mardi 26 mai 2020

Le point de non retour


Il y a 6 ans, les orages d'acier ukrainiens s'abattaient sur le Donbass, pour "punir" la résistance à la croisade russophobe du nouveau régime de Kiev vomi par le Maïdan. Après les massacres d'Odessa et Mariupol menés par les paramilitaires néo-nazis, c'est au tour de l'armée régulière d'intervenir dans les jeunes républiques autoproclamées de Donetsk et Lugansk, avec des frappes aériennes et terrestres disproportionnées et meurtrières.

Face à ce décharnement de haine, la peu mais surtout la colère s'empare de cette population qui ne voulait que pouvoir continuer à vivre selon ses traditions, sa culture russe et des relations avec la Russie où quasiment tous ont encore de la famille. La guerre, les femmes et les hommes du Donbass l'ont accepté plutôt que l'humiliation et l'ostracisation d'eux mêmes par les bandéristes pro-atlantistes de Kiev.

Il se trouve des personnes vivant hors des républiques pour dire, "la rébellion du Donbass, elle a été voulu par les militaires", ou "les politiques", ou "la Russie"...Ceci est faux car si certains militaires et politiques vont effectivement participer à la rébellion armée et que la Russie, face aux massacres ukrainiens, décide de la soutenir au maximum de sa non intervention directe, ce qui se produit en mai 2014 face à l'agression de l'Opération Spéciale Antiterroriste" de Kiev, c'est le soulèvement entier d'un peuple qui va se jeter corps et âme dans la bataille pour sa Liberté.

De nombreux documents incontestables existent, prouvant que la rébellion du Donbass n'est pas la décision d'une minorité et encore moins le fait d'une intervention militaire russe mais bien la réaction unanime d'une population agressée par l'Occident via son larbin de Kiev.

25 mai 2014, en réaction aux premiers assauts de l'armée ukrainienne
les volontaires des bataillons "Iskra" et "Vostok", l'unité de défense de 
Donetsk, montent vers les lisières de la cité sous les acclamations de 
la foule. Beaucoup ne reviendront pas de ces journées de combat.

C'est parce que cette rébellion du Donbass est avant tout un soulèvement populaire à part entière, hors idéologie ou communautarisme particuliers, que sa dynamique et sa pugnacité sont toujours intactes après environ 20 000 mort de 6 années d'une guerre interminable Les populations agressées de Donetsk et Lugansk, usant du droit souverain des peules à disposer d'eux-mêmes et du devoir de tout être vivant de défendre sa terre, sa familles, ses traditions et sa Liberté sont  plus que jamais debout face à ce régime ukrainien criminel aux ordres d'une ploutocratie mondialiste folle à lier.

Aujourd'hui, la situation politico militaire entre Ukraine et Donbass s'est à nouveau exacerbée tellement que la plupart des analystes évoquent une nouvelle phase dans cet interminable conflit et qui pourrait même faire sortir la guerre de ses tranchées car :

Les accords de Minsk 2, qui sont morts-nés depuis leur signature en février 2015, sont aujourd'hui enterrés définitivement et plus rien ne semble retenir désormais les actions et réactions militaires sur le front si ce n'est la peur de Kiev de voir la Russie riposter à son tour, si son armée massacre encore des civils.
  • d'une part, par l'Ukraine qui s'obstine à en réclamer des modifications inacceptables (désarmement des républiques et contrôle des frontières avant élections par exemple) tout en continuant  à violer quotidiennement le cessez le feu par des bombardements meurtriers sur les positions et les populations civiles des républiques.
  • d'autre part, par les Républiques qui face aux bombardements exponentiels ukrainiens sur leurs défenses et populations civiles ont cessé de respecter unilatéralement le cessez le feu de Minsk en élevant le niveau d'alerte de leurs milices au maximum et en autorisant ces dernières à riposter avec leurs moyens lourds. 
Même la Russie, renouvelant son soutien et sa préoccupation pour les populations du Donbass a exprimer publiquement son approbation concernant la mise en alerte et les ripostes engagées par les milices républicaines :

Par la voix de Dmitry Peskov, le porte-parole du président Poutine, déclare que "face à la situation actuelle où  la vie des habitants de la LNR et du DNR est menacée dans le contexte d'une intensification inacceptable des bombardements ukrainiens en cours dans le Donbass,  le Kremlin comprend parfaitement la position ferme et très claire des républiques de mettre en alerte leurs troupes"

Répondant aux questions des journalistes Peskov a en outre souligné "la situation est vraiment turbulente, instable et préoccupante" et qui ne peut que "susciter une inquiétude générale" ainsi qu'une "préoccupation immédiate car la situation menace la vie des résidents des républiques qui vivent dans la zone de contact".

