samedi 10 septembre 2016

Vers un Tribunal Pénal International

Quand le silence des occidentaux hurle les crimes de leur protégé ukrainien


Depuis bientôt 3 ans les excités du Maïdan entraînent l'Ukraine vers un effondrement historique ensanglantant en toute impunité les marches d'une descente aux enfers pathétique et criminelle. 

Les massacres rythment cette crise où la folie danse avec la violence cachées par le rideau du mensonge médiatico-politique occidental : Maïdan, Odessa, Lugansk, Mariupol, le MH17, puis la guerre dans le Donbass, sont autant de crimes terroristes et génocidaires qui attendent depuis des mois et des mois que la lumière soit faite sur les criminels et leurs complices.

Alors que les larbins occidentaux, préférant le déshonneur à la Justice, persistent à se taire et mentir pour protéger leur maître étasunien et leurs intérêts partagés avec les commanditaires de cette longue crise meurtrière, la Russie a décidé parallèlement à son travail diplomatique et pacifiste a entamé des procédures destinées à juger les criminels qui depuis plus de 2 ans ensanglantent les populations russes de cette région d'Europe.

J'espère que lors de l'inévitable procès qui clôturera cette crise sanglante, les collabos de tout poil, responsable politique ou pigiste propagandiste seront jugés et condamnés également pour avoir excité les meurtriers et muselé les consciences publiques.


Erwan Castel, volontaire en Novorossiya

Source de l'article :  DONi Press 

Donbass - Devant une justice internationale

depuis longtemps sourde, aveugle et muette, 

la Russie décide de faire le travail à sa place



Christelle Néant - 9 Sep 2016     

Alors que le rapport sur les raisons et les responsables avérés du crash du vol MH17 se fait toujours attendre, et que la Cour Européenne des Droits de l'Homme (CEDH) a refusé plusieurs plaintes de résidents du Donbass pour des motifs absurdes afin de se défausser, la Russie semble bien décider à prendre le taureau par les cornes et à faire le travail de la justice internationale qui est aux abonnés absents depuis des années.

Il faut dire qu'après que Slobodan Milosevic ait été disculpé de toutes les accusations de crimes de guerre, 10 ans après sa mort, la crédibilité du Tribunal Pénal International et de la communauté internationale a pris une bonne dose de plomb dans l'aile.

Après avoir accepté de collaborer avec la Malaisie concernant l'enquête sur le crash du vol MH17 dans le ciel ukrainien, car cette dernière était insatisfaite des résultats de la commission d'enquête menée par les Pays-Bas, la Russie a décidé d'aller encore plus loin, et de commencer les procédures pénales concernant les crimes commis dans le Donbass par l'armée ukrainienne.

Ni l'ONU, ni la CEDH, ni l'OSCE ne faisant leur travail correctement, les autorités russes en ont semble-t-il eu assez que les crimes de guerre et le génocide en cours dans le Donbass reste impunis, et ont donc lancé leurs propres enquêtes et procédures judiciaires contre les responsables de ce massacre de toute une population innocente.

Avec 16 morts et 75 blessés parmi les civils, le mois d'août 2016 a été le plus meurtrier dans le Donbass en un an, comme l'ONU a été forcé de le reconnaître. Il faut dire qu'avec plus de 15 000 bombardements en un mois, l'armée ukrainienne avait fait fort en terme de violations du cessez-le-feu, et qu'il était logique que le nombre de victimes soit à l'avenant et fasse grimper le compteur officiel de l'ONU.

Un nombre de victimes total, que l'ONU sous-estime grandement d'ailleurs, avec à peine 10 000 morts dont plus de 2 500 civils. Alors que les chiffres réels semblent être plus proches de 50 000 morts dont 20 000 civils des deux côtés de la ligne de front. Il semble que les 16 morts civils qui se sont ajoutés au mois d'août 2016, aient été ceux de trop pour la Russie.

À l'heure où j'écris cet article, 22 000 victimes ont été recensées et regroupées par la Russie au sein d'une plainte commune contre l'Ukraine pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité.

