samedi 29 janvier 2022

SITREP du 28 janvier 2022

Le rêve ukrainien de devenir une force militaire occidentalisée est-il en train de se réaliser ?


Je commence à être lassé par les déclarations des responsables occidentaux qui, de Biden à Macron en passant par Johnson et Trudeau, ne cessent de faire sur le terrain exactement le contraire de ce qu'ils disent devant les caméras. 

Ainsi de ce Joe Biden qui lors de sa conversation téléphonique avec son homologue russe ce 28 janvier sans aider à démêler leurs désaccords admet avec Poutine la nécessité prioritaire de procéder à une désescalade,.. et qui quelques heures plus tard donne son feu vert pour le déploiement de nouvelles troupes étasuniennes sur les frontières orientales de l'OTAN tandis qu'augmentent de façon exponentielle les livraisons d'armes occidentales aux forces ukrainiennes !! 

Depuis des siècles et aujourd'hui plus que jamais "Faites ce que je dis, mais ne dites pas ce que je fais" peut décidément être la devise commune aux occidentaux.

Et je m'étends encore moins sur l'échange téléphonique de ce 28 janvier entre Poutine et Macron où le pathétique locataire de l'Elysée, tout en confirmant son soutien inconditionnel au régime criminel de Kiev,, a répété les lieux communs d'une catéchèse hypocrite agitant les lieux communs démocratiques et droitdelhommistes, histoire de redorer son image de candidat électoral à sa propre succession. 

Seuls les actes comptent pour juger des intentions réelles des personnes et on observe alors que les occidentaux ne cessent pas de jeter de l'huile sur le feu des tensions Est-Ouest.

Sur le front du Donbass

A Donetsk, la journée du 28 janvier à été marquée par une série d'alertes à la bombe concernant une vingtaine de sites urbains, administration, établissement bancaire, brasserie, lieu culturel, centre d'affaires etc... concernant 3 villes de la République Populaire de Donetsk.

Ces alertes déclenchées à 11h00 du matin ont précipité les services de sécurité et les services de déminage du Ministère des Situations d'urgence dans les rues de Donetsk pour évacuer les personnes, sécuriser les lieux et leurs abords et fouiller les bâtiments, étage par étage, pièce par pièce. 

Parmi les sites visés par ces alertes à la bombe du 28 janvier:

  • Ministère de l'Information, 
  • Ministère de la Santé, 
  • Ministère des Affaires étrangères,
  • Ministère des Situations d'urgence,
  • Banque Centrale républicaine,
  • Centre d'affaires Stolichny
  • Bibliothèque Kroupskaïa
  • Maison des pionniers
  • Brasserie Sarmat
  • Etc.

Visé également par les alertes à la bombe , la "Maison des pionniers" qui 
est un centre culturel dédié à la créativité des enfants et des jeunes de Donetsk

En fin d'après midi aucun indice n'avait été trouvé attestant le sérieux de ces alertes et, tandis que le vie reprenait son cours normal, l'enquête des services de sécurité continuait pour identifier les auteurs des appels. 

Cette série d'alertes à la bombe et l'occasion de 
saluer le travail des femmes, des hommes...et des 
chiens des unités d'intervention du Ministère des 
Situations d'Urgence qui depuis 2014 sont soumis
à une pression quotidienne permanente et risquée

Si cette vague d'alertes à la bombe se renouvelle rapidement et régulièrement il n'est pas exclu qu'il s'agisse d'une "opération" de guerre psychologique des services spéciaux ukrainiens dont la première étape est d'estimer, saturer et fatiguer les services de sécurité républicains, faire peur à la population, saboter l'activité socio-économique, avant de passer à des actions réelles.

En première ligne 

Sur le front, les forces ukrainiennes continuent de pousser vers la première ligne du front des renforts et des armes lourdes dans un dispositif de "forces conjointes" dont l'effectif est de 150 000 hommes et doit être renforcé ces prochaines heures de 11 000 hommes supplémentaires. Et en première ligne les ukrainiens, même si les tirs restent de faible intensité, maintiennent une pression par des provocations permanentes comme par exemple pendant cette journée du 28 :

  • 14h23, bombardement ukrainien de Aleksandrovka (Sud Donetsk) depuis les positions de Marinka. 3 obus de SPG 9 tirés. 
  • 15h00, bombardement ukrainien de Kominternovo (Sud RPD) depuis les positions de Talakovka. 3 obus de SPG 9 tirés. 
  • 15h30 mitraillage ukrainien de Iasnoe (Sud RPD) depuis les positions de Berezovoe: Mitrailleuses lourdes utilisées. 
  • 16:45 bombardement ukrainien de Sosnovskoye (Sud RPD) depuis les positions de Pavlopol. 5 grenades AGS tirées.


Du côté de l'OTAN

Comme un sale gosse qui fait exactement le contraire de ce qu'on lui demande poliment, Biden, plutôt que de considérer les propositions russes augmente la militarisation de l'Europe de l'Est par l'OTAN 
Pourtant les demandes de Moscou font références à des principes de sécurité collective légitimes et validés par "Déclarations d'Istanbul et d'Astana de l'OSCE",  puisque les USA sont les premiers à les invoquer continuellement pour refuser une présence militaire russe dans sa propre zone d'influence (Cuba par exemple).

Les réponses écrites et militaires de Washington sont l'occasion de rappeler que factuellement l'OTAN n'est qu'un bras armé du Pentagone et que l'Europe, depuis la fin de la guerre froide  est toujours occupée par l'armée américaine :

Infographie de l'occupation US, qui ne prend pas en compte les actuels renforts (8500 hommes)
et à laquelle il faudrait rajouter les forces des alliés britanniques et canadiens ou celles des 
laquais zélés de Washington comme la France et la Pologne, et les pays baltes par exemple. 

