dimanche 6 mars 2016

La psychopathie ukrainienne / 1

Vol au dessus d'un nid de vipères


Lorsque l'on regarde dans le rétroviseur de cette Ukraine qui vit depuis 2014 le plus grand dérapage de son Histoire, on se souvient inévitablement du dossier explosif de la langue russe qui se voit ôter sa co-officialité avec la langue ukrainienne dès le lendemain du coup d'état du Maïdan, et qui va tout déclencher.

Si une telle réforme constitutionnelle a pu déclencher le processus dramatique que l'on connaît et la mort de plus de 10 000 personnes dans un conflit contre le Donbass, c'est qu'il s'agit "de la goutte qui a fait déborder le vase" d'une russophobie maladive.

Bien sûr, les parangons des "pacifiques démocrates du Maïdan" (BHL) pourront toujours ressortir de l'Histoire les dérives meurtrières d'un soviétisme totalitaire vécues par les ukrainiens, mais si le "devoir de mémoire" existe, il ne donne pour autant aucun "droit à la vengeance" et cette dernière, si elle s'exerce dans le futur, n'est alors que la manifestation d'une psychopathie génocidaire.

Les nouveaux maîtres de Kiev ont fait des slogans russophobes du Maïdan un programme gouvernemental délirant qui s'applique à vouloir éradiquer systématiquement toutes les traces russes laissées par l'Histoire dans ce pays qui est pourtant de ce trait d'union naturelle entre l'Est et l'Ouest. 
Ainsi depuis 2 ans, on peut observer la mise en oeuvre d'une politique d'éradication totale du caractère russe de l'Ukraine : destruction des monuments de l'époque soviétique, changement des toponymes russes, modification des programmes scolaires, interdiction des spectacles, œuvres cinématographiques ou théâtrales russes etc...mais le plus grave, stigmatisation et persécution des russophobes d'Ukraine, du parlement national jusque dans les écoles maternelles !

Depuis l'Antiquité la domination d'un peuple passe souvent par la destruction de sa mémoire et de sa langue qui sont les 2 arcs boutant supportant la voûte de son identité

Or en Ukraine, l'identité historique et culturelle russe n'est pas une propagande stalinienne, mais bien une réalité naturelle et historique depuis que le varègue Oleg fonda en 882 sur lles bords du Dniepr la "Rus de Kiev", première capitale de la Russie, et à la veille du Maidan, plus de 40 % des ukrainiens sont russophones, regroupés principalement dans le Sud Est du pays, et qui attestent de l'actualité de cette identité russo-ukrainienne.
En déclenchant une croisade contre les russophones d'Ukraine (mais surtout à travers eux contre la Russie) Kiev s'est de fait attaqué à une partie naturelle et historique de sa propre identité ! Cette politique hallucinante est donc un acte suicidaire qui ne peut aboutir qu'à une guerre civile et un démantèlement de l'intégrité territoriale... 
Ce qui est arrivé en quelques mois...


Parmi les parangons de cette croisade torquémadienne russophobe, Irina Farion en est certainement le cas psychiatrique le plus intéressant. En effet cette égérie de 52 ans affiche une haine hystérique et viscérale contre toute manifestation d'une identité russe, depuis la statue de Lénine jusqu'au prénom d'un enfant de maternelle ! 
Partout où elles passe, ses hurlements et injures russophobes détonnent rappelant jusque dans leur phrasé les vociférations d'un docteur Goebbels dont elle ne renie pas la référence.

Et, malheureusement ce cas clinique n'est pas isolé ni écarté du nouveau pouvoir de Kiev, au contraire, car Farion, qui est le numéro 3 du parti Svoboda (ex parti "socialiste national ukrainien") sera m^me député de la Rada, et surtout Directrice-adjointe de la "Commission du conseil sur l'éducation et la science."  !

