mercredi 10 avril 2019

Des aigles hurlants volent vers l'Ukraine


Avril semble être le mois des rotations pour les soudards de l'OTAN en charge de la formation de leurs auxilliaires ukrops qui mènent une guerre depuis 5 ans contre la population du Donbass. Cette population russe qui a refusé de se soumettre à un nationalisme ethno-centré ukrainien reprenant la doxa russophobe et haineuse du bandérisme néo-nazi, se retrouve désormais aux avants poste de l'empire russe assiégé par une alliance atlantique de plus en plus agressive et qui a mis ses rangers en Ukraine.

Officiellement bien sûr l'Ukraine n'est pas dans l'OTAN, et pas prête de l'intégrer selon certains...
Officiellement bien sûr c'est l'armée russe qui occupe le terrain de ce pivot stragtégique européen...

Et pourtant... 

...depuis le coup d'Etat du Maïdan ce sont bien les forces de l'alliance militaire atlantiste, qui est rappelons le sous commandement étasunien, qui n'ont pas cessé de multiplier leurs interventions en Ukraine, et de s'y implanter de façon permanentes sous couvert d'exercices interalliés maritimes et terrestres successifs, de formations tactiques et techniques, d'aménagements logistiques, de livraisons de matériels et d'armements auprès d'une armée ukrainienne que les occidentaux veulent aligner sur les normes de l'OTAN, sans oublier les missions d'observation et de reconnaissance réalisées par leurs ressources de renseignement sur la ligne de front du Donbass et les zones frontalières de la Russie. 

Comme à chaque fois les pays ciblés par le Nouvel Ordre Mondial sont attirés par l'appât économique d'une Union Européenne de façade pour mieux tomber dans les rets d'une OTAN où ils sont d'ailleurs souvent intégrés bien avant l'UE, preuve que l'expansion militaire étasunienne est prioritaire sur l'extension économique européenne. 

Si l'intégration dans l'alliance militaire atlantique est avant tout un acte politique russophobe majeur, elle doit cepe,dant remplir un cahier de charge militaire minimum pour valider les forces armées entrantes, notamment leurs réseaux de commandement, procédures d'emploi et connexions logistiques soient compatibles avec ceux des autres pays membres.

Pour ce faire les USA ont donc développé, en amont du processus d'intégration, une normalisation des armées courtisées afin de faciliter leurs admissions dans la horde atlantiste. 

Depuis plus de 3 ans des membres de l'OTAN, principalement étasuniens et canadiens foulent le sol ukrainien pour former les soldats et le paramilitaires ukrainiens, les forces de police et les services spéciaux, aux procédures occidentales mais aussi aux matériels et armements que leurs gouvernements fournissent à Kiev. 
"Consultants" "conseillers" individuels, ces hommes qui ont été déployés depuis les émeutes du Maïdan sont peu à peu sortis de l'ombre et leurs effectifs ont été augmentés tandis que leurs "missions d'assistance" se rapprochent de plus en plus du front diu Donbass. 


Le président ukrainien Poroshenko avec le tatar Mustafa Dzhemilev ("chef" d'une minorité de la minorité tatare de Crimée qui revendique le retour de la péninsule en Ukraine), rencontrant un officier canadien sur la base militaire de Khmelnitsky, (Centre-Ouest de l'Ukraine), ce  20 mars 2019 (Mykola Lazarenko / La presse associée)

C'est ainsi que ce mois ci, dans le cadre de l'opération "Unifier" plus d'une centaine de militaires canadiens du 5ème groupe de combat de la Brigade mécanisée du Canada ont quitté Valcartier au Québec pour un séjour de plus de 6 mois en Ukraine, pour relever l'unité qui y est déployée depuis septembre 2018. 
Dans le même temps la frégate Toronto de la Marine royale canadienne (arrivée le 1er avril à Odessa) participe au renforcement de la présence militaire occidentale en Mer Noire  sous couvert exercices conjoints de forces navales de l'OTAN réalisés avec des navires de combats ukrainiens et géorgiens.

Mais également au départ des USA, appartenant au groupe de combat de la 2e brigade de la 101e division aéroportée 150 parachutistes américains, relevant une unité du 278ème régiment de cavalerie blindé de la Garde nationale (Tennessee) iseront également déployés en Ukraine dans les prochains jours et pour une durée de 9 mois. Ces paras US ont pour mission, dans le centre de formation de Yaroslov (Ouest Ukraine), de former des unités de combat ukrainiennes pour les rendre plus opérationnelles et autonomes et surtout compatibles avec les normes OTAN. 

Cette division aéroportée américaine, devenue aujourd'hui division aéromobile (héliportée) est entrée dans l'Histoire lors des combats de libération de l'Europe menés contre les forces allemandes entre 1944 et 1945, notamment en Normandie, en Hommande er dans les Ardennes, où, à l'image de leurs frères d'armes russes combattant sur le front de l'Est, ses paras ont mérité de leur légende et de leur surnom 'Screaming eagles", les aigles hurlants.

La force opérationnelle US chargée de cette mission d'assistance auprès de l'armée ukrainienne que commande le lieutenant colonel Robert Tracy a d'ailleurs été baptisée "Carentan", du nom de cette ville de Normandie libérée en 1944 par les "Aigles Hurlants", un comble et même une insulte aux anciens lorsqu'on regarde la missio de cette "force Carentan". Et aujourd'hui,  les aigles de la 101ème qui ont combattu le nazisme il y a 75 ans doivent effectivement hurler et se retourner dans les tombes des cimetières militaires lorsqu'ils voient du haut de leur panthéon céleste leurs héritiers collaborer aujourd'hui avec un régime russophobe aux références nazies et dont certainement bataillons arborent les mêmes symboles qu'ils ont arraché au prix de leurs vies dans les villes européennes occupées.


Unité du régiment Azov, déployé sur le front du Donbass et basé à Mariupol et dont la symbolique que soutiennent ses discours idéologiques est sans équivoque.

Aujourd'hui, à entendre les déclarations des hommes politiques étasubiens et de l'Union Européenne, il est clair que ces contingents militaires sont de l'OTAN l'avant garde d'une stratégie occidentale destinée pour faire de l'Ukraine un saillant militaire menacant le flanc Sud de la Russie et qui est complémentaire de la stratégie similaire engagée par Washington plus à l'Est, dans la Transcaucasie avec entre autre la Géorgie dont l'intégration prochaine dans l'alliance militare vient d'être annoncée.

Et dans ce contexte de préparation à une 3ème guerre Mondiale certains des anciens défenseurs de la Liberté ont devenus aujourd'hui les collabos de la haine.


Erwan Castel

Articles référence : Topwar, Le journal du Québec, Stalker zone

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.