lundi 2 mai 2022

Le conflit en Ukraine se radicalise

Parallèlement à la deuxième phase opérationnelle des "opérations militaires spéciales" russes en Ukraine engagée en avril en donnant priorité au contrôle total du Donbass, les pays de l'OTAN ont radicalement intensifié leurs aides militaires lourdes aux forces ukrainiennes, obligeant Moscou a lancé un avertissement diplomatique fort aux occidentaux et le lieutenant-général Alexandre Dvornikov a intensifier également les campagnes de bombardements des forces aérospatiales russes contre les objectifs militaro-industriels et surtout à les étendre aux réseaux ferroviaires et routiers logistiques par où transitent ces armes et munitions occidentales. Pour ces destructions des réseaux et dépôts logistiques ukro-atlantistes, les forces russes utilisent principalement des missiles ultra-modernes de hautes précisions et puissance contre lesquels il n'existe pas encore de parade.

Dans la ville de Lvov (Ouest Ukraine), les VKS ont
multiplié leurs frappes sur les bases, usines utilisées
par l'armée ukrainienne ainsi que les dépôts utilisés
des aides militaires de l'OTAN venant par la Pologne.

Certains dépôts logistiques détruits, à Lvov mais aussi à Zaporodje, Dnipropetrovsk, Kiev et d'autres secteurs interrogent car depuis la première phase opérationnelle russe, les ukrainiens ont dispersé et surtout camouflé leurs logistiques et principalement celles provenant de l'OTAN qui est acheminé chaque nuit de Pologne et Roumanie par des milliers de véhicules civils vers des dépôts camouflés dans des usines, des entrepôts, des supermarchés etc... Ces destructions révèlent, soit une présence au lequel estsol d'Unités de Recherche Humaine russes (GRU) soit d'informateurs pro-russes parmi la population... probablement les deux.

Principalement depuis cette dernière semaine d'avril on observe des bombardements systématiques du réseau ferroviaire ukrainien qui est le point faible de la logistique occidentale pour deux raisons majeures : 
  • l'écartement standard des rails ukrainien est toujours celui de l'URSS (1520mm) lequel est plus important (tout comme le gabarit des trains) que celui des rails occidentaux (1435mm). Obligeant à une rupture de charge frontalière fastidieuse des marchandises ferroviaires. 
  • la majorité du réseau ferroviaire ukrainien est électrique et donc dépend de centrales qui sont en ce moment bombardées au même titre que les ponts, dépôts et gares de triages, Quant aux quelques locomotives diesel existantes elles seront bientôt soit également détruites, soit à court de carburant.
Affirmer comme certains que l'Ukraine n'est pas du tout relié à la Pologne atlantiste par voie ferrée est incorrect car il existe en fait 2 lignes qui relient leurs territoires : 
  1. Une ligne soviétique (normes russes qui va de Kharkov à Sławków en Silésie polonaise créée à l'époque pour envoyer le charbon polonais vers l'Est
  2. Un premier tronçon ferroviaire (norme occidentale) réalisé entre Lvov et la ville ferroviaire de Sknyliv sur la frontière polonaise depuis 2020.
Et lorsqu'on observe certains bombardements actuels russes on constate que certains suivent bien le tracé de ces 2 cordons ombilicaux ferroviaires.

Cette intensification des destructions des réseaux logistiques ukrainiens par les forces russes expliquent aussi pourquoi les occidentaux de l'Est tentent de compenser la quasi disparation total du parc aérien ukrainien avec leurs vieux Mig 29 par exemple, mais surtout pourquoi Washington et Londres veulent mettre en place une "saturation du champ de bataille" en moyens antiaériens légers et mobiles qui avec une assistance des satellites et radars volants de l'OTAN pourraient dissuader les raids aériens russes, au moins à l'Ouest du Dniepr. Il reste cependant les missiles russes, notamment par exemple avec les Kalibr et Kinjal, ces missiles de dernière génération dont les hautes vitesses et précisions sont imparables et selon une estimation basse un millier de missiles russes ont déjà utilisés depuis le 24 février 2022.

Arrivée de missiles de croisière russes sur
des objectifs au centre de Kiev le 28 avril.

Situation générale

Lors de sa première phase opérationnelle l'Etat Major russe, engagée le 24 février 2022, en donnant priorité à la vitesse a, malgré des succès indéniables, rencontré quelques difficultés (voir article "C'est en forgeant que l'on devient forgeron") l'obligeant à varianter sa stratégie à partir de la mi-mars dont les principales sont:
  • Sièges urbains immobilisant trop de moyens offensifs et logistiques,
  • Sous-évaluation d'une résistance ukrainienne avec techno-guérilla antichar d'attrition,
  • Saturation antichar du champ de bataille par les aides logistiques de l'OTAN à Kiev, 
  • Problèmes logistiques dus à un archaïsme des moyens et un étirement du front,
  • Insuffisance des unités d'infanterie pour sécuriser les opérations des blindés,
  • Rigidité du commandement et lenteur de coordination dispersées sur 3 Etats Majors...
Afin de garder l'avantage des succès obtenus (destruction de 70% du potentiel stratégique ukrainien, contrôle des régions de Koupiansk et Kherson, libération du Nord et du Sud Donbass...) et s'adapter aux situations nouvelles et changeantes sans devoir puiser dans ses réserves stratégiques, l'Etat Major russe, à engager une deuxième phase opérationnelle avec, comme principaux changements:
  • Retrait du corps de bataille russe du secteur Nord qui était militairement secondaire,
  • Centralisation du commandement et de la coordination sur un seul Etat Major,
  • Concentration des offensives dans le Donbass, le secteur militaro-politique prioritaire, 
  • Renforcement de la logistique et des unités d'infanterie dans les groupes tactiques,
  • Ralentissement des progressions terrestres pour donner priorité à la sécurisation, 
  • Intensification et élargissement des bombardements sur les réseaux logistiques civils,
- Du côté russe, les résultats ont été immédiats: renforcements des acquis stratégiques, poursuite des destructions par les forces aérospatiales, libération de Marioupol et engagements d'actions offensives dans le Donbass, principalement dans le secteur Nord de Kramatorsk, destructions des voies d'approvisionnement principales utilisées pour les aides de l'OTAN etc...

- Du côté ukrainien, malgré quelques succès tactiques très limités dans le temps et l'espace observés du côté de Kharkov et Nikolaïev et des "coups militaro-médatiques" comme les bombardements de Belgorod et Briansk et l'attaque du croiseur "Moskva", on observe un affaiblissement des forces ukrainiennes du aux pertes importantes subis, aux destructions de leur logistique stratégique, à la fatigue d'unités non relevées depuis 2 mois de combats etc...

- Du côté de l'OTAN, les pays occidentaux qui ont politiquement défini la Russie comme un ennemi à abattre quitte à risquer une extension mondiale du conflit, ont décidé de radicaliser eux aussi leurs aides militaires aux forces ukrainiennes, espérant naïvement qu'une saturation technologique du champ de bataille (notamment avec des armes antichars, antiaériennes et anti navires notamment) suffira à rééquilibrer le rapport de forces. 

