jeudi 5 mai 2022

Retour vers Slaviansk !

Pour l'offensive sur le secteur de Kramatorsk on voit apparaître le nouveau marquage "O"
mais aussi de nouveaux véhicules de combats comme le BMP 1AM russe "Basurmanin",
modernisation en cours des BMP (notamment avec son canon de 30mm automatisé et ses
optiques amplifiées) et qui vient de réaliser son baptême du feu dans le Donbass.

Pour le moment, le pantin ukrainien est encore debout, notamment grâce :

  1. aux perfusions militaires, financières et soutiens politico-médiatiques des occidentaux,
  2. à un profond conditionnement nationaliste (exacerbé février) de la société ukrainienne,  
  3. à une importante erreur d'évaluation russe des capacités des armées s'affrontant, (et que j'attribue en grande partie  à l'aveuglement des visions fantasmées propagandistes)
Personnellement je pense que l'action des propagandes russes et occidentales a joué une part non négligeable dans ces éléments factuels, avec d'un côté une machinerie mensongère occidentale de manipulation des foules, protéiforme, omniprésente et parfaitement adaptée à l'environnement post-moderne de l'hyper communication multiple, et de l'autre côté une politique de communication russe archaïque voire momifiée et dont la propagande rassurante est plus orientée vers l'admiration des chefs que vers la soumission des foules, mais jusqu'à en être aveuglante

Heureusement que sur le terrain, la Russie moderne s'adapte rapidement aux difficultés et défis rencontrés et, après quelques semaines seulement d'opérations militaires en Ukraine on a pu observer une nouvelle stratégie de l'Etat-Major russe qui à son corps défendant apprend ici (parfois à ses dépens) comme tous les Etats-Majors du Monde entier, la réalité moderne d'une guerre de manœuvre de haute intensité et symétrique, événement qui ne s'était pas produit depuis la seconde guerre mondiale.

Et la phase terrestre de la deuxième phase opérationnelle, annoncée à la mi mars ans par l'Etat-Major du Général Dvornikov, a été engagée sur le front prioritaire du Donbass après une intensification des bombardements sur les positions, dépôts mais aussi réseaux logistiques ukrainiens .par l'artillerie, l'aviation et les missiles russes.

Alors que dans le Sud, le nettoyage de Marioupol s'achève, dans le Nord, les batailles pour le secteur de Kramatorsk ont commencé.

Localisation du secteur de Kramatorsk sur la carte générale

La stratégie de l'Etat-Major s'appuie sur des opérations combinées russo-républicaines venant du Nord (Izioum) en direction de Barnikove et Krasni Liman et, venant de l'Est (Lougansk) en direction de Rubijnoe et Popasna L'objectif final des ces offensives semble être l'encerclement large du corps de bataille ukrainien articulé autour des villes de Severodonetsk et Lissichiansk à l'Est et de Slaviansk et Kramatorsk à l'Ouest (corps de bataille qui est le plus important de l'armée ukrainienne). 

Le prélude de la bataille de Slaviansk 
se joue à Krasni Liman

Sur la carte du théâtre d'opérations au Nord du Donbass ci dessous, si plusieurs directions d'attaque sont visibles, c'est sur le secteur de Krasni Liman qu'a eu lieu l'avancée la plus significative et importante car elle atteint une route importante menant au Sud, à Slaviansk (15 km) et Kramatorsk (27 km).

Localisation du secteur de Krasni Liman sur la carte du front de Kramatorsk


Le terrain sur lequel se déroule ces combats au Nord de Slaviansk est difficile à conquérir car il présente plusieurs caractéristiques favorisant les tactiques défensives et de freinages adoptées par les forces ukrainiennes depuis le début des opérations militaires russes.:
  • Un relief accidenté et forestier propice aux camouflages et embuscades antichar,
  • La rivière Donetsk qui offre une ligne de défense naturelle et des zones boueuses,
  • Un réseau de localités denses avec des infrastructures industrielles résistantes.
  • Un réseau de voies de communication vers les bases logistiques situées à l'Ouest, 

Krasni Liman (rebaptisé Lyman en 2015 par Kiev), est une petite ville située à 120 km au Nord de Donetsk, sur la rive gauche de la rivière Donetsk et bordée de collines boisées. C'est un carrefour routier et ferroviaire important devenu même le siège de la compagnie ferroviaire de l'oblast de Donetsk. En 2014, Krasni Liman devient la base arrière des forces ukrainiennes assiégeant 15 km plus au Sud la ville de Slaviansk. 

Aujourd'hui le contrôle de cette petite ville de 20 000 habitants environ et ses axes routiers permettra permettra aux forces russes: 
  • d'arriver sur la route menant à Slaviansk puis Kramatorsk,
  • de relier à l'Est les avancées républicaines dans le secteur de Rubijnoe, 
  • d'y déplacer sa base arrière pour la suite des opérations dans le secteur.
En attendant on peut observer dans ce secteur de Krasni Liman des combats très violents entre russes et ukrainiens dont les principales actions abordées plus bas sont:
  1. Des assauts russes sur les positions défensives ukrainiennes,
  2. Des ripostes ukrainiennes avec l'artillerie et la techno-guerilla,
  3. Des destructions russes des dépôts de ravitaillement ukrainiens,
  4. Des destructions ukrainiennes des ponts pour freiner les russes.
Globalement ce sont de nouvelles unités russes qui sont en pointe dans les progressions offensives autour de Krasni Liman (avec un nouveau marquage "O") tandis que les forces ukrainiennes qui subissent de lourdes pertes depuis la bataille de Izioum il y a trois semaines montrent des signes de fatigue, des problèmes d'effectifs visibles avec le déploiement en première ligne de réservistes, et des problèmes de logistiques avec un parc de véhicules de combat très amoindri.

Au fil des combats, les forces de réserve ukrainiennes sont
engagées en première ligne pour compenser les pertes subies 
tandis que les territoriaux encore plus mal équipés et formés
sont appelés à leur tour pour monter vers la deuxième ligne.

Cependant, force est de constater que ces unités ukrainiennes se battent pied à pied, ne cédant le terrain qu'après de violents combats ayant également infligés des pertes sensibles aux forces russes. Ce comportement ukrainien est général sur l'ensemble de ce front Nord de Kramatorsk qui fait environ 100 km de long d'autant plus qu'il offre aux défenseurs des lignes d'arrêt importantes (rivière Donetsk, autoroute Barvinkove-Slaviansk, continuités urbaines alternant avec des zones forestière....)

Manœuvres offensives russes lancées début mai contre les défenses de Krasni Liman

Pour que la guerre dure et surtout que la stratégie ukrainienne évolue vers une guerre d'attrition à défaut de pouvoir faire une guerre manœuvrière à cause des destructions occasionnées, il est nécessaire pour Kiev que les unités actuellement engagées en première ligne résistent encore malgré leur usure opérationnelle (estimée à 40 % minimum) pour gagner le temps nécessaire à terminer la reconstitution en cours  le long du Dniepr des 7 ou 8 brigades, avec de nouveaux effectifs formés et notamment les matériels de remplacement en train d'être acheminés depuis les pays de l'OTAN (par exemple missiles NLAW  et "Star streak" britanniques, chars de combats T72 M polonais ou obusiers de 155mm M777 étasuniens et Caesar français). Le problème pour les ukrainiens au combat c'est que pour toujours remplir les missions assignées il doivent faire appel à des réservistes et des territoriaux mal formés qui fragilisent la qualité du dispositif de défense autant qu'ils en renforcent le numérique.

1 / Assauts russes sur les positions ukrainiennes 

Après plusieurs jours de préparation d'artillerie, les unités russes ont engagé vers les défenses de Krasni Limanplusieurs assauts visant d'une part à contourner ses défenses en perçant au Sud-Est au niveau de Dobrisheve et au Nord Ouest, au niveau de Dobrisheve, tout en menant un assaut sur les quartiers Sud de la ville pour y fixer ses forces de défense.

Préparation avant assaut de l'artillerie russe avec 
drone pour corriger les tirs sur une tranchée 
ukrainienne tenant un carrefour du secteur 

En dehors de zones urbaines les forêts et les bois sont souvent utilisés par les forces ukrainiennes pour s'y camoufler et y organiser ensuite des embuscades en lisière. Souvent lorsqu'elles sont repérées ces unités sont pilonnées par les moyens d'artillerie russes et notamment le TOS-1A "Solntsepyok".qui est un Lance Roquette Multiple capable de saturer une zone avec des munitions incendiaires de type thermobarique:


Le 3 mai des TOS 1A russes détruisent des unités ukrainiennes
dans la forêt situé au Sud de Krasni Liman, vers Slaviansk.

A l'extérieur des localités les forces ukrainiennes s'accrochent aux nombreux bois (dont les feuillages sont densifiés par le printemps) aux petites collines et rivières, aux hangars et hameaux, pour mener des manœuvres de freinage vers des lignes de défense fortifiées qu'elles tentent de rejoindre à l'issue de bonds successifs organisés autour d'embuscades isolées menées par des unités mobiles renseignées par des drones leur permettant d'anticiper et renseigner les actions. 

Sur le front Nord de Krasni Liman un char ukrainien 
T-64 BV, après avoir engagé des véhicules russes
est à son tour détruit par un char russe alors qu'il
bat en retraite. Seuls 2 des 3 membres s'en sortent.

Malgré les résistances ukrainiennes et les aléas du terrain qui rendent leur progression lente et couteuse, les forces russes ont réussi à prendre pied dans les quartiers Sud Est de Krasni Liman et mêmes de capturer des dépôts de munitions ukrainiens abandonnés précipitamment  



L'artillerie et les blindés ont beau rester des composantes essentielles dans la conduite des combats, les conquêtes ne peuvent pas être réalisées sans l'engagement final de l'infanterie, notamment dans les zones forestières et surtout urbaines. Tout comme lors de la bataille de Marioupol avec les unités tchétchènes, après avoir cassé les lignes de défense périphériques de la ville, les unités de choc passent le relais aux forces spéciales pour ratisser méthodiquement chaque rue, maison et étage pour combattre les défenseurs dans la profondeur urbaine.

Forces spéciales russes en chasse nocturne
dans les quartiers Sud d'Izoum, début mai.

A Izioum comme ailleurs les forces ukrainiennes tentent de se fondre dans la population civile pour s'y camoufler mais aussi l'utiliser comme bouclier humain, contredisant par cette action leur propre propagande qui prétend au contraire que les forces russes écrasent tout le monde sur leur passage.

