mardi 3 mars 2015

Obama veut franchir le Rubicon


Les provocations multiples, les livraisons d'armes indirectes, ou les soutiens militaires privatisés, n'ayant pas à ce jour réussi a offrir une victoire à Kiev ou provoquer une intervention de la Russie, les cowboys de la Maison Blanche ont décidé d'avancer plus loin encore leurs pions sur "le Grand Echiquier" !

"300 conseillers militaires" devraient être déployés en Ukraine à partir de cette semaine. De fait, il existe déjà des assistants de l'OTAN, polonais, baltes, britanniques et même étasuniens depuis le Maïdan qui conseillent mais aussi supervisent les décisions des pantins kiéviens, sans compter ceux qui agissent sous couverts de sociétés privées...

Mais c'est la première fois que la Maison Blanche annonce officiellement l'envoi de militaires US sur le sol ukrainien.

C'est à n'en pas douter, un pas de plus dans l'escalade militaire et une nouvelle provocation contre le Kremlin qui a prévenu il y a un an qu'il considérerait le déploiement de troupes de l'OTAN en Ukraine comme un "casus belli" contre la Fédération, à l'image inversée de l'affaire des missiles de Cuba en 1962.

Quant à la fonction pédagogique déclarée de ce détachement de 300 "conseillers" , n'en doutons pas 1 instant ce n'est que la partie immergée de l'iceberg. Pour avoir autrefois participé à ce genre de mission, et, en observant les expériences étasuniennes en Amérique centrale, Amérique du Sud, Extrème Orient ou Moyen Orient, il faut retenir 2 choses :

- Les détachements d'assistance militaire et d'instruction, sont aussi des unités de renseignement opérationnelles, chargées d'évaluer une situation et de préparer le déploiement éventuel ultérieur d'unités de combat.

- Lorsque leurs "élèves" partent au combat, les instructeus les supervisent jusqu'à diriger eux mêmes les opérations sur le terrain et souvent participer aux combats.

Donc, les 300 "Spécial forces" qui arrivent en Ukraine doivent être plus considérés comme des pionniers et non des instructeurs. Ils sont la reconnaisance d'une "task force" plus importante qui se déploiera rapidement, soit en prétextant une réaction russe, soit après un nouveau false flag visant à choquer l'opinion internationale et obtenir son aval.

L'imperator Obama a décidé de franchir le Rubicon, tant pis pour lui !

Erwan Castel

L'article source du site Sputnik le lien : ICI

Les USA projettent d'envoyer 300 militaires en Ukraine


Washington envisagent d'envoyer 300 conseillers militaires en Ukraine pour entraîner l'armée de ce pays.
Le Pentagone envisage d'envoyer de mars à octobre au moins 300 instructeurs en Ukraine dans le cadre de la coopération militaire entre les deux pays, indique un communiqué mis en ligne sur un site américain consacré aux achats publics.

Selon le document, il s'agit d'une mission conjointe prévue du 5 mars au 31 octobre.

Le personnel américain sera déployé au Centre international de maintien de la paix et de la sécurité (IPSC) situé sur le polygone de Iavorov (région de Lvov). Ce polygone a auparavant accueilli des exercices tenus conjointement par des militaires ukrainiens et étrangers.

Livraisons d'armes US à Kiev: la riposte russe pourrait passer par la Chine

Le gouvernement des Etats-Unis a lancé un appel d'offres pour assurer les déplacements des militaires américains dans le cadre des entraînements de l'armée ukrainienne, indique le site.

"L'entrepreneur doit fournir les équipements, les véhicules et les personnels nécessaires pour assurer les services de transport conformément aux conditions du contrat", lit-on dans l'appel d'offres.

Sept bus de 50 places chacun seront utilisés pour transporter les "formateurs" américains de l'aéroport de Lvov au centre IPSC. Les équipements requis pour les entraînements seront acheminés par des poids-lourds de plus de 31 tonnes.
__________


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.