Carte générale de la situation du conflit russo-ukrainien au 30 avril 2022

Au total, plus de 40 000 soldats ukrainiens ont été mis hors de combat (tués, blessés, prisonniers, disparus) et ces pertes vont en augmentation (contrairement à celles des russes qui ont diminué de plus de moitié avec leur nouvelle stratégie). Quant aux pertes des matériels de combats ukrainiens elles sont irremplaçables à court et même moyen terme (contrairement aux forces russes qui disposent d'une immense réserve de remplacement en Russie) :
  • 142 avions et 112 hélicoptères, 
  • 640 véhicules aériens sans pilote, 
  • 279 systèmes de missiles anti-aériens, 
  • 2 646 chars et autres véhicules de combat blindés, 
  • 305 systèmes de lance-roquettes multiples, 
  • 1 184 artillerie et mortiers de campagne, ainsi que 
  • 2 475 unités de véhicules militaires divers...
De plus la chute de Marioupol, libérant des unités de choc, le resserrement du dispositif offensif sur le Donbass, l'usure des unités ukrainiennes ainsi que les prévisions météorologiques pour le mois de mai à 10 jours, qui vont diminuer la couverture nuageuse et assécher les zones boueuses vont favoriser les opérations offensives russo-républicaines.

Je vais essayer maintenant de brosser l'évolution de la situation des opérations terrestres du Nord au Sud, à savoir les secteurs de Kharkov, de Kramatorsk, de Donetsk, de Marioupol, de Kherson, de Tiraspol qui sont numérotés sur cette carte générale


1 / Secteur de Kharkov

Sur le front de Kharkov, si la ligne de contact est stabilisée, on observe cependant des attaques ukrainiennes limitées:

  • Au Nord, dans le secteur de Dergachi, pour repousser les forces russes vers la frontière afin de diminuer la pression offensive sur les défenses extérieures de la ville,
  • A l'Ouest, dans le secteur de Bazalivka, pour menacer les voies d'approvisionnements alimentant les offensives russes du front de Kramatorsk via Koupiansk.
La plupart de ces opérations offensives ukrainiennes sont repoussées par des contre attaques russes ou s'arrêtent faute d'une logistique suffisante et de moyens d'assaut adaptés.


Ce que nous révèle le front de Kharkov (comme précédemment celui de Kiev, c'est que d'une part les forces ukrainiennes font preuve d'une combativité qui a certainement été sous évaluée par l'Etat-major russe mais aussi montrent une certaine maîtrise des procédures occidentales enseignées ainsi que des armes livrées progressivement par l'OTAN depuis 2017 et en masse depuis le 17 janvier de cette année

D'autre part, et en raison des effectifs trop faibles et de l'étendue du front, il y a dans la défense russe.... "des trous dans la raquette" qui permettent même aux ukrainiens de lacer des raides aériens sur le territoire même de la Russie dans le secteur de Belgorod frappé début avril et aujourd'hui 1er mai par des raids d'hélicoptères d'attaque, et même jusqu'à Briansk, à 150 kilomètres de la frontière ukrainienne où un grand dépôt pétrolier a été détruit dans la nuit du 24 au 25 avril 2022.
Ces attaques ukrainiennes, même si elles infligent des dégâts sur les sites logistiques russes visés, sont avant tout des opérations de propagandes destinées a faire croire aux populations que Kiev reprend le dessus sur Moscou.

2 / Secteur de Kramatorsk

Lorsque l'Etat Major russe a annoncé donné une priorité  sur la libération totale des régions administratives de Donetsk et Lougansk toujours occupées par les forces ukrainiennes, les regards qui depuis plus d'un mois étaient fixés sur Marioupol se sont alors tournés vers le secteur de Kramatorsk, à 100 km au Nord de Donetsk.

En effet ce secteur est un enjeu stratégique prioritaire pour plusieurs raisons :
  • C'est autour de Kramatorsk que se situe les plus importantes forces du corps de bataille ukrainien principal, jusqu'à ses forces de réserve et son Etat-Major principal.
  • C'est par cette région que transitent les approvisionnement en provenance de Dnipropetrovsk, Poltava, jusque dans la direction de Donetsk.
  • A l'Est de Kramatorsk se trouvent les derniers territoires de la République Populaire de Lougansk non libérés (autour de villes de Severodoetsk et Lissichiansk),

Après avoir marqué des pressions offensives au Sud d'Izioum et au Nord de Severodonetsk, et à l'Est de Pospana, les forces russo-républicaines ont engagé des attaques sur leurs positions ukrainiennes pour engager une rupture du front et l'encerclement du corps de bataille ukrainien du Donbass.

Les priorités russes, avant de venir au contact des défenses dures de Kramatorsk et Severoonetsk sont de contrôler dans ce secteur les routes servant à la fois aux approvisionnements et au mouvements des ukrainiens : à l'Ouest (vers Barvinkove) les routes venant de Dnipropetrovsk et Kiev, au Nord Est (Kreminna) la route menant à Lyman, au Sud Est (Popasna) celle menant vers Slaviansk.

Concentration de blindés russes de la 1ère 
Armée Blindée de la Garde pour un assaut au 
Sud d'Izioum à la fin d'avril 2022.

A l'issue de ces mouvements opératifs il est probable que les forces russes poursuivent leurs contrôle des routes pour également couper les communications entre Kramatorsk et le secteur due Donetsk où des pressions offensives sernt alors déclenchées pour d'une part y fixer les forces ukrainiennes et même y engager leurs réserves positionnées à Krasnoarmeïsk. Ainsi les groupes tactiques ukrainiens de Donetsk et Kramatorsk ne pourront plus opérer des retraites ni même mutuellement se renforcer, s'approvisionner et se soutenir avec leurs appuis feu.

Affirmer comme le pseudo analyste francais de salon que les forces russes vont encercler dans un premier temps les groupes tactiques ukrainiens de Severodonetsk Lissitchansk relève une fois de plus de l'imbécilité imbécilité navrante d'un nuisible obsédé par la pognon et ses fantasmes. En effet au vu des retours d'expérience des 2 premiers mois il n'est pas besoin de sortir de Sant Cyr (pourtant comme cet affairiste) pour comprendre que les forces contournant à l'Ouest Severodonetsk et Lissichiansk se retrouveraient à la portée de leur feux et surtout de ceux des bastions de Slaviansk et Kramatorsk toujours approvisionnés par l'Ouest.

Voici quelques courtes vidéos pour illustrer l'âpreté des combats se déroulant dans ce secteur de Nord du Donbass, autour des villes-clés de Severodonetsk et Kramatorsk:

Voici pour illustrer ma critique l'exemple d'un
tir de barrage de l'artillerie ukrainienne, avec 
l'appui d'un drone d'observation et correction,
sur une unité blindée russe progressant vers 
le secteur de Lyman au Nord de Kramatorsk.

Dans les combats pour le contrôle de Rubijnoe, au
Nord de Severodonetsk, les forces russes et celles de
Lougansk utilisent ici contre une position ukrainienne 
dans un bâtiment un engin du Génie de combat UR77, 
initialement prévu pour ouvrir à l'explosif des couloirs 
dans des champs de mines mais détourné depuis la
guerre en Syrie dans les combats en zone urbaine.

