lundi 1 juin 2015

Le front craque progressivement

A Marienka le bal de nuit est ouvert... 
et tout vert !


video
Vidéo prise dans la nuit du 31 mai au 1er juin, à 23h00, sur la ligne de front entre Trudovsky et  Marienka, si le rapport de forces est en faveur de Kiev, les forces républicaines ont en revanche l'avantage du terrain et de la motivation. Le front craque comme un bras de fer dont on ne sait pour le moment de quel côté il va pencher...


Partout sur le front, les combats et les bombardements s'intensifient, et le réveil de la vraie guerre semble aujourd'hui une évidence, et même oserais-je écrire, un soulagement dans le coeur des soldats lassés de cette fausse et cynique trêve de Minsk, qui use les nerfs et l'attention des soldats et fauche chaque jour l'espérance et l'innocence des civils.

Lorsque la guerre fait rage, la destinée d'un pays attaqué doit appartenir à ses guerriers, et seule la victoire des armes peut amener dans les foyers la justice et la paix qui ne sont pas négociables à l'aune des hypocrites négociations diplomatiques.


Au loin le district de Petrovsky à l'Ouest de Donetsk, à droite, Marienka, au premier plan, la ligne de front tenue par deux bataillons de la Garde Républicaine de Donetsk (le terril étant au centre des dispositifs) Si la ligne de front offre un no man's land sécuritaire, en revanche ce n'est pas le cas entre Marienka et Trudovsky (à droite derrière le terril), où la continuité urbaine créer une ligne de contact de moins de 200 mètres.

Dans le Donbass, de Lugansk à Donetsk, le front craque, et sous la pression des armes de plus en plus bavardes, les unités se jaugent mutuellement testant leurs dispositifs de défense et leurs procédures de réaction... Sur l'Ouest du front, là où des volontaires français sont regroupés au sein d'une unité de reconnaissance de la Garde républicaine, les combats terrestres sont de plus en plus violents, notamment dans le secteur de Marienka, où les belligérants qui ne sont plus qu'à 200 mètres les uns des autres, cherchent à créer une rupture des défenses adverses.

Si la journée est relativement calme, les combattants terrés dans les tranchées et les bunkers, à l'abri des snipers et tireurs, en revanche la nuit est le royaume des chauves souris, symbole des unités de reconnaissance (razviedka)), qui s'infiltrent, pour découvrir et tester le dispositif ennemi...


Trudovsky, meurtrie mais toujours debout
résiste vaillamment aux assauts des punisseurs de Kiev


Derrière le terril de Trudovsky, une usine de charbon porte les stigmates de la guerre et les symboles du courage et de la noblesse de ce peuple russe du Donbass martyrisé par Kiev.

Ainsi à l'Ouest de Donetsk, Trudovsky, ce paisible quartier minier du district de Petrovsky, niché au pied d'un immense terril est au coeur de la tourmente... En effet la ligne de front passe juste à la lisière d'une maigre forêt bordant ses maisons alignées. La ligne de front ici est surtout une ligne de contact dépourvue de no man's land, et qui contrôle une pénétrante vers l'agglomération de Donestk.

Depuis plusieurs nuits les combats font rage dans ce secteur : accrochages des unités de reconnaissance, travail des snipers et de l'artillerie, avancée des lignes de défense et des postes d'observation, combats d'infanterie et de chars etc... chacun cherchant à rompre la défense de l'ennemi.

Ainsi, au cours de la soirée du 31 mai 2015, des tirs de mitrailleuses et de roquettes ont été engagés à partir de bâtiments occupés par des ukrainiens (dont des volontaires islamistes tchétchènes) en direction des "blok post" républicains. Rapidement les échanges sont allés crescendo, en intensité et moyens, avec l'entrée dans le danse des chars, des mortiers et même d'obusiers ukrainiens situés à 10 km de là (en complète infraction avec les accords de Minsk soit dit en passant !) 

Ces combats violents, appuyés par les canons des chars et de l'artillerie ont duré plusieurs heures, de la fin de la journée au milieu de la nuit. 5 nouvelles maisons ont été durement touchées à Trudovsky par les canons de Kiev. 

video
Cette vidéo prise en fin d'après midi, à 19h00, au moment du commencement des accrochages. Survolé à haute altitude par un drone, les 800 mètres de ligne de front viennent de s'allumer comme un feu d'artifice mortel. Au 1er plan, la lisière Nord Est de Marienka où se situe la ligne de contact la plus étroite du front. sur la droite et au centre ( minutes ) deux des bâtiments tenus par les forces ukrainiennes.  

video
Au milieu de la nuit, les soldats de la Garde républicaine réussissent à réduire au silence un bâtiment transformé en bunker par les ukrainiens. Le bilan intercepté fait état de plusieurs morts dont 1 officier. Ailleurs c'est une unité de reconnaissance ukrops qui a été interceptée, essuyant également des pertes importantes ainsi que des prisonniers.


Le lendemain à l'aube, le quartier de Trudovsky en grande partie déserté, comptent ses ruines, tandis que bousculent le silence matinal les plaintes des chiens errants et les silhouettes voûtées des anciens mineurs qui préfèrent mourir que de quitter leur sanctuaire


A l'heure où je termine ces lignes, les éclairs et tonnerres d'acier déchirent à nouveau et  de plus belle le manteau de la nuit. Si les affrontements continuent et le confirment par leur croissance de leur intensité, ce secteur de Marienka risque fort d'être l'enjeu de nouveaux combats importants, et peut-être même devenir une bataille décisive de la guerre. 

Le grand livre de l'Histoire vient d'ouvrir une page portant le nom de cette petite cité minière attaquée, encore inconnue hier mais dont le destin nous appelle a participer avec honneur à son écriture...

Erwan Castel, volontaire français dans les Forces armées de Novorossiya


Pour suivre l'information quotidienne et l'évolution de la crise 

le groupe FB éponyme le lien : ICI 

Pour soutenir l'engagement des français en Novorossiya 

appel aux dons, le lien : ICI 




4 commentaires:

  1. Tenez bon, les gars, il y a plein de gens derrière vous. Cherchez sur le net et lisez Actu'Ukraine, vous verrez.

    RépondreSupprimer
  2. Tiens bon, Erwan! Encore quelques mois, ça va changer! C'est dur, très dur!!! Nous sommes avec toi!

    RépondreSupprimer
  3. Oui, les gens commencent à s'apercevoir qu'on leur raconte des craques. Je prie pour vous et pour le Donbass, Je ne peux même pas envisager une défaite de ce dernier, je perdrais tout espoir!

    RépondreSupprimer
  4. Courage les gars, tous de coeur avec vous... 😊

    RépondreSupprimer

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.