mardi 13 avril 2021

Kiev jette un voile hypocrite sur ses tambours de guerre


Comme beaucoup le pressentaient dès 2014, la guerre du Donbass confirme sa dimension internationale et on peut affirmer sans exagérer que cette petite steppe située entre l'Ukraine et la Russie est devenue l'épicentre d'une nouvelle confrontation entre Moscou et Washington.

Aujourd'hui, alors que la Russie n'a toujours pas pris part aux combats et bombardements, on voit apparaître de plus en plus fortement aux côtés de Kiev l'implication des forces armées de l'OTAN qui sont pourtant très loin de leur "zone d'influence". 

Et les pays occidentaux, Washington en tête de la meute aboyante, de s'indigner des mouvements de troupes russes à proximité des frontières ukrainiennes et du Donbass où aujourd'hui il n'est plus question d'invasion russe puisque, à croire les médias occidentaux apeurés, Moscou a décidé maintenant d'envahir... son propre territoire !

L'Ukraine, parallèlement à ses préparatifs militaires offensifs continue a appliquer une feuille de route politique écrite avec de l'encre hypocrite car dans ce qui semble être un "retro pédalage" de Kiev jurant fidélité aux accords de Minsk et leur solution pacifique 

Aujourd'hui, tandis que les convois ferroviaires continuent de déverser dans le Donbass des centaines d'unités et équipements d'assaut la diplomatie ukrainienne jure les grands dieux qu'elle n'a "pas l'intention d'attaquer sa propre population" en oubliant qu'elle l'a fait en 2014 et la bombarde depuis sans vergogne. 

Il faut voir dans cette dichotomie des discours militaires ("nous sommes prêts pour une offensive" - général Khomchak) et politiques ("L’Ukraine n’a pas de plan pour la libérer par la force ses territoires" - Reznikov) qu'un chant de sirène cherchant à couvrir les tambours de guerre pour préparer le discours victimaire russophobe qui ne manquera pas d'accompagner la première action offensive ukrainienne.


Sur le front du Donbass

Sur fond de ces tensions politiques vives entre Moscou et Washington et qui sont les échos de l'escalade militaire la plus importante vécue sur le front du Donbass depuis février, les forces républicaines quant à elles, sont sur le qui vive et, des casernes aux polygones d'exercice en passant par les positions du front, les renforts, entrainements et alertes de combat se succèdent à un rythme accéléré.

Sans pouvoir entrer dans les détails, nombre d'unités sont depuis quelques jours en "alerte de combat", le paquetage et l'armement au pied des lits tandis que les brassards blancs d'identification sont réapparus sur les treillis comme pendant la première année de la guerre pour se différencier dans les combats imbriqués des forces ukrainiennes marquées par des brassards jaunes.

Dans la journée du 12 avril, on observe une intensification des tirs ukrainiens avec le retour des mortiers lourds de 120mm. 

💥 12 avril 21, 12h30 : bombardement ukrainien du village minier 6/7 (Ouest Gorlovka). 19 grenades autopropulsées tirées  (9  GNL, 10 AGS),  
 
💥 12 avril 21, 12h13 : bombardement du village de Signalnie (15 km Sud de Donetsk) depuis Novomikhaylovka. 10 grenades AGS tirées,

💥12 avril 21, 12h45 : bombardement ukrainien du village de Zolotoe 5 (front de Lugansk) depuis Zolotoe 4. 10 grenades AGS 17 tirées;

💥 12 avril 21,16h35 : bombardement ukrainien au mortier du village minier de Gagarine (Ouest Gorlovka). 5 obus de mortier de 120 mm tirés,
 
💥 12 avril 21,16h40 : bombardement ukrainien au mortier du village minier 6/7 (Ouest Gorlovka) depuis Mayorsk. 10 obus de 82 mm tirés.

💥 12 avril 21, 16h40 : bombardement ukrainien du village de Zolotoe 5 (front de Lugansk) depuis Zolotoe 4. 15 grenades AGS 17 tirées; 

💥12 avril 21, 20h47 : bombardement ukrainien du village de Bayrak (Nord Est de Gorlovka) depuis Novoluganskoe.18 grenades autopropulsées tirées (8 GNL, 10 AGS).

💥 13 avril 21, 16h43 : bombardement ukrainien du village minier 8/7 (Ouest Gorlovka) depuis Leninskoye. 6 obus de 120 mm tirés.



Du côté de l'Ukraine...

L' "Opération des Forces Conjointes" ukrainienne continue à se renforcer et se déployer dans un dispositif offensif sur l'ensemble du front avec des groupes tactiques positionnés à 20 kilomètres en arrière de la ligne de contact.

Dans un article précédent je partageais une vidéo de drone ukrainien survolant une concentration de véhicules blindés et d'artillerie débarqués récemment dans le Donbass. Aujourd'hui on sait que ce groupe tactique est positionné à 25 kilomètres au Nord Ouest de Donetsk zn face du front de Yasinovataya.

Avril 21, groupe tactique ukrainien positionné à 25 km au 
Nord-Ouest de Donetsk, en face du front de Yasinovataya.

11 avril 21, région de Nikolaiev
un grand convoi ferroviaire en direction du Donbass
transportant des unités blindées ukrainiennes.

