dimanche 31 mars 2019

Le vote par l'acier et le feu


Tandis que les ukrainiens tellement lassés par le spectacle pathétique de leurs politiciens tournent leurs regards vers un clown, sur le front du Donbass, les ukrops ont décidé de voter avec leurs armes contre les territoires républicains, frappant sans discrernement les positions défensive de la milice et aussi les quartiers résidentiels où tentent de survivre depuis 5 années de terreur des milliers de familles.

Au cours de la journée précédente Kiev a réalisé au milieu d'une "Trêve de Printemps" sensée renforcer le cessez le feu signé à Minsk faut-il le rappeler, pas moins de 18 bombardements sur le territoire de la République Populaire de Donetsk, avec des calibres théoriquement prohibés sur la ligne du front par les accords de Paix.

Ainsi aujourd'hui à Zaitsevo, un couple de 54 ans qui était dans son jardin au traditionnel nettoyage printannier a tét surpris par un bombardement de mortiers ukrainiens. La femme a été blessée à l'abdomen et l'homme au cou et leur évacuation vers l'hopital n°2 de Gorlovka a été longue et pénible, leur village qui est situé sur la ligne de front Nord de Zaitsevo atant toujours sous le feu de l'ennemi.

Pris en charge par les service d'urgence, ils ont été soignés et leurs vies mises hors de danger.

Le mari blessé au cou également par des éclats de shrapnels
La facade de leur maison de Zaitsevo, criblée par les éclats d'obus 
La veille entre autres posittions visées quotidiennement sur l'ensemble du front c'est une position de la milice appelée "Crocodile" en lisière Ouest de Donetsk qui a été la cible de tirs de missiles ukrainiens qui l'ont détruite en provoquant des pertes importantes chez ses défenseurs républicains (des sources évoquent 2 tués et 5 blessés). 


Il est difficile d'imaginer la vie des habitants vivants sur des quartiers et des villages coupés en deux par une ligne de front active et meurtrière, chaque jour des tirs collatéraux mais aussi intentionnels viennent frapper leurs rues, leurs jardins et leurs maisons, et chaque nuit, se sont les bombardements des mortiers et des obusiers qui viennent labourer leur paysage à la tombée et au levé du jour, les obligeant à dormir dans leurs caves la plupart du temps.

Voici pour illustrer cette situation infernale qu'endure la population du front depuis 5 ans une photo des lisières de ce district de Petrovsky, au niveau du village minier de Trudovsky défendu par la milice républicaine mais jouxtant la ville de Marinka qui elle est occupée par les forces ukrainiennes. Tout comme à Zoloto, près de Lugansk, Zaitsevo près de Gorlovka (où a été blessé le couple mantionné plus haut), la zone de Promka près de Yasinovataya et tant d'autres "zones de contact" existant sur les 300 kimomètres de front, les positions des belligérants ne sont distantes les unes des autres que de qualques centaines de mètres grand maximum. Et cette proximité est d'autant plus difficile à vivre que la zone est urbanisée, cachant potantiellemnt au milieu de chacune de ses ruines un sniper ou une équipe de reconnaissance en infiltration.

La igne de front (en pointillé rouge) dans un secteur du district de Perovsky (dans l'Ouest de Donetsk). De l'autre coté de la ligne se trouve de secteur ukrainien de Marinka où son positionnées dans le tissu urbain, en plus des unités d'infanterie, des positions d'artillerie et de missiles tirant quotidiennement sur les lisières de Donetsk.

Si le combat en zone urabaine est l'un des plus difficiles de la guerre, la survie des populations qui sont prises au piège qaund ce front est enlisé dans leurs jardins est certainement le pire des cauchemars pour les civils qui y sont exposés depuis plusieurs années.

Erwan Castel

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.