vendredi 10 octobre 2014

Amazones de Novorossiya

Hommage aux femmes du Donbass

Dans le Donbass, des hommes mais aussi des femmes d'Honneur se sont levés et ont pris les armes pour défendre avec courage leurs valeurs, leurs traditions et leurs libertés menacées par une dictature ethnocentrée étrangère et génocidaire.  


Si la guerre est souvent considérée comme une "affaire d'hommes", il ne faut pas cependant négliger le place des femmes dans l'Histoire militaire des peuples...Au contraire car la Femme est non seulement le symbole vivant du sanctuaire défendu, mère, compagne ou fille du guerrier, mais aussi se révèle une participante essentielle à l'effort de guerre. 

Ouvrières, infirmières, ambulancières, messagères, mais aussi combattantes, les femmes sont souvent présentes dans la tourmente, de l'arrière du front jusqu'au coeur des batailles, et leurs actions n'a rien à envier au courage et à l'héroïsme de leurs frères d'armes.

En effet, depuis la nuit des temps, la Femme prend aussi les armes pour défendre ce foyer qu'elle incarne jusque dans son ventre, et de rentrer ainsi dans la légende héroïque des nations, de l'égyptienne Ahhotep, à Geneviève de Galard, l'ange de Dien Bien Phu, en passant par Zenobie la syrienne, Bodicea la celte, Hangaku Gozen la japonaise, Jeanne d'Arc la française, Anne Bonny l'anglaise, Animatou de Zaria l'africaine, Calamity Jane l'américaine, Phûlan Devî, l'indienne, Sophie Magdalena Scholl l'allemande, Laskarina Bouboulina la grecque, Marie-Claude Vaillant-Couturier; Lucie Aubrac, Marie, Dolores, Anne, Françoise, Greta et tant d'autres combattantes connues ou inconnues mais tellement nombreuses dans l'Histoire qu'il manquerait d'étoiles dans le ciel pour nommer toutes ces héroïnes...

Fidèles au passé...

Hercule contre les Amazones, vase grec VIème siècle avant JC
Dans ce panthéon, les Amazones (en grec ancien Ἀμαζόνες / Amazónes ou Ἀμαζονίδες / Amazonídes) occupent une place de choix, mythifiant pour l'éternité l'engagement des femmes au combat. 
Or, plusieurs sources de la mythologie grecque situent ce peuple de femmes guerrières... sur les rives de la mer Noire, où aujourd'hui, les filles de Novorossiya ressuscitent à leur tour la légende...

Les femmes slaves en général et russes en particulier, se sont engagées massivement aux côtés des hommes pendant les guerres et notamment aux XXème siècle où des unités complètes leurs ont même été consacrées, comme le "bataillon de la mort" et ses 2000 volontaires déployées sur le front germano-russe, pendant la Première Guerre Mondiale.


Mais c'est surtout durant la Grande Guerre Patriotique de 1941 à 1945 que, répondant au principe de l'égalité marxiste-léniniste de l'égalité citoyenne des milliers de femmes russes s'engagèrent dès 1941 dans les rangs de l'armée rouge régulière mais aussi dans ceux des partisans. Ces femmes s'engagèrent comme auxiliaires bien sûr mais aussi tankistes, snipers, aviatrices, et elles furent plus d'1 million a combattre sur le front russe pour défendre la Mère Patrie, soit 8% des effectifs totaux engagés pendant le conflit ! 

La moitié d'entre elles seront engagées directement dans les combats...et nombre d'entre elles sont entrées dans la postérité des héros de la Guerre, à l'image de Lyudmila Pavlichenko :



...Exemples pour l'avenir

Lorsque le 13 avril 2014, la junte militaire qui a prit le pouvoir par un coup de force à Kiev déclenche son "opération spéciale", les femmes du Donbass, déjà actives dans les manifestations réclamant la tenue d'un référendum populaire pour une fédéralisation de l'Ukraine, se portent au devant des blindés à Kramatorsk et Slaviansk pour défendre leur terre...


Et lorsque l'opération spéciale devient punitive, frappant les barrages et les quartiers résidentiels de ce peuple qui refuse l'humiliation, les femmes sont plus que jamais en première ligne sous les bombardements criminels des leurs cités et participent, les armes à la main a repousser les assauts blindés des bataillons spéciaux venus les massacrer.

Aujourd'hui les filles de la Novorossiya ont prouvé qu'elles sont dignes des mythiques amazones ou des héroïques combattantes de l'Armée Rouge; défendant avec un courage exemplaire la terre de leurs ancêtres et de leurs enfants !