Au Sud de Lissichiansk sur la route du Sud Est 
vers Kramatorsk, Novotoshkivske a été conquis de 
de haute lutte par la milice républicaine de Lougansk

Au Sud -Est de ce secteur Nord du Donbass, les 
les combats font toujours rage entre les forces
républicaines de Lougansk et les forces de Kiev
pour le contrôle de Popasna, à l'Est d'Artemovsk.

3 / Secteur de Donetsk

Dans le secteur centre du Donbass, le front n'a que très peu changé, d'une part parceque les efforts opérationnels ont été réalisés au Nord (Lugansk) et au Sud (Marioupol) pour engagé un encerclement large du corps de bataille ukrainien (le meilleur de Kiev), et d'autre part par ce que cette région fortement industrialisée dispose de nombreuses localités que les ukrainiens ont transformé en bastions défensifs puissants.

Cette situation, fait que en périphérie des villes de Donetsk, Makeevka, Yasinovataya et Gorlovka, les combats entre les forces ukrainiennes et les forces républicaines s'intensifient, ainsi que les bombardements. A noter que les ukrainiens multiplient désormais les tirs sur les quartiers résidentiels aux armes lourdes, obusiers, lance roquettes multiples et même missiles balistiques "Tochka U", faisant parmi les civils de nombreuses victimes,

Heureusement que les forces armées russes sont maintenant déployées, offrant un bouclier anti-aérien efficace et des moyens de riposte immédiate, avec leur artillerie et leur aviation d'attaque au sol.

Les ukrainiens continuent leurs bombardements
sur les villes de la république, comme ici au dessus
de Donetsk où un missile est abattu par la défense
antiaérienne russe dans la nuit du 30 avril au 1er mai.

Dans la nuit du 21 au 22 avril 2022, des
positions ukrainiennes du front de Donetsk
pilonnées par des lance roquettes multiples


Parallèlement à cette guerre d'artillerie qui s'intensifie depuis 2 mois, les forces russo-républicaines ont engagé des opérations offensives visant les villes de Marinka (Sud-Ouest Donetsk) et Avdeevka (Nord Donetsk) qui sont les deux points d'appui principaux du front ukrainien devant Donetsk.

3 difficultés principales sont à prendre en compte les batailles devant Donetsk :
  • Marinka comme Avdeevka sont des positions solidement fortifiées et consolidées chaque jour depuis 2 mois par des aménagements de combat et des renforts,
  • Les routes d'approvisionnement logistique du front ukrainien devant Donetsk sont toujours opérationnelles, venant de  Dnipropetrovsk à l'Ouest ou Kramatorsk au Nord,
  • Comme pour Marioupol une population civile importante est toujours dans ces villes, ainsi que des sites dangereux comme les usines chimiques de Avdeevka ou Gorlovka, 
Voilà pourquoi, comme pour le secteur de Kramatorsk, plutôt que de se lancer dans des assauts frontaux et coûteux, une stratégie d'encerclement large du front ukrainien entre Avdeevka au Nord et Marinka au Sud a été engagé pour le couper de ses bases d'approvisionnement, tandis que l'artillerie et l'aviation ont intensifié leurs frappes de d'affaiblissement des défenses périphériques.

Lance Roquette Multiple russe TOS "Buraino" tirant 
ses munitions thermobariques (24 x 220mm) sur les
positions ukrainiennes défendant la ville d'Avdeevka 
à 10 kilomètres au Nord de Donetsk 

A Marinka, dans un micro-district pavillonnaire (à l'Ouest de Alexandrovka) qui avait été conquis par les forces républicaines de la 100ème brigade, les forces ukrainiennes ont lancé des contre-attaques ponctuelles, reprenant un peu de terrain perdu et installant au Sud Ouest des combats urbains violents.

Jour et nuit des batailles se déroulent entre les 
forces ukrainiennes et républicaines aux abords 
des localités du front ceinturant la ville de Donetsk

Aujourd'hui, une force d'appui significative pour les forces républicaines engagées sur les fronts de Marinka et Avdeevka, est la composante aérienne russe qui permet d'une part d'intervenir très rapidement sur des objectifs repérés et de réaliser des tirs de précision au milieu de zones toujours habitées. Ainsi des batteries d'artillerie ukrainiennes peuvent être la cible d'une riposte aérienne avant de décrocher de leurs positions de tir.

Sur le front de Donetsk, l'aviation de combat russe
est de plus en plus active dans les bombardements
des positions ukrainiennes. Ici des hélicoptères KA52

4 / Secteur de Marioupol

Au 30 avril il restait environ 1 millier de combattants ukrainiens dont 500 blessés environ dans les dédales de la Zone Industrielle d'Azovstal complétement encerclée par les unités russo-républicaines restées sur place après la libération de la ville (annoncée le 21 avril). Si l"assaut direct a été annulé sur ordre du Président Poutine pour préserver la vie des soldats russes et miliciens républicains, en revanche les bombardements des forces aérospatiales russes continuent, fouillant avec des armes puissantes adaptées au bunker enterrés, les zones où se terrent les derniers radicaux nationalistes du régiment "Azov".


Chaque jour cependant un cessez le feu est décrété jusqu'à 16h00 pour permettre l'évacuation des civils et des blessés et la reddition éventuelle des derniers ukrainiens dont les messages d'alertes envoyés à Kiev montrent bien qu'ils sont à court de vivres, d'eau et médicaments. Malgré leur situation désespérée, les ukrainiens refusent de se rendre (même pas à l'évidence) ou d'accepter l'évacuation des blessés. En revanche, en les repoussant vers le centre de la zone industrielle, les bombardements ont permis de libérer de leurs prise en bouclier humain des groupes de civils : une famille piuis une douzaine et ce 1er mai une quarantaine de civils dont plusieurs enfants qui ont pu enfin sortir de l'enfer d'Azovstal.

Vue aérienne du Sud de la zone industrielle d'Azovstal
où se sont réfugiés les derniers combattants principalement
du régiment "Azov", de la 36e brigade d'infanterie de marine
et de groupes éparses d
'autres unités et des mercenaires.

Dans cette zone industrielle immense (près de 8 km2, les derniers combats pour le contrôle total de Marioupol sont toujours violents, les forces alliées devant grignoter la zone industrielle d'Azovstal, bâtiment après bâtiment, étage après étage, pièce pour y déloger les radicaux nationalistes d'Azov et derniers soldats ukrainiens qui s'y accrochent avec l'énergie du désespoir.

Reportage d'Andreï Filatov à Azivstal, dan un secteur
de contact entre les forces russo-républicaines et des
militants d'Azov s'accrochant aux derniers bâtiments
périphériques aux unités de production industrielle.

La bataille de Marioupol, qui est après celle d'Alep en Syrie, est devenu le laboratoire de la guerre moderne, préfigure les prochaines batailles du Donbass et de l'Ukraine dont la dimension urbaine s'impose désormais dans des stratégies qui, pour rééquilibrer des forces en présence qui leur sont défavorables, sacrifient des unités et des populations civiles dans des combats urbains d'attrition.

Chaque jour gagné à Marioupol par les forces ukrainiennes est un gain de temps et de moral pour les autres bastions urbains ukrainiens qui attendent l'assaut des forces russo-républicaines en renforçant chaque heure leurs défenses et leurs stocks. 