Les ukrainiens pour échapper aux surveillances et frappes aériennes 
russes et aussi faute de moyens militaires encore opérationnels utilisent 
de plus en plus souvent des véhicules civils, ne reculant devant aucune
perfidie comme ici ce bus de transport scolaire à peine déchargé de ses 
caisses de munitions qu'il transportait à l'abri du panneau "enfants"

Ce qui est cocasse c'est que dans les dépôts de munitions capturés (6 dans le secteur de Ktasni Liman pour les 3 premiers jours de mai) les forces russo-républicaines récupèrent nombre d'armes et munitions provenant des aides pléthoriques de l'OTAN; et qui sont réengagées immédiatement contre leurs destinataires !

Missiles antichars britanniques NLAW récupérés par les russes 


2 / Ripostes défensives ukrainiennes

Les forces ukrainiennes, ayant du mal à rivaliser avec la puissance de manœuvre des forces russes du fait de la destruction aérienne d'une grande partie de leur matériels d'assaut et leur logistique, poursuivent onc une guerre d'attrition défensive à partir des bastions urbains fortifiés depuis des années à partir desquels leurs unités d'artillerie peuvent opérer à distance contre les concentrations de véhicules russes embouteillés sur les point de passage obligés comme les ponts et/ou par une rigidité persistante d'une chaîne de commandement en souffrance d'encadrements subalternes suffisants et donc paralysant l'initiative et l'agilité tactiques..

Un bombardement de l'artillerie ukrainienne, appuyée 
par un drone d'observation et de correction de tir, d'une 
concentration de véhicules blindés russes à proximité de 
Sulyhivka (à 30 km à l'Ouest d'Izioum). Au cours de ce 
bombardement,  pas moins de 5 véhicules blindés russes 
(de type MT-LB, BMP et BTR), 1 char de combat T72 et 1 
véhicule de transport ont été détruis ou endommagés.

Un autre exemple de tir de barrage de l'artillerie ukrainienne
réalisé avec des lance roquettes multiples encore et toujours
appuyés par un drone d'observation et de correction de tir.

Un deuxième type de riposte ukrainienne qui se généralise faute de pouvoir remplacer leurs véhicules de combat classiques et se lancer dans des contre-offensives larges, est ce que j'appelle la "techno-guérilla" de harcèlement. Cette tactique s'appuie sur des petits groupes autonomes légers et motorisés  agissant isolément sur les flancs des avancées russes mais équipés de missiles modernes performants et de moyens de communication satellite et de drones d'observation pour reconnaître les itinéraires, repérer les objectifs et corriger les tirs.

Cette vidéo propagande ukrainienne laisse entrevoir
les éléments de cette tactique de "techno-guerilla" se
développant face aux lourdes colonnes russes. : 
véhicules légers et rapides, quads, drones etc...

3 / Destruction russe de la logistique ukrainienne 

Pour assurer au maximum les objectifs de leur stratégie, les forces russes ont engagé également une asphyxie plus importante des ressources stratégiques ukrainiennes en s'adaptant à leurs réactivité face aux premières frappes subies. En effet, si les premières campagnes de bombardements en détruisant comme prévu une grande part  des concentrations aériennes et blindées, dépôts stratégiques et logistiques, ressources industrielles etc... ont neutraliser toute possibilité pour Kiev d'organiser des contre-offensives efficaces, en revanche les unités ukrainiennes restent suffisamment opérationnelles pour opposer une résistance importante surtout avec les apports logistiques, militaires et de renseignement de l'OTAN.

L'Etat Major russe a donc donner une priorité pour localiser et détruire les dépôts militaires clandestins ukrainiens, détruire les point de passage obligés des voies d'approvisionnement (ponts, carrefours, triages...) et paralyser totalement le réseau ferroviaire ukrainien en cassant ses stations d'alimentation électriques. Si cela n'interdira pas les approvisionnements de l'OTAN, en revanche ils seront partiellement ralentis et détruits. 

Tir d'un missile "Kalibr" russe sur un hangar agricole 
de la région de Dnipropetrovsk qui était détourné par 
l'armée ukrainienne pour stocker et cacher des armes 
et des munitions fournies par les pays de l'OTAN.

4 / Freinage ukrainien de l'avancée russe

Dans les périphéries extérieures de localités fortifiées, les tactiques défensives ukrainiennes face aux attaques russes sont à la fois actives et passives, combinant une techno-guérilla mobiles principalement réalisée par des groupes légers et rapides dotés des missiles antichars et antiaériens modernes fournis par l'OTAN et des obstacles organisés pour freiner la progression et limiter la manœuvrabilité des unités russes, comme des champs de mines ou des destructions de ponts.

Autour de Krasni Liman pour leur défense, les forces ukrainiennes essayent de capitaliser la coupure humide formée par la rivière Donetsk et ses affluents en détruisant les ponts qui les enjambent afin de freiner les progressions russes, notamment dans la direction de Slaviansk et Kramatorsk. 

Carte de des ponts fluviaux entre Krasni Liman et Slaviansk et leur statut au 2 mai 

Dans le seul secteur de Krasni Liman, sur les 5 ponts qui franchissaient la Donetsk, 3 ont été détruits (1 à Raygorodok et 2 à Syvatogorsk), 1 autre endommagé n'est plus qu'une passerelle piétonnière (à Brusovka). Aujourd'hui il ne reste plus qu'un seul pont permettant le passage de véhicules à 20 km au Nord de Slaviansk (à Syvatogorsk) et il est probable qu'il sera également détruit devant l'avance des unités russes.

Quant aux ponts encore intacts ils sont déjà minés 
en prévision de leurs destructions prochaines 
comme ce pont de Kupechesky menant à Slavyiansk

Mais il n'y a pas que des coupures humides qui présentent des points de passages obligés, et les ponts enjambant le réseau très dense des voies ferrées sont également détruits ou minés comme par exemple ici, le pont situé au Sud Est de Krasni Liman qui conduit à l'entrée  de la ville, vers Slaviansk et détruit devant l'attaque russe qui a justement portée son effort principal sur cette zone, au Sud Est de la ville.

Souvent les ukrainiens attendent le dernier 
moment pour détruire les ponts ou parfois
le font lorsqu'ils sont franchis par des unités
russes comme ici un pont de Raygorodok.

Mais cette stratégie de destruction des ponts par les forces ukrainiennes est cependant à double tranchant, car si elle freine effectivement l'avancée des unités d'assaut russes elle rend également difficile leur propre retrait de la rive gauche de la Donetsk ainsi que leur ravitaillement en vivres et munitions. Cela augure de sièges urbains difficiles car désespérés si les forces ukrainiennes décident de s'enfermer aussi dans ces localités secondaires.


Camion russe équipé d'un bitube de 23mm "ZSU 23/2, un canon antiaérien dont les cadence et
précision de tir sont également très efficaces contre des cibles terrestres et des fortifications.



En conclusion 

Au Sud d'Izioum, les forces russes progressent lentement atteignent Krasni Liman, menaçant d'isoler une garnison ukrainienne qui préfère pour le moment résister pour gagner le maximum de temps pour permettre le renforcement des bastions de Kramatorsk et Slaviansk situés juste au Sud de la ville. Les 2 belligérants subissent des pertes.

Un focus sur le secteur de Krasni Liman permet aussi de cerner les caractéristiques stratégiques de ce nouveau type de conflit moderne et qui sont en mouvement au fur et à mesure de l'enchaînement des actions et réactions tactiques.

Aujourd'hui nous avons 
  • d'un côté des forces russes, qui dans la limitation de leurs moyens dédiés à ce théâtre d'opérations ukrainien et la modération imposée à leurs assauts urbains, ont opté pour les manœuvres lentes et sécurisées, pour préserver leurs effectifs et les populations civiles au maximum (objectifs souvent difficiles à concilier en milieu urbain).
  • de l'autre côté des forces ukrainiennes, groggys par les assauts et les bombardements russes, mais qui tentent de gagner du temps en résistant pied à pied et surtout ville à ville, tandis qu'elles espèrent que les aides militaires occidentales et les nouvelles brigades en formation vont finir par user  et décourager l'adversaire russe.
Du côté doctrinal, si les composantes classiques de la guerre moderne sont toujours là (artillerie, blindés, logistique...) et finissent par faire la différence dans une guerre d'usure, en revanche on observe bien le retour de l'importance de l'infanterie dans les combats mais dans une configuration très différente de ses massifications de passé :
  • Evolution organique vers le modèle et les procédures de type "forces spéciales" (petites unités tactiques multitâches (reconnaissance, antichar, sniper, sabotage) très mobiles et autonomes,
  • Amélioration de la puissance des armements portatifs antichars et antiaériens qui  permettent à un fantassin isolé de détruire à distance les meilleurs chars et avions de combat,
  • Assistance technologique au combat permettant d'améliorer drastiquement l'efficacité et l'anticipation du fantassin: drone d'observation, optiques spécialisées, missiles autoguigées, communication satellite coordonnée etc.
Krasni Liman est aujourd'hui l'antichambre de Slaviansk qui sera à son tour celle de Kramatorsk et pour lesquelles les combats seront certainement encore plus intenses selon quel côté du front va le mieux maîtriser le facteur Temps !

Et quoiqu'il en soit cette guerre qui n'est pas encore nommée comme telle du côté de Moscou, et contrairement à certains hurluberlus regardant dans les boules de cristal de leurs fantasmes, risque de durer longtemps et même de s'étendre à d'autre pays, sauf si le pouvoir ukrainien capitule, ce qui ne semble pas être à l'ordre du jour de l'Etat Major de l'OTAN.

Erwan Castel

Forces spéciales russes entre Izioum et Krasni Liman


58 commentaires:

  1. le sith rouge5 mai 2022 à 09:32

    Faudrait qd même que les russes expliquent pourquoi il y a encore des ponts sur le Dniepr et ses affluents nord-est. De même pourquoi il y a encore les transformateurs haute tension des centrales, les lignes haute tension, les ponts ferroviaires etc.

    La Cancel Culture utilise intelligemment des Has Been Cultures, des Talibans du moyen-âge où des ukrainiens patriotes du temps des nations. L'Occident se défend bien, disait Maurras, même s'il se suicide civilisationnellement.

    Ici au Boobaland, la startup colony mondialist supermarché d'Emmanuel Mac Kinsey dit "La Sissy des Caraïbes", le souchien ne se battrait pas pour la piscine des burkinis, l'école des voilées, le biobio de bobo nowhere, où le kebab halal à boubou, et le colon barbu encore moins pour La Gaule ex-colonisateur. Mais le limès de l'Est, des juste décongelés du soviétisme visiteurs de l'ancien monde patriotique, le défend contre l'empire mongol reconstitué, en attendant les robots terminators.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai servi la France pendant 37 ans (marine nationale). En gros depuis le début des années 2000 je ne me reconnais plus dans ce que sont devenus la France et les Français et il me serait maintenant insupportable de risquer ma vie pour eux.