Donc ce 26 mai 2014, dont les mémoires se souviennent tristement est bien ce point de non retour franchi par l'Ukraine et qui, depuis 6 ans précipite le Donbass dans une guerre meurtrière mais aussi heureusement vers son intégration inéluctable au sein de la Russie, avenir souhaité et mérité par des populations de Donetsk et Lugansk qui en paient par le sang et les larmes le prix le plus élevé.


C'était un 26 mai 2014

Dans le quartier bombardé d'Oktyabrsky où j'ai décidé de poser mon sac à dos depuis ans maintenant, la date du 26 mai 2014 est marquée au fer rouge dans les mémoires des femmes des enfants et des hommes qui ont vu s'abattre dans leur paisible quartier résidentiel la folie meurtrière d'une guerre génocidaire déclenchée par Kiev en réaction aux contestations des russophones dont l'identité, pourtant majoritaire en Ukraine, se retrouvait brutalement ostracisée, interdite et insultée. 

Je ne reviendrai pas ici sur les détails et le déroulement de cette journée tragique où entre l'Ukraine et le Donbass un point de non retour a été franchi par cette folle et criminelle "Opération Spéciale Antiterroriste" lancée par Kiev sur les conseils de Washington. J'ai écrit ici plusieurs articles sur cette journée du 26 mai  où sur les combats pour le contrôle de l'aéroport qui vont se poursuivre jusqu'en janvier 2015.

3 minutes pour résumer cette première journée d'enfer

Et dans les rues d'Oktyabrsky aux airs de campagne dominées par à cet aéroport reconquis de haute lutte durant l'hiver 2014-2015 mais aujourd'hui complètement en ruine, la guerre n'a jamais cessé de respirer. Que ce soit dans le secteur de Krimlovsky à l'Ouest où dans le le secteur 15 à l'Est, en passant par celui de l'aéroport, les tirs et les bombardements ukrainiens font désormais partie du quotidien des familles qui, par dizaines, sont restées accrochées à leurs maisons familiales et leurs jardins potagers.

Mais depuis plusieurs semaines ces femmes, enfants et hommes d'Oktyabrsky regardent à nouveau l'horizon et le ciel avec plus encore d'inquiétude, car les grondements et les aboiements de l'artillerie ukrainienne travaillant dans l'ouest et le Nord de Donetsk emplissent à nouveau leur atmosphère nuit et jour.

Aujourd'hui comme il y a 6 ans, sur les positions de la milice ou les quartiers résidentiels de sa population les obus ukrainiens pleuvent à nouveau, jour et nuit, précipitant le Donbass dans une spirale infernale dont la seule issue aujourd'hui pour mettre fin à cette guerre cachée dans ses tranchées de Minsk semble être à nouveau la guerre ouverte...


24 mai 2020, bombardement ukrainien au mortier de 120mm
sur une position républicaine de la zone de Promka, sur le
front de Yasinovataya au Nord de Donetsk.

Les belligérants sont aujourd'hui engagés dans une surenchère d'actions/réactions infernales où stopper revient à reculer dans un bras de fer entre Kiev qui ne veut que la capitulation des républiques et ces dernières la libération de son étreinte meurtrière et de leurs territoires occupés.

Beaucoup pensent comme moi qu'une nouvelle phase de cette interminable guerre va bientôt commencer et espèrent-ils ramener enfin la paix dans une région libérée de la haine ukrainienne et ce quel qu'en soit le prix à payer à nouveau.


Erwan Castel

Pour finir, la chanson de Yulia Chicherina "Larme".
Un clip qui a été téléchargé 3 millions de fois avant
d'être supprimé par les Torquemasa de Youtube 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.