La seule solution pour enrayer cette stratégie d'attrition de l'armée ukrainienne est selon moi, d'être sans pitié pour les défenseurs de ces bastions qui, s'ils refusent de se rendre après un ultimatum initial réglementaire et des corridors d'évacuation organisés au début du siège, doivent être détruit jusqu'au dernier. Toute mansuétude à l'égard des fanatiques ( reddition finale, évacuation des blessés, échange de prisonniers etc...) ne ferait qu'encourager les défenseurs des bastions urbains suivant à se battre jusqu'au bout grâce à cet espoir de pouvoir toujours sortir vivants malgré les pertes occasionnées et les civils sacrifiés.

La guerre doit se soumettre à ses lois, mais en aucun cas aux dépens de la mission et de l'efficacité opérationnelles... 

Pour conclure sur ce paragraphe consacré à Marioupol, voici un nouveau reportage de Erik Tegner pour le "Livre Noir", qui dans une construction et un narratif audacieux réalise un nouveau compte rendu remarquable de la situation militaire à Marioupol.


Lorsqu'on entend les critiques des ukro-atlantistes accusant Livre Noir de n'être qu'un média d'extrême droite nationaliste (mais qui montre l'efficacité des force spéciales tchétchènes et reprend les analyses d'un séparatiste breton - :)) - dans le Donbass) et que l'on regarde la qualité éthique et esthétique du reportage, on ne peut que se demander jusqu'où ira la mauvaise foi  des mondialistes !

Frappe d'un missile russe "Kalibr" sur Azovstal fin avril 2022
 

5 / Secteur de Kherson  

Dans le secteur de Kherson, non seulement la situation militaire s'est stabilisée mais des autorités civiles russes ont commencé à être mises en place tandis qu'une "Pax Russia" est organisée, avec un redémarrage de l'économie (en roubles) mais aussi la préparation à un référendum de rattachement à la Fédération de Russie, peut-être pour les prochaines semaines. 

Sur le plan militaire, de nombreux Groupements Tactiques InterArmes russes (BTG) se concentrent sur les fronts, au Nord et à l'Ouest de Kherson en direction de Krivoï Rog et Nikolaëv / Odessa ou Nikolaïev / Tiraspol ou des attaques terroristes ukrainiennes ont été lancées cette semaine contre la petite République de Pridnestrovie (Transnistrie).

Il semble, au vu de l'évolution de la situation, que la Russie cherche à réactiver le projet exprimé en 2014 par les populations russes d'Ukraine (il était temps !) lequel est de restaurer la "Novorossiya", cette entité géographique allant de Odessa jusqu'à Kharkov et correspondant à cet Etat mandataire créé par l'impératrice russe Catherine II eu 18ème siècle sur les terres historiques de l'Empire bordant les rives septentrionales de la Mar Noire. En réalisant ce projet, la Russie se doterait d'une profondeur stratégique face à l'OTAN, prendrait le contrôle de tous les accès Nord à la Mer Noire (ce qui est l'objectif obsessionnel des occidentaux depuis le 18e siècle), et créerait un corridor terrestre reliant la Transnistrie, la Crimée au Donbass et à la Russie. 

Mais entre Kherson et le grand port d'Odessa qui est sans nul doute un des objectifs des futures opérations militaires russes se trouve le Boug méridional un fleuve dont le point de passage est tenu par Nikolaïev, une ville près de 500 000 habitants et 250 km2. Un verrou qui n'a pas cédé lors de la phase initiale et s'est renforcé depuis grâce notamment aux aides de l'OTAN transitant par la Roumanie.

En attendant d'organiser une nouvelle offensive terrestre lourde dans cette direction, les forces russes poursuivent leurs campagnes de bombardement sur les concentrations et dépôts militaires, mais aussi depuis une semaine sur les réseaux routiers et ferroviaires venant de Roumanie. 

En plus des missiles "Iskander", "Kalibr", "Khinjal", les forces aérospatiales russes utilisent maintenant le missile "Onyx", un missile dernière génération de défense côtière Terre-Mer mais qui est utilisé pour détruire des installations stratégiques terrestres comme ici à Odessa: 

Tir d'un missile "Onyx" en direction d'Odessa
depuis la défense occidentale de la Crimée.
Arrivée de plusieurs "Onyx" sur la ville d'Odessa

Après la campagne du Donbass, il est probable que le front de Kherson soit même prioritaire sur celui de Kharkov du fait de l'importance de la Mer Noire et des menaces sur la Transnistrie. Cela détruirait les ambitions hégémoniques de l'OTAN sur la première et celles de Kiev sur la seconde. 

Et ce sera aussi une manière de répondre à le naufrage du Moskva le croiseur-amiral de la flotte russe de la Mer Noire le 13 avril dernier, suite à des tirs de missiles "Neptune" ukrainiens, très vraisemblablement aidés par les ressources aériennes du renseignement militaire de l'OTAN (un avion P8 "Poséidon" était dans ce secteur au même moment) qui ont géolocalisé le navire, peut-être brouiller les radars de défense, voire même illuminer la cible pour les missiles ukrainiens.

Le 13 mai, après avoir essuyé des tirs de missiles anti-navire 
ukrainiens, le navire-amiral de la flotte russe de la Mer Noire
sombrait lors de la tentative de remorquage vers Sébastopol.

A propos de cette perte du croiseur "Moskva", je suis là aussi apitoyé d'écouter les inepties des 2 Xavier (Tyleman et Moreau) qui prétendent du fond de leurs fantasmes de courtisans que c'est une immense victoire pour Kiev où que cela n'a même pas égratigné Moscou. 

La réalité est que la perte du "Moskva" en dehors du revers politico-médiatique infligé à la fierté russe (navire-amiral de sa flotte de la Mer Noire) sans inverser évidemment le rapport de forces va handicaper les opérations militaires russes à l'Ouest de la Crimée, car le "Moskva" par ses capacités de combat était la clef de voûte de l'appui embarqué russe dans le secteur de d'Odessa. En effet ses missiles antinavires P1000 pouvaient traiter des cibles terrestres (comme aujourd'hui les missiles Onyx) et surtout il assurait la principale couverture antiaérienne de la flotte, notamment avec ses missiles S300 dont il était le seul navire à en être équipé en Mer Noire. L'option d'une opération amphibie dans la baie d'Odessa est toujours sur la table mais son efficacité s'en trouve réduite par l'absence du Moskva, et la fermeture du détroit de Bosphore empêche son remplacement.

Il reste donc l'option terrestre comme principale perspective (avec des opérations aéroportées) pour lancer une offensive russe vers l'Ouest.

6 / Secteur de Tiraspol

Dans un article précédent je rendais compte de l'aggravation observée en Transnistrie suite à une série d'attentats menés par des commandos ukrainiens contre des sites militaires ou ministériels de la petite république séparatiste pro(russe apparue il y a 30 ans entre Moldavie et Ukraine et qui se retrouve aujourd'hui menacée par le conflit voisin.

