vendredi 9 octobre 2015

Razvedka !

Les yeux de la Novorossiya

Nous sommes désormais des volontaires regroupés au sein d'une unité de reconnaissance (razvedka), appartenant à une Brigade motorisée du Corps de défense de la République de Donetsk. 

Venus d'horizons différents cette section de Razvedka, commandée par un volontaire russe, est aujourd'hui atypique, car elle regroupe 12 nationalités différentes (Russie, Ukraine, Novorossiya, Serbie, France, Belgique, Espagne, Irlande, Uruguay, Catalogne, Bretagne, Corse).

Déployés au Sud de Donetsk aux côtés d'unités blindées et mécanisées, nous participons avec 2 autres sections de la Compagnie de reconnaissance de la Brigade, à la surveillance d'une ligne de front particulièrement sensible car elle se situe sur le couloir potentiel d'un éventuel encerclement du bastion républicain par les forces de Kiev (Voir l'article le lien ici: Le plan d'attaque de Kiev)


« Qui ne sait recourir aux éclaireurs sera incapable de tirer parti des avantages du terrain »

Sun Tzu "L'art de la guerre" - chapitre 11 - VIe siècle av. J.-C

Nous n'appartenons pas à ce que l'on appelle les unités de mêlée, fantassins motorisés ou mécanisés, blindés s'affrontant dans des combats directs et violents... pas plus que nous appartenons aux unités d'appui, artilleurs, sapeurs de combat lançant des orages d'acier ou réparant les dégâts provoqués par ceux de l'ennemi...

Nous sommes des "razvedkas", ces unités légères et bien équipées qui sont les yeux de l'armée, perçant au milieu des nuits silencieuses les secrets de la ligne de front ennemie...

Si les techniques et les modes opératoires ont changé, s'adaptant sans cesse à l'évolution des armements et matériels, les principes startégiques et les règles tactiques sont quant à eux restés les mêmes depuis l'apparition de l'art de la guerre, dont l'un des premiers maîtres à penser rappelait il y a plus de 2500 ans :

« Examinez les plans de l’ennemi pour en connaître les mérites et démérites ; poussez-le à l’action pour découvrir les principes de ses mouvements ; forcez-le à dévoiler son dispositif afin de déterminer si la position est avantageuse ou non ; harcelez-le afin de repérer ses points forts et ses points faibles" Sun Tzu,  "L'art de la guerre" - chapitre 6 - VIe siècle av. J-C

Cette dernière citation du maître stratège chinois de l'Antiquité n'a pas pris une seule ride en 25 siècles, et pourrait même définir les missions confiées aujourd'hui aux DRG "Diversion Razvedka Groupe"...

En effet depuis plusieurs semaines et contrairement aux discours tenus à Minsk, de la clique hypocrite et cynique des laquais étasuniens installée à Kiev, l'armée ukrainienne ne cesse de monter en puissance sur la seconde ligne du front: réorganisation et renforcement des unités blindées et d'artillerie, formation accélérée et amélioration de l'équipement des unités de mêlée etc... Autant d'indices qui préfigurent une reprise prochaine de l'offensive contre la rébellion séparatiste.

Nous sommes donc dans cette phase préalable et passionnante où les belligérants s'observent avec discrétion, cherchant à dévoiler les plans exacts de l'ennemi, ses moyens et ses intentions afin de mieux anticiper ses actons et mieux adapter nos réactions.

Nos missions...  

1 / Connaître l'ennemi

Concrètement, tout en poursuivant un collectage des renseignements divers concernant, notre secteur, directs ou indirects, de source militaire ou civile, nous réalisons des infiltrations, le plus souvent de nuit en direction des secteurs concernés pour confirmer et préciser la nature, le volume et les positions des unités ennemies embusquées sur leurs bases d'assaut.

Précédés de sapeurs de combat, qui nous ouvrent le chemin dans des zones particulièrement minées, nos équipes s'approchent lentement, dans des reconnaissances défensives (sans engager le feu sauf dans le cas d'une riposte) au plus près des positions ennemies, afin d'en définir la nature et l'effectif précis.

C'est ainsi que durant le mois de septembre, plusieurs véhicules blindés ukrainiens que les drones n'avaient pas décelé, ont été "marqués" par nos équipes de reconnaissance, qui ont confirmé et précisé le dispositif ennemi.

