dimanche 30 octobre 2016

Orages d'acier sur le Donbass

Une fin de mois d'octobre meurtrière

Quand notre étoile se cache, le feu meurtrier des hommes prend alors le relais et, en incendiant les nuits du Donbass, il anime la ligne de front de convulsions dantesques au milieu desquelles les hommes et les dieux fondent et se confondent... 

Photo DNR 24
Cette dernière semaine du mois d'octobre, l'armée ukrainienne comme d'habitude a interprété de façon sanglante les résolutions prises lors de la dernière réunion du "Quartet Normandie" (Hollande, Merkel, Poutine et Porochenko), prouvant s'il en était encore besoin l'hypocrisie de la marionnette étasunienne installée à Kiev.

7 tués et 27 blessés

Durant la semaine écoulée, Les forces de Kiev ont violé 2578 fois le cessez le feu, dont 1673 fois à l'aide de calibres de plus e 100mm prohibés par les accords de Minsk, (chars, artillerie et mortiers).au total, 3 civils onnt été tués et 18 autres blessés, tandis que du côté des forces républicaines on dénombrait 4 tués et 9 blessés. Les dégâts sont également importants : 45 maisons et bâtiments publics ont été gravement endommagés ou détruits.

La journée la plus meurtrière a été celle du 27 octobre lors de plusieurs bombardements massifs principalement à Makeevka au Nord Est de Donetsk (3 tués et 10 blessés). Ce jeudi sanglant a fait au total 5 morts et 16 blessés, plusieurs griévement atteints, comme Sofia, une enfant de 6 ans.

Une nouvelle fois ce sont des quartiers résidentiels civils qui ont été pris pour cible par Kiev
Un autre bombardement massif a et lieu dans le Sud de Donetsk, à Elenovka, et au Sud de la République où là aussi l'armée ukrainienne a utilisé pour pilonner la population civile ses obusiers de 152mm, censés être retirés à plus de 30 km de la ligne de front. 

Depuis ces bombardements meutriers les combats n'ont pas cessés et chaque nuit l'artillerie ukrainienne recommence ses bombardements habituels sur la trentaine de villages et districts urbains situés sur la ligne de front des 2 républiques de Donetsk et Lugansk.



Les autorités de la République de Donetsk ont demandé à l'OSCE de vérifier les renseignements que leurs services de renseignement leurs ont transmis sur l'identité des unités d'artillerie responsables de ce bombardement de Makeevka. Il s'agit d'unités d'artillerie qui avaient été repérées se déployant près de la ligne de front lors de la dernière rotation d'unités ukrainiennes. 

Un compte rendu d'observation avait alors été transmis à l'OSCE sans obtenir de réaction de sa part... Les autorités de la République espèrent pouvoir aborder ce bombardement particulièrement meurtrier lors de la prochaine réunion du "groupe de contact Minsk" qui doit avoir lieu le 9 novembre prochain.

Pour terminer ce rapport de situation sur une note plus positive, il faut noter que le 57ème convoi humanitaire russe est arrivé dans les Donbass à Lugansk et Donetsk le 27 octobre 2016. Le fret moyen emporté par chque convoi est d'environ 2000 tonnes de nourritures, médicaments équipements sanitaires, chauffages etc... 

A cette aide fraternelle vitale en provenance de la Russie (et qui est également une application du point 7 des acords de Minsk : "Garantir l'aide humanitaire dans le Donbass") il faut rajouter l'accueil des réfugiés, les aides aux entreprises de reconstruction, etc... mais aussi toutes les actions bénévoles, associatives ou individuelles qui par centaines permettent chaque jour de soutenir le peuple du Donbass et lui permettre de survivre dans la tourmente de l'Histoire.

video


A Berlin, le laquais Porochenko 
essaye de nous servir la recette Yougoslave sauce Maïdan

La réunion du quartet Normandie, Présidents et Ministres allemands, français, russes et ukrainiens
Lors du dernier sommet du Format Normandie (Allemagne, France, Russie, Ukraine) organisé à Berlin le 19 octobre dernier, les chefs d'état ont accordé un nouveau sursis d'un mois au protocole de Minsk, le temps qu'une nouvelle feuille de route soit élaborée pour tenter de débloquer le processus de paix toujours enlisé sous les bombardements ukrainiens et le refus de la Rada de réformer la constitution ukrainienne pour donner un cadre législatif aux élections locales et au statut spécial demandées par les accords signés il y a 2 ans.

Le Ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier, commentant cette nouvelle réunion Minsk au journal Märkische Allgemeine, a déclaré : "Il est parfois nécessaire de se rappeler ce qui a été réalisé à travers le processus de Minsk,  en dépit des nombreux inconvénients: nous avons pu éviter que la confrontation au Donbass ne débouche sur un conflit militaire complet et au-delà de tout contrôle, ce qui pourrait, à son tour, se développer en un feu dans au cœur de l'Europe "-

Si je crois le représentant de la diplomatie allemande sincère, en revanche la position défendue par Kiev est loin d'être cohérente et la stratégie proposé par Porochenko à le goût amer d'un cynisme calculateur et belliciste.

