dimanche 7 juin 2020

Comment Paris "garantit" la paix de Minsk...

Etienne de Poncins, l'ambassaqeur français à Kiev et Aivaras  Abromavicius le Directeur d’UkrOboronProm 

Dans la série de la collaboration française au totalitarisme ukrainien, voici une nouvelle aide accordée à la France tellement généreuse de 900 000 euros qu'elle vient d"accorder à Ukroboronprom, le premier conglomérat industriel d'armement ukrainien, certainement dans le cadre de ses obligations vis à vis d'accords de paix pour lesquels l'Elysée s'est porté garant en septembre 2014 puis février 2015 !

900 000 euros me direz vous c'est une goutte d'eau qui ne va pas influencer la marée militaire ukrainienne qui s'abat sur le Donbass depuis plus de 6 ans. Certes, mais les petits ruisseaux faisant les grands fleuves, il est bon de rappeler ici les précédentes collaborations à dimension militaire du régime français au régime ukrainien... ces deux laquais zélés de l'OTAN qui se serrent se serrent les coudes (même si Kiev n'est encore que candidat à l'intégration) pour nourrir une un encerclement de la Russie réactivé depuis la fin de l'URSS.
Et il ne s'agit, sans nul doute, que de la petite partie visible de la collaboration française à l'effort de guerre russophobe commandité par Washington dans le Donbass depuis 2014.

Comme tout collabo qui se respecte, le régime macronien, dans une lâcheté n'ayant d'égal que son mépris pour les peuples et ses propres engagements internationaux, maquille ses aides sous des formules ronflantes telle que ce "diagnostic du système de gouvernance d’entreprise" qui nous feraient presque oublié la vocation militaire du client tout comme ce dernier d'ailleurs qui ne manque pas de rappeler sur son site que les armes offensives développées par Ukroboronprom, ne sont finalement destinées qu'à "protéger l'État et de sauver la vie des militaires ukrainiens" (ben voyons !) !

Un des derniers nés de Ukroboronprom : le lance roquette RPV 16, capable de tirer une roquette thermobarique (munition qui projette un aérosol hautement inflammable capable de détruire des personnels, munitions et équipements même abrités) de 93mm destinée à détruire jusqu'à une distance de 1000 mètres" "des points de tir abrités de l'ennemi, équipements légèrement blindés et véhicules, des effectifs ennemis derrière les abris, les obstacles et dans la zone dégagée de son rayon d'efficacité". Soit des caractéristiques correspondant très précisément à la nature de la ligne de front du Donbass...
Donc, lentement mais surement, contrat après contrat, les collabos parisiens continuent de soutenir ce régime criminel ukrainien qui tue quotidiennement, grâce aux multiples perfusions occidentales (FMI, UE, OTAN, Pentagone etc...) les russes du Donbass en bombardant sans relâche les populations civiles. 

Et bien sûr ces aides françaises sont puisées directement dans les poches des contribuables français au milieu des priorités de dépenses publiques nationales qu'imposeraient normalement les crises économique et sanitaire en cours...

Erwan Castel

Merci à Guillaume Lopez pour l'info.

Source de l'article: ua ambafrance.gouv

"La France octroie un financement afin de soutenir la réforme de la gouvernance d’UkrOboronProm 
C’est en ces termes que s’est exprimé Aivaras Abromavicius, Directeur général du conglomérat, lors d’un point presse tenu en commun avec l’Ambassade de France. L’Ambassadeur de France en Ukraine Etienne de Poncins a pour sa part souligné « l’enjeu essentiel » que représente « la modernisation des entreprises d’Etat pour la réforme du secteur public en Ukraine ».

« La direction d’UkrOboronProm, mandatée en ce sens par les autorités ukrainiennes, souhaite procéder à une profonde transformation de ce conglomérat à l’importance stratégique. Nous croyons que le renforcement et l’optimisation des processus de gouvernance d’UkrOboronProm constitue un point de départ pour l’amélioration des performances de l’entreprise. Par conséquent, c’est sur cet aspect que la France a décidé de concentrer son aide, apportée sous forme d’assistance technique financée par un don du Trésor français », a précisé l’Ambassadeur.

Cette prestation financée par la France visera notamment à établir un diagnostic du système de gouvernance d’entreprise en vigueur au sein du conglomérat, et à élaborer les documents nécessaires à la mise en œuvre des standards internationaux de gouvernance dans l’ensemble des entreprises gérées par UkrOboronProm.

« En définitive, notre objectif est de créer au sein d’UkrOboronProm plusieurs holdings sectorielles solides et politiquement indépendantes, pouvant s’appuyer sur des entreprises de premier plan et disposant d’un système de gestion transparent et efficace. Pour ce faire, nous avons besoin d’un examen indépendant de l’état actuel de la gouvernance ; c’est pourquoi nous accordons une grande valeur à cette coopération avec la France. Cette aide, d’un montant de près de 900 000 euros, est très importante pour nous. Destinée à financer l’intervention d’un cabinet de conseil international de premier plan, elle permettra de renforcer la réflexion et l’expertise dans le cadre de cette réforme du conglomérat », a déclaré Aivaras Abromavicius.

Selon son Directeur général, UkrobOronProm a déjà effectué un travail de revue des entreprises formant le conglomérat – suivant une méthode d’évaluation multifactorielle intégrant le rôle de chacune d’entre-elles dans le secteur de la défense, son potentiel à l’export, son capital intellectuel, ainsi que les principaux problèmes rencontrés dans leur gestion. En se fondant sur les résultats de cette évaluation, la direction d’UkrOboronProm est convaincue que le futur modèle de gouvernance devra distinguer, d’une part, les fonctions de développement des entreprises à fort potentiel et, d’autre part, la remise en ordre de marche des autres actifs du groupe."

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.