      Supprimer
    2. Je vous comprends Monsieur et suis tout a fait d'accord avec vous ! Merci.

      Supprimer
    3. le sith rouge5 mai 2022 à 21:26

      L'Archipel de Fourquet n'est pas un "hasard", contrairement ce que disent nos "nationalistes" où "communistes" craignant le complotismage... Les russes, chinois, indiens, le disent mais ne sont pas audibles sur les merdias; Trump et Orban aussi.
      Soros, le négrier pour la schismo-génèse des peuples occidentaux, n'est pas un philanthrope...

      «L'immigration fait baisser ainsi les salaires, et dégrade la condition morale et matérielle de la classe ouvrière [...] une classe ouvrière divisée en deux camps hostiles, les prolétaires anglais et les prolétaires irlandais [imaginez avec musulmans/chrétiens] Le SECRET de l’impuissance de la classe ouvrière anglaise [souchienne], en dépit de son organisation [...] grâce auquel la classe capitaliste maintient son pouvoir. Et cette classe [Soros] en est parfaitement consciente »
      Marx, lettre à Meyer et Vogt, 1870

      «Le cosmopolite représente le dernier degré de l’inhumanité capitaliste. Pour le cosmopolite l’homme est un personnage schématique, “citoyen du monde” sans famille et sans peuple, sans traditions ni particularités nationales. Pour le marxiste, au contraire, l’homme est le produit d’un développement social déterminé, d’un certain nombre de conditions précises qui lui confèrent une formation psychique définie, un caractère national.»
      Réalité de la nation. L’attrape-nigaud du cosmopolitisme.
      Georges Cogniot, éditions sociales (philosophe communiste)

      "Preuve que rien ne vit comme le sens de la nation dans le monde présent. Ceux qui voudront en abandonner une part ne feront rien gagner à Cosmopolis: ils engraisseront de notre héritage des nationalités déjà monstrueuses [c'est fait avec la Chine,délocalisations, transferts technologiques]"
      Maurras L'avenir du nationalisme français

      «Il faut favoriser une culture du dissensus œuvrant à approfondissement des positions particulières [pédé, femme, noir, gouine, où barbu] et une ressingularisation des individus et des groupes humains [ghettos culturels, ghettos d'intérêts particuliers, diviser pour régner, fin d'un peuple cohérent qui s'incarne dans un état fort, "tuer le holisme autoritaire du blanc" (conférences de Macy)]»
      Felix Guattari et Cohn Le Tripoté, revue du Purinement Sexialiste Universel (PSU)

      A transmettre... à Z, MLP et Roussel...



      Supprimer
    4. Un représentation du matérialisme marxiste se trouve dans cette phrase :
      "Ce n'est pas la conscience de l'homme qui détermine son être social, mais c'est au contraire son être social qui détermine sa conscience".
      Pour moi c'est faux. Car cela revient á dire que l'homme est stupide, sans intelligence et ne peut choisir ou il veut aller.

      Supprimer
    5. "Ce n'est pas la conscience de l'homme qui détermine son être social, mais c'est au contraire son être social qui détermine sa conscience". certes il est tout aussi biaisé de sortir cette phrase de son contexte pour en déduire une généralité (ce que ferons effectivement souvent les marxistes en déformant la pensée de Marx jusqu'à la trahir), car Marx a écrit cette phrase dans l'observation de l'historicité des idéologies de conscience par rapport aux changements sociaux majeurs. Et dans cette perspective il a raison : par exemple c'est bien le changement du paradigme social provoqué par la révolution industrielle qui va faire naître la conscience de classe. En aucun cas il prétend que l'homme est "stupide, sans intelligence et ne peut choisir où il veut aller" car sinon il n'y aurait pas eu de théorie révolutionnaire.

      Mais votre remarque est très importante car d'une part elle est une critique juste de ce "matérialisme marxiste" qui effectivement dans sa volonté de conserver le structuralisme d'un étatisme consubstantiellement bourgeois a finit par sombrer par réaction dans un absolutisme réciproque. et d'autre part elle révèle la confusion entre Marx et marxisme qui sont complétement différents dans les applications proposées et celles réalisées. (un peu comme si on jugeait la pensée christique que sur les actes de la Rome catholique)

      Supprimer
    6. Le sith rouge8 mai 2022 à 17:24

      @Anonyme
      Vous confondez la conscience de soi et "l'esprit phénomène".
      Le test du miroir est un test éthologique de "conscience de soi" esprit-phénomène au sens où vous l'entendez chez l'animal (où le bobo gogochon).
      Marx, s'inspirant de Hegel, dit que les peuples n'ont pas de "personnalité" tant qu'ils ne s'en pas venu à se penser eux-mêmes socialement. C'est à dire que la conscience de soi au sens "naturel" (où gogochon), veut dire une conscience de soi par une volonté "naturelle" (uniquement de se branler pour le gogochon) dans des contrariétés extérieures niées et invalidées (les normes à abattre, jouir sans entrave).
      La conscience de soi marxiste est "abstraite", c'est à dire comme une "personne", un citoyen dans un état-nation pour Hegel. Aussi elle dépend de l'être social.

      Pour illustrer, voici un très beau passage de Lukacs, sur la "conscience de soi" du grec antique (début de la théorie du roman):

      Bienheureux les temps qui peuvent lire dans le ciel étoilé les cartes des voies qui leurs sont ouvertes et qu’ils ont à suivre ! Bienheureux les temps dont les voies sont éclairées par la lumière des étoiles ! Pour eux tout est neuf et pourtant familier; tout signifie aventure et pourtant tout leur appartient. Le monde est vaste et pourtant ils s’y trouvent à l’aise, car le feu qui brûle dans leur âme est de même nature que les étoiles. Le monde et le moi, la lumière et le feu se distinguent nettement et jamais pourtant ils ne deviennent étrangers l’un à l’autre, car le feu est l’âme de toute lumière et tout feu se vêt de lumière. Ainsi il n’est aucun acte de l’âme qui ne prenne pleine signification et ne s’achève en cette dualité: parfait dans son sens et parfait pour les sens; parfait parce que son agir se détache d’elle et que, devenu autonome, il trouve son propre sens et le trace comme un cercle autour de lui. «Philosophie, dit Novalis, signifie proprement nostalgie, aspiration à être partout chez soi.»
      Dans de telles limites [la patrie des archétypes] le monde ne saurait être que clos et parfait. Même si au-delà du cercle que les constellations du sens présent tracent autour d’un cosmos immédiatement vécu et destiné à recevoir forme, on présent l’existence de puissances menaçantes et incompréhensibles, elles restent impuissantes à le priver de sens. Capables de détruire la vie, elles ne sauraient attenter à l’être; elles peuvent jeter des ombres sinistres sur le monde qui a reçu forme, mais ces ombres elles-mêmes entrent dans le système des formes à titre de contraste qui les font mieux ressortir. Le cercle métaphysique à l’intérieur duquel vivent les grecs est plus étroit que le nôtre; c’est pourquoi nous ne saurions jamais y trouver notre place; où mieux, ce cercle dont la finitude constitue l’essence transcendantale de leur vie, nous l’avons brisé; dans un monde clos nous ne pourrions plus respirer. Nous avons découvert que l’esprit est créateur; et c’est pourquoi, pour nous, les archétypes ont définitivement perdu leur évidence objective, et notre pensée suit le chemin infini de l’approximation toujours inachevée.





      Supprimer
  2. Vous citez régulièrement le problème de la forêt qui aide l'armée ukrainienne dans ses manœuvre. Ne serrait il pas intéressant d'y mettre le feu. Pas cher et efficace. De toute façon ça repoussera.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans l'article je mets une illustration à ce propos de bombardement d'unités ukrainiennes dans une forêt au Sud de Krasni Liman par des TOS 1 "Buratino" russes qui tirent des roquettes thermobariques

      Supprimer
  3. Merci pour ce nouvel article hautement instructif 👍

    RépondreSupprimer
  4. bonjour a tous merci Erwan pour vos infos pertinente et de bon sens prenez soins de vous tous soldats de la liberté en route pour la victoire ...on vous aimes ....a bientôt ...

    RépondreSupprimer
  5. Première question: de quand date la vidéo de bombardement ukrainien sur la colonne russe?
    2: des équipes mobiles anti char requierent du personnel hyper entrainé et hyper motivé. Le temps de survie de ce genre de formation étant géneralement fort court dans une guerre où le Satellite et le drone quadrillent le terrain(à moins d'avoir affaire à une armée de branques), de combien de commandos de ce type dispose les AFU? Probablement pas des centaines. Peut on réellement batir une stratégie pérenne défensive là dessus?
    3/ les Russes ayant des satellites, la superiorite aerienne et celle écrasante de la puissance de feu, comment est il possible que leurs troupes subissent l'artillerie lourdes AFU sans que celle ci ne soit immédiatement détruite?. Ces canons ne se déplacent pas comme des mortiers de 120. Et même ceux ci mettent au moins deux minutes pour dégager. Temps largement suffisant pour etre reperé et détruit.
    4: comment le ravitaillement lourd arrive-t-il encore sur la ligne de front distant de pres 1000 km de son point de départ.
    A vous lire, je me pose de sérieuses questions .Ainsi, les Ukis sont capables d'envoyer des engins de 30t sur 700 km de terrains sans être détruits? Les US sont capables de repérer la moindre colonne russe et de diriger dessus des hordes d'essaims de Rambos hyper efficaces. Et les Russes sont incapables de repérer et gérer des escouades legeres anti-char? Les Russes sont gênés pour passer des rivières sans pont?les Russes sont incapables de faire taire l'artillerie ennemie malgré toute leur supériorité ? Les Russes sont incapables de stopper le ravitaillement dans le Donbass? Ils sont incapables de protéger leur navire amiral( je cherche toujours les traces de missile sur la photo turque du Moscwa )?
    A vous lire, j'ai vraiment l'impression que la propagande occidentale a raison et que l'armée russe est une bande de branques en retard d'une guerre.
    Alors soit vous avez raison...et c'est meme pire que ce que prétend l'occident.
    Soit vous avez tendance à voir les choses en noir et alors il serait temps de vous rendre compte des degats que vous causez à ceux que vous déclarez défendre .
    Vous agonisez d'insultes les gens comme Moreau , Brayard ou Néant et ça non plus ne sert pas votre cause.
    Reprenez vous Monsieur
    Ken avo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. à 'Anonyme5 mai 2022 à 11:40' eh bien, mheuuussieur! veuillez vous rendre sur place svp! je suis persuadée qu'ils vous attendent tous là bas, vous serez super bienvenu là bas! y'a plein de guignols en FR qui organisent du 'touring' vers l' UA . allez! COURAGE mheeuuuuussieur! allez-y! quel est votre site web? j'ai hâte de le lire! j'ai hâte de lire vos z'infos! vos enquêtes, vos expériences, votre expertise quöäaâä et pis, peut-être irez vous à la rencontre d'Erwan Castel une fois dans le Donbass... oui? non? peut être? alors, il pourra vous expliquer et vous prouver de bonne Foi, le motif légitime de ses griefs envers les Moreau , Brayard ou Néant que vous citez... allez! COURAGE! j'ai hâte de vous lire, mais où? ...