Une série d'attentas ukrainiens a visé des bâtiments de la sécurité intérieure de la Transnistrie à Tiraspol mais aussi plus au Nord un secteur où se trouve le plus grand dépôt de munitions d'Europe (20 000 tonnes) et que doivent lorgner les forces ukrainiennes dont les dépôts sont détruits les uns après les auprès par les forces russes. A noter qu'un groupe opérationnel russe de 1500 hommes est positionné dans cette république pro-russe.


Comme le montre la vidéo de surveillance qui a capturé l'attaque contre le ministère de l'Intérieur à Tiraspol les terroristes ont utilisé un RPG 27 (lance roquette jetable) "soigneusement" abandonné sur place  au moment de leur fuite vers la frontière ukrainienne. Or d'aucuns pourraient désigner logiquement la Russie qui est le seul pays à posséder cette arme en dotation s'il n'y avait pas ces centaines d'armes russes tombées au mois de mars aux mains des ukrainiens dans le secteur de Kiev.

Vidéo surveillance de l'attaque contre le Ministère de
 l'Intérieur à Tiraspol. Les assaillants tirent au RPG 27
puis abandonnent le tube sur la route avant de s'enfuir.

Pour celles et ceux qui suivent cette crise ukrainienne depuis 2014, son évolution vers une guerre locale puis une guerre régionale (j'avais pronostiqué cette logique le 15 avril 2014), il apparait évident comme le nez au milieu d'un visage que l'Ukraine n'est pour Washington que la mendiante utile payée pour provoquer la Russie dans sa zone d'influence sécuritaire et que maintenant que l'Ours a lancé sa patte en avant, l'étape suivante après l'internationalisation de la logistique de guerre pour Kiev, est de faire sortir le conflit des frontières de l'Ukraine pour amorcer son étape mondiale.

Pour cela, la petite République de Pridnietrovie (Transnistrie étant son nom roumain) est le point d'entrée idéal pour mettre en application la stratégie étasunienne... en accusant bien sûr la Russie d'être responsable de l'escalade : Tout comme Kiev n'a eu de cesse de provoquer Moscou dans le conflit du Donbass, de nouvelles provocations cette fois dans cette région pro-russe obligeront la Russie à y intervenir également.
 
En conclusion 

En observant les opérations militaires dans ce secteur on peut observer l'évolution tactique adoptée par les forces russes pour s'adapter aux nouvelles situations apparues dans ce conflit qui est un laboratoire de la guerre moderne dont seules existaient des théories incertaines car développées à partir des conflits asymétriques aux rapports, qualité, effectif, ressources et entrainements très déséquilibrés. 

Char du bataillon républicain "Somali" revenant de la victoire de Marioupol

L'organisation des Groupements Tactiques InterArmes russes (en russe BTG "Groupe Tactique de Bataillon") s'est adaptée aux problèmes rencontrés lors de la première phase opérationnelle du mois de mars. 

Initialement le BTG russe pour augmenter la vitesse d'action et l'autonomie opérationnelle est formé autour d'une force d'infanterie mécanisée (généralement 3 compagnies et une section de reconnaissance, soit environ 200 hommes et) à laquelle sont rajoutés une force d'appui (2 batterie d'obusiers et 1 de Lance Roquettes Multiples), une force de choc (avec 1 escadron blindé soit 10 chars), une force de protection (1 batterie antiaérienne, 1 section de guerre électronique, 1 section de défense chimique, 1 section de sapeurs de combat), ainsi des services (sections de transmission, de ravitaillement, de réparations, section médicale...). Selon le type de division d'où vient le BTG, il peut avoir des spécialités (parachutiste, tireurs d'élite...).

Mais parfois, 
  • Il faut plus de chars de combat et d'artillerie, comme sur les terrains ouverts où les unités sont obligées de revenir à des configurations "de masse", avec des concentrations de blindés et des préparations d'artillerie importantes nécessaires pour casser des défenses solidement organisées pendant des années,
Ou alors,
  • Il faut plus d'unités 'infanterie spécialisées, comme dans les zones urbaines et boisées où des unités ennemies légères et mobiles avec un armement antichar performant peuvent se lancer dans une "techno-guerilla" avec l'appui du renseignement stratégique et des drones qui permettent une maîtrise du champ de bataille.
 Et toujours,
  • Il faut s'adapter aux nouvelles armes et moyens pour augmenter la protection des personnels et matériels et anticiper sur les tactiques d'emploi nouvelles que la qualité et/ou la quantité de ces nouvelles technologies génèrent.
Colonne de véhicules blindés dans le secteur de 
Pospana où on peut observer un char de combat
T80 BV muni à d'un chalut de déminage permettant
de forcer les champs de mines et sur le toit d'une 
grille destinée à faire exploser prématurément les 
charges creuses des missiles de l'OTAN livrés aux
forces armées ukrainiennes ("Javelin" et "NLAW") 

Aujourd'hui, les forces russes pourraient balayer les forces ukrainiennes malgré leur résistance honorable, soit en appliquant les bombardements de massasse infernaux avec leur artillerie, soit en injectant des dizaines des centaines de groupes tactiques interarmes supplémentaires pour submerger des forces de Kiev. Or il n'en est rien, Moscou a opté pour une stratégie plus lente, un élargissement des objectifs stratégiques bombardés et une tactique d'attrition visant à épuiser les forces ennemies... 

...sans puiser dans ses forces les plus importantes et ses meilleures unités terrestres qui, de l'autre derrière les frontières russes se préparent à riposter à un engagement direct de l'OTAN dans le conflit et vers lequel se dirigent chaque jour un peu plus les ir-responsables occidentaux.

Sans vouloir paraître pessimiste, tous les ingrédients occidentaux (aides militaires, propagande de guerre, diabolisation russophobe, guerre économique...) sont réunis pour que ce conflit local, devenu régional par nécessité, continue à évoluer vers un conflit mondial provoqué et préparé depuis des années par la stratégie du chaos de la ploutocratie mondialiste. 

Erwan Castel


PS : Pour ceux qui m'interrogent régulièrement sur mes motivations à "piquer" régulièrement l'affairiste moscovite Moreau, je leur réponds que mon acrimonie est motivée à la fois par le devoir de dénoncer les imposteurs, le plaisir de me moquer des propagandistes de salon, et surtout l'envie de griffer avec franchise cet insecte rampant qui depuis 7 ans ne cesse de me calomnier et tente de me nuire lâchement. Après le conflit je publierai un dossier sur ce faquin et sa bande de larbins (Brayard, Néant and Co) pour qui le Donbass n'est qu'une source de profit narcissique et financier et bien pire...et beaucoup tomberont des nues, croyez moi !

