vendredi 21 avril 2017

Force et honneur (2)

Retour chez les mineurs combattants de la "Sharthyorskaïa division"

 

Il y a 1 mois j'avais évoqué dans un article précédent les ouvriers mineurs du Donbass qui depuis les premiers jours de la rébellion contre le Maïdan sont en première ligne pour défendre leurs familles et leurs terrils. 

Le 15 avril 2017, j'y suis retourné en compagnie de Guillaume Chauvin, un photographe alsacien réalisant son troisième séjour dans le Donbass, et désireux d'apporter à travers son regard original un témoignage humaniste à propos de cette guerre cachée et caricaturée par des propagandes venues d'un autre âge...

Après avoir retrouvé en fin de matinée le " Comm'bat' " à son Etat Major, un véhicule du bataillon nous conduit rapidement au Sud de Donetsk, de block posts en chemins de terre, vers la base avancée de l'unité puis vers les tranchées situées à 3 kilomètres à l'Ouest, en face des lignes ukrainiennes.

video

Arrivés sur position, les soldats de l'unité que commande "Baikal" nous accueillent avec chaleur et nous invitent à visiter leur lignes avancées, "blindages" (casemates) et tranchées mais aussi les abris enterrés où s'organise une vie quotidienne ponctuées de missions et services, d'entretiens et corvées, de repos et repas de cette vie communautaire cachée dans le secret d'une haie forestière devenue leur sanctuaire pour le temps de cette longue guerre.

Dès les premiers pas entre les bosses artificielles trahissant la présence de bunkers dont les ouvertures d'accès se dévoilent au dernier moment, l'organisation et la propreté  des installations surprennent et révèlent la discipline qui cohabite avec une ambiance fraternelle et conviviale exemplaires. Actuellement la situation dans ce secteur est calme et laisse le temps aux soldats d'entretenir et de consolider leurs installations jusqu'à la perfection... et pourtant à l'horizon se profilent à peine au delà du kilomètre de nouvelles lisières abritant l'ennemi, tandis que résonnent au Nord et au Sud les coups d'une artillerie ukrainienne qui jamais ne se repose.

Nous allons partager quelques moments de la vie de ses hommes qui de la mine de charbon aux tranchées de la guerre restent dans les entrailles de cette terre noire du Donbass que leur sang et leur sueur ont fait leur depuis des générations...

Il est difficile de décrire les impressions ressenties lors de cette journée sur le front, tant la les moments partagés dans ces tranchées du Donbass d'un XXIème siècle naissant sont toujours autant intenses que surréalistes.

video

Le moins que l'on puisse dire est que ces soldats de la Sharkhtyorskaïa Division ont des "gueules" dont certaines semblent sortir tout droit d'un tableau de Brueghel l'ancien. Héritiers de traditions minières et militaires entremêlées par les vents de l'Histoire, les mains de ces hommes manient la pelle ou le fusil d'assaut avec la même aisance qu'ils racontent leur vie et leur engagement pour cette terre noire qui n'a plus de secret pour eux.


N'en déplaise aux bonimenteurs propagandistes occidentaux, les volontaires qui résistent depuis 3 ans aux bombardements et aux assauts génocidaires des forces ukrainiennes ne sont pas des super spetsnaz russes mais des hommes et des femmes qui sont sortis de leurs usines, de leurs écoles et de leurs mines pour défendre la terre de leurs parents et de leurs enfants...  La plupart n'ont qu'une très courte expérience militaire, réalisée dans les rangs de l'armée rouge au temps de l'Ukraine soviétique, certains ont fait leur service dans les rangs de l'armée ukrainienne et les plus jeunes sortant juste de l'université apprennent directement le métier des armes à l'école de la guerre.


Mais tous sous leurs uniformes chamarrés et disparates partagent ce même regard volontaire et responsable, celui que portent les coeurs appelant à l'horizon la victoire prochaine et inévitable de l'humanité contre la barbarie.

A la tête de cette unité se trouve le capitaine "Baikal", un homme mûri par les expériences multiples et les années et qui incarne l'expérience calme qui rayonne de cette Sharkhtyorskaïa division. Après la mine, l'usine, l'artisanat et la sécurité privée, il commande aujourd'hui ses hommes autant en chef militaire qu'en père de famille. Attentif et présent il fait de l'exemple le pilier central et silencieux de son commandement, distribuant attention et confiance pour qu'à chaque instant le niveau opérationnel de son unité s'élève et reste concentré sur l'ennemi.