      Supprimer
    2. Merci pour vos questions précises :

      1 / la vidéo a été prise in avril lors de la première poussée au Sud d'Izioum. Depuis d'autres vidéos de ce type ont été produites dont certaines à partir de drones russes. je travaille beaucoup dans cette zone sur les feux de forêts très visibles sur les images satellites nocturnes pour suivre les combats et frappes dans ces zones couvertes.

      2 / la techno guérilla antichar ukrainienne n'est pas improvisée depuis 2 mois, juste accélérée parce que cette tactique est la seule qu'il leur reste en combat mobile (comme le le précise). Elle est enseignée par les instructeurs canadiens de la force "Unifier" aux forces ukrainiennes depuis au moins fin 2017, sur le ReTour d'EXpérience de la guerre menée au Liban par les équipes antichars mobiles du Hezbollah contre les blindés israéliens. Aujourd'hui il y a probablement plusieurs centaines de ces groupes sur l'ensemble du front avec des équipements légers accessibles équipés des dons occidentaux (drones, optiques, communication) ainsi que des missiles antichars ou antiaériens de type "Fire and forget" (Javelin, NLAW, Starstreak...) pour l'emploi desquels le temps de formation est des plus courts et les performances de plus élevés (plus de 2000 m pour un Javelin, plus de 8 km pour un Starstreak), contrairement aux missiles guidés des génération précédentes qui demandaient effectivement des temps de formations longs.

      Vous soulignez très justement l'importance des ressources aériennes de renseignement, satellites de l'OTAN et surtout drones d'observation d'altitude (entre 5 et 8000l) ou tactiques qui repèrent les cibles et guident les frappes, Pour le pratiquer sur le terrain la généralisation des drones tactiques côté ukrainien a été impressionnante dès 2018, traquant à distance la moindre rotation de groupe ou corvée d'eau sur les tranchées . Depuis 2 mois que les russes sont arrivés j'observe avec plaisir la même généralisation dans leurs unités mais qui malheureusement n'est pas encore complétée par des chaines de commandement horizontales optimisant les délais de réaction pour les appuis feu des échelons supérieurs.

      Supprimer
    3. 3/ Il ne fut pas confondre comme Moreau supériorité aérienne (numérique) et suprématie aérienne (contrôle de l'espace aérien) car si effectivement le parc aérien ukrainien est réduit à sa portion congrue du fait des frappes quotidiennes subies depuis 70 jours, les avions russes ne disposent pas pour autant de la suprématie aérienne car à l'instar des troupes terrestres leurs effectifs sont au minima et le front toujours immense (env. 1000 km entre Kherson et Kharkov), ensuite les moyens antiaériens ukrainiens sont toujours suffisamment présents (et même recomplétés par les systèmes Stingers and Co) pour menacer l'aviation russe d'autant plus qu'elle doit souvent effectuer des attaques basse-altitude pour optimiser le tir de roquettes qui n'ont majoritairement pas de systèmes de guidage. Et pour revenir à la région de Kramatorsk - Izioum cette menace antiaérienne est augmentée par ses couverts forestiers nombreux.

      Concernant l'artillerie ukrainienne, force est de constater que d'une part elle est encore opérationnelle malgré les pertes importantes subies, et que ses matériels et servants sont très entrainés après 8 années de guerre de positions De plus la tactique d'emploi a évolué s'adaptant aux nouvelles ressources du champ de bataille (observation, communication): les batteries, assistées de drones qui géolocalisent et corrigent leurs tirs très rapidement, sont dispersées et ne restent que quelques minutes sur des points de tirs changeants, déjà reconnus et calculés leur permettant des mises en batterie et des retraits immédiats (pour certainement assurer cette rapidité j'ai vu plusieurs sur photos aériennes des obusier D30 ukrainiens avec un effectifs doublés). pour ce qui est des tirs de contre-batteries que vous évoquez elles peuvent être effectivement efficaces si elles sont déjà en position et que la chaîne de transmission du renseignement et commandement soit ouverte (et si possible simplifiée) Or dans le cas qui nous intéresse, l'artillerie lourde russe est logiquement à l'arrière des mouvements opératifs qui lorsqu'il sont bombardés doivent rechercher les batteries ennemies, alerte l'artillerie adéquate qui se met en place, calcule et enfin tire. Le délai de 2 minutes que vous évoquez ne concernent que les équipes mortiers très etrainés mais dont les portées sont souvent insuffisantes pour atteindre les points de tir des obusiers qui cherchent à rester au minimum à 8 km de la ligne de contact.

      Le seul moyen efficace pour neutraliser ces batteries mobiles est donc de repérer soit leurs points de repli et stockage soit leurs dépôts logistiques comme par exemple ce supermarché désaffecté de la banlieue Nord de Kiev détruit par missile en mars car il cachait le dépôt des roquettes d'une compagnie de LRM "Grad" dispersée et mobile que les contre-batteries russes n'arrivaient pas à détruire.

      4 / pour les ravitaillement lourds qui parviennent toujours vers le front, une partie de la réponse a déjà été donnée précédemment : immensité du territoire à couvrir et insuffisance des moyens dédiés. par exemple les premiers chars T72M polonais (près de 300 prévus au total) commencent à arriver sur le front de Kharkov (et probablement de Kramatorsk) parce qu'ils se déplace sur les routes nombreuses et secondaires, souvent de nuit ou camouflés sur des porte engins civils plateforme ferroviaire civile. Cela demande du temps et c'est pour cela bien plus que pour l'honneur que les soldats ukrainiens se battent pied à pied (comme je l'ai écrit). il n'y a que sur les cartes ou dans les jeux vidéos que l'on réussi a tout détruire (ponts dépôts véhicules...) le terrain impose sa réalité et nos faiblesses organiques et tactiques.




      Supprimer
    4. Pour le reste de vos commentaires (où je décèle une espèce d'énervement) je reprendrai la plupart de vos phrases mais en remplaçant "les russes sont incapables" par "les russes rencontrent des difficultés" car c'est ainsi la guerre n'est pas juste une théorie mise en pratique mais aussi un art empirique où l'adaptation, l'imagination, la ruse mais aussi la chance (et la malchance) s'invitent dans les actions.

      Concernant le Moskva j'ai écrit un article après son naufrage supposant qu'il a été la cible effectivement d'une attaque ukrainienne (ce que Moreau d'ailleurs reconnait lui-même). Cette perte en revanche, si elle ne change pas le cours de la guerre installe cependant un handicap pour les russes (en dehors d'une humiliation) car ce navire-amiral était surtout avec ses S300 la composante antiaérienne majeure embarquée en Mer Noire.

      Pour conclure: je ne prétends pas avoir raison (pour tout vous dire j'aimerais même souvent avoir tort en ce moment) mais je refuse catégoriquement de céder à ces simplismes manichéistes débiles devant lesquels se masturbent les propagandistes de tout poil de chaque côté du front. Etre réaliste sur les difficultés du terrain et les erreurs organiques n'altère pas selon moi mon engagement et mes convictions, bien au contraire ! Quant à celles et ceux qui nous rabâchent depuis 8 ans que les soldats ukrainiens ne sont qu'un ramassis d'alcooliques et drogués, inaptes et démotivés et qu'ils seront balayés en 3 semaines, puis 2 mois, et maintenant avant l'automne etc... je leurs réponds que leurs fantasmes à la con sont à la longue contre productifs et même, lorsqu'ils sont institutionalisés et matraqués, participent aux sous évaluations situationnelles que l'on connait où les stratèges s'endorment sur leurs lauriers (et parfois avant même de les obtenir)

      La victoire ne s'obtient pas en clamant haut et fort que l'ennemi est pulvérisé mais au contraire en le prenant très au sérieux dans ses capacités et même potentialités de résistance et de nuisance. Lorsque la ville de Marioupol sur le front de laquelle j'ai fait plusieurs missions est encerclée, j'ai écrit que la bataille serait très difficile et coûteuse et durerait certainement 2 mois... quand Moreau pérorait qu'en 2 jours ce serait réglé !

      Marioupol sera finalement libérée totalement en 2 mois, tout comme cette guerre sera gagnée par la Russie mais pas sans difficultés extrêmes, sang et larmes et mêmes défaites militaires...

      Le dire ce n'est pas trahir, par contre refuser de l'admettre c'est tromper l'opinion comme savent le faire n'importe quel publiciste affairiste, "Gamelin" de plateau TV et propagandiste de salon.

      Bien à vous

      PS pour info, Moreau m'insulte et me calomnie via Brayard et Néant depuis l'automne 2015, cherchant même à nuire à mo honneur et ma sécurité en m'accusant d'être un espion français, un voleur, un déserteur, un criminel de guerre, tueur de serbes etc...
      J'ai effectivement quelques acrimonies légitimes à l'encontre de cet insecte nuisible, au même titre que tous ces chiens de garde propagandistes, courtisans à breloques et quel que soit le côté du front où ils vomissent leurs conneries d'adolescents attardés.

      Supprimer
    5. Merci infiniment pour toutes vos réponses. Et aussi pour votre amabilité malgré, je l'avoue, le ton provoc de mon post( le coté emporté du Breton...). J'avoue aussi que vos posts sont autant de douches froides.
      Je suis étonné pour le problème posé par les groupes mobiles. On parle de gens qui circulent en zone de guerre au point d'arriver à moins de 2000km des chars. Comment peut on laisser circuler quelque vehicule que ce soit , même civil à moins de 5km de la LOC? Surtout quand on a un gros problème de groupes mobiles.Je ne comprends pas. Ces chars ne sont pas éclairés par des lignes de tirailleurs ? Par des drones? Des drones avec capteur infrarouge pour "lire" les couverts forestiers?