Forte de ses responsabilités; Farion a engagé depuis 2 ans une véritable purge violente à l'égard des russophones, et ces déclarations délirantes et impunies témoignent bien d'une russophobie générale à tendance psychopathe d'un gouvernement ukrainien génocidaire.

Irina Farion lors d'un cérémonie honorant les divisions SS ukrainiennes 
Voici quelques déclarations tonitruantes de Farion :

"Ceux qui crient "Gloire à l'Ukraine - gloire aux héros" - sont les seuls ukrainiens libres. Ceux qui ne crient pas ces slogans sont des esclaves."

"Cette guerre avec la Russie est inévitable, tout à fait naturelle". "Désolé, je ne veux pas citer Hitler, mais il avait raison quand il disait que les guerres sont gagnées avant le déclenchement des hostilités."

"Mais le plus grand ennemi n'est pas celui qui est situé à proximité de nos frontières extérieures, notre plus grand ennemi est ici, chez nous (Farion commence une "liste des citoyens ukrainiens qui sont les ennemis de l'Ukraine:" dont les noms se terminent par "enko", puis par "uk", "yuk", "chyuk" "ishin" et "iv"...)  Voici qui sont les janissaires, les voleurs, les lèche-culs, les opportunistes, les corrompus!, Je souhaite que chacun d'entre eux soit abattu [sic] lors des élections par votre choix, chacun de ces déchets..."

"Nous sommes nés pour détruire Moscou!"
et récemment :

"C’est bien la langue ukrainienne qui doit dominer en exclusivité à Donetsk ainsi qu’à Lougansk. Pour ceux à qui cela déplait, les frontières sont ouvertes, ils n’ont qu’à prendre n’importe quelle bagnole et partir chez Poutine"

Ce florilège des haine et stupidité fusionnées est sans fin, aussi je le clôture avec le commentaire que cette malade mais responsable politique ukrainienne a écrit au lendemain du massacre d'Odessa du 2 mai 2014 où près de 50 manifestants pro-fédéralisation ont été brûlés dans la maison des syndicats  : "Bravo, Odessa, qu'ils brûlent en enfer"


Cette psychopathe n'est que la partie émergée d'un ensemble de tarés qui depuis 2 ans entraînent l'Ukraine dans un chaos total et une guerre civile sanglante. Mais le pire est que ce gouvernement néo-nazi est applaudi par Bernard Henri Levy, accueilli et soutenu par les gouvernements de l'Union Européenne, et qu'il est le bras armé d'une politique étasunienne qui cherche, par la crie ukrainienne qu'elle a provoqué, à servir ses intérêts militaro-industriels, à plonger l'Europe dans une nouvelle guerre fratricide...

Dans le Donbass un peuple s'est levé, incarnant la résistance et la dignité humaine, et au prix de lourds sacrifices, il a refusé la soumission et l'abjection.
Mais quand est-ce que les peuples d'Occident vont enfin ouvrir les yeux pour regarder en face et les armes à la main cette bête immonde qui de Washington à Kiev en passant par Bruxelles est de retour pour mettre notre Liberté en esclavage...

Car demain, si les peuples ne se réveillent pas, d'autres Farion viendront cracher leur venin jusque dans les demeures de nos enfants et nous serons alors jetés pour notre plus grande honte mais comme il se doit dans l'opprobre de l'Histoire que nous aurons lâchement sacrifiée...Il est donc grand temps d'écraser les vipères de Kiev et Bruxelles avant que leur venin qui se distille dans tout le corps européen n'aveugle nos esprits et nous entraîne dans une nouvelle guerre...

Erwan Castel, volontaire en Novorossiya

Dessert en forme de  "bébé russe" pour agrémenter les soirées mondaines de l'oligarchie ukrainienne
Rituel macabre en Ukraine



Sources de l'article :

- Vidéo YouTube, le lien : ICI
- Blog Noir de Brocéliande, le lien : ICI
- Vidéo YouTube, le lien : ICI

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.