32 commentaires:

  1. bonjour erwan c est avec plaisir de vous retrouver pour des infos digne de ce nom afin que l ont puisse avoir un sentiment juste et être rassuré avec votre vérité réel .merci soldats de la liberté on vous aimes toutes et tous . nos prières sont avec vous pour la victoire et la liberté retrouvé ..cordialement . marc . faite attention et prenez soins de vous car nous avons hâte de vous revoir dans le monde de la liberté .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je veux dire merci à Érwan de nous informer courage

      Supprimer
  2. Merci énormément pour les nouvelles et leur interprétation honnête et équilibrée. Puissiez-vous trouver la paix au terme de cette campagne, qui comme vous je pense va s'internationaliser plus ou moins rapidement.
    La manière approfondie de reprendre chaque secteur est très intéressante pour plusieurs raisons.
    Premièrement, elle permet de mieux appréhender les problématiques locales qui forment le tout et d'ainsi mieux comprendre la dynamique générale dans un contexte où même si nous disposons maintenant d'informations du terrain fiables, leur interprétation stratégique par un connaisseur du terrain est extrêmement précieux au regard de la médiocrité ambiante.
    Et deuxièmement, cela permet de ramener du concret dans la propagande pro-Occidentale ou pro-Russe qui, même si parfois tombe juste, est trop souvent une jungle infernale et une perte de temps pour celui qui voudrait connaitre la réalité des choses tout en manquant de temps.
    Pour tout cela et l'énergie dépensée un énorme merci. Pensez à sauvegarder tout ce travail qui constituera à terme une vision objective des événements très précieuse pour les générations futures.
    Curieux de connaitre la cause de votre différend avec la "clique moreau". Qui, bien que bien trop optimiste et orientée Kremlin à mon goût, ne manque pas de pertinence par moment, et surtout a l'immense avantage d'avoir médiatisé efficacement ( même si un aspect financier rapace se cache là-dessous ) un point de vue différent venant en contre-point d'une propagande par trop présente dans nos contrées.

    RépondreSupprimer
  3. Merci Erwan de ces précisions si necessaires. Vous confortez certaines de mes idées et cela me rassure sur mes capacités a comprendre cette situation dramatique. Je suis surprise de la tolérance, la patience de Mr Poutine, notamment avec l'ennemi, qui devrait être éradiqué comme vous le mentionnez. Quant à l'évolution de ce conflit, je n'en doute aucunement. C'est terrible un cerveau humain ! Ses capacités de cruauté, de destruction, dépassent l'entendement. Que la Source vous protège. 😘

    RépondreSupprimer
  4. La guerre des Xavier fait rage en parallèle de la guerre au Donbass; chacun entrainant derrière lui sa foule de groupies ! Aujourd'hui, Internet permet pour qui le souhaite de se choisir une bulle de représentation homogène, cohérente, auto-validante, et confortable intellectuellement. On se croirait revenus au temps des journaux ou chacun confortait sa vision du monde en lisant sa gazette, immergé dans son milieu social (L'Huma pour l"ouvrier communiste, Le Figaro pour le bourgeois, Minute pour le Natio, etc...).
    Internet a été un endroit où les gens d'opinion différentes discutaient et argumentaient dans les forum... le meilleur exemple a été la campagne pour le referendum de 2005 qui a vraiment été gagnée par les NON grace à Internet.... ça me semble terminé.
    A titre perso, je me fais un panaché entre Saker, Courrier des Stratèges, SouthFront, Réseau Voltaire, Réseau International, Strategika, Dedefensa, LeGrandSoir, Erwan Castel... et Xavier Moreau (ma petite pillule qui me fait voir le monde en rose). J'ai bien conscience que ces médias ont un biais qui mériterait probablement d'être corrigé par des médias ayant le biais inverse, mais j'ai pas le courage. On est humains...seuls les plus costauds mentalement on le courage de se mettre en permanence en mode "dissonance cognitive" pour rechercher la vérité.
    Courage Erwan : vous avez une cause et elle est juste.

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour Erwan,
    De la même région que vous, je suis d’autant plus heureuse de vous lire pour être au courant de ce qui se passe vraiment.
    Un grand merci pour ce que vous faites.
    Lénaïk

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Grand merci à Erwan et tous les autres qui s'efforcent de nous informer vrai sur ce qui se passe en Ukraine. Des lecteurs assidus du Senegal.

      Supprimer
  6. Merci Erwan pour ces nouvelles du front. Justement je me disais que les atlantistes, en livrant en continu de armes aux ukrainiens, cherchaient à affaiblir la Russie en la forçant à utiliser une partie de son armement.... Ce pour mieux l'attaquer ensuite.
    Effectivement si ça dégénère en conflit plus étendu (attaque "officielle"de L'OTAN) , la Russie ne sera pas seule non plus.ca pourrait donc devenir TRÈS ... Étendu. 😅

    RépondreSupprimer
  7. Que pensez vous d Anne Laure Bonnel ? Est elle digne de confiance ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anne Laure Bonnel fait un super travail de réinformation mais il est dommage qu'elle axe son narratif plus sur le pathos que sur l'analyse car trop de sensationnalisme finit par se faire au détriment de la connaissance en profondeur des détails organiques des évènements qui tissent la compréhension de l'Histoire. Je respecte grandement cependant son travail ainsi que sa personnalité que j'apparente à un Don Quichotte de l'information.

      Supprimer
    2. Landsknecht_684 mai 2022 à 12:01

      Bonjour Erwan,
      C'est la première fois en plus de 7 ans que je suis votre site avec le plus grand intérêt que je poste un commentaire. Nous avons en commun un passé militaire et je pense une vision du monde assez proche. Concernant Anne-Laure Bonnel (sur son côté trop pathos au détriment de la connaissance en profondeur), je me faisais la même réflexion il y a plusieurs semaines mais j'admire son courage et son travail. Pour ce qui est de Xavier Moreau je le suis également depuis longtemps mais il est vrai que son manque d'objectivité par moment nuit aux vidéos qu'il fait quant au 2e Xavier je le trouve non pas inintéressant mais tellement dans le narratif otanien que ses messages sont plus de la propagande que de l'analyse factuelle. Merci pour tout ce que vous faites prenez soin de vous. Courage

      Supprimer
  8. A l'attention du Dragon un merle m'a dit :
    il étais un fois une grosse galerie très sale encore hantée par des grosse tiques méchantes doté d' un accès aquatique comme une couverture pour autrefois des activités souterraines en plein jour car avec des nageoires , ces créatures y nagent aussi tres bien !
    Lors de l'armistice du 8 mai 1945 deux endroits connus - la poche de royan et le réseau de tunnel sous la ville du mans - les nazis y restèrent il parait plusieurs mois essayant pour un certain nombre de se faire passer aussi pour des civils pur se faufiler ...puisque nombre autour , de collabos le sont restés autour comme durant 80 ans et bien plus et avec la même base arrière . Ce genre qui ont fait bruler combien de bucher partout sur terre l'homme ou même le dragon n'ont pas la faculté de les reconnaitre , comme un merle le fait d'un clin d'œil de complices entre ailés ...
    Vendre, et du mensonge et des images horribles - du précisionnisme pour fonds de fauteuil vicelards est une affaire qui marche... Pourquoi des êtres comme les dragons ou les merles les voient comme ce qu'il sont et s'en vont a tire d'aile ou l'un de sa langue très chaleureuse après?
    Comme ceux qui vendent de la pikouse -avec combien de shootés de shooteurs et de collabos ? Autre affaire rentable car le crime paie bien tant qu'il dure .. et la guerre est une affaire des plus mercantile rendant des regles faussées permissives dans les deux sens :
    Apres le rhume vient le cholera - qui ne nomment hélas que de leurs symptômes mimétiques ...
    Le plus urgent , c'est concernant ceux qui viennent en renforts et les répandre .... tous imprégnés de l'odeur de leur terrier comme de toutes leurs activités - même quand ils sortent en habits des champs ou au sortir de leur terrier ...
    Qui a jamais apprivoisé d'abord sa survie de l'aide de mère nature quand le nez d'un renard sent les choses mieux qu'on ne saurait les voir ?
    Et l'art de voir au-delà de la surface d'un bras de mer près d'un dépotoir - tout pécheur y fait des grosses prises a regarder les vagues et écouter le bruit de leur échos & pour eviter que le poison se répande .