      Supprimer
    6. Merci pour vos réponses et votre patience malgré le coté provoc de mon post.
      Ceci dit, vous admettrez que votre propos donne singulierement corps à l'idée qui court en occident depuis deux mois que les moyens alloués à cette opération sont très largement insuffisants pour atteindre les objectifs énoncés par la direction russe.
      Est ce votre vision d'homme sur le terrain qui vous fait si pessimiste? Comme devaient l'être ceux qui se battaient désespérément devant Moscou en octobre 41 ou à Stalingrad un an plus tard et qui ignoraient les fantastiques offensives en court de preparation par Joukov. Je le souhaite.
      J'avoue que j'espère un coup de théâtre. Soit une offensive considérable au sud de Donetz soit vers Odessa(comment le regroupement préalable échapperait il aux satellites US ?). Ou alors une redition-fraternisation massive au Donbass ou à Odessa après des négociations secrètes. Je rêve.
      Parce que si les moyens sont trop faibles pour une offensive massive ou même un controle serré du territoire, il va se passer quoi? La société russe supporterait elle cette réalité ? La perspective d'un enlisement? Ou d'une mobilisation ?

      Supprimer
  6. REMARQUABLE analyse - comme toujours - ... Un compte-rendu aussi fouillé et quotidien fait du bien en Occident où nous sommes TOTALEMENT MATRAQUE par une DES"information" SYSTEMATIQUE ... Ce n'est même plus de l'hystérie mais ... de la DEMENCE et qui révèle la PEUR ... la TROUILLE de nos ... "élites" à la perspective que la Russie "pourrait" remporter la Victoire ... Car celle-ci atteindrait PLUS ENCORE ce MONSTRE qui s'appelle "OTAN" que le Régime NEO NAZI de Zelenky ... Dans la mesure de votre possible, nous souhaitons que ces analyses en comptes rendus soient quasi quotidien : ils font du bien et nous ne manquons pas de les répercuter par les moyens dont nous disposons - et en dépit de la CENSURE - !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. moi leurs matraques ne me font pas mal, car comme beaucoup que je connais, je ne regarde plus la télé. Même dans les bars je ne fait pas attention. Poujadas parle tout seul, et le 'gredin' de Bfm pareil.
      newchiche salutations

      Supprimer
  7. Bonjour Monsieur, merci pour ce nouvel article. Je ne suis pas spécialiste de la chose militaire mais j'ai comme l'impression que les Russes font durer le "plaisir", si c'est le cas, pour quelle raison... ? N'ont ils pas tous les moyens matériels et l'intelligence pour couper les ravitaillements en armes des ukrainiens presque encerclés dans le Donbass et attendre ainsi tout en les réduisant leur fin inéluctable ? Personnellement, je pense que oui. Arnaud. Bien à vous et merci encore pour vos articles. Arnaud

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il y a aussi la réalité d'une volonté politique initiale de ne pas faire juridiquement basculer ces opérations spéciales dans une guerre totale (à mon humble avis c'est raté) mais aussi de ne pas ainsi engager dans leur sillage la société civile russe dans son entier (mobilisation, économie de guerre, restrictions de déplacements, de communication...) objectif social qui pour le moment est atteint.

      Mais le prix à payer c'est de demander plus d'effort aux soldats engagés sur le terrain et de ralentir les opérations terrestres pour les préserver dans la durée

      Supprimer
    2. Je vous remercie pour la réponse à mon commentaire. Bien à vous. Arnaud

      Supprimer
  8. La vérité sur cette guerre doit se situer entre les "deux". La guerre est déjà gagnée par la Russie (dixit Moreau), l'Ukraine manifeste une bonne capacité de résistance (vous) et donc retarde l'échéance
    . Mais quand on dit l'Ukraine on pense OTAN. Avec ses forces spéciales qui encadrent des soldats qui n'ont rien demandé (hors les excités suprémacistes dans leur délire mystique de toute puissance) et qui vont servir de chair à canon. Par ailleurs on ne peut pas résumer la guerre à ce qu'elle est sur le terrain. Cela a été dit au delà des buts géostratégiques, cette guerre est aussi une guerre a dimension eschatologique. La russie est le "Katéjon" qui retarde la venue de l'antéchrist. C'est à dire de satan. Quand on voit le comportement des "ukro nazis" et la décadence de l'occident on le comprend rapidement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ceci dit, normalement l'Ukraine a déjà perdu. Un état raisonnable dont l'armée et le territoire sont dans cet état d'incapacité à mener une offensive sérieuse réclame un armistice "pour éviter des douleurs inutiles au pays". D'autant plus que les Russes ne demandaient pas la lune.
      Mais les responsables ukis ne sont pas raisonnables.
      Le peuple et les soldats Ukrainiens vont ils encore longtemps accepter de mourir pour faire plaisir à l'oncle Sam?

      Supprimer
  9. Merci Erwan pour ce nouveau point sur la situation, le marquage "O" pour peut être "OTAN" !?

    RépondreSupprimer
  10. Monsieur merci pour vos nombreux éclaircissements - peut etre que dans la durée le nombre de forces spéciales , l'appui de la bête immonde et de ces nouveaux mercenaires aux forces des ukrops finira par décliner . C'est ca ou la guerre nucléaire .

    les imbéciles baveux par ici n'en ont pas conscience ...ca peut mal finir pour tout le monde
    il est vrai question d'information encore .

    j'ai noté le meme type de véhicules légers que les djihadistes durant la guerre de Syrie avec donc le même type d'armement légers meme tactique de mouvements

    les chemins dans les bois ne sont pas le desert ... avec des points previsibles ...
    -selon un expert allemand les javelins sont de peu d'utilité a cause d'une entrainement long et couteux ...

    question de prevision a la fin les USA peuvent craner ils n'ont jamais gagné AUCUNE guerre depuis longtemps sauf des faibles leur art c'est de se servir des proxi ,dans ce cas d'abord l'ukraine ensuite la Pologne et/ou la roumanie qui veulent deja leur part du démembrement de l'ukraine

    il faudrait que les ukrops le sache avec des leur cheres gonzesses sorties d'azovstal par exemple ..

    Ceux qui ont accompli les quelques désastres que vous relatez , doivent donc être surtout des mercenaires et leur nombre aussi n'est pas illimité quand ils se vantent de n'avoir pas ete payé


    il faudrait le faire savoir aux autres ...c'est casse pipe assuré & SANS SALAIRE !
    quand ce genre de pov types qui recherchent les safaris - ca se trace et leurs habitudes sont leurs faiblesses comme en general leurs videos pour se vanter ...et leurs débauches ...
    Les entrainements en matiere de forces spéciales prennent du temps et sont tres sélectives .
    La chaine d'approvisionnement des équipements repose sur une production en passe d'etre compromise par la défaillance d'approvisionnement en électronique d'autre part .
    Les quelques armes plus lourdes ne sont pas tres certaines d'arriver a leur destinataires d'autre part quand a leur renouvellement quand la plupart n'ont même plus de quoi tenir que quelques jours de munitions pour eux mêmes , avec parfois 70 % de materiels lourds HS - ca ne va pas pouvoir durer plus de quelques semaines ...
    Par contre vous soulignez a juste titre - l'importance des drones sur le terrain d'opération - j'ai entendu parler de systemes de brouillages que ce soit par aveuglement laser ou simplement interférence ... comme d'ailleurs de brouilleurs wifi ...

    le drone est repéré visé et n'est alors plus contrôlable par son operateur au sol ...dans le meilleur des cas il peut même être recyclé avec les coordonnées de la station émettrice principale mémorisés dans une eprom dans la partie embarquée pour la plupart ( retour auto ) pour ce qui est de l'electronique de la bete immonde . Il suffit de ne pas avoir la meme electronique coté forces libres - je crois que certains savent faire autre chose dans le domaine ...

    et d'autre part qu'il existerait des équivalents sous marins qui pourraient aussi expliquer la tragédie du navire amiral russe donc a surveiller en attendant la libération d'Odessa ...

    quand a votre incertitude sur le choix d'une base secrète proche de la ligne de front, dans ce cas il s'agit de guerre bactériologique qui vise notamment la Russie avec la nécessité de nombreux cobayes humains d'une part et de préférence un espace plus ou moins encore naturel proche ou des espèces sauvages y ont étés étudiées comme vecteurs et surtout au bord de la mer avec
    que ce soit insectes acariens ou oiseaux puisque on trouve la trace de ces recherches a vocation criminelle de masse et sélective selon le code génétique et ceci sur des années avec ces vecteurs biologiques moins chers qu'un drone .

    les detracteurs !!!! on dit que la valeur d'un homme se mesure aux nombre de ses ennemis .
    ca agace certes !

    mais c'est pas un homme comme vous qui va se faire impressionner par une bande de roquets teigneux.

    cordialement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Votre post que je n'avais pas lu est très intéressant car d'une part, il me conforte dans l'impression d'une certaine similarité avec les fameux djihadistes et d'autre part, , même si on pressentait l'importance du drône sur le champ de bataille, il était largement sous-estimée au vu des immenses champs d'application possibles émergeant au fur et à mesure que se déroule cette guerre. Guerre qui d'ailleurs pourrait très bien se produire chez nous au titre de guerre mondiale (généralisation méthodique et donc planifiée par l'union européenne et l'OTAN) et titre de guerre civile (balkanisation voulue par certains énergumènes de nos territoires)
      Et là, on aura eu le pompom mais... sans la soupe populaire !

      Supprimer
  11. Bonsoir.
    Votre souci de clarté , précision et d’honnêteté dans vos compte -rendus, explications , commentaires en font tout l’intérêt et après avoir découvert votre site assez récemment le plaisir de lire vos articles deviendrait presque de l’accoutumance.
    Vos relations , tendues dirais je simplement, avec vos opposants ( je vous fais volontiers l’honneur de croire que vous avez vos raisons , à l’aulne de l’appréciation que je peux porter à travers vos commentaires & explications notamment celles et ceux mentionnées plus haut dans cet article ) ne peuvent que laisser quelques cicatrices et amertumes.
    Dommage.
    Revenant sur l’affaire Cadieu & officiers étrangers, qui me passionne je dois l’avouer , je me suis permis quelques divergences avec vos hypothèses, en attente de confirmation officielle tout un chacun n’a que des hypothèses qui résistent ou non à l’analyse basée sur les faits partiels dont on peut disposer sur l’instant.
    Néanmoins , sur la base du peu non confirmé dont nous pouvons avoir écho , il serait dommage de négliger quelque élément fut il le plus xxxxxxxxxx ( adjectif au choix de chacun) , le champ des investigations restant ouvert sans limitations ou restrictions.
    Le souci d’honnêteté ne sera jamais offensant, je suis d’accord.
    En temps de guerre , les certitudes n’est il pas ?
    Merci pour vos infos. Vifs encouragements.
    Vianney.