Cela a été indiqué par Vladimir Markin, porte-parole officiel du Comité d'Enquête Russe sur les crimes de guerre de Kiev dans le Donbass :

« À présent, le Comité d'Enquête continue l'investigation sur dossier pénal concernant des crimes graves contre la paix, la sécurité et l'humanité, commis par les représentants des structures de sécurité ukrainiennes dans le Donbass, » a déclaré Markin.

« Cinquante trois dossiers pénaux concernant les événements dans le Donbass ont été rassemblés en une seule enquête. Plus de 130 000 personnes ont été interrogées comme témoins et victimes et plus de 22 000 d'entre elles ont été reconnues comme victimes, » a-t-il ajouté.

Cette enquête a d'ores et déjà établi une première liste d'accusés qui devront répondre de crimes de génocide contre contre les habitants russophones du Donbass, y compris des enfants :

« Les accusés dans cette affaire sont les responsables anciens et actuels du ministère de la Défense et de la garde nationale de l'Ukraine, y compris le ministre de la Défense Stepan Poltorak, le chef de l'état-major ukrainien Viktor Muzhenko, l'ancien commandant des forces terrestres Anatoly Poushnyakov, l'actuel commandant des forces terrestres Serguei Popko, et le commandant de la garde nationale Youri Allerov, » a déclaré Markin.

D'après les enquêteurs, « De janvier à août 2016, tous ont donné des ordres criminels à leurs subordonnés au sein des forces armées ukrainiennes et de la garde nationale ukrainienne d'utiliser de l'armement lourd, très dévastateur, pour détruire les infrastructures et les quartiers résidentiels de la République Populaire de Donetsk, ainsi que pour liquider totalement ou partiellement les russophones, y compris les enfants. »

Si cette procédure pénale ne peut pas aboutir tant que les autorités ukrainiennes sont soutenues par Washington et l'Union Européenne, il ne faut jamais oublier que rien n'est éternel en ce monde et que la roue finit toujours par tourner. Les Russes, ayant une vision à long terme, préparent déjà via ce dossier pénal, le future procès pénal international, héritier du procès de Nuremberg, qui mettra les responsables du génocide du Donbass face à leurs responsabilités. TOUS les responsables.

Car si pour l'instant seuls des responsables ukrainiens sont mentionnés par diplomatie afin de ne pas froisser la communauté internationale, je ne doute pas que la Russie ira plus loin, une fois les patrons de l'Ukraine à genoux après que leur économie ai suivi la même voie que celle de leur marionnette. Alors, la Russie pourra réhabiliter à la fois la justice et le droit international, et bâtir ce monde multipolaire que Vladimir Poutine appelle constamment de ses vœux.

Christelle Néant pour l'agence DONi Press


4 commentaires:

  1. "il ne faut jamais oublier que rien n'est éternel en ce monde et que la roue finit toujours par tourner. Les Russes, ayant une vision à long terme....."
    c'est cet espoir qui fait survivre

    RépondreSupprimer
  2. La sentence pour ces criminels ukrainiens est la mort !

    RépondreSupprimer
  3. A moins que la Troisième Guerre mondiale , que certains veulent à tout prix , n'empêche ces criminels d'être traduits devant la Justice ! Mais celle de là-haut les attend .....

    RépondreSupprimer
  4. IL FAUT ABSOLUMENT QUE JUSTICE SOIT FAITE ......que TOUS LES RESPONSABLES PAIENT LE PRIX DE LEURS TRAHISONS ET COLLABORATIONS .....quelques soit LE ou les pays qui ont participé à ce génocide ....et surtout ne pas attendre que les criminels marchent avec une canne et AVC compris .....faut pas oublier que les criminels se soutiennent entre EUX ! ceux qui ne veulent pas la JUSTICE SONT COMPLICES !!!!!!!!!!!

    RépondreSupprimer

Les commentaires (soumis à modération) sont les bienvenus, à condition qu'ils ne soient pas diffamatoires et injurieux. Merci de respecter la charte du groupe que vous trouvez sous l'onglet "Charte" en haut et à droite. Erwan Castel.