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour Monsieur, merci à nouveau pour cet article. Je l'avais écrit dans un commentaire sur un autre post, la Russie aurait un boulevard devant elle sur la production de reportages de guerre factuelles et sur sa démarche ceci en langues d'Europe de l'ouest. Je pense que les gens ici attendent aussi un autre son de cloche que les médias subventionnées débilisantes. La Russie aurait tout intérêt à conquérir les cœurs des Européens de l'ouest dont beaucoup ne supportent plus leurs gouvernants inféodés aux usa. Bien à vous. Arnaud

    RépondreSupprimer
  10. Merci Erwan pour toutes ces nouvelles "du front". Je trouve dommage votre conflit avec Xavier Moreau et Christelle Néant surtout que vous êtes du même camps.....mais bon.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord avec vous mais ce n'est pas l'avis de cette bande d'idiots et d'imposteurs qui depuis 7 ans m'insultent, me calomnient en m'accusant d'être un espion, un déserteur, un voleur, un criminel de guerre etc...

      Moreau est un type ambigu qui derrière la façade d'un discours pro-russes continue à entretenir des relations obligées avec les services français, pour protéger ses intérêts transfrontaliers et le confort de ses déplacements transfrontaliers..

      Idéologiquement effectivement c'est un affairiste libéral venu planquer ses impôts en Russie et fantasmant sur un jacobinisme nationalisme catholique et blanc, ce qui est contraire à ma vision multipolaire fondée sur des subsidiarités ascendantes et fédéralistes définies autour des peuples naturel et non des Etats-nations artificiels.

      Mais avant toute chose, Moreau est un idiot qui sort à chaque vidéo des conneries aussi grosses que son ego surdimensionné, tellement il est soumis à ses fantasmes d'adolescent attardé. Quant à Néant est produit un travail remarquable de traduction des communiqués officiels mais reste malheureusement dans leurs limites propagandiste au simplisme souvent ridicule et surtout est le relais des campagnes de dénigrement orchestrées par le duo pervers narcissique Moreau-Brayard.

      Supprimer
  11. il reste pour ceux qui lisent probablement le plus authentique des relatés et l'inverse de celui des mendiants aux abonnements a leur page d'horreur . Au moins en lisant la chronique du "dragon du château"
    je songe avec degout a ces vendeurs de strati-charognes et leurs suffragettes du coté de ceux assis qui ne voient pas arriver l'extension de ce conflit sur leur piètre existence .
    La perte de mémoire est celle de leur type d'existence de consumateurs en bonne voie d'être consumés a leur tour faute de courage et de décision :
    Vu du futur trop proche d'une guerre civile suite a la globale devenue - pour une boite de conserve ou une patate a coup de bâton, contre ou entre des enragés affamés peu a peu sans chauffage ni carburant dans un état de bandits en liberté représentés par cette milice juste bonne pour tirer sur la foule désarmée ou pour accompagner les saisisseurs de la punction avant le suicide obligatoire bientot avec la pikouse mortelle sous la contrainte .

    Pour gagner cette guerre dans l'autre , un homme sage et de bon conseil avais dit il y a quelques temps :

    quand il doit se produire une bagarre inévitable alors il faut frapper le premier

    Alors un peu de vitriol sur la plume en souvenir d'un certain Jean Jaures qui n'avais pas été écouté de son temps encore moins suivi car a moins de changer et d'en modifier le cours l'histoire se répète mais en pire ...et les camps de noirs et blancs changent de leur meme vocation , tout combattant finit par l'admettre ...et la meta de la boite de sardine ne reconcilie pas les affamés .

    une tout autre troupe est en préparation hélas , celle des machines qu'il faudrait arrêter avant même leur mise au point .... c'est comme les OGM-virus -est il encore temps ?
    A 50 km de ma cabane car ils fabriquent déjà les jambes et les bras de ces futur tueurs cybernétiques quelle prevision pour cette sorte de guerre apres celle pour les sardines ?


    RépondreSupprimer
  12. Bonjour monsieur Erwan. Merci pour votre copieux exposé. C'est du très grand travail, et bien fait. Seule la ou les vidéos du début, que je regrette, car elle date, on le sait, car cela fait un moment qu'on la voit. Dans une video, des soldats russes portent un brassard rouge, je ne sais pas pourquoi. ? Il y a crainte d'évolution vers une guerre mondiale. On dit que le temps joue contre la Russie. Ce n'est pas sûr. Il va y avoir, j'en avais parlé, les élections américaines á mi-mandat avant la fin de l'année. Et la gauche américaine de Biden, qui remorque toute la gauche caviard européennne et mondiale, risque de prendre une déculoté. On les sent moins forts. Déjá sur leur terreur pour injecter les gens de leur produit, ils sont beaucoup moins virulents et agressif je trouve. De plus, ils vont souffrir, même si moins que les européens. Beaucoup de pays se rapprochent de la Russie, qui maintenant impose, elle 🤣🤣👊👍 des sanctions. Impensable avant ! et se fait payer en roubles..Des grands pays, et pas des moindres, Chine, Brésil, Inde, Afrique du Sud, d'autres se rapprochent... Pakistan, certains pays arabes, etc etc... il n'est pas impossible qu'ils enverraient des unités combatantes s'aguerrir du coté Russe. Non. La victoire est loin d'être acquise pour les "GRINGOS"..et la gauche caviar

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui dans une guerre symétrique et, qui plus est de haute intensité, comme celle qui fait rage en ce moment jamais une victoire n'est totalement acquise tant que l'ennemi n'est pas à genoux. Aujourd'hui pour maintenir l'armée ukrainienne debout les occidentaux ont déchainé des aides militaires et des sanctions économiques illimitées jusqu'à entamer leurs propres stocks stratégiques. Mais, malgré des victoires locales très médiatisées, cette armée ukrainienne vacille et l'OTAN si elle persiste dans sa folie risque d'intervenir directement à ses côtés et d'entrainer le Monde vers une guerre totale.

      Quant aux brassards, c'est une convention adoptée dans beaucoup de conflits et surtout quand les belligérants ont les mêmes armes et matériels. Les russo-républicains ont ainsi des brassards blancs ou rouges et les ukrainiens de brassards jaunes ou bleus.

      Supprimer
    2. On voit aussi parfois des brassards verts sur des bras ukrainiens. Ça correspond à un statut particulier ?

