos contributions de soutien sur le compte référencé ci après à partir duquel sont envoyés les virements vers le Donbass

Observation : la plus petite somme (équivalent à celle d'un paquet de cigarette) est la bienvenue et vitale ici.

En vous remerciant par avance de votre soutien moral et matériel 

Bien à vous 
Erwan





1 commentaire:

  1. Bon c'est l'escalade verbale des militaires, suite à la fin de partie diplomatique. Les américains appellent ça "play chicken". Et n'oublions pas la célèbre roulette russe...

    Partie hautement symbolique et psychologique...

    Finalement assez "normal" , si on prend bien soin de préciser que c'est une guerre...

    Par ailleurs, les insinuations du Conseil de l'Atlantique et du Aspen Institute semblent converger vers une guerre mondiale chaude, un carnage hautement technicisé. Pour certains plutôt court mais ultra-puissant (genre guerre nucléaire contre cités). Pour d'autres une guerre de position ultra-furtive.

    Franchement, 70 ans de guerre secrète ne nous ont pas habitués à imaginer ce que les états-major ont mijoté.

    Reste le contexte fondamental incontournable :démographie :8 milliards. Essouflement naturel voire désastre écologique majeur (je suis océanologue...) sur fond de changement climatique NON naturel. Epuisement de ressources, par exemple halieutique et en terres arables. Apostasie, mysticismes morbides et surtout immoralité.

    Bref, la vie humaine est en baisse...

    RépondreSupprimer

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.