jeudi 11 avril 2019

1830 jours de guerre


Il y a exactement 5 ans, les premiers combats pour la défense du Donbass commençaient à Slaviansk, à 100 km au Nord de Donetsk. Cette ville de 100 000 habitants allait devenir le symbole de la résistance du Donbass contre le régime de Kiev sorti du coup d'Etat du Maïdan de févier 2014. 

Avant même que ne soit officiellemnt lancée par Kiev cette "Opération Spéciale Antiterroriste" hallucinate et disproportionnée contre les civils du Donbass, les premiers combats opposaient sur leurs  barrages improvisés les manifestants groupés aux portes de la cité et les forces spéciales ukrainiennes accompagnées de paramilitaires nationalistes rêvant d'en découdre avec des russes.

Aujourd'hui pour me rappeler ces événements calandaires à la fois proches et lointains j'ai replongé dans les chronologies de 2014 que j'essayais alors de tenir depuis la Guyane française, observant par la lucarne virtuelle de mon ordinateur tropical la tempête des événements s'abattant sur le Donbass dans une intensité et une violence grandissantes. 

Ces événements allaient entraïner le cours de l'Histoire et ma destinée vers une nouvelle guerre européenne qui affiche aujourd'hui à son compteur sanglant ses1830 jours de combats et de bombardements.

Les photos et les vidéos d'archive retrouvées sont nombreuses et leurs échos résonnent aujourd'hui dans la mémoire, multipliés par l'immense tragédie qui a suivi ces premiers véhicules blindés ukrainiens arrivant aux lisières de Slaviansk.  
Et s'il falliat choisir un seul de ces documents historiques ce serait pour moi les images de ces femmes et ces hommes du Donbass, armés de leur seul courage, faisant barrage aux véhicule blindés ukrainiens qui veulent forcer les barrages.

Le courage d'un peuple 

Petit Rappel...

Devant le refus par les autorités ukrainiennes d'accepter l'organisation d'un référendum dans les régions du Sud Est de l'Ukraine, des manifestants fédéralistes font secession et déident de proclamer l'indépendance de leur région qu'ils nomment "République Populaire de Donetsk" (qui sera suivie par celle de Lugansk). Le Donbass libre entre alors en éruption et les séparatistes décident alors de prendre, avec le soutien de la population les bâtiments de l'administration régionale, comme à Slaviansk le 12 avril 2014.

Pendant ce temps, à Kiev, les mentors étasuniens organisent l'allégeance du nouveau pouvoir qu'ils ont mis en place. C'est ainsi que John Brennan, le Directeur de la CIA rencontre l'équipe du Président par interim Turtchinov qui dès le lendemain 13 avril 2014, lance contre les manifestants du Donbass une "opération spéciale", offensive aéroterrestre complètement disproportionnée et irresponsable.

Véhicule blindé ukrainien (BTR) arrivant aux portes de Slaviansk le 13 avril 2014

La stupeur va saisir à la fois les manifestants et les soldats de la 25ème brigade aéromobile engagés contre eux et dont beaucoup lors du 1er assaut lancé contre Kramatorsk vont refuser de combattre et même pactisent avec les fédéralistes jusqu'à déserter et rejoindre les barrages improvisés autour de Slaviansk et Kramatorsk.

Tandis qu'une revendication politique éphémère est exprimée par la voix d'un nouveau maire autoproclamé Viatcheslav Ponomarev, rapidement désavoué (il sera arrêté le 10 juin) la défense militaire de Slaviansk et de sa voisine Kramatorsk (au sud) s'organise très rapidement malgré les faibles moyens dont elle dispose encore grâce à l'impulsion de Igor Guirkin, dit "Strelkov", un ex colonel russe du GRU venu de Crimée avec un noyau de 58 vétérans des guerres de Tchétchénie, Géorgie, Transnisstrie etc... 


A Kramatorsk, ville située au Sud de Slaviansk, la population civile désarmée va au devant des blindés ukrainiens pour les stopper
Strelkov impulse très rapidement la résistance fixant avec réalisme les objectifs prioritaires imposés par l'agression militaire de Kiev. Rapidement il incarne même la rébellion du Donbass, et restera son incarnation, même après son retour en Russie à la fin de l'été 2014.

Dès le premier jour de l'insurrection, Strelkov et ses volontaires s'emparent d'un dépôt des services de sécurité (SBU) de Slaviansk où un stock important d'armes et de munitions est saisi. Par la suite, tandis que plusieurs sections de la 25ème brigade aéromobile ukrainienne, peu motivées pour des combats fratricides sont désarmées, un second dépôt, celui de l'administration des douanes est saisi.


Les premiers bombardements ukrainiens de la population du Donbass, vont avoir lieu dans le district de Semenovka à l'Est de Slaviansk

La suite des événements va s'enchainer dans une escalade infernale de bombardements et d'assauts uktrainiens qui commencent à s'intensifier dès le mois de juin et vont obliger Strelkov qui a été rejoint alors par plus de 2000 volontaires à se replier de Slaviansk et Kramatorsk le 5 juillet 2014 pour échapper à un siège meurtrier et sauver ainsi la population.

Slaviansk en juin 2014

Mais Slaviansk ce premier bastion rebelle du Donbass reste dans les coeurs le symbole d'une résistance héroïque et certes désespérée, mais qui permit aux Républiques en train d'éclore de s'organiser pour recevoir à leur tour le choc de la haine. Et de l'avis de tous, ces 3 mois où furent repoussés tous les assauts ukrainiens furent vitaux aux victoires suivantes de Donetsk et Lugansk...


Barrage républicain à l'entrée de Slaviansk après un assaut ukrainien en juin 2014

Lorsque les volontaires de Strelkov quittent Slaviansk avec armes et bagages, ils se lancent aussitôt dans la défense victorieuse de la ville de Donetsk, et participent depuis à tous les combats importants, jusqu'à aujourd'hui où la 1ère Brigade "Slaviansk" qui a surgi des rangs de l'unité originellle de Strelkov est toujours sur les avants postes du front Sud du Donbass, entre Novoazovsk et Mariupol.



Aujourd'hui Slaviansk est sous le joug d'une armée ukrainienne très présente et menacante car l'Etat major des forces ukrainiennes dans le Donbass est basé sur l'aérodrome militaire de Kramatorsk la ville voisine. Mais la population de Slaviansk reste debout dans l'adversité et la répression et à chaque fois qu'elle en a l'occasion crappelle à l'occupant vers où se tourne son coeur fidèle et rebelle, comme lors des élections législatives de 2015 où c'est Vadim Lyakh, le candidat d'opposition pro-russe, et qui a fait sa campagne au nom de l'ancien maire Nelly jugée et emprisonnée pour "séparatisme", qui a gagné dès le premier tour...



5 ans après les premiers coups de feu sur ses barrages, le Donbass tout entier garde Slaviansk toujours intact dans son coeur car cette cité est à la fois la genèse et l'objectif qui scellera la libération de ce territoire qui lui même, après 5 ans de guerre, devient le coeur rebelle d'une Europe des peuples à la reconquête de leur dignité.


Erwan Castel


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.