Et du côté de l'Ukraine, le gavage par l'OTAN des forces armées ukrainiennes continue dans un rythme et des quantités en augmentation atteignant déjà plusieurs gros porteurs quotidiens:

Dans la journée du 28 janvier, un avion de transport militaire C-17 08-8202 de l'USAF en provenance de la base aérienne jordanienne Muwaffaq Salti avec une cargaison militaire est arrivé à Lvov (Ouest Ukraine). 


Reznikov, le ministère ukrainien de la Défense a annoncé l'arrivée en Ukraine de 45 avions cargos chargés d'armes américaines. Vu qu'un C17 ou un 747 peut transporter environ 80 tonnes de fret on arrive donc à 3600 tonnes de munitions qui vont pour leur majorité être envoyées dans le Donbass et tirées sur les Républiques Populaires de Donetsk et Lugansk.


Confirmant les dires du ministre ukrainien un cinquième avion étasunien (et 4ème Boeing 747) est arrivé à Kiev avec 81 tonnes d'assistance militaire. Le Boeing 747-412 (BCF) a décollé de la base aérienne de Douvres aux USA et a atterri à l'aéroport Boryspil, et un sixième vol d'un autre Boeing 747-412 (BCF) n° N729CA a décollé de la base aérienne Davis-Monthan en direction de l'Ukraine  

A noter que le base aérienne de Davis-Monthan abrite le 309ème groupe Aérospatial étasunien de Maintenance and Réparation et le plus grand dépôt d'avions de réserve mis du ministère de la Défense et autres agences gouvernementales américaines (Gardes côtes, NASA, etc.).


Il est aussi question dans les communiqués ukrainiens et sur les photos et vidéos réalisés de livraisons de munitions d'armes légères, or les calibres des armes occidentales ne sont pas compatibles avec la quasi totalité des armes soviétiques équipant l'arsenal ukrainien. Donc, soit les USA transfèrent des stocks récupérés en Afghanistan, Irak ou Syrie.et/ou ils envoient également à l'Ukraine des armes américaines.

En plus de ce pont aérien logistique occidental (britannique avec 9 vols déjà effectués, étasunienne avec 6 vols réalisés, canadien à venir), les avions de l'OTAN poursuivent leur soutien opérationnel aux forces armées ukrainiennes avec des vols de reconnaissance stratégique réalisés par leurs avions et drones de surveillance et d'appui électronique.

28 janvier 2022, un Boeing RC-135V "Rivet Joint", n°63-9792 de l'US Air Force, au départ
de la base de Souda a effectué une nouvelle mission de reconnaissance en mer Noire, le long 
de la côte de la Crimée, du front du Donbass et des régions russes et bélarusses frontalières.. 
L'avion espion étasunien s'est approché à 50 km de Sébastopol et 52 km de Novorossiysk.

Du côté de la Russie 

Tandis que les autorités russes, remplissant leurs devoirs d'assurer un cordon sécuritaire autour de leurs républiques fédérales, restent campées sur leurs demandes de voir l'OTAN reculer de leurs frontières, l'Etat major russe poursuit ses activités défensives et d'amélioration de ses capacités opérationnelles (ce que font normalement toutes les armées dans le Monde).

Et pour illustrer cette volonté militaire russe je vais même utiliser ici les cartes diffusées par la propagande occidentale et que je vais juste questionner :

Sur cette carte l'institut d'études stratégiques étasunien Study of War présente l'articulation frontalière des forces russes autour d'une Ukraine vide où pourtant l'honnêteté de toute étude stratégique digne de ce nom aurait dû présenter aussi le dispositif ukrainien correspondant. Or si tel était le cas nous pourrions alors observer que les forces ukrainiennes pour "se défendre contre cette invasion russe imminente et multidirectionnelle" ont concentré 65% de leurs effectifs de combat opérationnels (150 000 hommes) le long de la petite ligne de front du Donbass à l'Est de l'Ukraine où sont des forces républicaines à peine suffisantes à défendre leurs territoires (30 000 hommes)!
Autre détail qui ne manque pas de piquant, sur cette carte qui reste intéressante d'un Institut étasunien qui fait référence auprès des propagandistes occidentaux, tout le monde peut observer que sur les territoires des républiques populaires de Donetsk et Lugansk, il n'y a pas d'unités russes déployées !



Même chose pour cette autre carte du même institut "SW" et qui concerne les déploiements russes au Belarus, ce pays alliés de Moscou qui borde les frontières Nord de l'Ukraine. Là encore aucune information sur les forces ukrainiennes qui pourtant, si elles étaient représentées montrerait par la faiblesse de leurs effectifs déployés que Kiev, contrairement aux délires russophobes hystériques des médias occidentaux n'estime pas que les russes menacent réellement l'Ukraine d'une "invasion imminente".

Et bien sûr, aucune mention des exercices militaires en cours (et programmés) jusqu'au 20 février entre les forces russes et bélarusses et nommés "Détermination de l’union 2022"...


En conclusion

La réalité des actions ukro-atlantistes, en plus de démontrer que les déclarations de leurs dirigeants ne sont qu'hypocrisies et mensonges, montrent bien que la seule offensive imminente menaçant la région est celle des forces armées ukrainiennes contre les républiques populaires de Donetsk et Lugansk, laquelle il est vrai peut provoquer une réaction, limitée dans le temps et l'espace de ce front, des forces russes pour protéger les populations de Donetsk et Lugansk et non comme le prétend Biden "pour mettre à sac" Kiev. 

Erwan Castel

1 commentaire:

  1. Ils attaqueront donetsk et lugansk provoquant la réaction des russes. Ça justifiera l’intervention de l’OTAN en disant que les russes ont démarré leur invasion.

    RépondreSupprimer

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.