En effet le processus de paix est bloqué essentiellement du fait de Kiev qui refuse d'appliquer la feuille de route signée à Minsk en septembre 2014 puis février 2015. Ce sabotage repose sur plusieurs violations des accords de Minsk dont les 2 principaux sont :
  • Les violations quotidiennes du cessez le feu par l'armée ukrainienne
  • Le refus de réformer la constitution et d'engager la décentralisation demandée
Porochenko est coincé car d'un côté il est poussé par des partenaires occidentaux fatigués à engager enfin  les accords de Minsk (qui ont plus d'une année de retard), il sait en revanche que cette réforme constitutionnelle, qui est même refusée par les députés de son propre parti, provoquera en cas de mise en oeuvre le renversement immédiat de son gouvernement.

Donc la marionnette étasunienne de Kiev essayant de ménager la chèvre et le chou contourne le problème et en révise à sa manière les 13 points définis par les accords de Minsk...

En effet Porochenko avant cette réunion de Berlin avait déjà annoncé qu'il voulait rajouter au "package de sécurité" (cessez le feu, retrait des armes et OSCE) le contrôle des frontières entre les Républiques et la Russie par ses forces armées... Ce qui revient à inverser la mise en oeuvre initialement prévue !

En demandant cela le satrape de Kiev, d'une part repousse une inévitable et fatale confrontation politique interne, mais surtout provoque les Républiques du Donbass (et la Russie) qui ne sont pas dupes des conséquences militaro-économiques qu'un contrôle des frontières par Kiev occasionnerait :
  • La réalisation d'un blocus économique complet de Donetsk et Lugansk
  • Le déploiement d'une force militaire à l'arrière de la ligne de front...
Autant dire que les accords de Minsk pourront alors être oubliés ou au mieux traînés à nouveau dans le calendrier pendant que les Républiques sans statut officiel seront asphyxiées et à la merci de Kiev. Voilà pourquoi cette proposition est tout simplement inacceptable !


Où il est question de la mission armée de l'OSCE...



Alors, pour tenter d'adoucir les angles de son piège grossier, Porochenko a proposé que dans un premier temps le contrôle des frontières soit confié à une mission armée de l'OSCE, qui les restituera à l'Ukraine après la tenue des élections locales dans le Donbass.

Ce faisant Porochenko demande à l'OSCE d'assumer l'inacceptable et, connaissant les effectifs et les moyens dont elle disposerait éventuellement, il sait très bien que en cas d'escalade militaire sur le front cette dernière ferait appel à une intervention armée pour régler un conflit dépassant ses compétences.

Cette idée d'une mission armée de l'OSCE est également une provocation indirecte lancée contre les Républiques de Donetsk et Lugansk qui depuis leurs représentants jusqu'aux manifestations populaires rejettent catégoriquement cette éventualité surtout depuis que la neutralité officielle des observateurs internationaux a plusieurs été légitimement mise en cause.

On voit comment Porochenko par ce subterfuge diplomatique, et certainement aux ordres des néo-cons de Washington, continue sa valse hésitation du 1 pas en avant 2 pas en arrière pour visiblement gagner du temps. En attendant le 8 novembre et le résultat des élections étasuniennes pour savoir sur quel pied elle pourra continuer à danser l'année prochaine, Kiev fait ainsi également le jeu de Washington qui préfère garder l'Ukraine avec une guerre larvée qui constitue un deuxième front de réserve pour soutenir éventuellement une Syrie de moins en moins contrôlée par ses forces alliées djihadistes.


Des européens contrariés mais serviles 



Alors que la réunion de Berlin s'était donnée comme objectif de négocier sur les négociations afin de les débloquer, Porochenko au lieu d'aider la réanimation du processus de paix, avec son histoire de mission armée de l'OSCE contrôlant les frontières à rajouter un problème insoluble supplémentaire.

Vraisemblablement au cours des prochaines semaines, un fracture risque d'apparaître dans le camp occidental entre Washington qui veut verrouiller sa politique russophobe en Ukraine et les pays européens continentaux, qui commencent aux milieu de leurs crises multiples à être lassés de cette crise ukrainienne coûteuse et où ils ont été sacrifiés sur l'autel des intérêts étasuniens, notamment en montant dans le train de représailles économiques contre Moscou et dans lesquelles ils y laissent de nombreuses plumes, au contraire de Washington.

Cependant il est peu probable que la majorité des pays européens et particulièrement ceux qui interviennent dans les négociations de Minsk se rebellent contre leur maître étasunien, tant leur dépendance économique et militaire au système dirigé par Washington les confine dans une servilité suicidaire.... La participation militaire de l'Allemagne à l'enserrement de la Russie par l'OTAN ou celle de la France dans le conflit syrien montrent bien de la part des deux pays considérés comme la colonne vertébrale de l'Europe une totale allégeance à la politique hégémonique de la Maison Blanche...

L'Europe a courbé l'échine ...


Erwan Castel, volontaire en Novorossiya



 *
*   *

S'il vous plaît, pour m'aider dans ce travail de réinformation

Si l'argent est le nerf de la guerre il est malheureusement également aussi celui de la réinformation pour laquelle j'ai décidé de me consacrer seul et à plein temps malgré une absence actuelle de revenus et une censure de mon travail par les agences de presse occidentales collabos ... et locales, obsédées par la recherche du monopole de l'information.

Merci d'envoyer vos contributions de soutien sur le compte référencé ci après à partir duquel sont envoyés des virements vers le Donbass

Observation : la plus petite somme (équivalent à celle d'un paquet de cigarette) est la bienvenue et vitale ici.

En vous remerciant par avance de votre soutien moral et matériel 

Bien à vous 
Erwan





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.