      Supprimer
  13. Il faut dire la vérité Erwan, l 'armée russe fécule de 50 km à Kharkiv. La russie est une petite puissance économique et militaire face à l 'Occident. Les prophéties de Marie Julie Jahenny,( bretonne) ,du père PEL d'accord Aloïs irlmaier écrites il y a 60 à 100 ans donnent la victoire facile aux pays occidentaux contre la dictature russe qui sera anéantie militairement dans les 6 mois à 3 ans. Aucun pays niveau mondial n 'accepte cet invasion , ce viol, ce massacre, du pillage de civils ukrainiens. Le monde entier va faire la peau aux nazis russes comme au temps des nazis allemands.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout d'abord que dans une guerre symétrique les armées avancent et reculent tour à tour au gré des priorités d'effort c'est ce qu'il y a de plus normal. et faire un focus sur une situation tactique d'un moment pour extrapoler sur l'ensemble des opérations est une attitude guidée par un fantasme idéologique (ceci est valable des 2 côtés du front).

      Même si je suis engagé du côté des pro-russes je ne conclue pas comme beaucoup de crétins propagandistes à la victoire ou la défaite assurée par l'un des deux adversaires même si je suis convaincu que le système étasunien va s'effondrer dans ce conflit, économiquement et probablement militairement car l'OTAN est un colosse au pied d'argile car elle ne s'appuie pour sa puissance que sur la technologie.

      Quant vous dites "aucun pays mondial" c'est une erreur précisez plutôt aucun gouvernement occidental ou institution contrôlée par Washington. Car ce que nous entendons c'est un positionnement politique et non un avis populaire. Les pays non alignés ne condamnent pas la Russie (tout en regrettant humainement que cette guerre se déroule comme toute personne bien sensée) et la plupart la soutiennent dans la légitimité des revendications pour lesquelles elle a engagé une démilitarisation de l'Ukraine.

      Prenez un peu de la hauteur et par exemple actuel, regardez la réaction violente de Washington vis à vis de la Chine lorsque Pékin vient d'annoncer ouvrir une base militaire sur les iles Salomon à..... 3000 km de distance de l'Australie. Et Moscou devrait accepter des bases étasuniennes sur ses frontières à 5mn de missile de Moscou et Saint Petersbourg ?

      Allons un peu de bon sens serait justement de bon aloi si on veut éviter que cette guerre devenue régionale ne devienne mondiale.

      Ensuite vous déblatérez les poncifs de la propagande occidentale concernant l'armée russe (viol, massacre, pillage etc) mais posez vous la question pourquoi les corps de Bucha soit disant laissés dans la rue depuis 3 semaines n'avaient ni la rigidité cadavérique ni la couleur qu'ils auraient du avoir, pourquoi beaucoup portaient des brassards blancs et avaient les mains liées.... Plusieurs témoignages et vidéos montrent des unités spéciales ukrainiennes entrant dans la ville par ces mêmes rues, vides de corps le 2 avril... cela les médias occidentaux ne le montreront pas comme ils ne montraient pas à l'époque les témoignages des médecins de Timisoara qui disaient que les charniers présentés étaient une supercherie.
      Un responsable américain interrogé sur les tués de Bucha et leurs auteurs a répondu au journaliste de CNN "c'est compliqué !".

      Idem pour le supermarché de Kiev dont les vidéos de drones prouvent qu'il était désaffecté et utilisé pour dépôt de roquettes "Grad" et que les 7 morts extraits des décombres portaient des uniformes .... On en parle plus

      Idem pour la nurserie de Marioupol soit disant en activité et bombardée, alors qu'elle était fermée depuis 2017 pour des problèmes de toiture et que la jeune fille qui a été filmé le visage blessée et agonisante sur un brancard s'avère être une influenceuse des réseaux sociaux qui aujourd'hui a quitté Marioupol pour venir.... à Donetsk. On en parle plus

      Idem pour le théâtre de Marioupol où 600 civils auraient été tués dans un bombardement mais dont aucun coros n'a été montré par les ukrainiens, Et le journalistes français qui ont été sur place n'ont rien vu qui confirme une tuerie (600 corps déchiquetés par des obus ou missiles ca tâche bien le décor croyez moi) On en parle plus

      Je ne dis pas qu'il n'y a pas des exactions (dans les 2 camps) qui sont commises et qui doivent être dénoncées et punies, Mais fermez les yeux sur les tortures et exécutions commises par le régime de Kiev pendant 8 ans et hurler à la moindre supputations non prouvées de crime de guerre russe aujourd'hui, ne crédibilise absolument pas votre raisonnement.


      Supprimer
    2. C'est pathétique que les occidentaux à qui on a prouvé que Colin Powell mentait en agitant sa fiole à l'ONU, que le Maïdan avait été commandité et payé par les USA (déclaration de V. Nuland en 2015 et mémoire de H. Clinton) se précipitent avec la même stupidité sur les nouveaux médias-mensonges russophobes.

      Mais lorsque la Vérité contrarie la Foi elle doit s'effacer devant la croyance.

      Pour finir concernant les prophéties , ce n'est qu'un vaste supermarché où chacun peut y trouver une prédiction ou une interprétation particulières servant ses fantasmes. Nombre de prophéties existent ainsi annonçant la Victoire de la 3ème Rome (Russie) ou de l'Europe sur les USA. J'accorde à ses délires la même importance qu'à ma première branlette.

      Mais chacun se rassure comme il peut...

      Supprimer
  14. Please we need translation for english and portuguese....Please...more people need to know!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. At the top of the right column you have access to an automatic translator where you can choose your language

      Supprimer
  15. English translstion please

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. At the top of the right column you have access to an automatic translator where you can choose your language

      Supprimer
  16. Bonjour je vous suit depuis 2014

    RépondreSupprimer
  17. " parler de la pluie ne mouille pas " Tu as raison de te défendre contre les journalistes bidons ! D.C.

    RépondreSupprimer
  18. Merci pour tout ce travail fouillé. On essaie de s informer du mieux que l on peut et je puis vous assurer que cela n est pas facile. Moreau fait son petit business on s en rend compte mais il " déblaye" le terrain face à l autre xavier qui dans le genre incapable propagandiste opportuniste est à des niveaux stratosphériques.. il faut savoir aussi que les media français actuellement en sont à laisser un urologue transhumaniste (laurent alexandre) commenter la situation en Ukraine...donc afin que les gens viennent jusqu'à vous il faut qu il passent de laurent alexandre au premier xavier puis au second xavier pour enfin arriver à Erwan...et je puis vous assurer que peu en sont capables...prenez soin de vous

    RépondreSupprimer
  19. Suite d' Anonyme13 mars 2022 à 13:30
    "Moscou a opté pour une stratégie plus lente" ... Mouais, ça me rappelle l'école des fans où à la fin, tout le monde avait gagné.
    Quand j'entends nos "zexperts" (en salade) de nos plateaux télé OU des extraits de la télévision russe où certains commentateurs demandent d'effectuer de tête un compte à rebours (sur environ 200 secondes) pour des frappes nucléaires en Occident, il n'y a plus de questions à se poser : la folie est dans tous les camps. C'est à celui qui sera le plus c.. ! Et ils sont tous sur le podium.
    Passons sur les "suicides" en série de familles d'oligarques russes.
    Attention de na pas tomber dans la fosse que l'on creuse !
    Je réitère : les vrais responsables/coupables meurent toujours de vieillesse. Et dans TOUS les camps !

    RépondreSupprimer

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.