    RépondreSupprimer
  12. Vu toutes ces armes de l'Otan confisqués, j'espère que les fabricants occidentaux, ont pensés aussi dans les notices, d'expliquer aussi en langue Russe. Ce serait plus correct.. 😅😅🤣🤣🤣

    RépondreSupprimer
  13. Bonjour,
    j'ai lu sur un site (entre deux guerre) que des obusiers tractés M777 de 155 mm fournis par l’Occident sont arrivés en Ukraine et sont entrés en service dans le Donbass. Cela peut-il,a votre avis, faire reculer les forces russes et préparer une contre offensive ukrainienne ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour . Non, pas "des" obusiers M777, mais UN obusier M777 a été complaisamment montré en vidéo par les Ukrainiens sans préciser où la vidéo a été prise. Sûrement pas dans le Donbass, si tant est qu'il soit en Ukraine. L'OTAN a déjà visiblement fait une croix sur le Donbass même s'ils souhaitent que la résistance y dure le plus longtemps possible et soit le plus couteuse possible pour les Russes. Il est probable que les armes lourdes envoyées qui ne sont pas détruites par les frappes soient reservées à une nouvelle ligne de défense(Dniepr?) ou meme à la constitution d'unités capables d'offensives.

      Supprimer
  14. Peut-être que je me trompe mais il me semble de voir dans votre vidéo de la propagande ukrainienne sur l'utilisation de leur "techno-guérilla", une colonne de djihadistes de Daesh ou Isis en route ou en chasse vers les forces armées syriennes et qui se seraient téléportés en Ukraine. À peu de choses près, mêmes procédures, mêmes techniques et tactiques et mêmes "sponsors"...
    Mais à toute parade, il vient toujours une contre-parade. Et je suis très attentif et très impatient de ce que les Russes vont mettre en place face à la "techno-guérilla" des Ukrops.
    Par contre, sans faire un mauvais jeu de mots, il s'agirait de corriger le tir parceque ça urge.

    RépondreSupprimer
  15. Excellent. Je vous suis depuis le début. Vous êtes celui qui colle au plus près de la réalité. J essaye de lire tous ce qu on peut trouver pour s informer (pas facile ).

    On constate beaucoup de similitudes avec la guerre en Syrie.

    Encore merci de nous garder éveillé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement bcp de similitude entre la syrie et cette guerre . Aussi par cette participation occidentale et les quantités d argent injecté.

      On sent l'armée russe être une armée de soldat .et comme on disait à l armée , il y a une différence entre un soldat et un guerrier .

      N'importe qui peut être un soldat , l'expérience fait le guerrier . L armée russe est un peu en formation en ce moment . Il va falloir que du sang coule , des revers pour qu'elle aborde la guerre avec professionnalisme et maturité et c'est cruel à dire mais que les planquer y passe ou quitte cette armée pour créer ces unités composer de soldat aguerrie qui se connaissent , s'aime et veulent se protéger. Sans l'expérience longue de la guerre , les petits jeunes , les planquer nuisent à l'organisation et la combativité.

      Bcp dunités ukrainiennes sont comme celle des républiques des hommes aguerries ou aux moins ayant subi le feu .

      D'ailleurs je pense qu'aujourd'hui l'aide du grand frère russe est bienvenue mais les républiques ont sûrement plus d'efficacité dans la stratégie militaire .

      Hommage d'ailleur à Гиви. Il manque à la cause .

      Supprimer
  16. Bonjour M. Castel,
    sachant que vous n'êtes pas sur la ligne de combat, et qu'on ne peut pas, à proprement parler, parler de témoignage,serait-il possible de vous demander quelles sont vos sources?
    Une serie d'articles de l'AFP, difficilement taxable de pro-Russe, directement sur les régions de Slaviansk et Kramatorsk vu du coté ukrainien, ne parle à aucun moment de groupes mobiles anti-char . Il me semble qu'une profusion de tels héros ou au moins leurs hauts faits d'armes auraient été mis en avant devant un journaliste occidental. Non, cet article parle de pauvres conscrits envoyés au hachoir tenir la ligne à tout prix dans des tranchées creusées à la va vite, tenir la ligne à tout prix.. On y voit un bataillon de retour du front, l'épouvante dans les yeux. A peine une centaine de rescapés, que des conscrits de tous âges, commandés par un lieutenant de 21 ans qui n'a meme pas fini son école d'officier. Voilà ce qui reste d'un
    bataillon. Tous les soldats rencontrés parlent d'un ecrasement par l'artillerie russe avec une réponse dérisoire du coté Ukie estimée à 1 contre 100 par les combattants. Pour les chars, tous les témoignages parlent de lignes d'eclaireurs russes aidés de drones, loin en avant des chars(ce qui est la norme) et écrasant tout ukrainien repéré par un déluge de feu. Tous les soldats déplorent qu'il n'y ai quasiment pas de combat d'infanterie. Juste des éclaireurs et l'ecrasement par l'artillerie, omniprésente, permanente.
    Et tout ça est relaté par l'AFP, que nul ne peut soupçonner de propagande pro-Russe.
    Alors quand on vous lit, qu'on doit croire que la situation russe est terrible, le commandement minable, a logistique inexistante, la technologie totalement obsolète, les moyens dramatiquement insuffisant, et sachant que vous êtes à une centaine de kilomètres de ce front, encore une fois, quelles sont vos sources ?
    En tout cas, sachez que vous êtes cité dans de nombreux reseaux sociaux comme la preuve que la Russie est enlisée "puisque je te dis que c'est un mec de leur bord qui le dit" .
    Reflechissez y. Refuser de faire la pom pom girl "tout va bien" à la Moreau ne vous oblige pas de cracher dans la soupe comme l'ineffable Strelkov en faisant le boulot de ce que Raevsky, le Saker, appelle, non pas la cinquième, mas la sixième colonne, celle des "patriotes" qui passent leur temps à critiquer la direction russe et faisant plus de mal à la Russie que tous les euro-atlantistes de la cinquième.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous n'avez pas pensé que justement le but de l'AFP (et autres médias) est de démontrer/faire croire que l'armée ukrainienne souffre grandement et qu'elle a absolument besoin d'aide pour inciter les occidentaux à leur envoyer encore plus d'aides militaire et financière.?. Et surtout pour que les peuples occidentaux acceptent que leurs gouvernements envoient encore+ d'aides car à un moment, les peuples risquent de réaliser que les sanctions, aides envoyées ne servent à rien et qu'au contraire sa les dessert et tout ceci peut pousser les gens à se révolter dans les rues..donc quoi de mieux que de "zoomer" sur la souffrance ukrainienne pour attirer la pitié..?. Vous voyez où je veux venir..

      Supprimer
    2. D'abord je suis toujours sur la ligne de contact mais si je n'y combats plus faute d'avoir un bras gauche opérationnel mais cela me permet (au sens propre comme figuré) "d'avoir de la hauteur" sur le secteur où je travaille.

      Concernant l'expression "groupe antichar" elle n'est pas à prendre au sans organique du terme (même s'il existe effectivement des unités et des groupes antichars dans tous les organigrammes d'infanterie motorisée ou mécanisée) , mais dans le sens opératif; a savoir une adaptation (pour ne pas dire un bricolage tactique) mené par une armée malmenée, fortement impactée par les bombardements et combats (env 40%) des unités au contact et qui cherche en terrain libre a mener comme elle le peut des combats de freinage et de harcèlement.
      Cette tactique ukrainienne n'est possible que grâce aux aides matérielles occidentales et l'appui du renseignement de l'OTAN même si cela, à terme, ne changera pas le cours de la guerre en faveur de Kiev. Ce à quoi nous assistons depuis 1 mois c'est à une course contre la montre par les ukrainiens et contre la technologie militaire par les russes.

      Ensuite je n'ai jamais écrit que le situation russe est "terrible" que son commandement est "minable", son matériel "obsolète" comme vous prétendez me faire vouloir dire, cela relève d'une interprétation manichéiste et non d'une honnêteté intellectuelle.

      En revanche j'ai mentionné les "difficultés" rencontrées par les forces russes, la persistance d'une "rigidité dans la chaîne de commandement" et du déploiement important de matériels terrestres anciens (BMP1, T64...) que j'explique par le fait que les divisions les plus opérationnels (tout comme les effectifs de combat les plus importants) sont pour le moment réservés si une intervention de l'OTAN venait à devenir plus directe).

      Donc respirez profondément et essayez de ne pas déformer mes propos svp par le prisme calomniateur des propagandistes stupides et égotiques qui dès lors qu'on ne s'alignent pas sur leur narratif fantasmé vous considèrent comme ennemi

      Supprimer
  17. MICHEL rothfuss6 mai 2022 à 19:34

    merci à toi erwan pour tous ces renseignements que tu transmets .Cela nous permets de mieux comprendre face à tous ces mensonges donnés par les médias alors encore merci à toi et que le ciel te protège

    RépondreSupprimer
  18. Vladimir fait du nettoyage dans la colonie yankee et l'otan sait qu'elle va finir en confettis si elle intervient, enfin la roue tourne !

    RépondreSupprimer
  19. Merci encore pour toutes ces explications.. après la video de Xavier Moreau un peu de précisions et beaucoup de rigueur font du bien. Parallèlement à la consultation de votre site je lis (après l excellent atlas géopolitique de la Russie de Marchand) "les routes de nestor makhno" de vikor belach qui était le chef d etat major de l armée révolutionnaire insurrectionnelle d Ukraine. Outre l aspect historique très intéressant je trouve des similitudes assez troublantes entre les pratiques de l armée de Makhno et celles que vous decrivez de l armée ukrainienne et des regiments types azov : la mobilité extrême de l artillerie légère et l utilisation de la population civile à la fois comme réserve potentielle de combattants et comme bouclier et le détournement de tout élément
    trouvé sur le terrain à des fins militaires ( école ambulances bus scolaires ). Sachant que le centre du déploie de cette armée se trouvait à gouliai polie je pense que dans cette region de l ukraine un vieil atavisme datant d au moins un siècle se réactive..sous d autres uniformes et combats idéologiques. Prenez soin de vous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il y a aussi des explications plus prosaïques que les vôtres qui sont cependant intéressâtes : celles qu'une armée en situation d'infériorité technologique ne lui permettant pas d'affronter en ligne une armée adverse doit se résoudre soit à s'enfermer dans des villes, soit à mener vaille que vaille une stratégie de harcèlement que l'on peut observer chez chez les spartiates de la guerre du Pelloponèses, chez les germains d'Arminius contre les légions romaines, les cavaliers bretons contre les francs de Charles le Chauve à Ballon, les résistants contre les colonnes allemandes, ou effectivement les partisans russes de Makhno.