Infiltration dans une "zilonka" (forêt linéaire entre deux cultures) entre les lignes du front.

2 / Se connaître

« Qui connaît l’autre et se connaît, en cent combats ne sera point défait ; qui ne connaît l’autre mais se connaît, sera vainqueur une fois sur deux ; qui ne connaît pas plus l’autre qu’il ne se connaît sera toujours défait. » Sun Tzu,  "L'art de la guerre" - chapitre 3 - VIe siècle av. J-C

Le scénario privilégié et probable est celui d'une offensive ukrainienne prochaine et générale sur l'ensemble du front. Pour mieux encaisser ce choc blindé qui sera précédé d'une préparation massive d'artillerie, nous devons connaître parfaitement nos ressources et le terrain de notre déploiement, pour comme le roseau de Monsieur de La Fontaine ne pas rompre mais plier dans une direction choisie et préparée, entraînant l'assaut ennemi dans nos dispositifs antichars (mission appelée "freinage").

Il faut pour cela maîtriser parfaitement le terrain, ainsi que nos moyens propres et ceux des unités voisines...pour organiser au mieux les replis, contournement, embuscades sur des points connus à partir desquels sera optimiser l'harcèlement des unités qui nous donneront l'assaut.

3 / Se former et s'entraîner

Tout en continuant a définir et préparer nos missions et maîtriser leurs environnements naturels et humains, nous nous efforçons d'améliorer la cohésion de l'uniyté et d'élever le niveau opérationnel de chacun.

Formations, entraînements tactiques répétés jusqu'à l'automatisme, entraînements physiques, entraînements techniques et au tir, topographie, secourisme etc... sont autant de domaines que l'éclaireur d'une "Razvedka" doit maîtriser...

La Brigade, soucieuse de professionnaliser rapidement ses unités et d'élever leur niveau opérationnel, a lancé un programme de formation hebdomadaire dispensée sur les "polygones" et autres terrains de manœuvre ou dans l'enceinte de la caserne... 

Formation au réglage et correction des tirs d'artillerie

Combattre

Actuellement, accords de Minsk obligent, les forces républicaines sont dans l'attente, veillant sur une ligne de front qui reste très tendue malgré une diminution sensible des bombardements.

Dans l'hypothèse (probable) d'une reprise des combats, les unités de renseignement seront engagées en première ligne, pour préciser la nature des attaques (volume, matériel, intentions) puis réaliser des missions de freinage et jalonnage pour préparer les contre-attaques et les déploiements du corps de réserve, pour qui les renseignements recuiellis sont vitaux pour optimiser sa réaction.


Mission d'infiltration vers les positions ennemies



Et toujours attendre...

L'attente doit être l'activité la plus importante du soldat, celle où les nerfs s'usent à scruter l'horizon pendant d'interminables heures silencieuses. Attendre la lueur accidentelle d'une cigarette mal cachée, où l'aboiement d'un chien trahissant une patrouille... Attendre l'assaut ou la relève, Attendre le lever du jour, les doigts gourds réfugiés autour d'une tasse de thé brûlante...

Aujourd'hui nous attendons encore et toujours que les ombres des canons ennemis se dévoilent ou disparaissent sur l'horizon du Donbass.... Le temps est un acteur du champ de bataille qui n'appartient à personne mais soumet tout les combattants... Il faut l'accepter avec patience en prenant garde que le bouclier de la vigilance et la pointe de la combativité ne s'émoussent dans sa roue terrifiante;;;

L'Hiver lui a cessé d'attendre depuis quelques jours, et sa reconnaissance investi chaque nuit nos positions, déposant dans les seaux et bidons une fine couche de glace...

La porte des beaux jours se referme, et les chapkas et les gants ressortent des sacs pour permettre de mieux supporter l'attente;;;;


Le volontaire français Renaud, lors d'un exercice d'observation sur le terrain de manœuvre de notre brigade...




LA CHAUVE SOURIS, EMBLÈME DES "RAZVEDKAS"


« Il n’y a pas de devoir plus important pour un officier
 que celui de collecter et de mettre en forme les informations 
sur lesquelles tant leur général 
que les opérations quotidiennes d’une campagne doivent s’appuyer ». 

D. H Mahan, professeur à l’Académie militaire de West Point de 1824 à 1871, 

__________
Les sources de l'article :
- Vidéo YouTube sur la reconnaissance de la DNR, le lien : ICI

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.