Cette adolescente s'était portée volontaire avec ses camarades pour défendre leur ville Lissitchansk en août 2014. 72 jeunes âgés de 16 à 18 ans dont 24 filles formant le "Bataillon de la Jeune autodéfense" ... Ces jeunes sans entrainement militaire seulement armés de leur courage et d'un armement léger vont résister pendant 2 jours face à 2000 combattants entraînés et appuyés par des blindés et de l'artillerie. 18 d'entre eux tomberont avant que leurs camarades de se replient et rejoignent la tête haute l'armée de la Novorossiya.

Hommage aux femmes de Novorossiya

Depuis 5 mois, le peuple du Donbass est debout ! 
Malgré les bombes, les humiliations et les insultes mensongères qui pleuvent sur lui...

Le Donbass est debout !

Au milieu des ruines et des charniers où les soudards de Kiev veulent le faire disparaître, le peuple du Donbass est là, sans fierté ni haine, n'écoutant que son devoir et son honneur.

Le Donbass défend sa liberté ! 

Ilona Bonevich, indicatif « Bonja » est Commandant d'une unité spéciale, blessée au feu, deux fois décorée… avec le groupe du commandant Givi ils ont défendu avec l'effectif d'une compagnie d'infanterie (120) la ville d'lovajsk, attaquée par plusieurs bataillons blindés ukrainiens appuyés par des bombardements. Devant la farouche résistance de cette poignée de miliciens, l'ennemi, dépité, avait estimé leurs forces invincibles.... à 3500 hommes !
Une combattante de Novorossiya exemplaire, et dont l'héroïsme exceptionnel n'a d'égal que la modestie et l'humilité d'une femme du Donbass obéissant à son devoir.


Vous pouvez retrouver une interview de "Bonja" au début de la vidéo "The Faces of the Resistance: With Your Own Eyes"  entre 2'04 à 2'40" accessible sur l'excellent site "Beez info" de Claude Rainaudi au lien suivant : Ilona Bonevich, indicatif "Bonja"

Et sur les barrages ou au fond des tranchées, les femmes du Donbass comme leurs aïeules, restent en première ligne "dans le froid et la famine", tout simplement pour obéir à leur devoir, sous les bombardements des Lance-Roquettes Multiples, le tirs des snipers, les insultes abjectes de l'Occident vautré dans sa veulerie... 

Sur cette terre déjà imprégnée du sang de l'Histoire, nombres de ces amazones modernes sont déjà tombées au champ d'honneur ou y ont été blessées, et si elles sont capturées nombre d'entre elles subissent alors viols et tortures avant d'être exécutées au bord d'une fosse commune. 

Et pourtant, regardez les, ces femmes souriantes et belles malgré la peur et la haine qui les enveloppent nuit et jour...













Souvent reléguées dans l'histoire des guerres à un rôle passif ou ignoré, les femmes se révèlent au contraire des combattantes à part entière, et plus encore ! car leur dimension féminine et maternelle leur confère la puissance symbolique de ce pourquoi l'Homme se bat jusqu'au sacrifice suprême, pour son sanctuaire et sa liberté !

Je voulais offrir à toutes ces filles, sœurs, compagnes, mères et "babouchkas" de la Novorossiya, cet hommage, mais je m'aperçois avec tristesse que mes mots ne sont que le misérable écho de l'admiration que je porte à leur courage et leur dignité...

Aussi je me retire, laissant mon coeur leur adresser en silence ma reconnaissance éternelle pour le noble exemple qu'elles nous offrent ...

Erwan Castel


"ce pour quoi nous nous battons a plus de prix que nos vies !"
Alexandre Zakharchenko,1er ministre de la République du Donetsk


LA COURAGEUSE MACHA



__________________________________________

"Amazone blessé" de Franz von Stuck, 1903.


3 commentaires:

  1. A la mémoire de Lili Litvak, l'ange de Stalingrad, sur chasseur Yakovlev, Russia prima bolchoï hourré !

    RépondreSupprimer
  2. Matriarcat indo-européen : les guerrières amazones antiques d’Asie centrale (Scythes d’Ukraine)
    http://matricien.org/geo-hist-matriarcat/asie/amazone/
    Matriarcat Circassien (Caucase) : les guerrières amazones des mégalithes face aux empires patriciens
    http://matricien.org/geo-hist-matriarcat/asie/circassien/
    Matriarcat Tchétchène (Caucase) : les descendantes des Amazones, héritage et assimilation de l’Islam
    http://matricien.org/geo-hist-matriarcat/asie/tchetchene/

    RépondreSupprimer
  3. Comme le dit Alponse Daudet dans "La doulou" :

    "Les femmes sont héroïques pour souffrir dans le monde, leur champ de bataille."

    RépondreSupprimer

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.