      En revanche l'utilisation de la population civile change selon le rapport idéologique, et sa nature par rapport au soldats opérant dans son environnement

      Supprimer
  20. Cher Monsieur Castel,
    De grâce, arrêtez.
    Arrêtez de débiner le commandement russe, la logistique russe, les moyens russes.
    Vous êtes en guerre nom de nom, et parait-il ancien officier français.
    Les dégâts que vous commettez sont terribles.
    Pourquoi faites vous ça? Ça vous apporte quoi?
    En septembre 14 vous auriez blogué en disant que Joffre était un boucher incompétent, que la plupart des generaux francais l'etaient aussi à envoyer des centaines de milliers d'hommes à la mort sans preparation d'artillerie contre une impeccable et implaccable machine tactique allemande. Vous auriez dit ça? Meme si c'était la vérité ? Ça aurait servi à quoi a part mettre du baume au coeur des Allemands, le desespoir et la panique dans les rangs et à l'arrière chez nous et probablement vous mener devant un peloton pour divulgation de fausses nouvelles dans le but de porter atteinte au moral des troupes et de la nation?
    Les gens comme Strelkov ou vous sont avec ce genre de folie des inconscients malfaisants.
    Vous etes là pour faire la guerre ou pour flatter votre égo avec ce débinage insensé?
    Ralez Monsieur, ralez, en bon grognard, mais entre vous pas urbi et orbi.
    Parlez de ce qui va bien. Ce qui va mal? Nos medias ne parlent que de ça et s'en regalent.
    Vous etes tellement aveuglé par votre gueguerre lamentable, puerile et indigne avec Moreau et Néant, que gous etes incapable de voir que eux aident VOTRE cause. Vous, vous la desservez.
    Parlez de ce qui va bien, de ce qui va aller bien, relativisez ce qui va mal.
    Avec les gens comme Strelkov vous etes en train de former non pas un 5e colonne mais une 6e, celle des "patriotes" qui passent leur temps à mâcher leur rancoeur contre la direction Russe. Vous etes encore plus dangereux que les euro-atlantistes russes dans le travail de sape.
    Je ne suis pas Russe, je suis Français, et à ce titre, la seule chose qui m'interesse vraiment, c'est le sort de ceux que j'aiment et ils sont tous Français. Mais vous, vous avez choisi la nationalité Russe. Méritez la.
    Bien à vous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous me faites rire ert rien que ça je vous remercie de votre prose manichéiste qui ne fait que conformer ce besoin de croyance simpliste qu'ont les faibles et les ignorants.

      Primo : Je n'ai pas à prouver de quel côté j'ai placé mon engagement dans ce conflit car je ne suis pas de ces courtisans et autres propagandâtes à breloques qui lèchent le cul des propagandises et autres larbins des ministères.

      Secundo : je refuse de chanter "Tout va très bien Madame la marquise" quand il y a des problèmes comme dans toute guerre qui se respecte. Si les gens ont besoin de croire à des fantasmes pour espérer en la victoire je les plains sincèrement.

      Tertio : pourquoi croyez vous qu'une deuxième phase opérationnelle a été décidée par l'Etat Major russe ? Montrez au contraire qu'il y a eu des difficultés mais qu'elles sont surmontées grâce aux capacités d'adaptation n'est pas un travail de sape mais un bilan positif.

      Quarto : En 14 j'aurais sans nul doute dénoncer les bouchers Nivelle et Mangin non pas pour avoir commis des erreurs stratégiques mais pour les avoir répété des dizaines de fois. Ce qui n'est pas le cas de l'Etat Major russe qui au contraire réagit vite et efficacement.

      Les dégâts que je provoque sont uniquement dans les cerveaux des Tartuffe que ce soit ceux qui croient que l'armée ukrainienne détruit l'armée russe à plat de couture et vice et versa. "Je hais les gens gonflé de certitudes" écrivait Le Cdt Denoix de Saint Marc.

      Mais je comprends votre préférence pour les publicistes comme Moreau and Co qui racontent tout et surtout n'importe quoi du moment où cela satisfait leurs fantasmes et surtout leur mercantilisme de caniveau

      Mon analyse vient à la fois de ma formation d'officier du renseignement, mon expérience du terrain, et mon souci d'honnêteté. Si pour vous servir la cause de la Russie c'est raconter comme Moreau que la guerre sera terminée en 3 semaines, que Mariupol tombera 2 jours après son encerclement, que la Russie n'a pas d'armes nucléaires tactiques, que les ukrainiens ne savent pas se servir des armes antichars de l'OTAN, que les russes ont la suprématie aérienne jusqu'à Lvov, que le M777 a une portée de 70 km etc.... Grand bien vous en fasse !

      Perso je préfère le pragmatisme d'un Poutine De Gaulle ou même Churchill quand ce dernier par exemple tout en ne doutant pas une seconde en la victoire de ses armées promettait "du sang et des larmes" Les dogmatiques ce sont ceux qui, a fleur au fusil ont ordonné à l'armée française de se déployer dans les Ardennes en 1940, tellement leur croyance en la ligne Maginot et leurs lauriers de 1918 était devenue dogmatique.

      J'espère que vous ne conduisez pas comme vous pensez ici car si à chaque fois qu'apparait un danger vous fermez les yeux...

      La politique de l'autruche voilà le véritable travail de sape des consciences !

      Et croyez moi je crois plus que jamais à la victoire de la Grande Russie parce que justement sa gouvernance est réaliste et non idéaliste

      Supprimer
    2. S'il vous plait, ne parlez pas de Sedan 1940, sans la trahison d 'Huntzinger, jamais Guderian n'aurait pu passer dans le trou de souris des Ardennes. Les hommes avaient raison de croire à la ligne Maginot. Ils avaient du mal a imaginer, par contre que la fleur a leur fusil( je ne crois pas que quiconque soit parti la fleur au fusil en 40)serait flétrie par des traîtres parmis leurs géneraux, si haineux de la "Gueuse" qu'ils étaient préts à tout pour leur fameuse " révolution nationale".
      Je suis perplexe à l'idée que vous ayez pu être officier. Dans une guerre, la vérité regarde les chefs et eux seuls. Celles qui nuisent au moral des troupes, à celui de l'arrière, et favorise celui de l'ennemi est inutile et même néfaste.
      Il serait d'ailleurs intéressant de savoir quel genre de position vous assumes dans le Donbass puisque vous ne le dites pas dans votre descriptif.
      Se montrer sur une photo en kaki ne fait pas de vous un combattant.
      Et si vous n'êtes pas un combattant, vos propos n'ont pas plus de valeur que ceux des armees de strateges en fauteuil.
      Qu'on soit à 100km du front ou à 1000, on n'est pas sur le front.
      Vous entretenez l'ambiguité, sur ce point car très souvent, en France, ceux qui vous citent vous accordent de la valeur et du respect parce qu'ils vous imaginent combattant sur le front.
      Alors M. Castel, vous etes un combattant? Ou un observateur de l'arriére?
      Voys

      Supprimer
    3. Je vois ici votre tentative désespérée de chercher une reductio ad hominen pour clore un échange d'opinion mais là encore .... perdu car je suis toujours en service dans les rangs du 2eme bataillon qui est engagé sur plusieurs positions et missions sur le front . Je sers toujours ces missions mais plus comme sniper, fonction que j'ai eu pendant 3 ans au sein du ce même bataillon . Précédemment je servais dans des unités de reconnaissance à la 5eme brigade et au 4e bataillon, et ma première affectation date de février 2015. Blessé 2 fois et décoré 6 fois je n'ai rien à prouver concernant mon expérience miltaire dans le Donbass et qui se poursuit. Et ce n'est que le 4ème théâtre d'opérations sur lequel je sers depuis mes 20 ans.

      Par ailleurs, je connais en Russie en ailleurs des analystes militaires qui sont très pertinents même en n'étant plus au front, ce qui m'arrivera bien un jour. Donc, bien que n'étant pas concerné par votre simplisme sentencieux je trouve cet argumentaire peu fiable même si l'expérience du terrain est je vous l'accorde la base de la cohérence et surtout de la modération. Car je ne connais pas de personne ayant connu la réelle complexité du terrain et de la guerre qui pondent des analyses bipolaires et dogmatiques. Ceux qui le font ne sont que des insectes de salon, de ministère ou de plateau TV, qui cultivent une vision hollywoodienne du Monde.

      Or dans une guerre qui sort en plus d'une nouvelle chrysalide comme en ce moment celle qui se définit en Ukraine, toute idéologie, certitude et fantasme fausse le jugement parfois jusqu'à la contre productivité.

      Pour finir cet échange regardez aujourd'hui quelles sont les analyses qui sont les plus crédibles à terme : ce sont celles qui propose une vision non passionnelle des événements (tout en défendant éventuellement un engagement radical) et qui ne cherchent ni à mentir, pas même par omission ni à parler de ce que leurs auteurs ne maitrisent pas un minimum (voilà pourquoi je ne fais quasi jamais d'analyse économique).

      Mais ne vous inquitiez pas, lorsque la Russie aura vaincu l'Ukraine et probablement décapité les ambitions de l'OTAN, j'effacerai ce blog, sortirai des réseaux sociaux pour m'en retourner vers une autre forêt ou la faune est bien moins stupide que la majorité des Trissotins et Tartuffe qui préfèrent l'écran plat au tranchées profondes de l'existence (et cela ne s'adresse pas particulièrement à vous). J'ai rempli assez de carnets sur les fronts pour faire un bon feu de joie quand les Etats nations occidentaux tout comme cette Union Européenne contremaitre de Washington ne seront plus que des erreurs de parcours dans l'hitoire de l'Europe.

      Supprimer
    4. Cher Monsieur,
      Mon propos n'a strictement aucune importance. Et je n'ai absolument aucune acrimonie pour vous et votre blog . Mon opinion est seulement que quand on est belligérant, comme vous l'êtes, et c'est à votre honneur, et pas simple observateur derrière son clavier, comme moi, on est soumis a un devoir de réserve et toute vérité n'est pas bonne à dire. Mais ceci ne concerne que moi.
      Je vous laisserai tranquille désormais.
      Bonne continuation.