11 avril 21, région de Nikolaiev
un autre convoi ferroviaire ukrainien 
cette fois en chemin vers la Crimée

12 avril 21, les chars ukrainiens sont de retour sur les routes
du Donbass occupé (d'habitude déplacés avec train ou porte chars) 
ici un char ukrainien T64 BV

13 avril 21, Région de Kherson,
les forces ukrainiennes de Kherson font mouvement vers la Crimée.


Du côté de l'OTAN...

Les activités aériennes de l'OTAN au dessus de l'Ukraine et de la Mer Noire elles aussi s'intensifient sensiblement jusqu'à être multipliées plusieurs fois par jour et autour de 2 types de missions principales :

  • Missions de renseignement et d'observation des forces républicaines sur la ligne de front et des forces russes dans les régions frontalières de la Fédération de Russie, Ces missions sont réalisées avec des avions et des drones stratégiques spécialisés dans la guerre électronique ("Rivet Joint" "Poséidon", "Global Hawk"...),
  • Missions de ravitaillement logistique à destination des forces armées ukrainiennes, livrant des armes, munitions, équipements divers et spécialisés (radars...). Ces missions sont réalisées par des gros porteurs C17 ou C130 en provenance des USA ou des pays de l'OTAN européens (Allemagne, Baltes, Pologne) et aussi de Turquie.
A ces missions principales de l'OTAN il faut noter aussi avec les ravitaillements logistiques l'arrivée repérée d'unités des forces spéciales étasuniennes.

Jusqu'au mois de février 21, les missions aériennes de l'OTAN avaient des fréquences au maximum hebdomadaire pour les vols de reconnaissance et mensuelles pour les vols logistiques essentiellement attachés aux contrats d'assistance technique et de formation et  livraisons de matériels et d'armement. Aujourd'hui elles sont en continu jour et nuit.

Il est évident que le trafic aérien de l'OTAN dans la région et qui est en constante augmentation va bien au delà des surveillances de routine ou des contrats de coopération militaro-technique entre les pays occidentaux et l'Ukraine.

Nous assistons ici à un engagement de plus en plus prononcé des ressources de l'OTAN dans l'escalade militaire en cours dans le Donbass, et la récente visite de l'attaché militaire étasunien de l'ambassade des USA de KIev, le confirme pleinement.

Dans la nuit du 11 au 12 avril 21, un autre C130 Hercules de l'US Air Force
a réalsé un ravitaillement logistique à Kiev depuis Stuttgart en Allemagne.
(ici au décollage de retour)

12 avril 21, en fin d'après midi un RQ 4 "Global Hawk" de l'US Air Force effectue une mission
 de reconnaissance de la Crimée et de la ligne de front depuis une altitude de 16 500 mètres.

13 avril, cette fois c'est un Boeing RC-135W  "Rivet Joint" de la Royal Air Force 
britannique qui a pris le relais dans l'observation de la péninsule de Crimée et 
des régions limitrophes.

Du côté de la Russie...

11 avril 21, région de Rostov sur le Don,
convoi ferroviaire en direction des frontières avec le Donbass
transportant des MTLB et des chars de combat T72 B.

Le transfert d'unités navales côtières de la Mer Caspienne vers la Mer Noire par canaux et fleuve du Don continuent, complétant les capacités de la flotte de Sébastopol et notamment avec leur faible tirant d'eau qui leur permet de manœuvrer dans la faible profondeur de la Mer d'Azov (moins de 20 mètres).


11 avril 21, arrivée dans l'embouchure du Don
, à Volgodonsk 
d'une des 10 unités navales venant de la Mer Caspienne.

11 avril 21, région de Crimée, à Nizhegorskoe
convoi ferroviaire russes vers les frontières terrestres avec l'Ukraine

12 avril 21, Russie vers les frontières ukrainiennes
un convoi ferroviaire d'obusiers automoteurs de 152mm MTSA B
avec 2 complexes radars d'artillerie IL 219 "Zoo 1" sur châssis MTLB.
Ce radar reconnaît la position de la puissance de feu de l'artillerie ennemie 
(lance-roquettes multiples, obusiers, mortiers, lance-missiles tactiques et 
systèmes anti-aériens), calcule les trajectoires des munitions, ajuste le tir de 
son artillerie et surveille l'espace aérien pour détecter ou contrôler des drones. 
Le "Zoo" peut faire l'acquisition de 70 positions d'artillerie ennemies 
simultanément dont il donne les coordonnées précises dans les 20 premières 
secondes après leurs tirs et détecter les tirs de missiles à une distance de 40 km.  

12 avril 21, au nord de la Crimée, 
des obusiers automoteurs de 152mm MSTA vers les frontières ukr.

12 avril 21, Pont de Kerch, allant vers la Crimée,
convoi ferroviaire russe transportant des chars de combat et 
des engins blindés du génie de combat  UR-77 "Météorite"
un véhicule de déminage amphibie chenillée autopropulsé
avec un capteur de cible à broche lui permettant d'ouvrir des 
couloirs de 6 mètres de large dans des champs de mines.

L'accumulation des forces ukrainiennes qui encerclent en partie des républiques du Donbass et des forces russes qui encerclent en partie... les forces ukrainiennes, sans oublier les ressources de l'OTAN, devient impressionnante.

Erwan Castel

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.