dimanche 15 octobre 2017

Une force morale incroyable !


Alors qu'à la Brigade Piatnashka, nous commençons à nous préparer pour notre déploiement sur le front, des nouvelles nous parviennent d' "Abdullah" ce volontaire afghan récemment grièvement blessé sur le front par une mine et évacué à l’hôpital de Donetsk entre la vie et la mort le 7 septembre dernier.

Confirmant sa force physique et surtout morale exceptionnelle, Rafi Jabar va aujourd'hui beaucoup mieux malgré l'amputation totale de ses deux jambes. Entouré par l'amitié fraternelle de ses camarades et l'attention professionnelle du personnel médical, le volontaire a déjà défini des projets d'avenir, toujours dans le Donbass et au service de sa population qu'il est venu défendre en 2014 et qu'il n'a pas l'intention de quitter.

Sa noblesse de coeur et son courage que couronnent un éternel sourire font de lui, n'en déplaise à sa modestie naturelle un exemple élevé qui nous donne de la force dans les difficultés et les fatigues rencontrées ici.

Erwan Castel

Source de l'article : ON Kharkov 

"Votre peuple m'a donné une seconde vie": 
"Abdullah", qui a perdu ses deux jambes, 
n'a pas l'intention de quitter le Donbass


ON "Kharkiv" a déjà parlé du défenseur du Donbass  Rafi Jabar avec l'indicatif d'appel "Abdullah", qui a rejoint les rangs des forces de résistance de la RDP afin que la jeune république ne revive pas le sort tragique de son Afghanistan natal.

Aujourd'hui, Abdullah a survécu à plusieurs opérations, a perdu les deux jambes et a informé les journalistes de l'Agence fédérale de presse sur cette journée tragique et de ses projets pour l'avenir.

Alors, au cours de cette nuit mal terminée, près des positions de son unité, des fusées éclairantes ont tiré, puis c'est arrivé de l'arrière. Les militaires se sont rassemblés et se sont mis en cercle. Au début de la matinée, les Afghans ont relevé et ont décidé d'aller vérifier ce que c'était.
  • «J'ai jeté un coup d'œil au chemin, il semblait n'y avoir aucun changement. Il y a du bois mort, de l'herbe, et si quelqu'un rampait, je le remarquerais certainement. C'est ma position, je connais chaque feuille, chaque brindille. Puis je suis allé de l’autre côté du talus, revenu en arrière et suis resté là environ dix minutes. Je ne comprenais pas pourquoi la fusée éclairante avani fonctionné. Et puis j'ai fait un pas et j'ai sauté », se souvient Rafi.

Pour la vie de leur ami, les camarades d'Abdullah ont vraiment dû se battre: des analgésiques ont été rapidement introduits et des tresses appliquées. Les soldats de l'armée de la RPD ont dû transporter Rafi sur lui jusqu'à 700 mètres, après que l'officier du peloton a conduit le soldat blessé dans la ville. Cependant, sur la "succursale", sur le chemin de l'hôpital, la voiture a calé. Et voici venu l'aide d'une fille rencontrée par hasard et qui a appelé un taxi.
  • «Nous lui avons demandé de nous laisser la voiture et il a accepté, que Dieu nous protège de sa santé. Avec cette voiture, ils m'ont amené ici. Je savais juste que je devais y aller, être dans les bras des médecins de Donetsk », explique le défenseur du Donbass.

Même dans cet état, Rafi a tenu au dernier moment à informer le commandant de bataillon de la situation sur son secteur avant. Et sitôt rempli son devoir, il a immédiatement perdu conscience.


Le défenseur du Donbass a souligné qu'il ne resterait pas longtemps à l'hôpital. Immédiatement après la réhabilitation et le traitement, il souhaite à nouveau aider les habitants du RDP. Les plans d' "Abdullah" - aider les enfants du Donbass, victimes de la guerre fratricide. En particulier, il pense non pas à des actions ponctuelles comme celles consistant à donner des sacs à dos, chacune pour un ours ou à des «ricanements», mais à un travail plus approfondi sur la socialisation des enfants après leur sortie des orphelinats.
  • «Les gens viennent souvent là-bas et pensent qu’ils aident vraiment, quand ils donnent un ours en peluche, ils le font et le mettent sur Internet, en disant "regardez quel bon gars je suis" - j’aide les orphelinats. Ce n'est pas que - de cette manière, ils ne causent qu'un préjudice latent à ces enfants. Ils leur apprennent à penser qu'ils sont pauvres, orphelins, qu'ils apportent tout, qu'ils donnent tout ... Ils ne sont pas complètement adaptés à la vie. Les choses les plus importantes commencent après la sortie de ces orphelinats », a déclaré Rafi.

Le combattant s'est porté volontaire pour s'occuper de ces «diplômés» et tenter de les guider dans la vie dans une période difficile, quand chacun d'entre eux se trouvait au seuil de l'orphelinat et observait la vie avec une perte, craignant de faire des projets.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.