      Supprimer
  21. Bonjour,
    La "douche froide" de cet article semble être en adéquation parfaite avec la réalité du terrain : profond ralentissement des avancées et retraits au nord de Kharkov...

    J'espère que l'état major russe gère bien son affaire car à vouloir assurer une avancée lente et progressive avec des moyens "modestes" la situation sur le terrain commence à tourner à l'avantage des ukrainiens et comme on dit en rugby, il est plus facile pour l'équipe d'avancer que de reculer.

    Hier j'ai même pensé que la non-rupture totale de l'approvisionnement de l'Ouest était peut-être voulu par l'état major russe afin de "broyer" à un rythme digeste la capacité militaire ukrainienne près de ces frontières pour des raisons logistiques et avec l'appui d'une population pro-russe (Au frais de la population et des territoires limitrophes).

    Force est de constater que la conservation d'une opération spéciale limitée ne porte plus ces fruits :
    - croiseur Moskva (plus de couverture aérienne au sud d'odessa)
    - 2 navettes touchées
    - destructions civiles, techniques et militaires dans les régions russes limitrophes à Kharkov
    - retraites au nord de kharkov et risques de pénétrations en territoire russe
    - ralentissement générales des avancées

    A ce la s'ajoute
    - le risque d'un nouveau front en Transnistrie
    - la possibilité d''envoi de troupes "peacekeeper" à l'ouest qui pourrait libéré des unités ukrainiennes
    - l'arrivée prochaines de nouvelles troupes ukrainiennes formées et équipées avec du matériel de pointe occidentale

    Le résultat de la stratégie russe laisse envisager un doute, qui doit être présent dans les unités de terrains. Les atouts de l'armée russe engagée semble s'amenuiser sur le terrain et si sa capacité logistique à long terme face à celle des pays de l'OTAN ressemble à sa maîtrise du terrain, on peut facilement grincer des dents...
    La direction des opérations attend t-elle des pertes russes suffisantes pour permettre de faire accepter une augmentation du potentiel militaire dans ce conflit ?
    Si aux vues des résultats actuelles, les autorités russes semble jouer aux échecs dans la partie économique, j'espère qu'il ne joue pas au poker dans celle militaire...

    KB

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En réalité ce conflit a l'avantage de casser tous les mythes propagandistes qui à l'Ouest ou à l'Est formatent les consciences dans des croyances suicidaires. Pour résumer, non il ne faut pas avoir des doutes sur les capacités de l'Etat Major russe a surmonter les inévitables difficultés rencontrées lors d'opérations militaires inédites car justement il n'est pas pétri de ces certitudes de supériorité qui caractérise le monde occidental fantasmé. Et la rapidité avec laquelle l'Etat Major russe s'st adapté aux difficultés rencontrées dans le secteur de Kiev en se réorientant prioritairement dans le Donbass montre bien son réalisme et que son retour d'expérience en temps réel et ouvert est la véritable force qui commande sa stratégie.

      Après il convient de regarder avec du recul cet engagement russe en Ukraine qui n'a pas beaucoup augmenté depuis près de 3 mois (170 à 230 000 hommes environ), ce qui prouve 3 choses : que la situation est sous contrôle, que des objectifs définis continuent d'être atteints quotidiennement et surtout que la menace principale n'est pas l'Ukraine mais bien l'OTAN pour laquelle Moscou réserve ses meilleurs divisions au cas où....

      Supprimer
    2. La destruction du personnel et des installations russes sur l'île aux serpents fait suite à la destruction du croiseur "moskva" qui permettait, grâce à ces S300, de couvrir la zone aérienne du sud-ouest.
      Savez-vous quelles installations anti-aériennes possédait le contingent russes sur l'île ?
      Quelle objectifs cachent la volonté Otanesque de faire perdre le contrôle de cette zone à l'armée russe ?
      Merci, KB

      Supprimer
    3. On déplore la destruction du personnel et des équipements sur l' "île aux serpents" qui fait suite à celle du croiseur "moskva".
      Connaissez-vous la nature des équipements présent sur cette île ?

      Considérant que l'une des tâches du croiseur était la sécurisation aérienne du secteur sud-ouest des opérations, grâce entre autre au système S300 embarqué, d'après vous que recherche la partie "Otanesque" dans l'élimination de la présence russe au large d'Odessa et dans la couverture de ce secteur ?

      Merci à vous, KB

      Supprimer
  22. Bonjour Monsieur.
    Puis je me permettre de vous donner une autre lecture des évènements :
    Je ne vois pas une offensive russe ralentie, je vois une avance méthodique, coordonnée, par lignes de front , économe des hommes par utilisation massive du feu au premier contact.
    Dans ce cas, je vois mal l'utilité d'embuscade. Celle ci se fait contre des colonnes, isolées de préférence, par contre des lignes de front avançant lentement et méthodiquement, soutenues, de plus, par une écrasante supériorité d'artillerie et aerienne, ainsi que de moyens humains et technologiques modernes de reconnaissance.
    Dans la première phase, oui, depuis un mois au moins, j'en doute.
    Je ne sache pas non plus que l'Armée Rouge ai jamais eu le moindre problème de franchissement de cours d'eau dans une offensive préparée à la Russe et qu'elle se soit jamais laissé arrêter par un pont détruit, surtout sur un sol historiquement russe donc connu et reconnu par l'état major depuis des lustres.
    Je ne sache pas non plus que les moyens d'artillerie occidentaux soient arrivés au Donbass. Les Ukies en feraient des kilomètres de vidéo.
    Idem pour vos commandos anti-chars qui, à la façon ukro-occidentale seraient traites comme les héros intrépides capables d'arrêter l'ogre russe . On en mangerai à longueur de colonnes, de plateaux tv et de vidéos sur réseaux sociaux
    Or, ici, à l'ouest, personne, absolument personne n'en parle plus depuis deux mois. Je crois que vos commandos anti char ne sont plus depuis un moment, un problème pour les Russes, si tant est qu'ils existent encore, au moins sur le theatre d'opérations du Donbass.
    Vous reprochez à certains de promettre la victoire pour demain . Mais ne tombez vous pas, en réaction , dans l'excés inverse en donnant corps à la propagande occidentale: les Russes sont enlisés?
    Si vous avez raison, alors les medias occidentaux ont raison et les Russes sont dirigés par un fou entouré d'incompétents.
    J'ai bon espoir que vous n'ayez pas raison.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez en partie raison mais le ait est que les progressions russes ont bel et bien été ralenties par les capacités de résistance des ukrainiens, qui je pense avait été sous évaluées, sans que cela n'inverse pour autant le cours de la guerre. Concernant les ripostes ukrainiennes, les groupes antichars mobiles (souvent improvisés grâce autour des armes occidentales livrées) s'avèrent plus efficaces que les "super" drones Bayraktar turques qui tombent comme des mouches sous les tirs de la Défense russe (même si ils font quelques dégâts) Cette stratégie d'aides occidentale a bien sûr des objectifs économiques et politiques, psychologiques et atlantistes et sur le terrain cherche à justement ralentir les progressions russes par la portée et l'efficacité de leurs munitions, ce qu'elles réussissent à faire mais sans toutefois donner à l'Etat-major ukrainien les moyens nécessaires pour lancer des contre-offensives décisives. Tout au plus assis-ton à quelques attaques ukrainiennes localisées cherchant à faire reculer l'artillerie russe hors de portée de Kharkov ou très médiatique comme par exemple les récentes attaques sur l'ile aux serpents au Sud Ouest d'Odessa qui ont échoué.

      Concernant les aides occidentales, les premiers obusiers 155mm étasuniens et les premiers T72 M polonais sont arrivés sur le front.

      Mais une fois de plus cela va ralentir peut-être, faire des dégats certainement mais en aucun cas changer le cours de la guerre car l'usure de l'armée ukrainienne est plus rapide que les aides occidentales et elle est exponentielle

      Supprimer
    2. Oui, je viens d'apprendre que les 155 US avec leurs obus excalibur, installés sur la côte avait participé grandement à faire partir les Russes de l'Ile au Serpent qu'ils ont du evacuer même si les Ukies n'ont pas pu y prendre pied et y ont laissé des plumes.
      La perspective d'un débarquement au sud d'Odessa s'en trouve un peu plus ardue.
      Bonsoir

      Supprimer
  23. Peut importe la cause , le réalisme sert toujours une cause qu'on defend . La conscience en ces propres faiblesses est un apprentissage . Et cela a était mainte fois démontrer.

    Mais peu importe la sémantique. Force est de constater que l'armée russe malgré ses échecs apprend . Et c'est bcp plus rassurant ainsi .

    En Afghanistan, en deux décennies la coalition occidentale n'a mener qu'une stratégie. L'empirisme . De violence (auprès des populations) , d'approvisionnement (toujours plus de materiel) , d'ethnocentrisme (valeur occidentale) , d'alliance (se refusant à traiter avec certaine tribus par idéologie ou petit calcul politique )

    Résultat, cette coalition a donné les clefs de compréhension aux talibans , l'obstination occidentale s'est transformé en prévisibilité . Et cela est bien l'ennemi d'une armée, la prévisibilité et de la stratégie de confrontation en règle générale.

    Alors non les critiques structurelle , stratégique, logistique et organisationnel ne sont pas contre productive au morale des troupes bien aux contraire. Et erwan en soldat la bien compris . L'innovation , l'imprévisibilité, la surprise sont le nerf de la guerre, l'atout majeur d'une escouade qui fonctionne .

    A ceux la qui critique ceux qui critique leur propre cause . Seul les occupants d'une maison savent par où le toit fuit .

    J'étais soldat il y a 20.ans et perso les pelotons d'exécutions se n'était pas mon truc . Comme je n'étais ni un croisé pensant que ma mort m'apporterait la gloire éternels au paradis j'avais tendance à utiliser ma meilleur arme , mon cerveau , qui était plus utile que l'honneur , la morale ou un famas .

    Ce que je veux dire pas la , plein et entier soutiens à Mr Castel , et mes hommages . En plein cœur de son métier et comme disait l'autre , on s'adapte ,on domine , on improvisé.

    Pensez , réfléchissez, innover, cette guerre se gagnera par cette exercice de surprise et de réflections permanente .

    RépondreSupprimer
  24. Bonsoir M. Castel.
    Une question bête. Sur toutes les photos qu'on voit des chars détruits depuis le début du conflit, ils sont en partie rouillés.
    C'est un effet du blast qui l'a detruit? De la réaction de son blindage?
    Merci à vous si vous avez l'explication. C'est un sujet qui revient souvent autour de la machine à café. :)

    RépondreSupprimer

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.