Un autre homme atypique va nous accompagner tout au long de cette journée, promenant un regard à la fois humble et épique sur son engagement pour défendre le front du Donbass. Il s'agit de Alexandre Zubastik, un chanteur de RAP populaire qui a décidé, lorsque les putschistes du Maïdan déclenchent une "opération Spéciale Antiterroriste" contre les russophones de Novorossiya de prendre les armes pour défendre le Donbass. 



Concernant le réseau des tranchées et des casemates visitées, je dois avouer avoir été stupéfait par leur organisation et leur propreté... Depuis plus de 2 ans que je fréquente de nombreuses positions depuis Gorlovka jusqu'à Dokuchaïevsk je n'ai jamais vu rien de tel... 

Depuis les cantonnements enterrés, des boyaux serpentent vers des tranchées impeccables où étonnamment l'esthétique a rendez vous avec le pratique... Est-ce la mentalité du mineur de fond accoutumé au galeries sécurisées ou le sens de la perfection du commandement qui est poussée jusqu'au secret des postes avancés ? Certainement les deux, et qui ont pour conséquence une appropriation approfondie des lieux par les soldats qui les défendent....

video

Profitant de l'accalmie de Pâques et d'un ensoleillement printanier les soldats continuent l'aménagement des tranchées, restaurant les parapets effondrés par les ruissellements, égalisant les tranchées, qui ici sont protégées par des palissades intérieures de paille et bois entremêlés... 

A proximité dans un poste avancé en bout de lisière une équipe surveille attentivement l'horizon, car des snipers ukrainiens depuis quelques jours ont été signalés dans ce secteur à l'horizon. Les ukrainiens faute de pouvoir lancer une offensive décisive et surtout prolongée sur le Donbass ont opté pour une stratégie de harcèlement opéré par leurs unités d'artillerie qui quotidiennement pilonnent la ligne de front et des groupes de snipers, souvent composés de mercenaires étrangers équipés de fusils à longue portée de fabrication OTAN. Récemment plusieurs soldats de la République ont été tués et blessés par ces unités, notamment un groupe de mercenaires féminins qui se font appeler "les sorcières" et qui opèrent en ce moment dans le secteur de Dokutchaïevsk (Sud de Donetsk)


video
Présents sur l'ensemble du front du Donbass 
les vieux fusils antichars (14,5mm) de la guerre 
ont repris du service, comme ce PTRD 41 né en 1943



Le réseau des tranchées et boyaux n'est pas sans rappeler les descriptions et images de la guerre 14-18, peut-être la boue en moins...: des boyaux d'approche sinueux et étroits, des tranchées profondes aux parapets d'observation et surplombées par des petits casemates pour mitrailleuses, descendantes des échauguettes médiévales...



Le soir, retour vers Donetsk dans les ambiances surfaites, artificielles d'un micro centre ville de plus en plus éloigné de la réalité de la la ligne de front mais qui exprime aussi à sa manière cette force qu'a ce peuple d'imposer par delà le drame de la guerre, la vision d'une espérance invincible.

En attendant, nous gardons dans nos coeurs l'essentiel de cette journée passée avec les soldats de la Sharkhtyoskaïa Division, à savoir une grand moment d'humanité !


Erwan Castel, volontaire en Novorossiya

Quelques autres "gueules" de la Division des mineurs...









video

Photos et vidéos: Erwan Castel

*
*   *

S'il vous plaît, pour m'aider dans le travail de réinformation et l'aide engagée auprès des pauvres de mon quartier 

Si l'argent est le nerf de la guerre il est malheureusement également aussi celui de la réinformation pour laquelle j'ai décidé de me consacrer seul et à plein temps malgré une absence actuelle de revenus et une censure de mon travail par les agences de presse occidentales collabos ... et locales, obsédées par la recherche du monopole de l'information.

J'ai encore réduits mes besoins de subsistance à leur portion congrue (8 000 roubles par mois (150 euros au taux de change local) pour pouvoir aider plus encore des personnes isolées et des familles de mon quartier. 

Merci d'envoyer vos contributions de soutien sur le compte référencé ci après à partir duquel sont envoyés des virements vers le Donbass

Observation : la plus petite somme (équivalent à celle d'un paquet de cigarette) est la bienvenue et vitale ici.

En vous remerciant par avance de votre soutien moral et matériel 

Bien à vous 
Erwan


1 commentaire:

  1. Je souhaite force et honneur à ce peuple martyr! Courage camarades!

    RépondreSupprimer

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.